Archives de catégorie : élections

La participation aux élections tunisiennes : un regard géographique

Dans un billet du 29 novembre de son carnet La course vers la Maison blanche, intitulé « Démocratie et taux d’abstention » l’américaniste Elisabeth Vallet souligne les ambiguïtés des commentaires sur l’abstention qui caractériserait les élections américaines, souvent estimée à des niveaux d’environ 70%. Ce faible taux est souvent utilisé pour critiquer implicitement la faible représentativité des dirigeants élus dans ce pays. Elle fait observer que, à strictement parler, cette utilisation de la notion d’abstention est infondée car le taux d’abstention désigne le rapport entre le nombre d’inscrits qui n’ont pas voté et le nombre total d’inscrit (soit le complémentaire du taux de participation). Or, dans le cas états-unien, le taux de participation se monte en moyenne à environ 70%, c’est à dire qu’il est tout à fait comparable à ce qu’on observe dans d’autres démocraties occidentales. Ce qui est donc davantage à interroger, c’est donc plutôt la faible proportion des inscrits sur les listes électorales et, en arrière-plan, l’extrême diversité locale des modes d’inscription sur les listes, dont l’imbroglio floridien en 2000 constitue la plus mémorable illustration, comme elle le rappelle. Mais il ne faudrait pour autant pas en conclure à l’absence de vitalité démocratique aux Etats-Unis. Un élément nouveau sera la possibilité désormais offerte du bulletin de vote temporaire (provisional ballot) qui permet à tout électeur qui se présente sans être inscrit de voter. Dans ce contexte, la mesure de la participation par le ratio classique devient plus compliquée. Continuer la lecture

Cartographie électorale de la Tunisie

Sous le pseudonyme d’El Kasbah, un facebookien tunisien met en ligne un dossier cartographique et infographique fort intéressant sur les résultats des élections du 23 octobre (accès ouvert).

Basées sur les résultats publiés par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), les données utilisées ne sont pas exemptes de défauts. Seules sont disponibles les nombres de voix sur les partis qui ont obtenus des sièges. Cela fausse la représentation d’un vote très dispersé. Mais l’auteur est conscient de ce problème et propose diverses analyses pour contourner cet écueil.

Les commentaires très nombreux – et les réponses de l’auteur – apportent dans de nombreux cas des compléments utiles. Facebook non plus comme miroir égotique mais comme le meilleur d’un dispositif citoyen et participatif.

J’en extrais deux figures qui, avec leurs commentaires, me paraissent fort instructives. Continuer la lecture

Révolution et décentralisation en Tunisie : les chantiers des géographes tunisiens

La dimension territoriale de la révolution tunisienne

Ce carnet s’en est fait plusieurs fois l’écho ces derniers mois (voir ces billets), la dimension territoriale a constitué un point central de l’analyse de la révolution tunisienne. A ce titre, elle a attiré les commentaires de plusieurs géographes. Le dernier en date est celui de Abdelkrim Daoud dans Echogéo, paru ces jours-ci (rubrique Sur le vif).

Il commence par un rappel de l’évolution des politiques d’aménagement du territoire qui souligne le tournant libéral adopté depuis les années 1990. Ces politiques se sont traduites par une métropolisation et une littoralisation marquées, et ont pénalisé les régions de l’intérieur. L’auteur, géomorphologue, a consacré une bonne partie de ses recherches à ces régions, soulignant notamment les conflits autour de la répartition de l’eau. Dans les mois qui viennent de s’écouler, ces questions deviennent des conflits ouverts, et l’on voit par exemple les habitants de la région de Sidi Bouzid menacer de couper une conduite d’eau traversant leur territoire vers la grande agglomération de Sfax si leurs besoins en eau ne sont pas satisfaits.

L’auteur en appelle à une politique d’aménagement du territoire refondée. Pour cela, il invoque notamment une décentralisation offrant aux municipalités et aux régions des outils et des moyens pour déterminer leurs propres politiques d’aménagement. Pour lui, l’Etat devrait continuer d’apporter son soutien financier, sous la forme d’une péréquation fiscale, et permettant précisément aux collectivités territoriales refondées de devenir des acteurs. Les investissements privés devraient également selon lui prendre leur part à ce rééquilibrage. Cet appel rejoint les positions défendues par l’association des urbanistes tunisiens, dont je rendais compte en avril dernier. On sait que c’est également l’objet d’un prochain colloque organisé par l’ISTEUB.

La contestation de l’Etat dans les périphéries tunisiennes

Cette vision conciliant autonomie locale et rééquilibrage est pourtant bien peu « politique » et ne donne guère de place à la réalité des revendications des populations locales. L’actualité des régions intérieures tunisiennes est bouillonnante. Les institutions gouvernementales, notamment les gouvernorats et la police, y ont été plusieurs fois prises pour cibles de mécontentement voire d’émeutes ces derniers mois (ex. à Métlaoui). Les entreprises privées ont été forcées d’intégrer, sous la contrainte d’un chantage souvent violent, des jeunes, diplômés ou non, au chômage (voir par exemple quelques articles concernant British Gas ici et là). Quant aux administrations et entreprises publiques, elles ont également été priées d’élargir leurs effectifs dans des proportions très importantes, notamment les régions périphériques (25000 emplois publics et 10000 recrutements dans les entreprises publics, voir cet article de la Presse de Tunisie).

Malgré ces mesures, le mécontentement reste vif. La politique suivie par le gouvernement de transition, non élu et qui n’a pas clairement rompu avec les anciennes élites, notamment administratives, est perçue comme contre-révolutionnaire par certains. Je n’assure pas une veille systématique sur ces questions mais ici et là, on perçoit ce malaise. Pour en avoir un témoignage direct, on peut par exemple se référer deux billets récents sur la situation à Kasserine, une de ces villes de l’intérieur (ici et ). La dimension « tribale » y est notamment mise en avant pour souligner les faiblesses de la construction nationale tunisienne et le défaut d’adhésion à l’Etat, voire la contestation ouverte de ce dernier. C’est là un point que les géographes (notamment tunisiens) n’ont guère étudié dans leurs travaux.

Une géographie électorale à suivre

Il est difficile d’émettre un pronostic sur le résultat des élections constituantes qui auront lieu le 23 octobre. Les préparatifs de la campagne, qui sera lancée le 1er octobre, vont bon train. A Tunis ou à Sfax, des banderoles signalant les permanences des partis et des slogans partisans sont affichées aux murs et dans leur diversité et leur désordre (tout relatif), elles offrent un réjouissant contrepoint à ce qu’était la triste iconographie du culte de la personnalité à l’époque de Ben Ali. Pour autant, l’effervescence politique qui prévaut dans le pays s’est traduit par un émiettement considérable de l’offre politique. Plus de 100 partis ont été déclarés.

Les coalitions de partis politiques (cc: fhimt.com)

Certes, on peut identifier cinq grands courants, bien résumés à travers l’infographie ci-dessus, sur le site fhimt.com. Mais malgré ces convergences idéologiques, il semblerait que la « divisionnite » règne en maître et que la plupart de ces partis partiront à la bataille en concurrents, sans réunir leurs forces dans des listes unies.

Dans ces conditions, et même si le scrutin proportionnel au plus fort reste favorise ce jeu pluraliste, il est à craindre que de nombreuses listes de gauche ou modérées ne parviennent pas à obtenir de sièges, ou du moins autant de sièges que l’addition de leurs voix l’auraient permis. Sans compter sur l’effet démobilisateur et opaque de cette abondance d’offre politique, dont il est difficile aux citoyens de clairement comprendre les mots d’ordre et les programmes. Il n’est pas donc pas exclu que, même minoritaire en voix, la mouvance islamiste (elle-même divisée mais plutôt moins que les autres forces) ne parviennent à fédérer un vote de protestation (et peut être aussi d’adhésion) assez large pour apparaître comme une force majeure sinon majoritaire dans le paysage.

Géographie électorale et décentralisation

Il faudra en particulier suivre avec attention la dimension régionale de ce scrutin. Certains géographes s’y emploient et cela ne va pas sans difficulté méthodologique (recueil des données aux bonnes échelles, choix d’agrégation de données pour constituer les indicateurs pertinents, sémiologie adaptée – pour un avant-goût, voir ici, une carte problématique du nombre d’inscrits). On espère que des cartes de la participation électorale ainsi que de la géographie partisane seront vite disponibles. La géographie électorale qui se dessinera le 23 octobre aura beaucoup d’incidence non seulement sur la nouvelle constitution mais aussi sur les réformes de décentralisation. Si les forces politiques d’opposition de gauche ou islamiste sont minoritaires mais avec des implantations locales fortes, il est possible que la décentralisation apparaissent comme un choix trop risqué pour ceux qui (« centristes » ou « modérés »?) seront alors au gouvernement, qui rechigneront alors à déléguer une partie des pouvoirs concentrés aujourd’hui aux mains de l’administration centrale.

Dire que la révolution tunisienne doit être territoriale, comme le souhaite Daoud Abdelkrim, ne peut se limiter à souhaiter une révolution institutionnelle. C’est aussi accepter que le pouvoir soit pris par des groupes et des forces dont le projet social et politique remettrait profondément en cause les structures sociales et spatiales de la Tunisie actuelle. C’est pourquoi une telle réforme sera largement dépendante de la nouvelle carte politique du pays.

[MàJ: pour prolonger cette discussion, cf. cet intéressant article de Amin Allal,  « Tunisie : Le bal des prétendants », Alternatives économiques, 7 octobre 2011,http://www.alternatives-economiques.fr/tunisie—le-bal-des-pretendants_fr_art_630_55593.html]

 

Quand l’électricité arrive au village (anatolien)

A propos de :
MAKAL Mahmout. Un Village anatolien : récit d’un instituteur paysan. Paris : Plon, 1978. 287 p. – [16] p. de pl. (Terre Humaine).

Ce livre dont la première version fut publiée en 1948 est le témoignage d’un jeune instituteur sur la vie d’un village anatolien en 1947-48. L’auteur évoque la vie difficile des paysans, soumis à un climat très rude : exploitations non-mécanisées, surpeuplement et insuffisance des rendements, autarcie alimentaire, pauvreté, maladies, extrême dénuement matériel, éloignement des villes et des services commerciaux et administratifs. Non dénué d’un regard misérabiliste, et armé de ses convictions progressistes, l’instituteur montre l’archaïsme de cette société, les superstitions, la condition très dominée des femmes et les dénonce comme une conséquence du pouvoir des religieux. Ces faits prennent place dans un contexte de libéralisation politique, après la Deuxième Guerre Mondiale, qui se traduit par la montée du Parti Démocrate de Menderès. C’est un moment de contestation de la ligne kémaliste (notamment la question de l’alphabétisation en caractère latin) et de renforcement des notables des campagnes, aghas et religieux. Le livre comporte deux chapitres de mise à jour : le premier publié en 1962 et le second en 1975, qui permettent de mesurer les changements sur une période de vingt-cinq ans.

S’éclairer et se chauffer au village

Curiosité énergétique oblige, j’ai été très intéressé par la question de l’installation de l’électricité, en 1960. Dans la première partie, l’auteur consacre de longues pages à décrire la vie quotidienne des villageois et leurs problèmes matériels, et il évoque en particulier les questions de chauffage et d’éclairage. Ouvert sur le progrès et grand lecteur, il utilise une lampe à pétrole. Il en offre une à ses parents – qui partagent la condition paysanne dans un village voisin – mais ils ne l’utilisent qu’en sa présence de peur de la casser (et pour économiser le pétrole). Les paysans utilisent plutôt des torches. Les habitations n’ont que très peu d’ouvertures, colmatées en hiver par divers matériaux . Elles sont donc très sombres. De plus, on tient la porte fermée pour que la volaille n’entre pas. Le grand problème est le chauffage. De nombreuses pages sont consacrées à expliquer l’organisation du foyer (tandir) et son alimentation, essentiellement par des bouses ramassées par les paysannes qui gardent les troupeaux. Collées sur les murs des habitations pour sécher, ces bouses sont ensuite entassées pour constituer une réserve à brûler durant l’hiver. La maison est emplie d’une atmosphère de suie et de poussière, sans compter les insectes qui nichent dans tous les orifices et se nourrissent justement des bouses. Malgré cela, il faut grand froid tout l’hiver et assez tard dans le printemps, il faut veiller à ce que les enfants (dont beaucoup vont pieds nus) ne prennent pas froid pour ne pas mourir de pneumonie. Notre instituteur fait un brin de toilette dans l’étable où, grâce aux bêtes, il faut tiède, mais les pieds dans la boue. Il est alors l’un des seuls du village à utiliser un poêle où il brûle, comme les autres, de la bouse.

Electricité, endettement et assujettissement

Onze ans après son départ du village, dont il a été muté, l’auteur y revient. Les habitants sont dans un état de dénuement qui ne semble s’être amélioré en rien, et sont même aux abois. En effet, l’électricité vient d’être installée au village, sous la forme d’un générateur diesel et de quelques poteaux desservant les maisons. C’était un cadeau du gouvernement :

 » Un beau jour, le gouverneur s’est amené avec le sous-préfet.[…] le gouverneur a dit : « J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer » et le sous-préfet a dit : « Chers compatriotes paysans, […] pour la première fois au monde, on mettra l’électricité dans un village, et ce village, c’est le vôtre… ». Le mouhtar intervient à son tour : […] » On va vous installer un moulin qui marchera à l’électricité ». Alors on a répondu : mais nous n’en voulons pas : le moulin à eau, ça nous suffit ». – « Ne jouez pas aux idiots: l’Etat vous fait un cadeau et vous voulez le refuser, quelle drôle d’histoire ». Juste à ce moment-là, le chef de la section du parti Démocrate du village est arrivé; il s’est empressé d’offrir des cigarettes aux hôtes! Il a parlé au gouverneur et lui a dit: « Mon pacha, ces gens-là ne comprennent rien, ils sont d’un autre temps, leur tête est vieille. Un bien sacré comme l’électricité va être installé, le gouvernement va en faire les frais, donner le moteur, le mazout. Et eux, sans réfléchir, disent non! ». Ensuite, […] le gouverneur a dit : « Non, l’électricité nous allons vous la donner et vous allez la prendre ».

Finalement, une requête au nom du village a été rédigée par l’administration. Le Conseil du village signe ce qui est présenté comme l’acte de donation du gouvernement. Une fois l’installation réalisée, les villageois se rendent d’abord compte que le moteur ne fonctionne pas bien; il requiert un « maître », un mécanicien qu’il faudrait payer. Surtout, l’électricité ne sert à rien, car pas un villageois ne peut se permettre d’installer l’électricité (« Ne crois pas que nous voulons avoir l’électricité et nous en servir. D’ailleurs, même ceux qui voulaient l’avoir n’ont pas dit qu’ils s’en serviraient »). Or, les villageois apprennent soudain qu’ils sont redevables auprès de la Banque des provinces d’une dette :

« C’est après le 27 mai [1960= coup d’état mettant à l’écart le parti Démocrate] qu’on nous a appris tout ça. Avant le 27 mai, c’était un cadeau. Après, c’était une dette, un malheur.[…] Sans le savoir, on avait fait une demande de crédit à la banque. »

Et les villageois n’ont pas du tout les moyens de payer le terme. La finalité électoraliste de ce cadeau est identifiée par un paysan : « C’était de la poudre aux yeux. C’était pour nous éloigner du parti de l’opposition. » Et les villageois d’exprimer leur déception: « Nous, on croyait que le gouvernement, ça aide les populations ».

Electricité et développement

L’épisode est très intéressant, en particulier parce qu’il bat en brèche la conception que se fait l’instituteur du progrès. L’électricité ne correspond pas à une demande de la population, en tout cas pas de la plupart des villageois. En revanche, elle apparaît comme un instrument politique, visant à placer les paysans dans une relation de dépendance et donc de redevabilité électorale à l’égard du parti Démocrate. D’autre part, à travers l’exigence du remboursement, les villageois se retrouvent face à une dette financière : l’électricité est ainsi un moyen de lier les villageois à l’Etat, de rogner leur autonomie de décision. On imagine qu’une nouvelle fiscalité s’impose désormais à eux (l’ouvrage ne développe pas ce point mais évoque, au début, la question de la fiscalité locale et le rôle clé du secrétaire qui tient les registres et en profite pour multiplier les prélèvements arbitraires). L’épisode montre que le « développement » se manifeste d’abord comme une nouvelle forme d’assujettissement à l’Etat et non comme un progrès social.
En revanche, 15 ans après (en 1975), les choses ont changé. Lors d’une nouvelle visite au village, l’ancien instituteur observe de très grandes mutations. Le village connaît désormais une prospérité visible. En particulier, les deux tiers des habitants ont une radio; on compte 7 postes de télévisions; un cinéma est installé; de même que le téléphone. Plusieurs restaurants ont ouvert. Cette aisance est largement due aux remises des émigrés en Allemagne, nous dit l’auteur. L’électricité n’est plus un problème mais une évidence. Elle semble installée chez une bonne partie des habitants. Autrement dit, c’est l’enrichissement qui permet l’appropriation de l’électricité plus que celle-ci qui, par effet quasi-magique, changerait les modes de vie.

Chers lecteurs, j’apprécierais beaucoup si vous aviez des suggestions de lecture relatant les modalités de l’électrification dans la vie quotidienne (à la campagne ou en ville d’ailleurs) sur mes autres terrains ou même plus largement : Liban, Jordanie, Tunisie, mais aussi Syrie, Palestine, Egypte, Maroc, Algérie… Merci d’avance.

Effervescence politique sur fond de tensions sociales et régionales en Tunisie

Ben Ali 2014... en prison (allusion à la pétition pour que l'ex-président se représente à cette date)

Publicité pour le dernier livre de Taoufik Benbrik

Une fresque dans la médina

Depuis 8 jours,  j’ai la chance de circuler dans une Tunisie efferverscente, bruissante de débats politiques qui remplissent la presse ou la radio, ou qui s’improvisent dans les transports en commun entre des gens qui ne se sont jamais rencontrés, dans les taxis, etc. Les murs sont couverts de slogans ou d’expressions diverses célébrant la liberté, comme dans la médina, les librairies sont pleines de livres jadis interdits ou nouvellement parus, qui célèbrent la révolution ou dressent l’inventaire des turpitudes du régime déchu. Bourguiba fait également l’objet de multiples biographies et témoignages, dans des panygériques qui oublient parfois qu’il fut également un dictateur…

Ramassage des ordures à la fin du conflit social à Tunis - 15/4/2011 (c) EV

Une liberté de parole extraordinaire, mais qui va de pair avec une montée des inquiétudes économiques autant que politiques. Le tourisme est à l’arrêt, de nombreuses industries sont fermées, à cause de la baisse des commandes et aussi des grêves qui revendiquent des mesures salariales ou d’emploi que les employeurs ne sont pas prêts à adopter. Dans la fonction publique, on assiste aussi à d’importants mouvements qui portent sur la régularisation d’emplois précaires. Des grèves ont interrompu la collecte des ordures à Tunis, qui s’ammoncelaient au coin des rues le jour de mon arrivée. Mais un accord a été trouvé et la propreté est globalement revenue. Les rues du centre ville sont occupées par des vendeurs à la sauvette ce qui suscite de nombreux grognements bien pensants… On observe aussi un refus de payer les impôts locaux ou les factures des services publics. Selon un article de La Presse, un million d’abonnés de l’électricité sont dans cette situation (soit un tiers des abonnés). L’article évoque le spectre du black-out et l’épouvantail de la situation électrique au Liban, tout en rappelant que la qualité relative des services publics en Tunisie fait partie des points positifs du régime Ben Ali… comme le statut personnel, au coeur des controverses. Le question du développement équilibré littoral-intérieur est par ailleurs très présente et se traduit par de violentes revendications : par exemple, les habitants d’une localité de la région de Manzel Chaker ont éventré une conduite d’eau menant à Sfax afin d’obtenir satisfaction sur un autre dossier (article dans Le Temps du 20 avril). A Sidi Bouzid, où des coupures d’eau sont fréquentes, des habitants ont profité de la venue de bailleurs de fonds pour menacer de couper une conduite d’eau qui dessert la ville littorale de Sfax, selon un témoignage recueilli ces jours-ci. Des bâtiments de services publics sont régulièrement incendiés dans des villes de l’intérieur (police, mais aussi électricité, école, ou équipements de santé).

L’inquiétude est aussi politique, notamment de la part des « laïcs » dont les partis politiques sont très dispersés et qui peinent à s’accorder sur des principes d’action clairs en vue de l’élection d’une chambre constituante le 24 juillet prochain (par ex. ici). Le projet de loi électorale, à la proportionnelle, imposant une parité homme-femme et excluant les « RCDistes » est très critiqué, en particulier à cause des effets pervers qu’elle pourrait entraîner en raison de l’inconsistance de l’offre politique des partis. Certains redoutent que les seules femmes bénéficiaires de ce système soient les affidées du ou des partis islamistes. D’autre regrettent que le choix ne se soit pas portés sur un système uninominal, permettant d’élire des personnalités connues. Enfin, l’inéligibilité d’office des RCDistes est parfois considérée comme arbitraire car  mêlant criminels de l’ancien régime et officiels parfois compétents dont il serait dommage de se priver pour l’avenir… Un projet de pacte citoyen est à l’étude pour imposer un accord minimum sur certains acquis du modèle de développement tunisien, notamment le statut personnel, et en faire un élément de base du texte constitutionnel à élaborer.

Je reviendrai dans un autre billet sur les questions de gestion urbaine posées par cette situation.

Que se passe-t-il en Jordanie?

irbid-macdo

Mac Donalds à Irbid. Le désir de la société de consommation masque la pauvreté majoritaire.

Depuis une grosse année, j’ai commencé à travailler sur la Jordanie. Mon entrée sur ce terrain est la question des réformes dans le secteur de l’énergie – en particulier de l’électricité. J’y reviendrai sans doute en détail un de ces jours (voir ici et de premiers défrichements, dans des travaux comparatifs). C’est un terrain nouveau pour moi et je suis là d’en maîtriser tous les codes. Toutefois, dans un silence médiatique remarquable, des changements politiques significatifs sont en train de se produire dans ce pays.

Le 24 novembre 2009, le roi a dissout le Parlement. Normalement, de nouvelles élections doivent avoir lieu dans les 4 mois mais en fait, elles semblent devoir être reportées sine die (ce que permet la constitution). En 2001-2002, le Parlement a ainsi pareillement été suspendu (Voir Don’t Blink. Jordan’s Democratic Opening and Closing, par Jillian Schwedler). Deux réformes doivent être menées avant d’éventuelles élections: la première est une réforme de « décentralisation », présentée par la presse et les officiels comme une étape importante vers une participation populaire et plus de démocratie, bien qu’elle me paraisse surtout consister en un ferme encadrement des collectivités locales par l’Etat et les bailleurs de fonds. J’y reviendrai peut-être plus en détail ultérieurement. La deuxième préalable est une réforme du mode de scrutin (voir ci-dessous). Ces deux réformes devront avoir lieu sans que le Parlement, dissous, ait sa voix au chapitre…
D’autre part, autre changement, le 6 décembre, le Premier ministre en poste, Nader Dahabi, a donné sa démission. Le Roi a nommé comme successeur Samir Rifai. RifaiPour le novice que je suis, ce n’était pour une fois pas un inconnu : cet homme, fils et petit-fils d’anciens Premiers ministres, dont le père était jusqu’à hier encore ‘hui le Président du Sénat, est un ancien ministre de la Cour royale, avant d’avoir pris la tête qu’une grosse holding liée à Dubai, Jordan Dubai Capital. On m’a dit, ce que je n’ai pu vérifier, qu’il était marié à une princesse émiratie. Cette holding a pris des participations très importantes dans plusieurs des sociétés issues du processus de privatisation de l’électricité dans le pays, par l’intermédiaire de sa filiale Jordan Dubai Energy and Infrastructure (en l’occurrence, la totalité de deux des sociétés de distribution et la majorité de la principale société de production électrique). L’homme apparaît donc à la fois comme un lien avec le capitalisme émirati et, par sa proximité avec le Roi, un élément du contrôle maintenu par le régime sur ce secteur en réforme.

Samir Rifai apparaît représentatif de la nouvelle élite dirigeante, décrite  parRyan Curtis dans Reform Retreats Amid Jordan’s Political Storms (MERIP on line, 2005) en ces termes:

business people and technocrats fond of neoliberal economics. In the words of one analyst, these new ministers amount to « liberal authoritarians, » in that they support economic liberalization far more than they do political reform. « The community running Jordan is made up of English-speaking people with PowerPoint presentations, » he continued. « Even in government, they are still business people. » Though many of these officials have previously served in government jobs, a conservative former prime minister suggested that the new ministers seem « more like Western consultants » than public servants.

Rifai, diplomé à Harvard puis à Cambridge (RU), correspond bien à ce profil. Il incarnerait donc la ligne de la poursuite des réformes néolibérales. Pourtant, leur bilan est mitigé. Cette année, le contrecoup de la crise économique globale s’est traduit par un ralentissement voire un recul du marché immobilier qui contribuait fortement à tirer la « croissance ». De nombreux entrepreneurs immobiliers du marché ordinaire ont fait faillite ou ont des difficultés de paiement. Quel sera maintenant l’impact de la crise financière à Dubai, dont nombre de grands projets dépendent des capitaux et des entreprises du Golfe?

Par ailleurs, la dette jordanienne s’accroit fortement en ces temps de crise économique. Les bailleurs de fonds maintiennent leur soutien, comme la Banque mondiale qui vient de prêter 300 millions de dollars. Mais cela va sans doute avec une demande de poursuivre les « réformes ». Or, le gain des précédentes privatisations n’a guère servi à désendetter le pays, comme le regrette un économiste comme Youssef Mansur dans ses tribunes dans The Jordan Times. Selon lui, il a servi à financer des emplois et des dépenses sociales. Dans le même temps, la marchandisation de l’eau potable et surtout de l’électricité ont conduit à une forte hausse de l’inflation (14% en 2008), alimentant un fort ressentiment dans la population. Si bien qu’en septembre 2009, le roi est personnellement intervenu pour empêcher une nouvelle augmentation du prix de l’électricité qui était réclamée par la compagnie nationale d’acheminement d’électricité (NEPCO) pour compenser la hausse du prix du pétrole et limiter son propre endettement (voir le communiqué de NEPCO). L’exemple de l’électricité semble illustrer les injonctions contradictoires entre lesquelles se débat le gouvernement. Quelle marge de manœuvre le nouveau Premier ministre aura-t-il dans ces questions?

Les priorités que lui a fixées le Roi dans sa lettre de mission relèvent plutôt de la réforme politique, et visent à faire élire un nouveau Parlement représentatif, dans la transparence. C’est un paradoxe, car les critiques avaient fusé après l’élection législative de 2007 (trois exemples pris dans les blogs : le blog Ajloun, The Black-Iris, Jordan Watch). Le mode de scrutin, le découpage et les manipulations des services de renseignement, étaient censés conduire à l’élection d’une chambre à la botte. Pourtant, elle a été en conflit avec le gouvernement sur de nombreux points. Sur quoi déboucherait un scrutin plus ouvert, sans immixtion des services? D’où l’incertitude sur la tenue rapide de nouvelles élections. Face à ce qui apparaît, derrière ces belles proclamations, comme un risque de raidissement sur la voie autoritaire du régime, les voix de bloggeurs en vue paraissent amères (tout comme les commentaires), même si il est difficile de savoir qui ils représentent.

De loin, difficile de savoir ce que pense de tout cela les Jordaniens que les bloggeurs (surtout ceux que je lis) ne représentent qu’assez peu. Mais il vaut la peine d’évoquer ces deux « émeutes » (riots) qui ont eu lieu, mi-novembre, à quelques jours d’intervalle à Amman, dans le quartier de Hay Tafileh, et à Maan. Dans les deux cas, il s’agissait offociellement de violentes manifestations de colère dirigée contre la police, accusée de brutalité ayant conduit à la mort de prévenus. Dans la presse (Jordan Times), la dimension « tribale » de ces violences a été fortement soulignée. Mais aussi, à propos de la seconde à Maan, le fait que cette grande ville du sud, lieu de sédentarisation de populations bédouines, a connu depuis 20 ans plusieurs émeutes, alimentées par des protestations sociales et dirigées contre le régime. Dans quelle mesure peut-on lier les changements politiques de ces deux dernières semaines à cette tension? La question mérite me semble-t-il d’être posée… et cela fait le lien (au moins sous la forme de l’hypothèse) avec la hausse des prix, et donc la question de l’électricité évoquée ci-dessus.

Beaucoup de questions donc sur cette nouvelle phase du jeu politique jordanien, qui semble illustrer la difficulté du régime face à des contraintes géopolitiques et économiques contradictoires. Mes analyses sont ici très exploratoires et complètement ouvertes à la discussion.

Développement (local) et politique dans le monde arabe

Le nouveau bâtiment de la municipalité de Khiam, tout juste terminé, en septembre 2009

Le nouveau bâtiment de la municipalité de Khiam, au Liban-Sud, tout juste terminé, en septembre 2009. Photo EV.

Comme en écho à mon billet d’avant-hier, un article dans le Daily Star sur un possible changement du mode de scrutin des élections municipales au Liban se conclut par cette remarque:

However the municipal elections are conducted, they represent an opportunity for Lebanese to decide on locally important issues, in a manner that looks past the confessionalism typifying the country’s central government.

“Municipalities are not places to have political competition,” said Bou Karroum, rather, “they are places to have development.”

J’invite en particulier les membres du programme de recherche Tanmia. Le développement: fabriques de l’action publique dans le monde arabe, à réagir sur ces questions. L’une des hypothèses structurantes du travail est que les nouvelles politiques publiques du développement se traduisent par une rhétorique de la dépolitisation, dont nous devons justement creuser les implications, comme y invitent Myriam Catuisse et Géraldine Chatelard dans le texte programmatique de Tanmia:

La question de la dépolitisation de l’action publique s’impose enfin de manière récurrente : le développement est-il une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des politiques ? Ce problème nous paraît particulièrement frappant quand la fonctionnalité des institutions locales est mise sur la sellette : notamment la capacité à produire et distribuer des services publics. L’action publique se « politise »-t-elle alors ou « dépolitise »-t-elle ? Est-ce le triomphe de l’anti-politics machine? Nous pensons le contraire, ou du moins que les choses sont certainement moins univoques quand bien même le libéralisme économique dominant, ancré dans le courant du public choice, exaltant les capacités autorégulatrices du marché tend à rendre douteuse la nécessité même du politique (Jobert, 2002).

[…]

Quels enjeux de pouvoir déterminent le recours à ce type d’argument et à ces pratiques ? Nous regarderons comment fonctionnent ensemble deux types de processus : d’une part, celui du recours à l’expert, au technicien, pour des projets qui appellent de plus en plus à une sophistication et une spécialisation de l’action ; d’autre part, celui de logiques « d’antipolitics », de compétition politique, où l’outsider se présente souvent comme non entaché par le politique, etc. : les leaderships se transforment ils en rulerships : les leaders deviennent ils avant tout des rulers qui n’investissent pas les ressorts charismatiques du pouvoir ou entretiennent des relations lointaines ou peu personnalisées avec leurs administrés ?

Comment donc, derrière son apparence « neutralisée », le « développement » tend-il à devenir un champ de compétition politique ? Là encore, la question de la mobilisation « islamique » est intéressante, dans la mesure où l’on observe dans plusieurs cas comment se combinent, en matière de légitimation, un recours aux valeurs communautaires et religieuses, la capacité à mobiliser, représenter et intercéder localement et nationalement pour la population locale et, la prétention à une action rationalisée, moderne, professionnalisée appuyée sur des compétences et une efficace revendiquées par des « néo-techniciens » (Harb, 2005 ; Karam et Catusse, 2006).

Comment comprendre cet argument de la dépolitisation des politiques de développement. Dépasser les conflits rituels et en particulier, confessionnels ou tribaux, en un mot primordiaux. Certes, mais encore?

PS: on parle aussi ce matin d’un probable report des élections municipales libanaises, prévues pour ce printemps. Prétexte officiel avancé: les délais qui seraient trop courts pour préparer les listes électorales. Mais, selon Scarlett Haddad,dans L’Orient-Le Jour

 » la seconde raison serait politique. Les deux camps estiment en effet qu’organiser les élections municipales à la date prévue équivaudrait à entrer en campagne électorale dès le premier trimestre 2010 et signifierait que le climat d’entente si laborieusement établi pourrait être remis en cause par un retour à la mobilisation confessionnelle et communautaire, qui a déjà fait beaucoup de mal au pays dans la période qui a précédé les élections législatives. De plus, les partisans de la thèse du report, qui appartiennent aux deux camps, font remarquer que les élections municipales sont encore plus pénibles que les législatives car elles se déroulent dans de petites circonscriptions et mettent en cause, en plus des considérations confessionnelles et communautaires, les susceptibilités familiales et les soucis de développement, mélangés à une sauce politique des plus indigestes. Les campagnes électorales entraîneraient ainsi un surplus d’effritement et de division au sein d’un tissu social qui cherche à e reconstruire et à se ressouder. Le Liban n’a donc pas besoin de cela en cette période en particulier. De plus, le gouvernement, qui espère lancer, en coopération avec le Parlement, des chantiers de législation sociale, et entamer des réformes économiques et financières, ne pourrait plus s’atteler à cette tâche et serait malgré lui pris entre le feu des campagnes électorales et celui de la marginalisation. Il aurait ainsi les mains liées face à la surenchère électorale si chère aux différentes parties libanaises. »

La question de la dépolitisation de l’action publique s’impose enfin de manière récurrente : le développement est-il une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des politiques ? Ce problème nous paraît particulièrement frappant quand la fonctionnalité des institutions locales est mise sur la sellette : notamment la capacité à produire et distribuer des services publics. L’action publique se « politise »-t-elle alors ou « dépolitise »-t-elle ? Est-ce le triomphe de l’anti-politics machine? Nous pensons le contraire, ou du moins que les choses sont certainement moins univoques quand bien même le libéralisme économique dominant, ancré dans le courant du public choice, exaltant les capacités autorégulatrices du marché tend à rendre douteuse la nécessité même du politique (Jobert, 2002).