Archives de catégorie : blogging scientifique

Des métropoles hors sol ? La déterritorialisation de la production de l’urbain en question

Je participerai, les 17 et 18 novembre prochain, en tant que discutant, aux journées d’études urbaines organisées par plusieurs jeunes collègues de l‘Institut d’urbanisme de Lyon (notamment des papiers prévus de Jihad Farah sur Beyrouth et Mathieu Allaine sur Aqaba). L’appel à contribution a largement circulé et avait été été diffusé sur notre carnet collectif ACREOR. Le programme vient d’être mis en ligne sur un Carnet spécialement créé pour ce colloque et ses suites, sur le portail Hypotheses.org. On peut aussi y gérer son inscription…

(La sauce du blogging scientifique est en train de prendre…)

L’urbanisme des villes arabes sous le regard de Yasser Elsheshtawy

Yasser ElSheshtawy, professeur à l’Université des Emirats Arabes Unis, a publié à titre personnel ou collectif ces dernières années plusieurs livres marquants qui en font une figure montante des études urbaines dans le monde arabe. Pierre-Arnaud Barthel et moi en avons rendu compte dans Géocarrefour.

Il publie également une chronique des questions urbaines largement centrée sur les villes arabes – mais pas seulement – sur le site d’information basé à Dubai Alrroya.com.

Parmi les derniers sujets de ces chroniques, Beyrouth, Amman, Le Caire, Qatar et bien sûr Dubai, en quelque sorte son port d’attache. Dans ces textes, l’auteur distribue bons et mauvais points sur l’urbanisme officiel et quelques réalisations architecturales marquantes. Plus rarement, il questionne la manière dont cet urbanisme prend en compte les formes d’organisation informelles ou éphémères de ces sociétés urbaines.

On notera que curieusement, curieusement pour un universitaire originaire d’Egypte, il n’y a pas de prise de position ou d’analyse sur le soulèvement en cours dans ce pays. En revanche, on trouvera, daté du 15/2, un billet sur la place Tahrir et ses évolutions morphologico-fonctionnelles dans l’histoire. Y. Elsheshtawy souligne la permanence de son rôle politique de lieu de contestation.

J’en profite pour signaler la traduction en anglais de mon papier sur les révolutions dans les villes arabes, grâce à l’initiative de l’équipe de Métropolitiques que je remercie ici.

La carte des 500 millions d’amis

Le monde selon Facebook

Grâce à Affordance, je tombe sur un très stimulant billet de mon collègue Thierry Joliveau sur son (non-)blog Monde géonumérique. Il commente une carte réalisée par un stagiaire chez Facebook représentant les liens d’amitié entre les membres de ce réseau social. C’est une très belle analyse de déconstruction à la fois sur le plan géomatique (quelles données, quels traitements statistiques et cartographiques) et sur le plan sémiologique. Parmi les conclusions (de ce qui n’est qu’un premier volet), citons

C’est une construction faite pour communiquer efficacement la doctrine Facebook que l’on décrypte en creux : la compagnie relie les hommes du monde entier par-delà les frontières, les montagnes et les océans. Elle prend soin de toutes les amitiés qu’elle aide à éclore. Elle accompagne  chacune d’entre elles avec attention. Elle connaît chaque fil particulier du grand écheveau rassurant et bienveillant qu’elle tisse autour de la planète grâce à son savoir technique parfaitement maîtrisé.

Bravo Thierry pour ce très bel exercice d’analyse géomatique et sémiologique. Sans doute parce que je suis en ce moment plongé dans une analyse des atlas de la mondialisation (voir ici et ), je suis frappé aussi par la projection choisie. Alors que pour illustrer les phénomènes de flux mondiaux, de nombreux cartographes ont recours à une projection polaire, ici la cartographe choisit une projection classique (probablement celle fournie par défaut par ESRI), centrée sur l’Europe. Choix inconscient ou pas, cela a un effet net : le Pacifique est repoussé aux marges extérieures de la carte. De fait, peu de poissons sont inscrits à Facebook…! Mais on a aussi l’impression que les liens entre les deux rives asiatiques et américaines sont ténus, se réduisant presque à une sorte de fuseau qui passe par Hawaï. Ce qui est bizarre c’est qu’en fait, ces liens existent mais passent par la zone polaire et sont difractés, faisant apparaître le Pacifique comme une zone d’échange beaucoup moins dense que l’Atlantique. Une projection polaire aurait permis de mieux visualiser ces liens, tout en repoussant hors de la carte les liens d’amitié inter-manchot, un terrain de chasse encore délaissé par Facebook…

Publier sa thèse en urbanisme : plusieurs modèles en discussion

Les cafés de l’Après-thèse, organisés par les doctorants de l’école doctorale Paris-Est Ville Technique Territoire ont organisé le 16 novembre un débat sur cette thématique, auquel ont participé Elsa Vivant, MCF en urbanisme et auteur(e?) de La ville créative aux PUF, Jérôme Martin représentant des éditions L’Harmattan et  Pierre Mounier de Revues.org.

La discussion apporte toute une série de conseils aux jeunes et futurs docteurs dans leurs projets de publication, notamment des informations essentielles sur l’organisation économique du milieu de l’édition. Les enjeux relatifs à la publication de la thèse sont utilement relativisés. Elsa Vivant insiste aussi sur les contraintes voire les torsions auquel un auteur doit se prêter pour publier dans une « grande » maison (elle cite son chiffre de vente : 836, en environ un an, ce qui souligne tout de même la taille réellement petite du marché des SHS, pour un ouvrage formaté pour un public relativement large).

On aurait pu espérer que les « prestations » offertes par L’Harmattan soit davantage démystifiées, comme dans ce billet de Pierre Assouline (signalé par Aldus) : l’absence de relecture, de maquettage, la faiblesse de la diffusion en librairie, ou encore les prix élevés pour des fichiers électroniques (qui ont certes le mérite d’exister comme s’en félicite Aldus) par ailleurs dépourvus de toutes métadonnées qui en faciliteraient l’exploitation et le référencement. Mais il faut reconnaître que ce géant relatif est loin d’être le pire éditeur du marché (l’exemple des Editions Universitaires Européennes est cité : ils bombardent nos boîtes mail de démarches vantant leurs services, sans aucune garantie pour les auteurs qu’ils pourront vraiment trouver un lectorat. Cf une sévère mise en garde ici).

Pierre Mounier replace la question de la publication dans une perspective plus large et insiste sur les transformations des rapports papier/électronique. On trouve aussi une discussion qui souligne que l’édition électronique n’est pas à priori un facteur aggravant le plagiat. Je suis à priori d’accord avec cette affirmation tout en notant qu’on manque un peu de recul sur la question. Tout dépend aussi de quel plagiat on parle : sans doute pas (massivement en tout cas) celui des chercheurs jeunes ou moins jeunes, mais celui des étudiants, en revanche, existe.

Il me semble qu’il serait nécessaire de faire un bilan critique et prospectif de l’édition universitaire et de sa politique de publication de livres. J’ai l’impression que l’offre ne bouge pas beaucoup et que le milieu reste très conservateur.

Au total, une initiative utile et instructive. Bravo aux doctorants du LATTS.

Le compte-rendu est ici.

Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’ère du numérique : enjeux pour les chercheurs

L’Ecole doctorale de Lyon ouvre les inscriptions à ses sessions de formation pour l’année 2011. J’assurerai comme l’an passé un module sur le thème des publications scientifiques à l’ère du numérique, dont voici la présentation.

Les publications en sciences sociales connaissent des bouleversements majeurs, à la fois économiques et technologiques. En même temps, l’évaluation de la recherche évolue vers un modèle quantitatif qui impose ou du moins survalorise certains formats éditoriaux, sans prendre en compte correctement les spécificités disciplinaires et les pratiques de diffusion de leurs travaux des chercheurs. De grands débats animent le milieu universitaire sur ces questions, mais l’information précise et indispensable sur ces pratiques en évolution fait le plus défaut. C’est l’objectif de cette formation que de proposer un panorama de ces enjeux et de ces évolutions.

La formation est assurée par un chercheur en sciences sociales, plus précisément géographe. Il est en effet important que les questions techniques de l’édition scientifique soit appréhendée et discuté de l’intérieur du monde de la recherche et non pas uniquement par des techniciens ou des spécialistes de la documentation et de l’édition. Sans remettre en cause ces métiers, il s’agit de montrer, à partir d’exemples concrets liés à un investissement personnel dans la publication, dans l’animation et dans l’édition scientifique, comment les chercheurs peuvent se saisir des outils existants pour tenter de mieux contrôler leur stratégie personnelle et collective de publication.

Voir le programme détaillé sur cette page et le bilan de l’an passé.
La session aura lieu les 2-3-4 février 2011 à la BIU de Gerland.

Rencontre sur les enjeux de l’édition électronique à Lyon

A signaler, cette rencontre que j’aurais le plaisir d’introduire, organisée par l’excellente librairie Terre des livres à Lyon

Mercredi 16 juin, 18 h-20 h
LES ENJEUX DE L’EDITION ELECTRONIQUE
Lecteurs, éditeurs, libraires
Rencontre-débat à l’occasion de la parution du livre de Marin Dacos et
Pierre Mounier : L’édition électronique, La Découverte, collection Repères
avec :
Pierre MOUNIER, du Centre pour l’édition électronique (CNRS-EHESS)
Erik FITOUSSI, de la librairie Passages et (sous réserve) Françoise
CHARRIAU, Vice-présidente du Syndicat de la Librairie Française
Le débat sera animé par Eric VERDEIL (CNRS, Lyon) éditeur de la revue
papier et numérique Géocarrefour.

L’apparition du iPad et de nombreux autres supports de lecture attire l’attention sur la mutation irréversible de l’édition vers l’électronique. S’il est bien clair que l’électronique n’éliminera pas le papier, ni à court, ni à moyen terme, il n’en reste pas moins que les usages vont connaître de grandes évolutions. L’édition universitaire est déjà avancée sur la voie la dématérialisation du texte. C’est notamment le cas pour les articles de revues mais aussi à travers la naissance de nouveaux modes de communication, comme les blogs scientifiques. Les métiers du livre, éditeurs et libraires, paraissent à la veille de changements importants également dans leurs contenus et leurs modèles économiques.

Entrée libre

Librairie TERRE DES LIVRES
86, rue de Marseille 69007 Lyon
Tel & fax : 04 78 72 84 22 – http://terre.des.livres.free.fr

Formation doctorale sur la publication SHS à l’époque du numérique

J’ai donné la semaine dernière dans le cadre de l’école doctorale SHS de Lyon une session sur ce thème de la publication en SHS à l’ère numérique. Il me paraît utile d’en dresser un petit bilan à vocation prospective, alors que les formations des écoles doctorales font l’objet d’interrogations, par exemple sur le blog de Pierre Dubois, ici et .

En premier lieu, je prie les lecteurs habituels de ce blog, que je suppose plus intéressés par les villes et le Moyen-Orient, de pardonner cette incursion vers d’autres territoires de mon activité de chercheur, également enseignant à certaines heures. De fait, à travers mon implication comme codirecteur de Géocarrefour, comme artisan de l’édition électronique de cette revue grâce aux outils développés par Revues.org et comme numérisateur de papier dans le cadre de Persée, puis comme récent bloggeur, j’ai été conduit à une veille à la fois technique et scientifique sur ces thématiques. Lors de ma participation à l’Université d’été du Centre pour l’édition électronique ouverte à Marseille en septembre dernier, j’ai rencontré un grand nombre d’autres acteurs de l’édition électronique en SHS dans une atmosphère enthousiaste de curiosité et d’échange. Toutefois, je suis frappé de voir que de nombreux collègues chercheurs et enseignants-chercheurs restent peu sensibilisés à ces questions, mal informés et souvent peu formés. Il en résulte aussi pour les jeunes chercheurs et de nombreux doctorants un certain désarroi. Malgré la curiosité et une maîtrise des outils de base de l’informatique, il me semble qu’il y a un clair déficit de formation sur ces enjeux, à la fois techniquement et scientifiquement. C’est dans cet état d’esprit que j’ai proposé cet automne à l’école doctorale de Lyon cette thématique, idée qui a été très bien accueillie. L’école doctorale doit en effet proposer une formation professionnalisante aux doctorants, à hauteur de 80 heures sur la durée de la préparation de la thèse. Il semblerait que l’offre disponible ne soit pas toujours très adaptée aux doctorants SHS; aussi une proposition ciblée pour ce public était-elle bienvenue.

Les quinze participants se sont en fait répartis sur quatre écoles doctorales : Sciences sociales (3 historiens, 2 géographes, 1 science po, 1 anthropologie, 1 histoire des sciences), Lettres, langues linguistique et arts (1), Science économique et gestion (2), Sciences de l’éducation, psychologie, information et communication (5). Du point de vue de l’avancement de leur travail, ils étaient 2 en première année, 5 en deuxième année, 7 en troisième année et deux autres au-delà. Selon leurs dires, ils ne cherchaient pas spécifiquement un module consacré à ce sujet mais ont choisi cette session par intérêt à la lecture de la description proposée, soit en raison d’autres contraintes de disponibilité.

Extrait du descriptif de la formation diffusé par l’ED

Les publications en sciences sociales connaissent des bouleversements majeurs, à la fois économiques et technologiques. En même temps, l’évaluation de la recherche évolue vers un modèle quantitatif qui impose ou du moins survalorise certains formats éditoriaux, sans prendre en compte correctement les spécificités disciplinaires et les pratiques de diffusion de leurs travaux des chercheurs. De grands débats animent le milieu universitaire sur ces questions, mais l’information précise et indispensable sur ces pratiques en évolution fait le plus souvent défaut. C’est l’objectif de cette formation que de proposer un panorama de ces enjeux et de ces évolutions.

La formation est assurée par un chercheur en sciences sociales, plus précisément géographe. Il est en effet important que les questions techniques de l’édition scientifique soit appréhendée et discuté de l’intérieur du monde de la recherche et non pas uniquement par des techniciens ou des spécialistes de la documentation et de l’édition. Sans remettre en cause ces métiers, il s’agit de montrer, à partir d’exemples concrets liés à un investissement personnel dans la publication, dans l’animation et dans l’édition scientifique, comment les chercheurs peuvent se saisir des outils existants pour tenter de mieux contrôler leur stratégie personnelle et collective de publication.

Syllabus

Le caractère très condensé de la session, 20 h en 3 jours, m’a conduit à trouver une organisation pédagogique alternant présentation de type cours, exercices et manipulation d’outils, ainsi que moments de discussion et de débat, à partir de lectures. Je propose ci-dessous une sorte de syllabus avec les principaux enchainements et les références utilisées. M’étant inspiré de nombreuses ressources sur le web, cette trace constitue un renvoi d’ascenseur. Les éventuels commentaires des sagaces lecteurs pourront enrichir la prochaine session.

En introduction, j’ai proposé la lecture de Pierre Mounier sur l’édition électronique, nouvel Eldorado pour les SHS. J’ai aussi présenté Zotero et Delicious en proposant de les utiliser pour l’appropriation des références et exemples vus au cours des séances. La bibliographie et les références du cours ont été partagées grâce à la fonction Group Library de Zotero (consultable et récupérable ici). L’un des fils directeurs a été la présentation de situations éditoriales dans lesquelles j’ai été personnellement impliqué: publications d’articles et d’ouvrages et édition de Géocarrefour en particulier.

J’ai d’abord présenté des éléments de synthèse sur la crise des SHS dans l’édition, à partir de discussions et de données chiffrées reprises de rapports récents et de lectures plus générales sur ce thème. J’ai notamment essayé de présenter les données économiques sur l’édition universitaire (notamment le rapport du GFII paru en novembre 2009), en soulignant les formes complexes d’articulation entre évaluation par les pairs et contraintes économiques.

Le deuxième grand thème abordé a été la transformation de l’écosystème du livre et de l’édition à l’époque numérique, en présentant successivement les nouveaux supports et formats du livre électronique (Lecture : Dacos Marin, 2008, « Livre numérique : la révolution attendra encore un peu », Blogo Numericus), puis les enjeux de la numérisation de masse et ceux de la numérisation des corpus scientifiques (des revues jusqu’aux corpus de sources) (Lectures : Darnton Robert, 2009, « La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google », Le Monde Diplomatique et Erzscheid Olivier, 2010, « Réponse à Bruno Racine (Google-BnF) », Affordance). Nous avons exploré différents outils, de Google Livres à Persée, en passant par le projet Gutenberg.

Le thème suivant était une présentation de l’édition numérique aujourd’hui, notamment les modèles économiques de l’édition scientifique, du modèle Elsevier à l’Open Access, avec une présentation plus détaillée des outils disponibles en France. Les outils présentés ont été : les revues électroniques de la BIU, BiblioSHS, Scirus, Crossref et les DOI, HAL, OAISTER, ainsi que Lodel et Revues.org.

Le hall de la BIU Denis Diderot de Lyon

De l’exploration de ces deux volets et des discussions qui les ont entourés sont ressorties deux remarques. Tout d’abord, l’accès aux livres par le Net implique une déterritorialisation des pratiques de lecture et pose clairement la question du statut futur des bibliothèques, en tant que lieu. Question qui a résonné puissamment dans cette belle bibliothèque Denis Diderot de Gerland que j’aime fréquenter, mais connue et décriée pour une fréquentation très faible (même si cela semble s’être amélioré)… Une étudiante s’est interrogée sur la mutualisation des outils de médiation d’accès aux ressources électroniques : voilà bien un travail qui théoriquement ne devrait plus être à faire à l’échelle de chaque bibliothèque. Qu’en est-il concrètement ? Quelles implications pour l’activité des bibliothèques ?

Autre question, surgie je crois lors d’une démonstration d’un corpus numérisé présenté en ligne (sur le site du Telma) : en quoi l’émergence de ces nouvelles pratiques serait-elle susceptible de modifier les exigences scientifiques d’une recherche, par exemple doctorale. Il me semble que dans le cadre d’une thèse, à plus ou moins brève échéance, on peut s’attendre à l’exigence d’une numérisation voire à une demande d’accessibilité en ligne aux sources de la recherche. Ce qui impliquerait la numérisation conforme aux normes et format de l’édition électronique scientifique (OAI-PMH et TEI). Du boulot en perspective… et de nombreuses questions de méthode à aborder non seulement pas les historiens mais aussi les autres sciences sociales.

J’ai ensuite proposé une analyse des enjeux de la bibliométrie pour l’évaluation de la recherche en passant par les classements de revues. Lecture : Piron Sylvain, 2008, « Lisons Peter Lawrence, ou les implications morales de l’évaluation bibliométrique », Évaluation de la recherche en SHS. Outils présentés : Web of Knowledge, Journal Citation Reports, Scopus, Google Scholar, Publish or Perish.

Le dernier thème, sans doute trop partiellement exploré, portait sur les potentiels de transformation de l’écriture scientifique avec l’irruption des pratiques du web 2.0, des réseaux sociaux autour du livre (The Library Thing, Book Glutton, connus grâce à la présentation de Hubert Guillaud lors de l’Université d’été du Cléo) et du blogging (Gunthert André, 2010,« Why Blog ? », The Read/Write Book, Marseille, CLEO, p. 167-171 ). La discussion a mis en évidence que le blog (à titre universitaire du moins) reste une pratique minoritaire et intimidante pour la plupart des étudiants mais aussi dans leurs laboratoires et leur milieu de recherche. Les listes de discussion fermées apparaissent en revanche comme des pratiques suivies et intenses.

Pour conclure

Voici quelques remarques à caractère prospectif.

J’ai été particulièrement étonné de la méconnaissance des moteurs de recherche scientifiques spécialisés ou de portails comme celui des ressources électroniques de la BIU de Gerland ou de BiblioSHS, ou encore de Scirus.

Autre constat, seuls deux des doctorants (dont la majorité était pourtant en 3èmle année ou au-delà) utilisaient un gestionnaire des références bibliographiques et la plupart ignoraient les outils de taggage type Delicious. Ce n’est bien sûr pas un véritable étonnement, l’adoption d’une telle pratique étant récente pour moi aussi. De toute façon, il n’est pas trop tard pour s’y mettre. Mais les doctorants ont exprimé un grand besoin de formation dans ce domaine et une certaines frustration face à l’offre de l’école doctorale. Des formations en profondeur sur les logiciels de gestion bibliographique et sur les moteurs de recherche apparaissent particulièrement nécessaires dès la première année de formation doctorale, voire en M2 recherche. Il semblerait que les difficultés se situent à plusieurs niveaux:

  • au niveau général d’une école doctorale comme de Lyon, ces formations sont seulement en train de se mettre en place. On débute. L’identification des doctorants par les différentes écoles doctorales semble vraiment problématique – et d’ailleurs, elle l’est également au simple niveau des laboratoires (si tant est que les laboratoires éclatés de SHS puissent être considérés comme des institutions « simples »). Donc la diffusion de l’information sur ce qui existe et est proposé est problématique ;
  • selon leurs témoignages, les doctorants ont par ailleurs beaucoup de mal à accéder à l’information sur les formations offertes, notamment en raison de la dispersion entre l’école doctorale au niveau lyonnais et les écoles doctorales disciplinaires. Toutefois, les choses semblent en voie d’amélioration puisque l’école doctorale SHS a mis en place un site apparemment assez actif relayant les informations dans ce domaine. Encore faut-il que les doctorants et les encadrants en aient connaissance pour que l’information soit connue et utilisée.

Par la force des choses, cette session a donc été une session d’initiation à ces nouveaux outils, mais une initiation de facto bien limitée. La complémentarité avec les offres d’acteurs comme les URFIST et les bibliothèques universitaires devrait à l’évidence être recherchée et promue. J’ai notamment renvoyé vers le manuel diffusé par l’ENSSIB dont aucun doctorant n’avait eu connaissance. Au delà de l’école doctorale, la question de la circulation des offres autour des outils d’information pose problème. Mais la difficulté pour ces organismes à jouer leur rôle de médiateur n’est pas nouvelle.

Par rapport à des présentations détaillées de ces outils de l’édition numérique ou électronique offertes par les professionnels, quel peut être l’apport d’une formation comme celle que j’ai présentée? Il me semble résider principalement dans un témoignage concret et pratique sur l’utilisation d’une telle boîte à outils en fonction des différents contextes et étapes de l’activité de recherche et de publication.

Un autre ressort pédagogique de cette intervention a consisté à dégager les différents rôles liés à la pratique éditoriale qu’un chercheur endosse dans son activité: auteur de publication confronté aux enjeux de l’évaluation, en recherche d’un éditeur pour ses travaux spécialisés et de subventions pour financer ses projets d’ouvrages, éditeur scientifique d’une revue, etc… Il est alors moins question d’outils que d’une réflexion sur les contraintes techniques, économiques et scientifiques à gérer dans ces différentes facettes du métier.

L’édition électronique

A titre personnel, l’expérience fut très positive, à la fois dans les échanges avec les doctorants de différents horizons et par l’intense préparation de ces séances qui m’ont permis de clarifier toute une série de questions. Je dois à cet égard signaler ma grande dette au livre L’édition électronique que viennent de publier Marin Dacos et Pierre Mounier, lu juste à sa parution. De nombreux éléments en avaient été divulgué sur Blogo Numericus ou ailleurs mais la construction du livre en elle-même m’a été très utile pour structurer mon propos, notamment la distinction entre l’édition face aux défis du numérique (le passage du papier au numérique), l’édition numérique et les nouveaux usages et pratiques éditoriales qui transforment le livre aujourd’hui. Par ailleurs, une partie des textes cités ici sont repris dans le Read/Write Book, paru ces jours-ci également.

Bilan quadriennal : quatre points forts

Comme beaucoup de chercheurs CNRS actuellement, je prépare mon bilan quadriennal (2007-2010). Je pense mettre en avant quatre points forts dont je livre ici une première esquisse.

Publication de Atlas du Liban.  Territoires et société (2007)

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Cet ouvrage est le résultat du travail mené avec Ghaleb Faour du CNRS Liban et de Sébastien Velut, alors ENS-IRD, avec la collaboration de différents collègues dont principalement Walid Bakhos. Cette publication constitue l’achèvement d’un programme de longue durée, lancé en 1999 par Ghaleb Faour et Eric Huybrechts. Il a profondément bénéficié, de 2002 à 2004, de la collaboration avec l’IAURIF mais cette collaboration nous a obligé, en fait, à profondément transformé le projet de publication puisque l’IAURIF a établi et publié en 2005, dans le cadre du projet d’aménagement du territoire libanais, un premier atlas du Liban dont il nous a fallu nous démarquer. Cela a été fait notamment en introduisant des dimensions absentes de ce premier opus: géopolitique régionale et interne du Liban, approfondissement des mutations environnementales du Liban, introduction de la dimension confessionnelle. De surcroît, la guerre de juillet-aout 2006 nous a obligé à réaliser, dans l’urgence, un dernier chapitre de mise à jour réalisant un premier bilan compte des dommages subi par le Liban à cette occasion. Cet atlas constitue une introduction de niveau académique au Liban contemporain, tout en relevant le double défi de proposer une cartographie innovante, allant de l’échelle des villages à celle du monde, et de recourir à des sources statistiques variées, dont les apports sont soulignés sans sacrifier leur nécessaire critique.

L’ouvrage paru à l’automne 2007 a bénéficié d’un intérêt notable au Liban aussi bien qu’en France. 11 comptes-rendus lui ont été consacrés, dont 7 dans des revues spécialisées. J’ai eu l’occasion de le présenter lors de plusieurs conférences publiques et rencontres avec le public aussi bien en France qu’au Liban, en Syrie et en Jordanie. Compte tenu des difficultés de vente en France d’un ouvrage publié au Liban, les ventes semblent avoir été très satisfaisantes aux dires de l’IFPO. La diffusion scientifique est rendue plus facile grâce à une édition électronique en ligne gratuite (ou payante pour accéder à la version PDF) dans les collections de l’IFPO en ligne.

A paraître : Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Réticent à accepter de toucher à la cohérence de ma thèse, j’ai longtemps hésité à la remanier en un livre de format acceptable par un éditeur. Les pressions amicales de collègues et surtout la guerre de 2006 au Liban m’ont conduit à changer d’avis. En effet, une nouvelle reconstruction touche Beyrouth. Mes analyses de la situation dans les années 1990 se transforment en faits historiques, qui prennent avec la nouvelle reconstruction une signification autre qui mériterait d’être analysée. En revanche, l’histoire des politiques urbaines au Liban de l’Indépendance à la guerre civile s’évanouit de la mémoire des acteurs de l’urbanisme libanais tandis que ses témoins directs disparaissent petit à petit (par ex. Joseph Naggear), alors qu’elle continue à mon sens de déterminer de manière souterraine l’aménagement de la ville. J’ai donc décidé de remanier les éléments relatifs à cette période dans un ouvrage. Après que des éditeurs commerciaux ont hésité à l’accepter avant de le considérer comme trop spécialisé, j’ai estimé que les Presses de l’IFPO constituaient, comme pour l’Atlas, un éditeur totalement légitime bien que « non-commercial ». Cet éditeur permet en effet de toucher directement et efficacement le public libanais, tandis que sa politique d’édition électronique assurera une bonne diffusion internationale du livre (le tout, bien sûr, sans droits d’auteur).

Elargissement thématique et géographique de mes recherches: services urbains, électricité, Jordanie, Tunisie

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

En lien avec les thèmes de recherche développés dans le laboratoire Environnement Ville Société et en particulier avec l’axe Action/territorialisation, je me suis attaché à un nouvel objet, les politiques de réforme de l’électricité dans les pays du Moyen-Orient, en explorant notamment les enjeux liés à leur territorialisation. Cela m’a conduit à explorer la question électrique dans une double perspective: en tant que service urbain en réseau d’une part, et dans la perspective des enjeux de la transition énergétique dans les pays émergents et en développement d’autre part. L’approche de ce nouveau thème a été pour moi l’occasion, en participant à diverses actions de recherche, d’élargir mes terrains d’investigation. En plus du Liban que j’ai analysé sous cet angle, j’ai effectué plusieurs séjours en Jordanie pour commencer à creuser cette question. D’autre part, une coopération de recherche réalisée avec Ali Bennasr de l’Université de Sfax sur la thématique des services urbains en réseau, avec une première application à la question de l’eau potable, va évoluer vers une recherche sur les politiques d’efficacité énergétique et les villes en Tunisie. En prime, j’ai fait aussi un petit détour par l’Allemagne. Des recherches de financement sont en cours pour développer ces travaux, dont quatre publications apportent les premiers résultats.

Bennasr Ali et Verdeil Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. , n° 76-77, p. 38-50. En ligne.

Verdeil Eric, 2009, « Electricité et territoires : un regard sur la crise libanaise », Revue Tiers Monde, vol. 198, p. 421-436. En ligne.

Verdeil Eric, 2008, « Géopolitiques de l’électricité au Machrek », Maghreb Machrek, 195, pp.106-128. En ligne.

Verdeil Eric, Féré Cécile et Scherrer Franck, 2009, « De la rétroaction entre différenciation territoriale et modèle universel des services urbains en réseau : les enseignements du cas libanais », Flux, vol. 75. En ligne.


bloc-geocarrefourImplication dans l’édition électronique en SHS

L’édition des SHS constitue le dernier point fort de mes activités de ces quatre dernières années. Depuis 2005, je participe au comité de rédaction de Géocarrefour et depuis 2007, j’en suis l’un des co-directeurs avec Christian Montès et Anne Honegger. Dans ces fonctions, outre le suivi des numéros, ma principale contribution a été le pilotage de la rétro-numérisation de la revue sur Persée (80 ans d’archives, depuis le Bulletin de géographie rhodanienne à Géocarrefour, en passant par la Revue de géographie de Lyon), puis la mise en ligne sur Revues.org et la diffusion payante de la revue sur Cairn. La revue reste fidèle au papier mais propose désormais des inédits, principalement des comptes rendus d’ouvrages qui sont publiés sur papier ultérieurement. Cette plongée dans l’édition électronique m’a conduit à suivre de plus près les débats liés à ce grand tournant que connaissent les SHS, y compris la polémique sur l’évaluation des revues par l’AERES (et ) et celle, distincte mais liée, sur les publiants. Dans cette perspective, j’ai participé à l’Université d’été de l’édition électronique organisée par le CLEO. L’ouverture de mon carnet de recherche Rumor s’inscrit en droite ligne de cette évolution, de même que mon investissement dans des enseignements sur cette thématique dans l’année universitaire 2009-2010. Dans le même esprit de saisir les bénéfices de cette mutation technologique et intellectuelle, j’ai modifié mes méthodes de travail et surtout de collecte d’information, notamment en utilisant le logiciel Zotero pour mes compilations de presse et ma documentation internet et la gestion de mes références bibliographiques.

Le livre, sur le modèle du blog?

En passant, en lisant, quelques liens sur des idées que je trouve stimulantes:
L’économie de l’attention : voir ce texte de Marin Dacos qui appelle les chercheurs à réaliser qu’avec le numérique, le problème n’est pas simplement d’écrire un bon article mais aussi de la faire connaître, donc d’utiliser les réseaux sociaux, les blogs, les commentaires, etc.
Autre question : le livre numérique et la possibilité d’y réagir en ligne. Hubert Guillaud dans La Feuille plaide pour de nouveaux formats qui permettrait l’interactivité et les commentaires de livres. PDF et Kindle et autres ne permettent pas cette interactivité. Est-elle nécessaire? Doit-on abandonner le livre « en bloc »?

Je relie cette première question à la seconde, car justement, un des enjeux dans l’économie de l’attention est de faire vivre les livres, donc en rendre compte, les discuter sur internet. C’est l’une de mes convictions comme éditeur de Géocarrefour, et ce qui me pousse à développer la rubrique Comptes rendus qui a une vie indépendante de la publication papier, pour faire exister des livres et amorcer des débats autour d’eux.

Un livre, un blog?

Plusieurs auteurs utilisent leurs blogs pour soumettre à leurs lecteurs les premières versions de leurs livres. C’était le cas de l’économiste et banquier Jean Peyrelevade (l’idée m’a intéressé mais pas tellement le sujet du livre et je ne sais pas où en est vraiment le processus…), de même que de Marin Dacos et Pierre Mounier à propos de leur ouvrage sur l’édition numérique (billet 1, billet 2, billet 3). Certains, comme François Quinton, se demandent si les nouveaux rapports blog-livre ou livre-blog ne sont pas appelés à se développer à travers de nouvelles pratiques. On peut penser en particulier à une fonction de suivi, mise à jour, correction et discussion d’un livre déjà publié.

Sur La vie des idées , une recension du livre A Failure of Capitalism de Richard Posner signale justement une telle pratique, à propos d’un livre trop vite écrit et qui mérite quelques ajustements :

« Écrit en réponse à une actualité brûlante, l’ouvrage a été rédigé très rapidement, et cela se sent. […]

La qualité matérielle de l’ouvrage, solide, compact, servi par une typographie soignée et aérée, ainsi que la vigueur de la prose de Posner, permettent le plus souvent de passer au-dessus de ces faiblesses de structure. Certaines répétitions et digressions peuvent toutefois fatiguer à la longue le lecteur qui a compris l’idée générale. La possibilité d’une rapide obsolescence de certains points est reconnue par Posner, qui a ouvert un blog dédié à l’actualisation du contenu du livre. Face à la multiplication de tels ouvrages de circonstance, souvent vite périmés, la mise en place d’un tel suivi, si elle s’avère à la hauteur du texte imprimé, doit être soulignée comme un progrès notable de ce secteur de l’édition et un exemple à suivre. »

On peut y voir il est vrai plutôt une régression par rapport à l’idée du livre mûri, fignolé, et livré au public comme un objet fini. Mais sans doute tous les livres n’ont ils pas la même temporalité, et la rapidité de la prise de parole peut être préférable à une pensée mieux assurée mais offerte au public visé trop tard?  Cela pose certainement la question du rôle de l’éditeur. Doit-il être un accoucheur de livres bien mûris et relus ou doit-il privilégier l’actualité et le marché éditorial qu’elle détermine ?

En tout cas, ce blogging post-publication représente certainement un prolongement utile de tout ouvrage.  On peut bien imaginer qu’un chercheur ouvre un blog (ou utilise le sien) pour répondre aux remarques de ses lecteurs et aux recensions critiques de son livre…