Archives de catégorie : développement

Séminaire The Illegal City : Space, Law and Gender in Dehli

Séance exceptionnelle du séminaire Villes territoires mondialisations (Masters Ville et société et STADE) : nous avons le plaisir d’accueillir Ayona Datta, Senior Lecturer, School of Geography, Faculty of Environment, University of Leeds, pour une séance consacrée à son ouvrage The Illegal City : Space, Law and Gender in a Delhi squatter settlement (Ashgate, 2012) dont voici le résumé:

The Illegal City explores the relationship between space, law and gendered subjectivity through a close look at an ‘illegal’ squatter settlement in Delhi. Since 2000, a series of judicial rulings in India have criminalised squatters as ‘illegal’ citizens, ‘encroachers’ and ‘pickpockets’ of urban land, and have led to a spate of slum demolitions across the country. This book argues that in this context, it has become vital to distinguish between illegality and informality since it is those ‘illegal’ slums which are at the receiving end of a ‘force of law’, where law is violently encountered within everyday spaces. This book uses a gendered intersectional lens to explore how a ‘violence of law’ shapes how ‘public’ subjectivities of gender, class, religion and caste are encountered and negotiated within the ‘private’ spaces of home, family and neighbourhood. This book suggests that resettlement is not a condition that squatters desire; rather something that is seen as the only way out of the ‘illegal’ city. The wait for resettlement is a temporal space of anxiety and uncertainty, where particular kinds of politics around law, space and gender takes shape, which transform squatters’ relations with the state, urban development, civil society, and with each other. Through their everyday struggles around water, sanitation, social and political organisation and the transformation of their homes and families, this book shows that the desire for the ‘legal city’ is also the irony and utopia of home, which will remain an incomplete gendered project – both for the state and for squatters.

Date : le mercredi 14 novembre (et non le 13) 2012, 9h30-12h30, Institut d’urbanisme de Lyon, salle de cours du 2ème étage (14 av. Berthelot 69007 Lyon) (finalement, non à l’ENS).

La séance est ouverte à toutes les personnes intéressées, dans la limite des places disponibles (merci de prendre contact avec Myriam Houssay-Holzschuch ou Eric Verdeil).

La présentation d’environ une heure, en anglais , puis la discussion, s’appuieront également sur les lectures suivantes:

1.      Datta, A 2012. ‘Introduction’, in The Illegal City: Space, Law and gender in a Delhi Squatter Settlement, Farnham: Ashgate. (Can be downloaded from http://www.ashgate.com/pdf/SamplePages/Illegal_City_Intro.pdf)

2.      Appadurai, A. 2001. Deep Democracy: Urban Governmentality and the Horizon of Politics. Environment and Urbanization, 13(2), 23–43.

3.      Benjamin, W. 1978. Critique of Violence. In Reflections: Essays, Aphorisms, Autobiographical Writings by W. Benjamin and P. Demetz, New York: Schocken Books, 277–300. (traduction française : Critique de la violence, Editions Payot et Rivages, 2012, pp.53-102).

Le développement au Moyen-Orient dans les années 1950 et 1960. Notes de lecture

Texte de travail, préparé durant le programme Tanmia dirigé par l’IFPO, rencontre de Beyrouth, en septembre 2008.

Cette note naît d’une insatisfaction pas clairement formulée lors du lancement du programme TANMIA en avril 2008 [1]. La notion de développement apparaît comme un thème majeur de réflexion et d’action dans les années 1950-1960, moment du tiers-mondisme. Une réflexion sur les métamorphoses du développement ou sur les nouvelles pratiques du développement ne peut faire l’économie d’un bref retour sur cette période. Cette note propose quelques jalons informatifs en ce sens. A ce stade il ne s’agit que d’éléments de nature informative sur un livre (Kingston 2002) portant sur l’Iran, l’Irak et la Jordanie ainsi que d’éléments tirés de ma thèse sur le Liban (Verdeil 2010). On pardonnera donc une forme inaboutie et très échevelée.

Les politiques britanniques de modernisation au Moyen Orient : une conception alternative du développement, des occasions manquées (Iran, Irak et Jordanie)

Le livre de Paul Kingston est très intéressant par son analyse des conditions concrètes de travail du monde des experts internationaux en développement et des jeux de contraintes géopolitiques, politiques et financiers dans lesquels ils s’insèrent. Il illustre bien les mécanismes de passage de la période de domination coloniale et impérialiste à une situation post-coloniale marquée par le retrait des colonisateurs, leur perte d’influence et de prestige en même temps que de moyens financiers, la concurrence introduite par l’arrivée de nouveaux acteurs comme les USA et les agences des Nations-Unies. Le livre introduit aussi de manière intéressante à l’analyse de la structuration des administrations locales et aux rôles d’intermédiaires des fonctionnaires locaux, comme Hamid al-Farhan en Jordanie. Continuer la lecture

Eté électrique

Mes longues vacances m’ont fait décrocher de l’actualité électrique de mes terrains favoris, Liban, Jordanie et Tunisie. Il faut dire que le sujet est moins « hot » si j’ose dire que les combats meurtriers à Tripoli, les réfugiés syriens qui arrivent toujours plus nombreux en Jordanie, ce qui entraîne de lourdes tensions, ou les menées salafistes contre le moindre cm² de peau nue en Tunisie ou le moindre manifestation culturelle un tant soi peu critique (sans même parler de la mise en coupe réglée des médias audiovisuels pratiquant la dérision à l’égard du régime nahdaoui).

Avec Gebran Basil, pas d’électricité et pas de lavage! (repris de la page LebanOFF sur Facebook)

Pourtant, l’atmosphère est électrique! Continuer la lecture

Réédition de l’Etat de Barbarie de Michel Seurat

En 1989 paraissait, au Seuil, L’Etat de barbarie, recueil de textes de Michel Seurat, sociologue français mort en détention dans les geôles du Jihad Islamique en 1985 à Beyrouth. Ce recueil épuisé fait l’objet d’une réédition augmentée dans la collection Proche Orient dirigée par Gilles Kepel aux Presses Universitaires de France, sous un titre légèrement différent (Syrie, l’Etat de barbarie). Gilles Kepel la présentait ce 3 mai au matin sur France Culture, alors que se tient à l’Institut du Monde arabe, une journée d’études intitulée : « Syrie : pertinence et actualité de Michel Seurat » (programme). Continuer la lecture

Peut-on expliquer les « paradoxes » géographiques libanais sans parler de politique ?

A propos de Chamussy H., Buccianti-Barakat L., 2012, Le Liban – Géographie d’un pays paradoxal, Paris, Belin, 204 p.

Les auteurs m’ont amicalement fait parvenir cet ouvrage, qui reprend certaines cartes de l’Atlas du Liban. Territoires et société publié par  l’IFPO en 2007. Je les en remercie sincèrement et les invite naturellement à répondre à mes remarques s’ils le souhaitent.

Cet ouvrage est écrit par deux professeurs de l’Université Saint-Joseph (USJ), établissement francophone fondé par les Jésuites au XIXe s. Liliane Barakat y a créé le département de géographie et dirige la section Aménagement touristique et culturel. Henri Chamussy, maître de conférences émérite de l’Université Joseph Fourier de Grenoble, enseigne régulièrement à l’USJ et y développe des recherches depuis une quinzaine d’années. La géographie universitaire est, au Liban, une discipline sur la défensive, peu prisée des étudiants. Héritière d’une vigoureuse tradition de coopération dans les années 1960-70, notamment avec l’Université de Lyon, elle ne subsiste qu’à Université Libanaise, surtout en vue de la formation des enseignants du second degré, et à l’USJ. Ses effectifs sont réduits, les enseignants peu nombreux. Au Liban (et à propos du Liban) moins encore qu’ailleurs, les géographes n’ont pas le monopole du discours sur l’espace et le territoire. Les urbanistes et plus largement les architectes, les agronomes mais aussi les anthropologues ou les politologues y contribuent largement. Par ailleurs, la langue française n’est plus la langue privilégiée de ce discours sur le territoire, qui s’exprime évidemment aussi en arabe et de plus en plus, pour la recherche, en anglais[1]. L. Barakat et H. Chamussy affirment que la géographie du Liban est mal connue. Pourtant, c’est sans doute un autre paradoxe, un si petit pays a fait l’objet, ces dernières années de quatre atlas (dont celui, en arabe, de Ali Faour en 2007 qui n’est pas signalé dans la bibliographie[2]) et d’un nombre assez élevé de thèses dans les diverses langues mentionnées. Continuer la lecture

L’approvisionnement énergétique de la Jordanie : enjeux technologiques, sociaux et politiques

La nouvelle centrale de Qatraneh, dans le centre de la Jordanie (via The Jordan Times)

Les questions énergétiques jordaniennes sont l’un des sujets de veille de ce carnet, essentiellement à partir d’un suivi de la presse (voir ici). Pays important 96% de ces ressources énergétiques, la Jordanie fait face à de cruciaux défis de transition énergétique. Quelques articles de presse permettent d’esquisser une analyse des enjeux, qui concernent trois points. Le programme nucléaire reste marqué par plusieurs incertitudes technologiques, économiques et politiques. La fourniture en gaz naturel depuis l’Egypte vient d’être interrompue pour la septième fois depuis février 2011, ce qui oblige les autorités jordaniennes à envisager des alternatives, tout en causant un grave problème financier pour le pays. Cela conduit à des réflexions pour ajuster les tarifs de l’énergie, fortement subventionnés. Ce qui ne manque pas de soulever divers problèmes sociaux. Continuer la lecture

La démographie pour expliquer les révolutions arabes?

Youssef Courbage / photo John Foley/Opale

HMO/ Histoire du Moyen Orient contemporain à l’INALCO, un nouveau carnet d’Hypothèses, écrit par Chantal Verdeil à destination principale des étudiants en histoire du Monde arabe de l’INALCO, propose parmi ses premiers billets le compte rendu d’une conférence lyonnaise de Youssef Courbage, démographe bien connu du monde arabe à l’INED. Cet éclairage apporte un complément intéressant aux débats sur les révolutions arabes dont j’ai parlé à plusieurs reprises sur ce carnet.

Pour lui, il n’y a pas de doute, la transition démographique (qui passe par le déclin de la fécondité) mène à la transition démocratique : le contrôle des naissances suppose et induit une plus grande égalité au sein de la famille (entre maris et femmes comme entre parents et enfants) et conduit à accorder davantage de place aux individus. Toutes ces transformations ne peuvent pas, selon Youssef Courbage, ne pas avoir de conséquences au plan politique. Quand une population prend en main sa destinée démographique (mariage, procréation), elle ne peut pas laisser à d’autres le soin  de décider de son avenir politique. Youssef Courbage va même jusqu’à défendre l’idée d’un modèle qui associerait famille élargie et autoritarisme d’une part, famille restreinte et démocratie de l’autre, tout en reconnaissant que la Chine constitue une notable exception.

Lire la suite sur HMO

Révolution et décentralisation en Tunisie : les chantiers des géographes tunisiens

La dimension territoriale de la révolution tunisienne

Ce carnet s’en est fait plusieurs fois l’écho ces derniers mois (voir ces billets), la dimension territoriale a constitué un point central de l’analyse de la révolution tunisienne. A ce titre, elle a attiré les commentaires de plusieurs géographes. Le dernier en date est celui de Abdelkrim Daoud dans Echogéo, paru ces jours-ci (rubrique Sur le vif).

Il commence par un rappel de l’évolution des politiques d’aménagement du territoire qui souligne le tournant libéral adopté depuis les années 1990. Ces politiques se sont traduites par une métropolisation et une littoralisation marquées, et ont pénalisé les régions de l’intérieur. L’auteur, géomorphologue, a consacré une bonne partie de ses recherches à ces régions, soulignant notamment les conflits autour de la répartition de l’eau. Dans les mois qui viennent de s’écouler, ces questions deviennent des conflits ouverts, et l’on voit par exemple les habitants de la région de Sidi Bouzid menacer de couper une conduite d’eau traversant leur territoire vers la grande agglomération de Sfax si leurs besoins en eau ne sont pas satisfaits.

L’auteur en appelle à une politique d’aménagement du territoire refondée. Pour cela, il invoque notamment une décentralisation offrant aux municipalités et aux régions des outils et des moyens pour déterminer leurs propres politiques d’aménagement. Pour lui, l’Etat devrait continuer d’apporter son soutien financier, sous la forme d’une péréquation fiscale, et permettant précisément aux collectivités territoriales refondées de devenir des acteurs. Les investissements privés devraient également selon lui prendre leur part à ce rééquilibrage. Cet appel rejoint les positions défendues par l’association des urbanistes tunisiens, dont je rendais compte en avril dernier. On sait que c’est également l’objet d’un prochain colloque organisé par l’ISTEUB.

La contestation de l’Etat dans les périphéries tunisiennes

Cette vision conciliant autonomie locale et rééquilibrage est pourtant bien peu « politique » et ne donne guère de place à la réalité des revendications des populations locales. L’actualité des régions intérieures tunisiennes est bouillonnante. Les institutions gouvernementales, notamment les gouvernorats et la police, y ont été plusieurs fois prises pour cibles de mécontentement voire d’émeutes ces derniers mois (ex. à Métlaoui). Les entreprises privées ont été forcées d’intégrer, sous la contrainte d’un chantage souvent violent, des jeunes, diplômés ou non, au chômage (voir par exemple quelques articles concernant British Gas ici et là). Quant aux administrations et entreprises publiques, elles ont également été priées d’élargir leurs effectifs dans des proportions très importantes, notamment les régions périphériques (25000 emplois publics et 10000 recrutements dans les entreprises publics, voir cet article de la Presse de Tunisie).

Malgré ces mesures, le mécontentement reste vif. La politique suivie par le gouvernement de transition, non élu et qui n’a pas clairement rompu avec les anciennes élites, notamment administratives, est perçue comme contre-révolutionnaire par certains. Je n’assure pas une veille systématique sur ces questions mais ici et là, on perçoit ce malaise. Pour en avoir un témoignage direct, on peut par exemple se référer deux billets récents sur la situation à Kasserine, une de ces villes de l’intérieur (ici et ). La dimension « tribale » y est notamment mise en avant pour souligner les faiblesses de la construction nationale tunisienne et le défaut d’adhésion à l’Etat, voire la contestation ouverte de ce dernier. C’est là un point que les géographes (notamment tunisiens) n’ont guère étudié dans leurs travaux.

Une géographie électorale à suivre

Il est difficile d’émettre un pronostic sur le résultat des élections constituantes qui auront lieu le 23 octobre. Les préparatifs de la campagne, qui sera lancée le 1er octobre, vont bon train. A Tunis ou à Sfax, des banderoles signalant les permanences des partis et des slogans partisans sont affichées aux murs et dans leur diversité et leur désordre (tout relatif), elles offrent un réjouissant contrepoint à ce qu’était la triste iconographie du culte de la personnalité à l’époque de Ben Ali. Pour autant, l’effervescence politique qui prévaut dans le pays s’est traduit par un émiettement considérable de l’offre politique. Plus de 100 partis ont été déclarés.

Les coalitions de partis politiques (cc: fhimt.com)

Certes, on peut identifier cinq grands courants, bien résumés à travers l’infographie ci-dessus, sur le site fhimt.com. Mais malgré ces convergences idéologiques, il semblerait que la « divisionnite » règne en maître et que la plupart de ces partis partiront à la bataille en concurrents, sans réunir leurs forces dans des listes unies.

Dans ces conditions, et même si le scrutin proportionnel au plus fort reste favorise ce jeu pluraliste, il est à craindre que de nombreuses listes de gauche ou modérées ne parviennent pas à obtenir de sièges, ou du moins autant de sièges que l’addition de leurs voix l’auraient permis. Sans compter sur l’effet démobilisateur et opaque de cette abondance d’offre politique, dont il est difficile aux citoyens de clairement comprendre les mots d’ordre et les programmes. Il n’est pas donc pas exclu que, même minoritaire en voix, la mouvance islamiste (elle-même divisée mais plutôt moins que les autres forces) ne parviennent à fédérer un vote de protestation (et peut être aussi d’adhésion) assez large pour apparaître comme une force majeure sinon majoritaire dans le paysage.

Géographie électorale et décentralisation

Il faudra en particulier suivre avec attention la dimension régionale de ce scrutin. Certains géographes s’y emploient et cela ne va pas sans difficulté méthodologique (recueil des données aux bonnes échelles, choix d’agrégation de données pour constituer les indicateurs pertinents, sémiologie adaptée – pour un avant-goût, voir ici, une carte problématique du nombre d’inscrits). On espère que des cartes de la participation électorale ainsi que de la géographie partisane seront vite disponibles. La géographie électorale qui se dessinera le 23 octobre aura beaucoup d’incidence non seulement sur la nouvelle constitution mais aussi sur les réformes de décentralisation. Si les forces politiques d’opposition de gauche ou islamiste sont minoritaires mais avec des implantations locales fortes, il est possible que la décentralisation apparaissent comme un choix trop risqué pour ceux qui (« centristes » ou « modérés »?) seront alors au gouvernement, qui rechigneront alors à déléguer une partie des pouvoirs concentrés aujourd’hui aux mains de l’administration centrale.

Dire que la révolution tunisienne doit être territoriale, comme le souhaite Daoud Abdelkrim, ne peut se limiter à souhaiter une révolution institutionnelle. C’est aussi accepter que le pouvoir soit pris par des groupes et des forces dont le projet social et politique remettrait profondément en cause les structures sociales et spatiales de la Tunisie actuelle. C’est pourquoi une telle réforme sera largement dépendante de la nouvelle carte politique du pays.

[MàJ: pour prolonger cette discussion, cf. cet intéressant article de Amin Allal,  « Tunisie : Le bal des prétendants », Alternatives économiques, 7 octobre 2011,http://www.alternatives-economiques.fr/tunisie—le-bal-des-pretendants_fr_art_630_55593.html]

 

La corporatisation des services publics en question dans les villes du Sud. Le cas de la STEG en Tunisie

Le siège de la STEG à Tunis (cc: Eric Verdeil)

Je participe avec Ali Bennasr et Samir Kebaili de l’Université de Sfax à une étude internationale sur La corporatisation des services publics.On trouvera plus de détail sur ce projet  dirigé par David Mc Donald (Queens U., Kingston, Canada) et Greg Ruiters (U. of Western Cape, Afrique du Sud) sur le site du programme http://www.municipalservicesproject.org/.

Voilà une présentation des objectifs de cette étude (traduction sommaire):

Les services publics corporatisés sont des entités de services qui sont entièrement détenues et exploitées par l’Etat, et donc considérées comme «publiques». Dans la pratique, cependant, ils ont tendance à fonctionner un peu comme les entreprises de services privées, en s’appuyant sur les principes de fonctionnement du secteur privé et en mettant le profit avant d’autres objectifs, souvent en reproduisant plutôt qu’en atténuant les problèmes liés à la privatisation. Faut-il donc rejeter la corporatisation comme allant idéologiquement et pratiquement à l’encontre des objectifs des services publics, ou y a t-il des caractéristiques de ce modèle qui peuvent produire la qualité et l’équité des services publics, et si oui dans quelles conditions?

L’objectif de cette recherche est d’étudier théoriquement et empiriquement cette question dans le contexte des services d’eau et d’électricité dans les pays du Sud. Le premier chapitre du livre fournira un cadre conceptuel et méthodologique, suivi par des études de cas détaillées de ce qui a été considéré comme des services publics corporatisés «progressiste» et «à succès», en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Ces études de cas du Sud seront complétées par plusieurs chapitres offrant un aperçu sur l’expérience de privatisation dans les pays du Nord, à titre de comparaison.

Le livre vise à fournir des renseignements cruciaux sur ce qui est sans doute la tendance la plus importante dans la prestation des services dans les pays du Sud d’aujourd’hui (c.-à-d la corporatisation), explorant à la fois les fondements conceptuels de ce mouvement de «nouvelle gestion publique» ainsi que ses réalités politiques et pratiques. L’objectif est d’évaluer de façon critique les performances de ces services d’utilité publique contre un ensemble explicite de critères normatifs – comme l’équité, la responsabilisation, l’efficacité, etc – avec des commentaires sur les leçons apprises et la mesure dans laquelle les meilleures pratiques peuvent être reproductibles (ou non) ailleurs.

Notre étude porte sur la STEG, la Société tunisienne d’électricité et de gaz, une entreprise publique créée en 1962, dont les réalisations sont souvent vantées, dans le contexte international : électrification à plus de 99% du pays, taux de collecte très élevé, politique précoce en faveur des énergies renouvelables. Pour autant, les enjeux sont importants car la STEG doit faire face à des taux de croissance de la consommation électrique très élevés et donc à des investissements lourds. Or, avec une tarification perçue comme très lourde mais ne permettant pas l’équilibre, la STEG dépend des subventions étatiques. Dans un contexte d’ajustement structurel depuis une vingtaine d’années, et face aux nouveaux défis du développement équilibré mis en avant par la révolution de janvier 2011, quelles directions va prendre la STEG?

C’est pour enquêter sur ces thématiques que je me rends en Tunisie durant la semaine qui vient.

Cette étude prolonge en quelque sorte un travail précédent réalisé également avec Ali Bennasr et qui avait porté sur la cousine de la STEG, la SONEDE, la société publique chargée de l’approvisionnement en eau. Voir ici et .

Nouakchott dans la mondialisation

En avant-première avant publication dans Géocarrefour, un compte rendu d’un ouvrage fort intéressant qui n’a pas reçu suffisamment d’attention dans les revues de géographie, et au-delà, jusqu’à présent, à l’exception d’une recension de Roman Stadnicki, accompagnée d’un petit mais intéressant entretien avec l’auteur sur le choix d’une monographie plutôt que d’une comparaison avec Khartoum, sujet de la thèse. [MàJ : voir la recension croisée du livre d’Armelle Choplin et de celui de Riccardo Ciavolla sur Les Peuls et l’Etat en Mauritanie ]

Choplin Armelle, Nouakchott. Au carrefour de la Mauritanie et du monde, Karthala, 2009, 366p.

Les villes africaines sortent depuis quelques années de leur ghetto africaniste qui les faisaient voir comme des villes à part pour devenir au contraire des laboratoires où étudier, loin des compartimentages disciplinaires eux-mêmes héritiers d’une science colonialiste, les grandes inflexions contemporaines de l’urbain. Ainsi, l’étude des effets spatiaux de la mondialisation est-elle renouvelée par des travaux qui portent sur Windhoek, Lomé ou encore, pourquoi pas même si cela peut apparaître comme paradoxal de prime abord, Nouakchott. Nouakchott, une ville de nomades bâtie sur une dune bordant l’Océan Atlantique, une ville sans histoire et sans qualité. Bref, une ville des plus ordinaires. Armelle Choplin y voit, dans cet ouvrage plein d’audace et de curiosité, « un carrefour de la Mauritanie et du monde ». Issu d’une thèse soutenue en 2006 qui comparait initialement, autre signe d’audace, Nouakchott et Khartoum, ce livre est complété par de nouvelles enquêtes et réorganisé pour les besoins de l’édition. Continuer la lecture