Archives de catégorie : énergie

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

L’énergie des sciences sociales: un bref compte rendu

Voici en avant première avant sa publication par la revue Flux un petit compte rendu de NADAÏ A., LABUSSIÈRE O. (éd.), 2015, L’énergie des sciences sociales, Paris, Athéna, 156 p. Ce compte rendu prolonge nos échanges dans le cadre du projet COLLENER qui s’achève ces jours-ci.

Ce petit ouvrage, dont la diffusion papier confidentielle est heureusement compensée par sa publication en ligne, est issu d’un rapport d’un groupe de travail piloté initialement par Sandra Laugier et Sébastien Velut pour l’Alliance Athéna dont l’objectif est de susciter la mobilisation des sciences sociales françaises autour de nouveaux objets, en dialogue autant que faire se peut avec les autres domaines de la connaissance. Coordonné et révisé par le sociologue de la technique Alain Nadaï et le géographe Olivier Labussière, a fini par prendre la forme d’un manifeste pour des sciences sociales de l’énergie et propose un balisage des chantiers à ouvrir dans ce champ. Le propos tenu est ambitieux: les auteurs rejettent la relégation usuelle des sciences sociales dans « l’aval » des politiques énergétiques, dans l’étude des impacts, de l’acceptabilité et des comportements déviants mal anticipés, à corriger ou éduquer. Ils revendiquent au contraire pour elles un rôle en amont des processus décisionnels, à travers la prise en compte de la manière dont les valeurs, les pratiques et les processus d’appropriation des technologies existants, les débats ou les instruments techniques ou politiques donnent forme aux choix technologiques et énergétiques. Les auteurs inscrivent leur plaidoyer dans une approche socio-technique. Ils proposent pour identifier les questions et les pistes de recherche possibles le concept d’entrelacs des faits scientifiques et technologiques, de l’économie et de la politique, en soulignant que la technologie est inscrite dans le social et ne le détermine pas mécaniquement. Inversement, ce qu’il faut étudier, ce sont des encastrements entre les technologies énergétiques et différentes dimensions du social. Continuer la lecture

Les villes du Moyen Orient à l’aube d’un printemps durable?

Congestion automobile dans le centre d’Amman (via CODATU)

La question pourra apparaître un peu rhétorique, voire naïve, en ces temps où les médias nous laissent espérer un consensus à la CPO 21. Pourtant, il semble acquis que c’est plutôt vers un été durablement torride (voir article du Guardian) que ces villes se dirigent…

Je participerai à cette table ronde organisée à Lyon par le CODATU (engagé dans la promotion des transports durables) et le CNAM-Rhones Alpes, le 18 novembre prochain à 17h. L’enjeu est aussi de souligner les dimensions sociales de la durabilité. Ce sera pour moi l’occasion de revenir sur les résultats d’un programme de recherche dirigé par Pierre-Arnaud barthel, et qui a abouti à la publication du dossier Villes arabes, villes durables? dans la revue Environnement urbain/Urban Environment, en libre accès en ligne. Voici le programme:

  • M. Eric Verdeil, Chercheur CNRS rattaché au LATTS (Paris) qui fera une intervention intitulée : Le durable dans les villes du Moyen-Orient : changement de paradigme ou cache-misère ?
  • M. Didier Boudon, Directeur de projet chez Egis Rail (Lyon, Direction des études amonts et de l’innovation) fera une intervention intitulée : Le métro de Riyad, un projet pharaonique au pays de l’Or Noir.
  • M. Eliott Ducharme, Assistant de projet à CODATU qui fera une intervention intitulée : Le transport artisanal à Amman (Jordanie) face au paradigme du développement durable, entre altérité et nécessité.

Il est nécessaire de s’inscrire via le formulaire sur site du CODATU. La rencontre aura lieu les locaux du CNAM Rhône-Alpes (Cnam Rhône-Alpes / le Cubix / salle 4
4 rue Ravier 69007 Lyon (Métro ligne B – station Jean Jaurès)

Energies urbaines : le gaz de ville à Istanbul, Le Caire et Sfax

J’avais signalé sur ce carnet les travaux de master de mes étudiants Elvan Arik, Jimmy Markoum et Hugo Bolzon, sur les enjeux du développement de réseaux de gaz dans les villes d’Istanbul, du Caire et de Sfax, ainsi que sur les conflits qui en résultent. Un article synthétique reprenant ces résultats a été récemment publié dans la revue Energy Policy. Il est accessible via Hal. Il s’agit d’un dossier thématique reprenant les principales conclusions d’une vaste et ambitieuse recherche collective pilotée par Jonathan Rutherford et Sylvy Jaglin, sous les noms de TERMOS et GOUVENUS (respectivement ANR Suds et projet soutenu par l’Université Paris-Est). Un autre volet de cette recherche avait été publié dans FLux en 2013 sous le titre Villes et énergies en pays émergents.

Verdeil, Éric, Elvan Arik, Hugo Bolzon, et Jimmy Markoum. 2015. « Governing the transition to natural gas in Mediteranean Metropolis: The case of Cairo, Istanbul and Sfax (Tunisia) ». Energy Policy, 78 (3), pp.235-245.

Voici le résumé:

Recent scholarship on urban energy governance has focused on low carbon energy strategies seen as a response to climate change and energy pressure threats. But such approaches tend to overlook the situations of cities from the Global South and emerging countries concerned with strong energy demand growth. The development of urban natural gas networks is an understudied response to such a challenge. Focusing on three cities, Istanbul, Cairo and Sfax (Tunisia), the article analyses the factors and the governance of these energy transitions. It uses a geographical approach to such processes that highlight the mutual influence of the territory in its material and political dimensions and of the policy goals and tools in the implementation. The development of urban gas networks rests upon the proximity of gas deposits. It is determined by metropolitan strategies for economic development as well as by programs aiming to cut energy subsidies. Though urban gas networks have a strong potential for restructuring the physical and social landscapes in cities, the dominant commercial approach taken by energy utilities and morphological constraints in the urban fabric limit their universalization. Natural gas is part of a mix of energies at the urban level and often competes with other energy forms, specifically renewables (like solar water heaters). Lastly, the development of urban natural gas networks sparks heated politics in relation to unfulfilled energy demand and affordability.

Les problématiques énergétiques de la Jordanie

A lire sur le site Les clés du Moyen Orient cet entretien réalisé par le journaliste Olivier de Trogoff, en marge du colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe. On lira aussi avec intérêt l’entretien avec Bernard Cornut, autre participant au colloque, sur un sujet proche.

Q°: Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Lire la suite

Energy and Cities in Emerging countries: challenging the transition narrative

tripoli-panneauxsolairesred

Solar water heater and photovoltaic panels in Qalamoun near Tripoli (Lebanon). July 2014

I will participate to the Royal Geographical Society Conference in London on the 29th August, with Sylvy Jaglin, in the session Energy, city, representation: interrogating the (new) geo-eco-politics of the city convened by Oleg Golubchikov (Cardiff University),
Federico Caprotti (King’s College London), Mike Hodson (University of Manchester)

Summary
The paper draws lessons from 6 cases – Dehli, Istanbul, other Turkish cities, Cape Town, Buenos Aires and Sfax, Tunisia. It discusses the notion of energy transition based on empirical studies in these cities. We challenge the idea of a convergence in the trajectories of energy related changes between the cities, and hence question the consistence of the idea of transition as a unique model. We observe that changes in local energy systems are very much correlated to local social, political, infrastructural of material contingencies. Beyond this, we also critically examine the idea that the urban authorities take a major part in the energy governance and find almost no clue of this fact, given that energy systems remain controlled by state institutions and private actors. But this doesn’t mean that cities remain inert. Specifically, we point out that cities are increasingly the site of multifaceted processes of social and political mobilization about energy issues, specifically about energy securitization, about access to energy and energy tariff in a context of mass poverty, and about energy efficiency and energy saving programs.
All information on the session to be found here.
Our paper is an English version of the Intro paper of the recent issue of Flux on Villes et énergies dans les pays émergents. Don’t hesitate to ask for the French or the English version of the text.

Quel modèle de décentralisation des services urbains en Tunisie ?

Je participerai le 6 juin prochain au séminaire organisé par l’association tunisienne des urbanistes, la direction générale des collectivités locales et l’unité de recherche Droit et gouvernance.

AFFICHE -ATU

Argumentaire

La question territoriale a été au cœur de la révolution tunisienne. Les déséquilibres régionaux et les difficultés d’accès à l’emploi et aux services ont dès lors fait partie des thèmes les plus médiatisés sur la scène politique de l’après 14 janvier 2011. La décentralisation a rapidement figuré comme un principe phare des réformes, d’abord dans les programmes des principaux partis en course vers la constituante (ANC) et ensuite dans les orientations dégagées des travaux de l’ANC. L’approbation de la constitution de janvier 2014, et notamment son chapitre 7 sur le Pouvoir Local constitue le couronnement du consensus sur la décentralisation.

Aujourd’hui, la Tunisie a atteint un second palier dans sa course à l’instauration d’un système décentralisée avec l’affirmation des principes  de décentralisation, de subsidiarité, de libre administration des collectivités et de participation citoyenne aux affaires locales. Et en même temps, un chantier est ouvert, celui de la préparation de l’opérationnalisation de la réforme.

Dans cette perspective, et dans l’attente de la mise en place de structures chargées de mener les débats et les travaux sur les orientations des réformes de décentralisation, l’Association Tunisienne des Urbanistes en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales, et l’unité de recherche Droit et Gouvernance et avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, organise un séminaire  de réflexion sur les enjeux liés à la décentralisation des services urbains. L’objectif principal étant de rassembler chercheurs, experts et parties prenantes dans des discussions sur les thématiques clés de la réforme, afin de délimiter les contours des grandes questions à traiter. Le sujet principal qui sera débattu dans ce séminaire concerne les modèles possibles d’organisation des services urbains conformément aux nouveaux principes constitutionnels, en partant de l’organisation actuelle de ces services, ainsi que les problématiques que ces modèles suscitent.

Ma participation s’inscrit dans la suite d’une étude menée entre juin et juillet 2013 avec Sami Yassine Turki, de l’ISTEUB (et président de l’ATU), sur la décentralisation en Tunisie, dans le cadre plus large d’une recherche coordonnée par le Lebanese Centre of Policy Studies, à paraître très prochainement sous le titre suivant : Harb M., and Atallah S. (eds.), 2014, Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization Experiences in the Arab World Beirut: LCPS. (en arabe, mais la version anglaise sera téléchargeable sur le site du LCPS). Un résumé de cette étude est disponible ici :Mona Harb et Sami Atallah, Decentralization in the Arab World Must be Strengthened to Provide Better Services, Policy Brief, LCPS

En attendant, notre étude est disponible ici: Turki_Verdeil_Decentralisation_Tunisie_final-PDF (version française).

Matières et énergies : un renouveau géographique ?

Ouvrages commentés

Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2013. Atlas mondial des matières premières: des ressources stratégiques. Paris, France: Autrement, 96 p.
Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2014. Energies et minerais. Des ressources sous tension. Paris, France: la Documentation française, 64 p.

Bernadette Mérenne-Schoumaker, géographe des activités économiques et de l’énergie, publie deux petits ouvrages largement illustrés sur les matières premières. Pour qui s’est ennuyé, naguère, sur les bancs de ses classes de géographie, à l’étude ingrate du catalogue des productions minières, industrielles et agricoles des grandes puissances, quelle surprise que de voir ces thèmes faire leur entrée dans ce type de collection, dont le développement témoigne d’un intérêt soutenu du public pour les synthèses sur les grands enjeux économiques et géopolitiques contemporains. Cela s’explique, bien sûr, par la montée des interrogations et des inquiétudes autour du développement durable, et des impasses dans la gestion des ressources et de l’environnement planétaire, ainsi qu’ à leurs conséquences, comme le réchauffement climatique. Plus récemment, les questions du pic pétrolier et de la raréfaction des métaux ont également fait leur apparition dans les débats publics, faisant surgir des craintes quant aux effets des pénuries annoncées.
Dans l’Atlas des matières premières, Mérenne-Schoumaker adopte une définition large de ces produits, qui ont en commun leur rareté (ces matières peuvent être renouvelables ou non), leur caractère indispensable à l’homme et leur inclusion dans des logiques de marché et d’échange. Aux minerais et aux ressources énergétiques, elle adjoint les productions agricoles, de l’exploitation forestière et de la pêche, ainsi que l’eau. L’ensemble de ces matières est soumis à des tensions, voire à un risque d’épuisement. Les deux premiers chapitres livrent un bilan des tendances concernant leur production et leur localisation. Ils sont suivis d’une analyse des conséquences de la hausse continue de la demande et du difficile et couteux ajustement de l’offre, qui impliquent une augmentation des échanges commerciaux. Le caractère fini de ces ressources est souligné, ainsi que les dégradations environnementales que cause leur exploitation. L’auteur montre toutefois la complexité à définir les réserves et les stocks, en fonction de paramètres naturels (géologiques, pédologiques, hydrologiques…) mais aussi technologiques, économiques et politiques. L’économie des matières premières est ensuite examinée, notamment sous l’angle de la volatilité des prix et d’un contexte haussier, aux conséquences sociales redoutables. Mérenne-Schoumaker met en avant la libéralisation commerciale et financière des échanges mais exprime un avis nuancé sur le rôle de la financiarisation dans les emballements de prix, préférant insister sur l’enjeu de la hausse de la demande des pays émergents, notamment la Chine. Le dernier chapitre explore les tensions géopolitiques qui résultent de cette course aux matières premières. Si elles sont rarement la cause unique des guerres contemporaines, elles favorisent leur poursuite (comme en Afrique centrale). L’auteur examine quelques solutions possibles pour atténuer son impact social et économique sur les sociétés et les inégalités croissantes qui les traversent, à l’échelle mondiale autant que continentale et nationale. Les pistes envisagées privilégient la réduction des consommations, notamment au nord, ainsi que le « mieux consommer ». Le recyclage se heurte à des difficultés techniques et économiques et n’atténuera que faiblement l’épuisement qui se dessine.
Le dossier de la Documentation photographique, limité aux énergies et aux minerais, reprend ces grandes idées, dans un ordre différent et avec d’intéressantes photographies, extraits d’articles de presse et renvois vers des films et sites internet utiles.
Les deux ouvrages n’échappent pas à une présentation parfois fastidieuse en forme de catalogue – mais on admettra que la lecture suivie n’est peut-être pas le principal mode de consultation par les lecteurs. La cartographie et l’infographie sont évidemment riches et utiles, même si certaines cartes sont peu probantes et d’une sémiologie discutable (par ex. dans l’Atlas, l’agriculture en France et la pollution de l’eau, p.51, ou les investissements chinois dans l’énergie, les minerais ou l’agriculture en Afrique p.73).
Les limites de ces publications – liées sans nul doute à leur format – résident dans le fait qu’elles se contentent d’un traitement à l’échelle mondiale, et sont centrées principalement sur la production et les échanges (sous l’angle économique). L’atlas des matières premières montre peu d’intérêt pour les processus géographiques concrets et les paysages de cette géographie des matières premières. La Documentation Photographique est à cet égard un utile complément grâce à ces illustrations et à des études de cas localisées. On peut regretter toutefois que les deux ouvrages tirent peu parti de récents travaux de recherche qui se sont intéressés à ces questions et ont beaucoup apportés à leur étude, à travers ce qui peut être lu comme un tournant matériel, même s’il n’est pas toujours revendiqué (par exemple, Magrin 2008; Magrin et Perrier-Bruslé 2011) ou ce qui se revendique en tant qu’écologie politique dans le monde académique anglophone (par exemple Bridge 2010). Ces travaux non seulement s’intéressent aux « matières » en général, mais plus largement, s’attachant aux contraintes et ressources liées à cette matérialité même, ils étudient la manière dont cette dernière est construite et spatialement produite par des processus techniques, mais aussi juridiques, institutionnels et culturels, et à ce titre politisée – non seulement par les grands acteurs internationaux mais aussi et avant tout au cœur des sociétés et dans la vie quotidienne. La relative absence des manifestations localisées proprement politiques de ces tensions – au-dela du débat finalement classique sur les nouvelles guerres de l’eau, du pétrole ou des diamants – est ce qui manque le plus à ces ouvrages.

Références citées

Bridge, Gavin. 2010. « The Hole World: Scales and Spaces of Extraction ». In New Geographies 2: Landscapes of Energy, édité par Rania Ghosn, 43‑48. Harvard Graduate School of Design (voir ce précédent billet).
Magrin, Géraud. 2008. « L’Afrique sub-saharienne face aux famines énergétiques ». EchoGéo, no 3 (février).
Magrin, Géraud, et Laetitia Perrier-Bruslé. 2011. « Nouvelles géographies des activités extractives ». EchoGéo, no 17 (octobre).

Autres billets sur des atlas et des questions de cartographie

Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerte

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales. Continuer la lecture