Archives de catégorie : cartographie

Délimiter les banlieues de Beyrouth. Noms et périmètres

Voici le résumé de ma communication au colloque Des banlieues à la ville, espaces et acteurs de la négociation urbaine (IFPO, Beyrouth, 31 octobre-1er novembre 2011), ainsi que le support de la présentation. Le texte (version provisoire) est téléchargeable sur Hal-SHS.

Cette communication propose l’analyse de quelques découpages et délimitations des banlieues de Beyrouth et de leurs dénominations. L’objectif est de mettre au jour derrière, les enjeux cognitifs et politiques de cette double opération d’identification cartographique et langagière. Les travaux des géographes et des urbanistes sont particulièrement étudiés. Générale dans l’histoire de l’urbanisme, la volonté de subsumer les banlieues sous un nom de métropole englobante renvoie, particulièrement dans le cas libanais, à un conflit entre l’Etat central principal détenteur des compétences urbanistiques et différents acteurs et pouvoirs locaux, en particulier les municipalités. La communication montre ce qui apparaît comme un tournant depuis le début de la décennie 2000, à savoir un désintérêt récent pour la notion d’un Grand Beyrouth, et la montée de nouveaux types de découpages renvoyant à de nouvelles modalités de l’action publique.

Délimiter les banlieues de beyrouth ppt

View more presentations from verdeil.
En prolongement de cette réflexion, lire aussi la série de trois billets consacrés à la nouvelle délimitation de l’urbain au Liban par l’équipe du projet MENAPOLIS-e-Géopolis (1, 2, 3).

Cartographie électorale de la Tunisie

Sous le pseudonyme d’El Kasbah, un facebookien tunisien met en ligne un dossier cartographique et infographique fort intéressant sur les résultats des élections du 23 octobre (accès ouvert).

Basées sur les résultats publiés par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), les données utilisées ne sont pas exemptes de défauts. Seules sont disponibles les nombres de voix sur les partis qui ont obtenus des sièges. Cela fausse la représentation d’un vote très dispersé. Mais l’auteur est conscient de ce problème et propose diverses analyses pour contourner cet écueil.

Les commentaires très nombreux – et les réponses de l’auteur – apportent dans de nombreux cas des compléments utiles. Facebook non plus comme miroir égotique mais comme le meilleur d’un dispositif citoyen et participatif.

J’en extrais deux figures qui, avec leurs commentaires, me paraissent fort instructives. Continuer la lecture

L’urbanisation au Liban selon Géopolis : incertitudes démographiques mais vertus d’une diffusion des données scientifiques en ligne

Dans ce nouveau billet (et dernier – voir le premier et le deuxième), j’aborde les estimations démographiques concernant les villes libanaises dans la base MENAPOLIS/e-geopolis. Dans le tableau de bord explicitant leurs choix méthodologiques, les auteurs soulignent l’extrême incertitude entourant les données démographiques au Liban, dont j’ai rappelé certaines dans le billet introductif de cette série. On ne peut qu’être d’accord avec eux. Pour autant, à l’examen des données globales comme de la liste des agglomérations qu’ils proposent, plusieurs incohérences apparaissent. Les choix des sources démographiques pour les années 1960-1970 semblent hasardeux et donnent des résultats problématiques. Certaines incohérences relèvent manifestement d’erreurs d’interprétation des définitions et pratiques de l’administration libanaise, notamment concernant le comptage des Palestiniens. D’autres incohérences apparaissent dans les évolutions attribuées aux grandes agglomérations dont l’origine est plus complexe. Je reviendrai pour finir en conclusion sur les limites et les leçons qui peuvent être tirées de cette tentative à l’épreuve d’un cas extrême, en me demandant en quoi cela fragilise ou renforce l’ambition sous-jacente au projet Géopolis. Continuer la lecture

L’urbanisation au Liban selon MENAPOLIS/e-Géopolis : les nouveaux périmètres urbains

Dans le billet précédent, j’ai rappelé les principes méthodologiques de l’approche Géopolis et son intérêt pour le cas particulier du Liban. Dans celui-ci, il s’agit principalement de présenter les résultats concernant l’extension de l’urbanisation au Liban, en privilégiant la question de l’extension spatiale. La discussion des données démographiques est laissée au billet suivant. On en tirera quelques observations sur le décalage entre les formes urbaines constatées en 2010 et les instances de gestion existantes au Liban. En troisième lieu, on se penchera sur les tendances d’évolution spatiale de l’urbanisation, tout en relevant les lacunes de la base de données MENAPOLIS/e-geopolis à cet égard. Les résultats seront comparés à ceux des analyses du Schéma directeur d’aménagement du territoire libanais (SDATL), réalisées en 2002 sur des données démographiques de 1997 et des données d’imagerie de 1998. Continuer la lecture

Nouveaux regards cartographiques sur la mondialisation : vidéos en ligne

Cette journée de réflexion (18 mai 2011), organisée par l’ENS de Lyon, le site Dgesco-Géoconfluences et l’Institut français de l’Éducation (IFÉ), a été l’occasion d’un échange entre les producteurs de cartes, cartographes et chercheurs, le monde des usagers – enseignants, élèves, citoyens, étudiants – et les milieux de diffusion de la carte (édition, revue, site web…). Les vidéos sont disponibles ici : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actus/index.htm

J’y ai animé une séance sur la vogue des Atlas, visible en suivant ce lien. Certains des éléments de cette réflexion sont repris dans mon compte rendu sur l’Atlas de la mondialisation de SciencePo, publié dans Géocarrefour.



Cartographier la mondialisation : l’Atlas de Sciences Po

De nouveau en avant-première d’une parution dans Géocarrefour, je propose ici un compte rendu de l’Atlas de la mondialisation. Comprendre l’espace mondial contemporain, publié par les Presses de Sciences Po. Il s’agit d’une lecture « relationnelle » et en quelque sorte comparée, le replaçant dans un dialogue avec plusieurs autres textes parus récemment sur la même thématique. Continuer la lecture

Libé géographe…

Après les historiens, les philosophes ou les écrivains, Libération ouvre ce matin ses colonnes aux géographes, avec une contribution notable des animateurs des Cafés Géo qui font beaucoup pour l’accès d’un public large aux travaux de la discipline.

J’ai particulièrement apprécié

« OpenStreetMap, le wiki distribue les cartes », sur la fabrication collaborative des cartes de Port-aux-Princes (ici)

Un très bon article sur ce que fabriquer une carte veut dire : ‘La cartographe et le territoire’, par Cécile Marin (ici)

«La Dernière Piste» : le western à l’ouest du calvaire, par MANOUK BORZAKIAN Enseignant à Paris-IV (l’article en version longue ici)

et deux points de vue sur les transformations géopolitiques du Proche-Orient, qui ont pour point commun une réflexion sur les héritages tout au long du XXe siècle des constructions territoriale de l’époque des Mandats, à savoir :

Dans « Changement d’échelle stratégique au Proche-Orient » (mauvais titre à mon avis – de la rédaction?), Yves Lacoste revient sur l’inflexion de la nouvelle politique américaine en faveur de la création d’un Etat palestinien et conclut « Le dramatique paradoxe géopolitique d’Israël est que son territoire internationalement reconnu, celui que les combattants juifs ont sauvé en 1948, ne correspond qu’à la plaine côtière (l’antique pays des Philistins) et que les plateaux qu’ils ont conquis avec Jérusalem en 1967, la Terre promise, vont, qu’ils le veuillent ou non, être reconnus comme le territoire des Palestiniens. » (accès payant) [voir ici mon commentaire sur sa Géopolitique de la Méditerranée]

Quant à Fabrice Balanche, il revient sur les « Alaouites de Syrie: une revanche sur l’histoire » (accès payant) et se risque à prévoir une réactivation d’un Etat des Alaouites en cas de chute du régime Assad. Du même, on lira une très bonne déconstruction de la cohérence du fait communautaire alaouite dans un article pour Outre-Terre.

En lien également avec les révoltes arabes et en particulier la révolution tunisienne, une brève sur la décision de la Mairie de Paris de baptiser une place du 14e arrondissement du nom de Mohammed Bouazizi. Quel cynisme de la part Bertrand Delanoé, longtemps fidèle thuriféraire du régime Ben Ali

Nouveaux regards cartographiques sur la mondialisation

 

 

 

Géoconfluences organise le 18 mai prochaine une journée de réflexion sur ce question, à l’ENS de Lyon, en lien avec l’Institut français de l’éducation. J’assurerai l’animation et la discussion de la deuxième table ronde, sur « La vague (ou vogue?) des atlas : quelles représentations cartographiques de la mondialisation pour un large public ? »

Voici l’argumentaire et le programme:

La mondialisation lance de nombreux défis à la représentation cartographique. On pourra citer, sans prétendre à l’exhaustivité, les interrogations sur la projection cartographique pour restituer les multipolarités du Monde, sur les découpages pertinents (Etats, continents) pour en rendre compte, sur la représentation des interdépendances dans des dynamiques multiscalaires aux temporalités différenciées. Du local au global ou vice-versa, les enchevêtrements d’échelles et les intégrations différenciées tant de degré que de nature ont-ils conduit à saisir autrement ce processus majeur de l’organisation du monde contemporain ? Les techniques numériques associées à de nouveaux modes de représentation cartographique permettent-elles de rendre compte des multiples formes de la mondialisation ?
Quelles sont les limites et les atouts de la représentation cartographique de la mondialisation ? Le défi de la mondialisation dans l’analyse géographique a-t-il permis d’en renouveler la cartographie ? Peut-on tout cartographier dans le processus de mondialisation ? On pourra interroger avec profit le succès des atlas parus en kiosque, les usages pédagogiques des cartes interactives, la cartographie animée ou encore les nouvelles techniques de géovisualisation pour rendre compte, dans le temps et dans l’espace, des dynamiques de la mondialisation.

Programme à télécharger ici.

Mercredi 18 mai 2011, 13h30-17h30, salle de conférences, IFE (ex-Inrp), Lyon

Ouverte à tous dans la limite des places disponibles.

La carte des 500 millions d’amis

Le monde selon Facebook

Grâce à Affordance, je tombe sur un très stimulant billet de mon collègue Thierry Joliveau sur son (non-)blog Monde géonumérique. Il commente une carte réalisée par un stagiaire chez Facebook représentant les liens d’amitié entre les membres de ce réseau social. C’est une très belle analyse de déconstruction à la fois sur le plan géomatique (quelles données, quels traitements statistiques et cartographiques) et sur le plan sémiologique. Parmi les conclusions (de ce qui n’est qu’un premier volet), citons

C’est une construction faite pour communiquer efficacement la doctrine Facebook que l’on décrypte en creux : la compagnie relie les hommes du monde entier par-delà les frontières, les montagnes et les océans. Elle prend soin de toutes les amitiés qu’elle aide à éclore. Elle accompagne  chacune d’entre elles avec attention. Elle connaît chaque fil particulier du grand écheveau rassurant et bienveillant qu’elle tisse autour de la planète grâce à son savoir technique parfaitement maîtrisé.

Bravo Thierry pour ce très bel exercice d’analyse géomatique et sémiologique. Sans doute parce que je suis en ce moment plongé dans une analyse des atlas de la mondialisation (voir ici et ), je suis frappé aussi par la projection choisie. Alors que pour illustrer les phénomènes de flux mondiaux, de nombreux cartographes ont recours à une projection polaire, ici la cartographe choisit une projection classique (probablement celle fournie par défaut par ESRI), centrée sur l’Europe. Choix inconscient ou pas, cela a un effet net : le Pacifique est repoussé aux marges extérieures de la carte. De fait, peu de poissons sont inscrits à Facebook…! Mais on a aussi l’impression que les liens entre les deux rives asiatiques et américaines sont ténus, se réduisant presque à une sorte de fuseau qui passe par Hawaï. Ce qui est bizarre c’est qu’en fait, ces liens existent mais passent par la zone polaire et sont difractés, faisant apparaître le Pacifique comme une zone d’échange beaucoup moins dense que l’Atlantique. Une projection polaire aurait permis de mieux visualiser ces liens, tout en repoussant hors de la carte les liens d’amitié inter-manchot, un terrain de chasse encore délaissé par Facebook…

Villes refuges, refuges dans la ville et réfugiés

Sites du néolibéralisme à Amman : érection de tours (T), gated communities (C), déplacement de secteurs informels. Source : Diwan (c)

Diwan est une initiative éditoriale coordonnée par Philipp Misselwitz, de l’Université de Stuttgart (Institut d’urbanisme) et Cay Altan, qui ont mis en place en novembre 2009 une très intéressante exposition à la Biennale d’Architecture de Rotterdam. Les chercheurs et étudiants impliqués, issus d’universités de Beyrouth, du Caire, de Amman et d’Istanbul, ont exploré différentes facettes du refuge dans la ville, des camps de réfugiés aux gated communities comme lieux de refuge, des dispositifs de sécurité dans la rue aux espaces de l’intimité personnelle ou de la foi partagée… Cette thématique transversale est une manière d’interroger les effets du néolibéralisme dans son versant urbain, comme puissant facteur de mutation des espaces et de fragilisation des sociétés urbaines.

Les gated communities à Istanbul : en rouge, les quartiers de villas; en noir les "vertical gated communities". Source : Diwan (c)

Dispositifs sécuritaires à Beyrouth Ouest. Cliquer sur l'image pour une carte de plus grande taille et sa légende. Source : Diwan (c).

Ces recherches allient des enquêtes de terrain originales, des textes d’analyse et des éclairages théoriques et une mise en forme graphique particulièrement frappante. Outre les panneaux de l’exposition que je n’ai pas vus mais qui circulent (à New York, à Amman, à Beyrouth, à Istanbul), les travaux ont fait l’objet d’une impression au format journal en bichromie, chaque ville ayant sa couleur.

Cartes, schémas, croquis et photos proposent des regards souvent très originaux sur ces agglomérations et la montée des contrastes et divisions sociales en leur sein, et même sur les conflits qui les traversent, comme dans le volet Beirut. Mapping Secrurity, très impressionnant.
Un catalogue de 48 pages est disponible à la vente (15€) : je ne sais pas comment il reprend les matériaux pour chaque ville, pour lequel chaque journal représente 32 p., dont voici les références:

  • Istanbul – Living in Voluntary and Involuntary Exclusion (edited by Tansel Korkmaz, Eda Ünlü-Yücesoy and Yaşar Adanalı, Can Altay, Philipp Misselwitz)
  • Beirut – Mapping Security (edited by Mona Fawaz, Mona Harb, Ahmad Gharbieh)
  • Amman – Neoliberal Urban Management (edited by Rami Farouk Daher)
  • Cairo – Resilience: City as Personal Practice (edited by Dina Shehayeb and Shahira Issa)

Voici le texte de présentation (source):

International Conference

Diwan conference held in connection with the sub-exhibit Refuge of the 4th International Architecture Biennale Rotterdam (IABR).

Refuge – Architectural Propositions for Unbound Spaces – Cairo, Amman, Istanbul, Beirut

« Refuge » explores the causes and spatial impact of migration through voluntary or involuntary « refugees » who are transforming cities around the globe. Individuals or groups are elegantly or forcefully encapsulated from within the context of the city and society. Refuge produces an ever more atomized urban tissue where the « camp » has become both spatial paradigm and everyday reality, be it in the form of a gated community, slum, or humanitarian refugee camp.

The conference as part of the International Architecture Biennial of Rotterdam will explore the concept of “Refuge,” describing the increasingly polarised and fragmented urban tissue, which characterises cities in Turkey and the Middle East: looking at both on involuntary responses and needs on the one hand, and on voluntary seclusion, withdrawal, and barricadization on the other. The conference aims to provoke a critical discourse on the current trends which are radically transforming cities in the region.

The conference is related to an exhibition and a publication project, which launched an inquiry into the way the physical and socioeconomic texture of the contemporary cities in the Turkey/ Middle East region is conditioned and transformed by the principle of “refuge.” A network was set up amongst academics of architecture and urbanism from Universities in the region, responsible for gathering existing data and complementing it with new field work, to reach to mappings of each city with a particular devoted focus theme. These five themes have been defined – one for each city – each representing a specific aspect of a general trend towards “refuge urbanism” ranging from gated living (Istanbul), controlled mobility/access (Dubai), obsessive security (Beirut), new forms of urban governance (Amman) as well as a complex forms of resistance and subversion through practices of everyday life (Cairo). Each city/theme becomes the focus of a journal issue –the Diwan publication- bringing together the research taken on in each city with maps, case studies, as well as guest columnists from varying fields ranging from political scientists to novelists, who work and write on the particular cities and their urban conditions.

Through combining reflections, thoughts, ideas and utopias the Diwan publications hope to act as a trigger and nucleus for a multitude of regional projects – generating links, networks and collaborations in a region that is geographically united with common histories and traditions, that is dealing with very similar challenges, yet still remains often divided and fragmented.