Archives de catégorie : énergie

Compte rendu de Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South, livré dirigé par Olivier Coutard et Jonathan Rutherford

Ma recension du livre Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South dirigé par Olivier Coutard et Jonathan Rutherford vient d’être publiée. Référence complète:

Verdeil, Eric. 2017. ‘Oliver Coutard and Jonathan Rutherford (Eds.) 2016: Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South. London: Routledge’. International Journal of Urban and Regional Research 41 (6):1031–32. https://doi.org/10.1111/1468-2427.12573.

This collection comprises eleven chapters exploring the post-network city hypothesis. Editors Olivier Coutard and Jonathan Rutherford––both from LATTS, a research unit at Paris-Est University––began developing this idea a decade or so ago. The book represents a collective, sometimes contradictory, effort to explore and discuss the scope of a set of interrelated transformations affecting infrastructure and cities. All the chapters seek to challenge the domination of the network as a material infrastructure, an ideology and the object of political economy. According to the editors, the currently observed changes helping to define the post-networked city comprise ‘a shift from … homogeneity’ to ‘diversity (and targeted selectivity) of infrastructural spaces; reconfigurations and rescalings in the “spaces of solidarity” … (large scale solidarities are recombining with forms of local “autonomy”); socio-spatial solidarity increasingly based on the division of resources …; a shift from collective to more individualised or diversified practices, norms and expectations’ (which leads to ‘customized infrastructure’); ‘the rise of new forms of individual and collective appropriation of infrastructure’; and ‘international and interurban circulation of models supporting these shifts’ (p. 7).

This research endeavor largely unfolds from debates initiated by the book Splintering Urbanism. Many authors who took part in those discussions, including Stephen Graham and Simon Marvin, feature in this book. The book comes back in a way to the interpretation of the causal link between the neoliberalization of infrastructure and urban fragmentation. The literature on global South cities highlights the fact that the modern infrastructural ideal was barely implemented in such cities and points instead to the prevailing infrastructural diversity. Research on urban environmental change and urban political ecology has also emphasized that the production of infrastructure is a strongly politically contested process which may result in unexpected changes in the way infrastructures are conceived and implemented, and in their urban impact. Specifically, environmental concerns for the preservation of resources and a more circular economy have garnered support in many cities. This, in turn, is believed to favor the advent of a post-network city.

A strength of the book is the wide diversity of case studies it uses to discuss this hypothesis. Regarding infrastructure, we find case studies on water supply, sanitation, waste collection and treatment, electricity and heat supply, as well as roads and (more surprisingly) volumetric urbanism (i.e. domes or––to use a phrase of Simon Marvin’s––‘domic ecologies’). Geographically, the case studies located in the global South (Vietnam, India, Brazil and Columbia, plus a broader review of sub-Saharan African cases) balance out those located in Europe (Paris, Berlin, Manchester, Birmingham and Aberdeen) and the US.

The main development emergent from the chapters is a shift from the post-network city hypothesis to what is encapsulated by the book’s title: ‘beyond the networked city’. ‘Shifting forms of infrastructure never consist of big, paradigm-busting transitions from one large technical network to another’ (p. 6), observe the editors. Instead, the authors depict incremental changes, small-scale adjustments and repairs, experiments and sometimes failures. The hypothesis helps us to properly address the diversity and coexistence of infrastructural systems that the chapters identify, illustrating the waning of exclusive belief in the network as the sole way to legitimately access urban services. In this respect, the experience of infrastructural diversity in the global South is very illuminating, at a time when many local authorities are beginning to recognize the contribution of non-networked solutions to resource delivery imagined by urban dwellers themselves. But what Sylvy Jaglin describes as ‘a pragmatic turn’ (that she identifies in African cities) doesn’t mean that the network disappears from the aspirations of urban dwellers and city officials.

This trend towards diversity of infrastructural systems is also evident in cities of the global North, albeit less strikingly so than in the global South. There is, for instance, the recent promotion of heating districts in the UK, or the rediscovery of the value of the non-potable water network in Paris. In the UK, as well as in Berlin, the promotion of shorter circuits connects two arguments: one that envisions energy decentralization as a democratic development empowering local actors; and one that sees these new circuits as more environmentally sound. This argument is to be found in the European case studies alone. These examples also demonstrate how misleading the notion of post-network can be, since all these infrastructural systems still rely on networks: some at a meso-scale (heating districts), others still at city scale (Paris, Berlin). Barles et al. even propose the notion of ‘the hyper-networked city’ to acknowledge this fact. Other chapters also point to the fact that these networks in fact exceed the scale of the city, rendering the study of ‘infrastructural hinterlands’ essential.

On a final note, the editors stress that ‘the socio-political significations of ongoing urban infrastructural transitions [are] fundamentally ambivalent’ (p. 21). In some cases, they seem to reinforce neoliberal trends and social polarization, while in others they are seen as serving progressive agendas. Taking the case of Mumbai, Graham et al. analyze hydropolitics as the expression of a ‘revanchist urbanism’ by urban elites targeting illegal, as well as legal but provisory, connections in slum areas. De-networking the poor is the counterpoint of strategies of infrastructural secession among the middle and upper classes, thanks to rainwater harvesting and grey-water recycling. Jaglin interprets the African ‘infrastructural pragmatic turn’ in less dramatic terms. For her, legalizing ‘hybrid delivery configurations [is] a way for African state authorities to negotiate the urban transition: a partial regularisation of the informal sector facilitates the provision of essential services, in exchange for a civil order that also benefits the urban elites and dominant classes’ (pp.193–4), because they are among the customers of the new hybrid infrastructures. Several chapters also highlight (in contrast to the trend towards privatization) the increased role for public authorities in dealing with and planning for more diverse infrastructural systems.

Soundly grounded in theory, this book builds on rigorous and diverse case studies. It innovatively highlights the mutually constituting relations between changing infrastructure and urban environments. Its prudent conclusions open up avenues for future research focusing on the global inflexions of urban paradigms while also willing to grant due consideration to situated and contextualized trends.

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?

J’étais l’invité, le vendredi 17 novembre 2017, de l’Institut méditerranéen d’études avancées (IMéRA) à Marseille dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme « Phénomènes globaux et régulation » de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

Voici le résumé de mon intervention:

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?
Cette présentation articule des questionnements et des résultats de mes enquêtes dans deux programmes de recherche (ANR Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud; ANR Collener: Les collectifs de la transition énergétique) ainsi que des réflexions plus larges issus de mon habilitation à diriger des recherches.
La réflexion s’ancre dans un cadre théorique dérivé de l’écologie politique urbaine, telle que Swyngedouw en particulier la conceptualise, pour aborder les tensions et les reconfigurations des circuits énergétiques urbains. Ce faisant, l’enquête poursuit deux objectifs : saisir les mutations affectant les relations entre villes et énergies dans le double contexte du tournant néolibéral, et de la transition énergétique ; évaluer les apports pour les études urbaines et pour les sciences sociales d’une analyse de ces questions à partir de villes du Sud. Les exemples sont principalement pris au Liban, en Jordanie et en Tunisie, ainsi que, secondairement, dans les autres pays du sud et de l’est de la Méditerranée. Ces travaux partent du constat de tensions grandissantes, dans ces villes en forte croissance démographique et marquées par l’émergence de nouveaux modes de consommation, autour de la question énergétique qui se manifestent en particulier par des coupures et des difficultés d’accès inédites, ainsi que des hausses tarifaires. Alors que la transition énergétique est présentée, dans les pays du Nord et par les organisations internationales, comme un nouveau cadrage politique structurant, impliquant notamment un rôle accru des métropoles, mes enquêtes montrent une situation très complexe. Si les tensions existantes, qui se manifestent en particulier dans les villes, attestent d’une politisation accrue de la question énergétique, en revanche il est difficile de percevoir l’émergence de véritables politiques énergétiques urbaines. Les Etats restent les accords majeurs de l’action énergétique. De plus, l’impératif de la transition vers des énergies bas carbone et l’efficacité énergétique apparaît brouillé au regard d’autres priorités, qu’elles concernent la sécurisation énergétique, la régulation sociale de l’accès aux services par les tarifs, ainsi que des discours nationalistes, anti-colonialistes voire anticapitalistes qui relèguent les aspirations environnementales au second rang. Dans ce cadre, quel statut conceptuel attribuer à la transition énergétique? 

On peut revoir la vidéo de mon intervention (ainsi que les diapositives utilisées), qui dure environ une heure (à partir de 7 mn 30 environ), suivie de questions (une heure environ aussi).

Vidéo intégrale du séminaire « Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique? » par Eric Verdeil (CERI-Sciences Po) enregistré le 17 novembre 2017, à l’IMéRA.

Parution : Circulation des matières, économies de la circularité

J’ai le plaisir de signaler la parution du dernier numéro de Flux, consacré à Circulation des matières, économies de la circularité, que j’ai coordonné avec Romain Garcier et Laurence Rocher, dans la lignée de nos travaux au sein d’ACREOR qu’ils poursuivent avec bonheur au sein de l’Atelier Matières, énergie, déchets: flux et territoires de l’UMR 5600.
Voici le résumé du texte introductif et, ci-dessous, la table des matières.

Ce texte d’introduction au dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

Table des matières

Olivier Zeller, Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Aurélie DumainLaurence Rocher, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost

Pierre Desvaux, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France

Romain J. GarcierFanny Verrax, Critiques mais non recyclées : expliquer les limites au recyclage des terres rares en Europe

Laëtitia Mongeard, De la démolition à la production de graves recyclées : analyse des logiques de proximité d’une filière dans l’agglomération lyonnaise

Questions d’énergie à la Royal Geographical Society Conference 2017

Je participerai à deux panels à la Royal Geographical Society Conference 2017 à Londres le 30 août prochain.

Le premier panel s’intitule Scar-Cities: Middle East urbanisms between violent environments and disrupted governance et est organisé par Nathan Marom. Mon papier s’intitule:

« Securitizing urban electricity supply: a political ecology perspective on Jordanian and Lebanese cases »

Un générateur électrique de la société privée Kahraba Jbeil, ou quand le capitalisme familial impose son monopole

Building upon the concept of urban political ecology (Swyngedouw 2006), I apply this framework to the understanding of the flows of energy in the cities of Beirut and Amman and specifically to electricity. Supplying these cities with electricity implies the creation of new circuits that are both material and socio-political. In Amman, one of the projects elaborated to cope with the growth of energy demand is to build a nuclear plant in the « desert » nearby Amman. This project, now allegedly in the final studies, has experienced many episodes and delays. In Lebanon, the citizens facing regular and long lasting blackouts have been relying for more than twenty years on generators operated by various local, mostly informal and commercial-oriented small firms, and now local capitalist companies seeking to push a privatization policy. At a first glance, both situations seem very different in scale and in the type of actors involved. But in both cases, these new circuits are heavily contested and redistribute agencies of power in ways that empower some local actors but that, at the same time, erode solidarity at the city and national level.

Ce papier reprend un chapitre en cours de publication dans le Routledge Handbook for Middle Eastern Cities, dirigé par Haim Yacobi et Nsasra Mansour.

Dans ce même panel, Elvan Arik présentera des éléments de son travail sur les nouvelles géoraphies du chauffage à Istanbul: Heating scarcity: natural gas and the politics of unjust energy transition in Istanbul

Mon deuxième panel sera Urban Energy in the Global South. J’y présenterai avec Sylvy Jaglin le papier suivant : « Electric hybrids: emerging forms of energy transition in southern cities ». Il s’agit d’introduire un projet qui vient d’être financé l’ANR (p.19), excellente nouvelle pour les quatre années à venir… Voici le résumé:

Cities in the developing and emerging countries experience many problems of electricity supply, which conventional responses such as extending the grid cannot fix. Therefore, collective and individual alternatives develop, such as decentralized and hybrid systems. Applying the concept of hybridization to socio-technical studies, the paper articulates a proposition to study them and to evaluate their impact on the future of the electricity system, assuming they represent an emerging but unstudied form of energy transition. This paper exposes the hypotheses that guide a 4-year research which intends to empirically study these emerging configurations (by surveying the actors of the market and the regulation practices) and assess their impact on usual understandings of the transition. We review three main paradigms that have dominated energy research in the South (rural electrification and off-grid contribution; the post-networked city; the infrastructuralisation hypothesis) and we develop our own hypothesis: that of a long lasting hybridization of electrification configurations fueled by the emergence of off-grid devices and logics of unachieved « infrastructuralisation ». This hybridization hypothesis differs from assumptions of substitution as well as from ideas of « incremental infrastructure » or « deliverance palliative », based on the idea of improvisation and social collaboration, which refers mainly to « practical norms”, such as the electric poaching. Our proposal instead focuses on the emergence of collective solutions, socially more structuring, technically more complex and temporally more durable. The main challenge is not technical (solutions exist and new ones are always invented) or social (in spite of poverty), it relates to the association between the two: that is to say their assemblage into functional socio-technical systems of supply and the strength of institutions in charge of their management and their regulation. Our hypothesis goes that there is no single assemblage model, each being enshrined in its environment. Our presentation will illustrate the potential of the hypothesis based on cases in Lebanon and South Africa, and present other fieldwork where we intend to develop it.

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

L’énergie, nouvelle question urbaine dans le monde arabe

Masdar City, à 25 km du centre-ville d’Abu Dhabi, écoville modèle ou supposé. Largement alimentée par les énergies renouvelables (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d’énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraîchir l’atmosphère, ailleurs aussi des jeux d’eau)

Je présenterai, le 28 octobre 2017 à 16h, dans le cadre de la semaine arabe de l’ENS sur le thème « Les villes arabes » un exposé sur : L’énergie, nouvelle question urbaine dans le monde arabe.

Je parlerai bien sûr des coupures d’électricité et des générateurs à Beyrouth et dans les autres villes du Liban, du projet de centrale nucléaire en Jordanie, du développement du solaire ici et là, et notamment dans les Emirats arabes unis.

Au plaisir de vous y voir. Pour moi, la semaine arabe de l’ENS, c’est un peu souvenir souvenir…

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

L’énergie des sciences sociales: un bref compte rendu

Voici en avant première avant sa publication par la revue Flux un petit compte rendu de NADAÏ A., LABUSSIÈRE O. (éd.), 2015, L’énergie des sciences sociales, Paris, Athéna, 156 p. Ce compte rendu prolonge nos échanges dans le cadre du projet COLLENER qui s’achève ces jours-ci.

Ce petit ouvrage, dont la diffusion papier confidentielle est heureusement compensée par sa publication en ligne, est issu d’un rapport d’un groupe de travail piloté initialement par Sandra Laugier et Sébastien Velut pour l’Alliance Athéna dont l’objectif est de susciter la mobilisation des sciences sociales françaises autour de nouveaux objets, en dialogue autant que faire se peut avec les autres domaines de la connaissance. Coordonné et révisé par le sociologue de la technique Alain Nadaï et le géographe Olivier Labussière, a fini par prendre la forme d’un manifeste pour des sciences sociales de l’énergie et propose un balisage des chantiers à ouvrir dans ce champ. Le propos tenu est ambitieux: les auteurs rejettent la relégation usuelle des sciences sociales dans « l’aval » des politiques énergétiques, dans l’étude des impacts, de l’acceptabilité et des comportements déviants mal anticipés, à corriger ou éduquer. Ils revendiquent au contraire pour elles un rôle en amont des processus décisionnels, à travers la prise en compte de la manière dont les valeurs, les pratiques et les processus d’appropriation des technologies existants, les débats ou les instruments techniques ou politiques donnent forme aux choix technologiques et énergétiques. Les auteurs inscrivent leur plaidoyer dans une approche socio-technique. Ils proposent pour identifier les questions et les pistes de recherche possibles le concept d’entrelacs des faits scientifiques et technologiques, de l’économie et de la politique, en soulignant que la technologie est inscrite dans le social et ne le détermine pas mécaniquement. Inversement, ce qu’il faut étudier, ce sont des encastrements entre les technologies énergétiques et différentes dimensions du social. Continuer la lecture

Les villes du Moyen Orient à l’aube d’un printemps durable?

Congestion automobile dans le centre d’Amman (via CODATU)

La question pourra apparaître un peu rhétorique, voire naïve, en ces temps où les médias nous laissent espérer un consensus à la CPO 21. Pourtant, il semble acquis que c’est plutôt vers un été durablement torride (voir article du Guardian) que ces villes se dirigent…

Je participerai à cette table ronde organisée à Lyon par le CODATU (engagé dans la promotion des transports durables) et le CNAM-Rhones Alpes, le 18 novembre prochain à 17h. L’enjeu est aussi de souligner les dimensions sociales de la durabilité. Ce sera pour moi l’occasion de revenir sur les résultats d’un programme de recherche dirigé par Pierre-Arnaud barthel, et qui a abouti à la publication du dossier Villes arabes, villes durables? dans la revue Environnement urbain/Urban Environment, en libre accès en ligne. Voici le programme:

  • M. Eric Verdeil, Chercheur CNRS rattaché au LATTS (Paris) qui fera une intervention intitulée : Le durable dans les villes du Moyen-Orient : changement de paradigme ou cache-misère ?
  • M. Didier Boudon, Directeur de projet chez Egis Rail (Lyon, Direction des études amonts et de l’innovation) fera une intervention intitulée : Le métro de Riyad, un projet pharaonique au pays de l’Or Noir.
  • M. Eliott Ducharme, Assistant de projet à CODATU qui fera une intervention intitulée : Le transport artisanal à Amman (Jordanie) face au paradigme du développement durable, entre altérité et nécessité.

Il est nécessaire de s’inscrire via le formulaire sur site du CODATU. La rencontre aura lieu les locaux du CNAM Rhône-Alpes (Cnam Rhône-Alpes / le Cubix / salle 4
4 rue Ravier 69007 Lyon (Métro ligne B – station Jean Jaurès)