Archives de catégorie : cartographie

Dossier Les défis du Liban : Géopolitique du pays du Cédre

Le magazine Carto (n°43, septembre 2017) publie un dossier sur le Liban, cosigné par Claire Gillette, Ghaleb Faour et Eric Verdeil. Il reprend des données, des cartes et des illustrations de notre Atlas du Liban . Les nouveaux défis publiés par l’IFPO. En voici le pitch:

« Alors que la reconstruction après la fin de la guerre civile (1975-1990) était loin d’être achevée, le début des années 2000 au Liban a été marqué par plusieurs crises et épisodes violents et de longues périodes de vacance au sein du pouvoir exécutif. Malgré l’élection de Michel Aoun à la présidence, en octobre 2016, le système politique libanais s’avère à bout de souffle. Sans parler de sa fragilité géopolitique, chronique, le pays fait face à des défis multiples, démographiques, économiques, sociaux et environnementaux, alors que les services publics sont confrontés à de nombreuses difficultés. La résilience de la société libanaise se manifeste à travers l’émergence de nouveaux modes de gouvernance territoriale et des initiatives locales. »

Le magazine se trouve en librairie et dans les kiosques de presse jusqu’à fin octobre.

Présentation discussion de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis à la Maison du Liban à Paris

30086225300_268d70c4f2_nLa Maison du Liban à la Cité Universitaire Internationale à Paris organise une conférence de présentation de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, en présence des coordinateurs et de certains auteurs.
Cette séance aura lieu le samedi 21 janvier 2017, à 17h00 à la Maison du Liban (accès).
Participants : Ghaleb Faour, Mouin Hamzé, Claire Gillette, Eric Verdeil. Modérateur: Franck Mermier

La présentation est ouverte au public mais l’inscription par mail est nécessaire pour des raisons de sécurité : culturemdl@gmail.com

Pour une présentation de l’ouvrage voir ce billet et le site de l’éditeur. Affiche à télécharger : PDF

A Paris, l’ouvrage est en vente à la librairie Maisonneuve, 3 bis, Place de la Sorbonne 75005.

Compte rendu de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire et les mutations de la carte topographique

A propos de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire: aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 240 p.

(paru dans Géocarrefour)

L’essai que propose le géographe Henri Desbois, tiré de son habilitation à diriger les recherches, se présente sous la forme d’une histoire de la cartographie, à travers le cas particulier de la carte topographique, excluant donc notamment la cartographie thématique et la cartographie marine. Mais plus fondamentalement, c’est une réflexion critique sur la numérisation de la géographie, cette expression devant être entendue au double sens de la place accrue qu’occupent aujourd’hui les techniques quantitatives dans notre discipline, et de la colonisation de nos pratiques quotidiennes et de nos imaginaires par des modes de représentation du territoire dérivés de techniques cartographiques informatisées devenues quasiment hégémoniques. En opérant une déconstruction de l’histoire de la carte topographique sous ses dimension technique, plus exactement scientifique, politique et culturelle, Henri Desbois s’inscrit dans les courants critiques de la géographie. Son propos n’est pas simplement de montrer que la carte traduit, voire impose, une vision normative et informée par la logique du pouvoir étatique – et singulièrement la puissance des Etats-Unis – sur les formes de représentation du monde. Pour lui, il est impossible de mettre en question radicalement les bases scientifiques de la cartographie, dont « les triomphes sont trop éclatants pour qu’on puisse en ébranler la domination », et dont « l’efficacité pratique est démontrée quotidiennement » (p.202). En fait, c’est le monopole que cette hégémonie tend à conférer à ce mode de connaissance que conteste Henri Desbois. En  mettant en évidence ce qu’il dénomme les imaginaires cartographiques, c’est-à-dire « les idées et les sentiments communément associés aux cartes » (p.19), il entend « aborder le discours scientifique par l’extérieur et lui contester la prétention à être le seul régime de connaissance valide », ainsi que « réhabiliter des modes alternatifs d’appréhension du monde » (p.202). Cette forte ambition rappelle que ce géographe au parcours singulier n’est pas uniquement un spécialiste de géographie numérique, d’internet et de cartographie (il s’est familiarisé à ces techniques au sein d’un service spécialisé de l’armée, alors qu’il utilisait en parallèle un SIG dans sa thèse sur la géographie urbaine de Tokyo). Il est également le tenant d’une géographie littéraire qui s’est illustré par des analyses savantes de l’Ulysse de Joyce, dont cet ouvrage comprend d’ailleurs un aperçu (une publication plus poussée sur Joyce est à paraître parue). Continuer la lecture

L’Atlas du Liban. Les nouveaux défis en librairie et au Salon du Livre de Beyrouth

30086225300_268d70c4f2_nJ’ai le plaisir d’annoncer la parution aux Presses de l’IFPO de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, que j’ai co-dirigé avec Ghaleb Faour et avec l’appui du CNRS Liban, co-éditeur. Mouin Hamzé, le secrétaire général de cette institution, a été l’initiateur de ce projet et lui a assuré un indispensable soutien institutionnel et financier. Claire Gillette, cartographe, a joué un rôle irremplaçable dans la coordination technique du projet en plus de ses immenses compétences professionnelles. Continuer la lecture

Table ronde sur les enjeux environnementaux au Liban avec Ghaleb Faour et Charbel Nahas

Dans le cadre des événements accompagnant la COP 21, la Maison du Liban à la Cité Internationale universitaire de Paris et son comité des résidents organisent le 28 novembre prochain à 17h une table ronde sur les enjeux de l’environnement au Liban. J’y participerai avec Ghaleb Faour, du CNRS Liban, et nous présenterons de nouvelles données sur l’environnement au Liban, que nous préparons dans le cadre de la nouvelle version de l’Atlas du Liban. Participera aussi à cette table ronde l’économiste et ancien ministre Charbel Nahas (voir aussi cet entretien dans Al Akhbar English), qui donnera son point de vue sur les dimensions politiques de la crise actuelle, non seulement des déchets mais bien au-delà. Un bon moment de discussion avec le public suivra.tr-MDL-envir

 

Ma lecture de l’Atlas des Etats du Golfe

J’ai le plaisir de signaler la parution sur Jadaliyya Cities de mon compte rendu de Philippe Cadène and Brigitte Dumortier, Atlas of the Gulf States. Leiden: Brill, 2013. Cet ouvrage était paru en français en 2011, comme je l’avais alors signalé. Mon séjour d’enseignement à Abu Dhabi, en septembre, m’avait permis de me faire une petite idée de cette région. Cet ouvrage permet évidemment d’aller beaucoup plus loin. Dans ce compte rendu destiné à un public anglophone, j’explique certains des trucs de conception d’un tel atlas, si typiquement français. Sur un ouvrage concurrent, mais franchement mauvais, on lira aussi ce billet.

Mapping as a French Academic Tradition and its Critics

It seems that English-speaking geographers and urbanists publish many fewer atlases, and draw fewer maps, than their French and—at least until recently—German counterparts. In France, there has been a frenzy of publishing atlases of everything and everywhere since the 1990s. What was first, at the advent of digital cartography, limited to academia, soon became a larger movement covering many topics and countries or regions of the world. The academic tradition of regional geography contributed to the launching of scientific books illustrated by various digitally processed cartograms and other varied infographics. The series « Dynamiques du territoire, » which geographer Roger Brunet launched in the 1990s, was pioneering in this perspective, with more than twenty-five books. But soon, other publishers followed a similar path, which soon transformed into an editorial highway. This is particularly the case with the publisher Autrement, which has also translated and/or adapted historical atlases initially written in English. With less than a hundred pages, these books, intended for the general public, have transformed the genre, pushing colored and attractive images and illustrations at the expense of text, limited to short notes. They offer interesting introductions to many subjects and areas, particularly those associated with current geopolitical issues such as Atlas de l’Islam dans le monde or Atlas mondial de l’eau.

Using a more demanding approach, the team of Le Monde Diplomatique and its famous cartographer, Phillippe Rekacewicz, have introduced a series of critical atlases, dealing with globalization, global conflicts, and environmental issues. In so doing, they are subverting the usual canons of mapping, often viewed by its critics as a tool in the hands of (military) powers, rather than an instrument of revolt and awareness. The former is probably the reason that, since the cultural and post-colonial turn of the 1990s, English-speaking academics seem to be wary of such intellectual products, seeing them as instruments of domination that utilize oversimplified—if not altogether flawed—categories intended to impose facts on the ground that in reality do not exist. Indeed, most governmental statistical data contribute to the legitimation of borders that often continue to be irrelevant.

Lire la suite

Matières et énergies : un renouveau géographique ?

Ouvrages commentés

Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2013. Atlas mondial des matières premières: des ressources stratégiques. Paris, France: Autrement, 96 p.
Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2014. Energies et minerais. Des ressources sous tension. Paris, France: la Documentation française, 64 p.

Bernadette Mérenne-Schoumaker, géographe des activités économiques et de l’énergie, publie deux petits ouvrages largement illustrés sur les matières premières. Pour qui s’est ennuyé, naguère, sur les bancs de ses classes de géographie, à l’étude ingrate du catalogue des productions minières, industrielles et agricoles des grandes puissances, quelle surprise que de voir ces thèmes faire leur entrée dans ce type de collection, dont le développement témoigne d’un intérêt soutenu du public pour les synthèses sur les grands enjeux économiques et géopolitiques contemporains. Cela s’explique, bien sûr, par la montée des interrogations et des inquiétudes autour du développement durable, et des impasses dans la gestion des ressources et de l’environnement planétaire, ainsi qu’ à leurs conséquences, comme le réchauffement climatique. Plus récemment, les questions du pic pétrolier et de la raréfaction des métaux ont également fait leur apparition dans les débats publics, faisant surgir des craintes quant aux effets des pénuries annoncées.
Dans l’Atlas des matières premières, Mérenne-Schoumaker adopte une définition large de ces produits, qui ont en commun leur rareté (ces matières peuvent être renouvelables ou non), leur caractère indispensable à l’homme et leur inclusion dans des logiques de marché et d’échange. Aux minerais et aux ressources énergétiques, elle adjoint les productions agricoles, de l’exploitation forestière et de la pêche, ainsi que l’eau. L’ensemble de ces matières est soumis à des tensions, voire à un risque d’épuisement. Les deux premiers chapitres livrent un bilan des tendances concernant leur production et leur localisation. Ils sont suivis d’une analyse des conséquences de la hausse continue de la demande et du difficile et couteux ajustement de l’offre, qui impliquent une augmentation des échanges commerciaux. Le caractère fini de ces ressources est souligné, ainsi que les dégradations environnementales que cause leur exploitation. L’auteur montre toutefois la complexité à définir les réserves et les stocks, en fonction de paramètres naturels (géologiques, pédologiques, hydrologiques…) mais aussi technologiques, économiques et politiques. L’économie des matières premières est ensuite examinée, notamment sous l’angle de la volatilité des prix et d’un contexte haussier, aux conséquences sociales redoutables. Mérenne-Schoumaker met en avant la libéralisation commerciale et financière des échanges mais exprime un avis nuancé sur le rôle de la financiarisation dans les emballements de prix, préférant insister sur l’enjeu de la hausse de la demande des pays émergents, notamment la Chine. Le dernier chapitre explore les tensions géopolitiques qui résultent de cette course aux matières premières. Si elles sont rarement la cause unique des guerres contemporaines, elles favorisent leur poursuite (comme en Afrique centrale). L’auteur examine quelques solutions possibles pour atténuer son impact social et économique sur les sociétés et les inégalités croissantes qui les traversent, à l’échelle mondiale autant que continentale et nationale. Les pistes envisagées privilégient la réduction des consommations, notamment au nord, ainsi que le « mieux consommer ». Le recyclage se heurte à des difficultés techniques et économiques et n’atténuera que faiblement l’épuisement qui se dessine.
Le dossier de la Documentation photographique, limité aux énergies et aux minerais, reprend ces grandes idées, dans un ordre différent et avec d’intéressantes photographies, extraits d’articles de presse et renvois vers des films et sites internet utiles.
Les deux ouvrages n’échappent pas à une présentation parfois fastidieuse en forme de catalogue – mais on admettra que la lecture suivie n’est peut-être pas le principal mode de consultation par les lecteurs. La cartographie et l’infographie sont évidemment riches et utiles, même si certaines cartes sont peu probantes et d’une sémiologie discutable (par ex. dans l’Atlas, l’agriculture en France et la pollution de l’eau, p.51, ou les investissements chinois dans l’énergie, les minerais ou l’agriculture en Afrique p.73).
Les limites de ces publications – liées sans nul doute à leur format – résident dans le fait qu’elles se contentent d’un traitement à l’échelle mondiale, et sont centrées principalement sur la production et les échanges (sous l’angle économique). L’atlas des matières premières montre peu d’intérêt pour les processus géographiques concrets et les paysages de cette géographie des matières premières. La Documentation Photographique est à cet égard un utile complément grâce à ces illustrations et à des études de cas localisées. On peut regretter toutefois que les deux ouvrages tirent peu parti de récents travaux de recherche qui se sont intéressés à ces questions et ont beaucoup apportés à leur étude, à travers ce qui peut être lu comme un tournant matériel, même s’il n’est pas toujours revendiqué (par exemple, Magrin 2008; Magrin et Perrier-Bruslé 2011) ou ce qui se revendique en tant qu’écologie politique dans le monde académique anglophone (par exemple Bridge 2010). Ces travaux non seulement s’intéressent aux « matières » en général, mais plus largement, s’attachant aux contraintes et ressources liées à cette matérialité même, ils étudient la manière dont cette dernière est construite et spatialement produite par des processus techniques, mais aussi juridiques, institutionnels et culturels, et à ce titre politisée – non seulement par les grands acteurs internationaux mais aussi et avant tout au cœur des sociétés et dans la vie quotidienne. La relative absence des manifestations localisées proprement politiques de ces tensions – au-dela du débat finalement classique sur les nouvelles guerres de l’eau, du pétrole ou des diamants – est ce qui manque le plus à ces ouvrages.

Références citées

Bridge, Gavin. 2010. « The Hole World: Scales and Spaces of Extraction ». In New Geographies 2: Landscapes of Energy, édité par Rania Ghosn, 43‑48. Harvard Graduate School of Design (voir ce précédent billet).
Magrin, Géraud. 2008. « L’Afrique sub-saharienne face aux famines énergétiques ». EchoGéo, no 3 (février).
Magrin, Géraud, et Laetitia Perrier-Bruslé. 2011. « Nouvelles géographies des activités extractives ». EchoGéo, no 17 (octobre).

Autres billets sur des atlas et des questions de cartographie

Géographie parallèle, exposition d’une œuvre commune de Marc Jurt et Michel Butor

Suivant l’injonction de Thierry Joliveau sur le site (e)space&fiction, je suis allé aujourd’hui voir l’exposition Géographie parallèle au musée de l’Imprimerie de Lyon (voir le dossier de presse). Y sont exposés cinquante monotypes du graveur et sculpteur suisse Marc Jurt, décédé en 2006, que l’écrivain Michel Butor a titrés et accompagnés de courts textes en prose. Ces estampes prennent pour support des documents cartographiques divers, gravures anciennes, plans de ville, cartes d’état-major et jusqu’à de modernes cartes d’aviation,  qui sont recouverts par des gestes picturaux, découpés,  tamponnés, parfois répliqués comme en miroir – ainsi dans l’affiche de l’exposition, l’œuvre « Papillon rugissant »-, etc. Le texte du Butor prend place en marge ou dans un cartouche, comme un commentaire, mais aussi bien s’insinue au cœur des figures dérivées des cartes. On retrouve ainsi ce mélange intime et consubstantiel du texte et du figuré dont Christian Jacob a montré qu’il est constitutif de la carte qu’il ne faut jamais pas confondre avec une simple image1. Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Jacob C., 1992, L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire (Bibliothèque Albin Michel de l’histoire, ISSN 1158-6443). Paris, Albin Michel, 537 p. []

Consternation cartographique

A la BIU de Gerland, je trouve sur la table des nouvelles acquisitions An Atlas of Middle Eastern Affairs, édité par Routledge (Auteurs : Ewan Anderson et Liam Anderson, Cartographie par Ian Cool). Consternation! D’autant que c’est sans doute moi qui aie suggéré son acquisition, argh… Rarement aura-t-on lu vu un atlas géographique et géopolitique aussi médiocre. C’est une chance qu’en France, les éditeurs se soient lancés sur le marché des atlas (cf. article de Jean Radvanyi), et que les succès rencontrés les confortent dans la production d’une iconographie de qualité (et tout simplement en couleur). Une autre chance est que les géographes et les cartographes, bien formés aux règles théorisées de la graphique théorisées par Jacques Bertin et ses successeurs, aient globalement réussi à imposer aux éditeurs leur reconnaissance  (même si il y a des exceptions, voir la série des atlas La Vie-Le Monde et la justification qu’en donne Delphine Papin, cartographe responsable de cette série – enfin rien à voir avec la catastrophe qui nous occupe). Ce que les séries du Monde diplomatique, d’Autrement ou de Sciences Po ont également réussi à imposer sur le marché, c’est aussi une richesse des thématiques qui contrebalancent le simplisme des approches dominantes de géopolitique et de relations internationales. Continuer la lecture

Le genre de l’atlas, l’atlas comme genre

En complément de ce billet, je publie ici, pour mémoire, ce texte qui était une proposition d’un axe de travail pour le projet de réponse à l’ANR « médiations géographiques ». J’aurais voulu le déposer dans Hal-SHS, mais assez logiquement, il n’a pas été accepté. Je le dépose le 1er mai 2012, mais ce billet est anti-daté (notamment pour ne pas apparaître en une). Sa date de rédaction initiale était fin 2007-début 2008.

 Contexte

Depuis les années 90, la production éditoriale en géographie s’est distinguée par une floraison de collections d’atlas géographique d’un genre nouveau, parmi lesquels on peut citer, sans volonté d’exclusivité et en se limitant à quelques références françaises, la collection Dynamiques du territoire coéditée par le GIP Reclus et la Documentation française, les Atlas d’Autrement ou ceux, annuels, publié par le Monde diplomatique. Reposant sur une nouvelle esthétique de la carte et de l’infographie, usant des ressources de l’informatique, de cartographie statistique et des systèmes d’information géographique, ces atlas articulent de manière originale leur riche iconographie avec le texte, que ce soit sous la forme de planches thématiques ou d’un récit géographique qui, tous deux, rompent avec la sècheresse de notices descriptives se retranchant derrière l’image qui constituaient pour l’essentiel le style des anciens atlas.

Si Lyon n’est pas Montpellier, capitale du GIP Reclus, il se trouve néanmoins que l’on y observe différentes productions relevant du genre de l’atlas. Au sein même de l’UMR, on citera notamment les Atlas de Roumanie (Rey et alii) et du Liban (Verdeil, Faour, Velut), et les réflexions sur les outils de la cartographie récemment structurées dans la plateforme ISIG. Par ailleurs, le GREMMO (UMR n°5195 de la Maison de l’Orient) prépare un atlas du Syrie en lien avec l’IFPO, qui était le partenaire de l’Atlas du Liban, et ce même IFPO a lancé un autre projet d’Atlas de Jordanie. On notera également que les projets d’Atlas ne sont pas cantonnés à la discipline géographie. Le Laboratoire d’analyse historique Rhône Alpes, sous la conduite de Jean-Luc Pinol, autrefois responsable de la collection des Atlas des villes de France, étant également engagés dans divers projets similaires.

 Questionnements

En proposant une réflexion sur le genre de l’atlas ou sur l’atlas comme genre, notre propos vise deux questionnements complémentaires.

Les conventions d’écriture dans les atlas

Une première interrogation porte sur les conventions d’écriture de ces atlas. Elles sont tout d’abord redevables à la révolution informatique, géostatistique et des systèmes d’information géographique. Toutefois, la géographie française semble particulièrement marquée par les codifications théorisée par J. Bertin et systématisés, voire déclinées en un style cartographique singulier par Roger Brunet et le GIP Reclus. Même si les Atlas Autrement ou les produits du Monde diplomatique s’en dégagent aujourd’hui, on peut faire l’hypothèse d’une empreinte disciplinaire forte et durable de ces maîtres. Les comparaisons étrangères et avec d’autres disciplines (par ex. l’histoire, l’environnement ou l’urbanisme et l’aménagement- pensons aux atlas de l’IAURIF) pourraient permettre de saisir et d’identifier les principaux éléments d’un tel style ou écriture cartographique. Mais le renouvellement des atlas ne se limite pas aux transformations esthétiques et typologiques de l’iconographie, elle va de pair avec une nouvelle relation aux textes. D’une part, les cartes et diagrammes produits par ordinateur sont, peut être plus que par le passé, le résultat d’un code ou d’un programme : ils diffèrent peu, en nature, de textes produit selon des procédures formalisées (voir E. Guichard). D’autre part, et cette fois-ci selon une perspective plus classique bien analysée par C. Jacob par exemple dans l’Empire des cartes, les cartes de l’atlas ne sont pas séparables de leur commentaire, qui commence avec le texte même qui est inscrit dans la carte (légende, toponymie) mais se prolonge dans le texte qui accompagnent l’iconographie, dans une planche voire un chapitre. Enfin, c’est la forme même de ce texte, son plan et ses motifs répétitifs ou singuliers, qui constituent un dernier élément pour aborder la question du genre de l’atlas.

Le genre comme réponse à une demande sociale

Une deuxième grande perspective induite par l’interrogation sur le genre porte sur le contexte de production et de réception, non pas au sens étroit du milieu disciplinaire, mais au sens de contexte produit par une certaine demande sociale. Du côté des éditeurs, l’atlas semble représenter un produit grand public prisé (cf. la collection Autrement). C’est sans doute aussi vrai du côté des pouvoirs publics. Pour eux, les atlas représenteraient une manière relativement « neutre », par sa codification notamment, de poser des diagnostics territoriaux. Ils seraient ainsi l’expression d’une « transaction » entre des géographes soucieux de mieux prendre en compte la demande sociale et politique et de valoriser leur discipline et des « décideurs » ou un « public » pour qui les conventions d’écriture et de représentation propres à l’atlas faciliteraient l’appropriation de la production scientifique des géographes.

Au-delà des expériences des grandes collections récentes d’atlas en France, et des témoignages d’auteurs, il serait intéressant d’analyser d’autres expériences nationales : ici, les cas roumain et libanais, pour commencer, pourraient être soumis à ce questionnement.

Références citées

Rey Violette et alii, Atlas de la Roumanie, GIP Reclus/La Documentation française, 2007

Verdeil Eric, Faour Ghaleb, Velut Sébastien, Atlas du Liban : territoires et société, Beyrouth : IFPO/CNRSL, 210 p.

Guichard Eric, « L’internet : retrouvailles de l’écriture et de la cartographie », in dossier « La cartographie », Revue de la bibliothèque nationale de France, n°24, 2006, pp.51-56.

Jacob Christian, L’empire des cartes  : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire,  Paris : A. Michel, 1992,  537 p.