Archives de catégorie : avenir de la recherche

Le département de sciences politiques de l’Université Ben Gourion du Néguev (Israël) menacé de fermeture pour ses critiques des politiques gouvernementales à l’égard des Palestiniens

Le département « Politics and Government » de l’Université Ben Gourion du Néguev est dans la mire du ministère israélien de l’Enseignement supérieur. Un comité d’évaluation appuyé par des universitaires étrangers considère que les recherches qui y sont menées sont trop marquées par les « approches radicales » et recommande de fermer le département tant qu’un rééquilibrage vers des approches plus « mainstream » (« quantitative methodological approaches, political theory and comparative politics » selon le rapport d’évaluation) n’est pas effectué. Ce faisant, ce comité refuse d’ailleurs de prendre en compte les concessions importantes déjà effectuées en ce sens par le département à travers plusieurs recrutements. Continuer la lecture

L’Equipex du CLEO et les perspectives de l’édition numérique : un regard lyonnais

Un Equipex contre la fracture du territoire universitaire

Petit rebond sur l’annonce de l’Equipex attribué au CLEO et à ses partenaires. En tant que partenaire et utilisateur (auteur et surtout lecteur des contenus diffusés par le CLEO), je m’associe à leur joie et à leur satisfaction. Dans le contexte de l’évolution brutale et souvent contre-productive pour la collectivité universitaire que représentent les IDEX et LABEX et je suppose aussi, EQUIPEX (même si je ne connais pas d’autres cas), dont les coups de gueule de JFM ou d’Irnerius rendent bien compte, il faut saluer un projet qui me paraît aller à contre-courant. Continuer la lecture

Mise en place d’un comité des utilisateurs pour RIBAC

L’InSHS a pris l’initiative il y a quelques années de remplacer l’outil CRAC utilisé par le CNRS pour cerner les activités annuelles des chercheurs CNRS. Le Recueil d’Informations pour un oBservatoire des Activités des Chercheurs en SHS (RIBAC) constitue un outil beaucoup plus fin, structuré en base de données, permettant de caractériser l’activité de l’institut en tenant bien mieux compte des différentes facettes de l’activité de chercheur. Par exemple, dans les publications, les comptes rendus sont pris en compte. Les diverses formes d’encadrement assurés par les chercheurs, les types d’enseignement, la variété de leur engagement dans la société, etc. permettent de dégager les différents types de profils correspondant à l’activité des chercheurs. Autrement dit, loin de ne lire l’activité du chercheur qu’à l’aune de son nombre d’articles, il permet à mon sens de faire justice des différentes manières de chercher, tout en fournissant à notre employeur des éléments précis et argumentés pour répondre aux tutelles que non, les chercheurs ne font pas rien… (Voir cette présentation de Michèle Dassa et Isabelle Sidéra pour plus de détails sur l’outil et quelques résultats sur les années 2009 et 2010). Continuer la lecture

Faut-il mieux diriger des livres collectifs ou des dossiers thématiques dans des revues?

Sur le réseau social Academia.edu, Cameron Walker se demande si, en vue de l’évaluation de son dossier pour la tenure, il vaut mieux diriger des livres collectifs ou des dossiers thématiques dans des revues.

Sa question suscite de nombreuses réponses, assez variées mais dont la majorité penchent plutôt vers un dossier dans un revue peer reviewed, avec un editorial lui-même peer reviewed. Les arguments s’inscrivent dans différents registres.

En faveur de l’édition dans une revue :

– Les publications qui comptent dans un dossier sont celles qui sont peer reviewed. La plupart des éditeurs, en particulier les éditeurs commerciaux, n’organisent pas une « vraie » évaluation par les pairs, dans laquelle par exemple l’éditeur scientifique pourrait avoir son texte introductif refusé.

– L’édition d’un livre prend trop de temps, avec une revue cela va plus vite.

Par exemple, cette remarque conclusive de Rosemary Joyce :

I counsel all untenured scholars to publish your own work first; publish in peer-reviewed journals first, and university press books second; avoid the time sink of editing a volume, and decide which way to go if you do edit one based on how quickly it will be in print, since that is all that matters.

L’enjeu est aussi celui des citations, comme le remarque non sans cynisme Kim Cohen, un géographe (physicien, ce n’est pas sans importance) d’Utrechts:

Edit a special issue of a journal. Add a first ‘editorial paper’ on the contents of the issue, authored by the volume editors (and reviewed by someone you suggest to the regular editor of the journal), include references to the papers in the issue and as the special issue stimulate cross-referencing between papers in your issue. Everybody happy. Journal gets its citations boosted; author has ‘edited volume’ and ‘a paper’; Readers know ‘what they gonna get’; faculty citation bean counters can tick their boxes.

Certains nuancent: à condition que le dossier de tenure comprennent déjà les basics, c’est à dire une monographie et plusieurs articles dans de bonnes revues (peer reviewed, of course), quelques ouvrages collectifs ne sont pas mal venus. D’autres soulignent que tout cela varie selon les disciplines. Les historiens sont plus attachés aux livres que les politologues.

La question de la visibilité respective des deux types de publications est controversée. Pour certains, les revues et les presses universitaires ne diffusent pas assez, alors qu’un livre collectif peut devenir une référence (landmark) dans un domaine. Pour d’autres, grâce à Jsor et aux autres systèmes d’indexation, la visibilité des dossiers devient aujourd’hui supérieure à celle des livres.

Un point est clair pour tous : ne faîtes pas de recension, c’est complètement inutile pour votre avancement, puisqu’elles ne sont pas peer reviewed, idiot!

Tout cela vaut pour la tenure. Une fois qu’elle est obtenue, plus de censure : écrivez des comptes rendus de livres, publiez des livres commerciaux susceptibles de vous mettre en relation avec d’autres auteurs et d’autres lecteurs, susceptibles aussi d’intéresser des étudiants undergraduate, en un mot, « be creative »!

Et en France alors? D’abord, il est évident que la question ne se pose pas dans les mêmes termes. La titularisation d’un chercheur intervient en général par son recrutement comme MCF ou comme CR, à un stade où déjà une monographie et quelques articles représentent un dossier de valeur. D’autre part, en raison du faible référencement des publications en français dans les bases internationales, la question des citations est également moins centrale (même si cela commence). Mais dans plusieurs disciplines, la tyrannie des revues A, B etc se fait ressentir, et l’AERES pouse à la roue (voir les débats dans Evaluation de la recherche en SHS sur la bibliométrie et sur les revues, par exemple). J’aurais donc tendance à dire que l’édition de livres collectifs est beaucoup moins valorisée aujourd’hui que cela n’était le cas il y dix ans. Les livres collectifs (et les dossiers de revues) n’ont d’intérêt que s’ils reflètent une vraie sélection et un travail de mise en commun qui va au delà du seul agrégat de communications. Les actes de colloque, sauf événement scientifique majeur, c’est fini.

En revanche, sur le comment faire et les avantages respectifs des deux solutions, il y a beaucoup à dire sur la situation française, et ce ne sont pas les mêmes conditions que dans l’Academy anglophone. En quelques mots, juste pour lancer le débat :

– publier un livre chez un éditeur universitaire ou commercial demande le plus souvent de mettre sur sur la table une somme variable comme subvention. En général, au minimum, dans ce que j’entends autour de moi, 2 à 3000 euros. Pour un livre chez Economica, l’éditeur avait commencé par nous demander 9000 euros pour 1000 exemplaires. Puis s’était contenté de 4500 pour 600 exemplaires, sachant qu’une partie (250) était en fait achetée pour diffusion au Liban et par échange par l’IFPO, et que nous en récupérions un certain nombre d’exemplaires pour assurer des hommages et des remerciements. Le livre a été vendu par Economica à 291 exemplaires (en avril 2010). Il  n’a eu qu’un seul compte rendu.

– la promotion et la distribution de ce livre, chez la plupart des éditeurs, sont catastrophiques. Le tirage, très faible, n’assure guère sa visibilité en librairie et il faut un coup de chance, ou une bonne autopromotion, pour que les bibliothèques universitaires l’achètent.

– le soutien à la fabrication du livre sera faible voire nul. Le plus souvent, vous devrez donner un fichier prêt à tirer.

– le passage à l’électronique n’améliore guère la situation. Dans l’Harmathèque par exemple, mais la même chose vaut pour Karthala, les auteurs de chapitre n’apparaissent pas dans les index. Ici, c’est aussi l’intérêt des auteurs de chapitre de ne pas être publiés dans ce type d’ouvrage. Essayez par exemple de trouver mes chapitres dans des ouvrages parus chez l’Harmattan.

– je connais très peu d’éditeurs français, publiant des livres universitaires, qui pratiquent le peer reviewing. C’est le cas, je pense, (c’était en tout cas) des éditions du CNRS, des Presses universitaires de Rennes, autrement dit de quelques éditeurs universitaires, mais sans doute pas de tous. Je n’ai jamais entendu dire que des éditeurs commerciaux (Armand Colin, PUF, …) le faisaient. Et encore, il faudrait se demander quelles sont vraiment les pratiques?

– il faut reconnaître toutefois que certains éditeurs sont plus sérieux sur le travail éditorial – ou ont cette réputation, je n’ai pas d’expérience personnelle pour tous :  par exemple La Découverte ou Les presses universitaires de Rennes, ou l’IFPO (mais la diffusion papier est limitée). Par contre, si vous avez les poches vides, il est peu probable qu’ils vous éditent.

– en revanche, côté arguments positifs à prendre en compte, il faut noter qu’un livre permet de publier des écrits d’un format potentiellement plus original, que le strict peer reviewing pourrait conduire à retoquer. Par exemple, dans un livre dont je reparlerai très prochainement sur Expérimenter le développement urbain durable au Sud de la Méditerranée, Pierre-Arnaud Barthel et Lamia Zaki ont rassemblé à la fois des chapitres écrits par des universitaires qui sont passés par l’évaluation de pairs (pas complètement à l’aveugle d’ailleurs – c’est un autre débat) et des textes de professionnels (8 au total, principalement des entretiens). Ce ne serait pas évident à faire dans une revue, ne serait-ce que pour des raisons de taille.

Et, globalement justement, les revues, est-ce mieux?

– pour l’évaluation par les pairs, cela a beaucoup évolué et c’est une pratique devenue majoritaire (je ne dirai quand même pas généralisée, d’après mon expérience personnelle). Certaines revues (comme Géocarrefour) n’acceptent pas d’éditer des dossiers clés en main et imposent d’en passer par un appel à contribution public. Autrement dit, la rédaction joue un rôle moteur dans la sélection des textes.

– pour le financement : là aussi, beaucoup de revues acceptent de publier un dossier sans apport financier. C’est un gage de liberté académique. Mais des tensions existent et parfois, une petite aide permet de financer des illustrations (en couleur).

– pour la diffusion en librairie et sous forme papier dans les bibliothèques : de ce point de vue, la plupart des revues, surtout lorsqu’elles ne sont pas adossées à un éditeur commercial, connaissent une diffusion faible. Elles sont souvent difficiles à trouver en librairie. Si une bibliothèque n’est pas abonnée, il ne sera pas très facile d’acquérir un numéro spécial de revue. Quant aux comptes rendus, il est très rare qu’un dossier de revue en bénéficie, surtout que la recension n’est pas vraiment considérée comme une publication scientifique (d’ailleurs, c’est toujours embêtant de déposer une recension sur HAL-SHS car ce n’est pas prévu). Du coup, saluons l’initiative de la revue Lectures, qui propose justement un espace spécifique pour la recension des dossiers thématique de revues.

– en revanche, la publication numérique aide grandement à leur visibilité, en particulier si l’on est diffusé par des portails comme Cairn ou Revues.org, désormais parfaitement indexé par Isidore. L’indexation dans des bases internationales est par contre fort médiocre, notamment du point de vue de Scopus ou de l’ISI. Mais le risque, c’est alors surtout que la cohérence d’un dossier thématique s’évanouisse au profit de l’article individuel. D’où l’intérêt, dans le travail éditorial, d’inciter les auteurs à introduire des références aux autres élements d’un dossier – ou de le faire soi-même en tant qu’éditeur scientifique.

N’hésitez pas à poursuivre le débat.

Sur les archives ouvertes et leur non-usage par de jeunes docteurs

http://www.flickr.com/photos/michaelsphotos/2905316620/in/photostream/

J’ai participé récemment un comité de sélection pour un poste de maître de conférences. J’y ai fait la désagréable expérience de devoir assumer une décision lourde de conséquences pour le candidat retenu, les candidats écartés ainsi que pour l’université et les collègues du département concernés, sans oublier des générations d’étudiants à venir, dans une méconnaissance assez troublante des productions scientifiques des candidats. En effet, leurs travaux n’ont été communiqués, uniquement sous forme électronioque, que 3 jours (dont un week end au programme bien rempli) avant les auditions. Un temps évidemment tout à fait insuffisant pour se faire une idée précise de leur qualité, même si on peut glaner ici et là des indices.

J’ai pu constater que sur les huit candidats retenus (dont plusieurs étaien depuis longtemps dans le circuit), un seul avait déposé sa thèse sur TEL, un autre la mettait en ligne à travers le site de son laboratoire. Deux ont envoyé des documents zippés très lourds et plusieurs nous ont renvoyé vers un site perso, où la thèse n’était parfois téléchargeable qu’en donnant un mot de passe. Un candidat a également affirmé avoir cédé tous ses droits à l’éditeur (universitaire) qui avait publié la thèse. Enfin, un dernier nous a renvoyé vers un site où la thèse était consultable, mais non imprimable. Des trésors à protéger, plutôt qu’à partager. Quant aux articles, ils ont presque tous été envoyé en format PDF. Un seul avait déposé ses textes (des versions d’auteur) sur Hal. Plusieurs de ces PDF présentaient des problèmes, ne s’ouvraient pas ou étaient blancs…

Bref, la notion d’archives ouvertes a encore du chemin à faire. Les écoles doctorales portent une lourde resposabilité dans cet état de fait. Il devrait être de leur devoir de récupérer systématiquement une version électronique et de la déposer, à la place du candidat s’il ne le fait pas. On me dira qu’elles manquent de personnel pour cela. Des formations sur ces thèmes devraient être obligatoires, mais l’offre est sans doute trop limitée (15 étudiants pour celle que j’anime par exemple)…

Thèses et articles en archives ouvertes seraient un moyen bien plus rapide pour permettre aux membres d’un jury de prendre connaissance de ces travaux. Certes, on ne lit pas des thèses entières sur écran mais quand même. On pourrait recruter un peu moins au petit bonheur, sur l’impression laissée par 10-15 mn d’exposé et un petit échange. Par ailleurs, je ne voudrais surtout pas laisser croire que ce problème d’accès aux travaux est le seul qui se pose, et de loin, dans les recrutements (15 mn, c’est beaucoup trop peu, par exemple). Mais c’est du moins un point qui est entre les mains des candidats. Alors, en espérant que quelques doctorants avisés lisent ce billet…

Premiers billets sur le carnet ACREOR

Le séminaire thématique « Actions, régulations, organisations » de l’UMR 5600 Environnement Ville Société a récemment ouvert un carnet dont j’ai la charge. Les premiers billets sont en ligne : ils permettent d’entendre le débat entre Eric Charmes, auteur de La ville émiéttée (PUF, 2011) et Anne-Sophie Clémençon, et de lire le compte rendu de cet ouvrage par cette dernière.

Commentaires bienvenus…

Regards de chercheurs sur les événements en cours en Tunisie

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) offre une série de contributions pour éclairer les bouleversements en cours en Tunisie.

D’abord, un communiqué des chercheurs en poste sur la page d’accueil du site de cette institution:

L’immense mouvement populaire tunisien, à la fois inattendu et en gestation depuis longtemps, a engagé le pays dans un vaste débat démocratique. Les chercheurs de l’IRMC tiennent à exprimer leur soutien à cette vague salvatrice et innovante. Dans leurs traditions d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux, les sciences sociales sont particulièrement interpellées par ces évènements. Entre l’analyse scientifique qui nécessite un recul et l’urgence de l’implication au présent, tout les invite à apporter leur contribution professionnelle à cette révolution de la rue et des esprits. Que nous soyons historiens, géographes, économistes, sociologues ou anthropologues, juristes ou politologues, psychologues, philosophes ou littéraires, chacun sera désormais conduit à repenser ses concepts de jeunesse, de solidarité et lien social, d’identité, puis de gouvernance, de citoyenneté, d’information et communication, mais aussi de développement régional, de mouvement social, de révolution, de transition… Cette onde de choc devrait avoir un impact fort sur l’autonomie professionnelle de la recherche, sur la transmission et la diffusion des savoirs, ainsi que sur les dynamiques d’évolution des institutions d’enseignement universitaire et de recherche scientifique. L’IRMC a souhaité placer ces évènements au cœur de ses prochaines actions scientifiques au Maghreb, et initier des débats et actions (séminaires, écriture d’articles, publication d’ouvrage), sur les thématiques du changement social et politique, de la communication numérique, de la contribution des sciences sociales à l’analyse des crises, et de l’écriture de l’histoire. A ce titre, il en appelle à la communauté nationale et internationale des chercheurs pour être force de proposition.

Ensuite, la dernière lettre d’information de l’IRMC (PDF) offre un dossier présentant une série de contributions d’universitaires et intellectuels tunisiens. Ils reviennent, dans des textes courts parfois déjà parus dans la presse, sur le changement de régime et les défis qui s’ouvrent.
L’IRMC propose également sur son site une page de références bibliographiques, en partie en ligne, qui permettent de revenir sur la gestation de ces événements depuis une dizaine d’années.
Plus largement, dans l’éditorial de la lettre, Pierre-Noël Denieul, le directeur de cette institution, évoque les transformations de l’activité de recherche et de publication que le changement de régime rend possibles (fin de la surveillance et de la censure, accès facilité au terrain en particulier). Ceci permettra à l’IRMC de reprendre un rôle structurant, non seulement pour la recherche française en Tunisie et au Maghreb, mais également comme partenaire des institutions universitaires tunisiennes, pour lesquelles s’ouvrent également de nouvelles perspectives.

Sur la dimension éditoriale, l’IRMC se propose en particulier d’éditer et de vendre à nouveau des ouvrages en Tunisie. Fort bien. Mais parallèlement, alors que l’institut annonce lancer un séminaire de recherche sur la révolution numérique, on ne saurait trop l’encourager à poursuivre ses efforts en direction de l’édition numérique, à la fois rétrospective et pour ses prochains travaux, à la manière de l’IFPO.

Un nouveau type de presses universitaires

Marin Dacos partage ses signets sur l’édition électronique. Dans 12 suggestions d’un chercheur à ses amis bibliothécaires (reprise de Peter Murray-Rust), je relève celle-ci:

Mettre en place un nouveau type de presses universitaires
C’est une des plus grosses occasions manquées du siècle. Les universités auraient pu créer de nouveaux modes de publication académique. Les coûts sont bien moindres maintenant – ce n’est peut-être pas trop tard. Avant que, dans 5 ans, Google ou son successeur gère les systèmes d’information universitaires.

qui fait écho à mes remarques de l’autre jour sur le développement nécessaire de l’accès libre pour nos livres universitaires

Publications SHS en libre accès : en finir avec L’Harmattan?

Un billet de l’URFIST nous apprend le lancement d’une bibliothèque de l’OAPEN (Open Acess Publishing in European Networks). Comme souvent, la traduction nous conduit à nous interroger sur l’adéquation des mots et des idées. En l’occurrence, publishing ne renvoie-t-il pas d’abord à l’idée d’édition au sens commercial, à savoir vente et diffusion, par opposition à editing, qui concerne plutôt la fabrication et le polissage du texte ? (Je m’appuie ici largement sur les propos « propulsés » par Thierry Crouzet, toujours provocant et stimulant, par exemple ici). En fait, mon interrogation est un peu feinte. A partir du moment où des textes sont rendus disponibles en libre accès, il est en effet loisible de parler de bibliothèque autant que de diffusion éditoriale. Nous sommes bien à un tournant qui concerne à la fois les pratiques et les métiers de production, de diffusion, de stockage du livre (voir L’édition électronique de M. Dacos et P. Mounier). L’existence de fichiers numériques immatériels remet en question certains d’entre eux dans leur acception la plus immédiate et oblige à les repenser.

Cette initiative correspond pour l’instant à un regroupement modeste d’une dizaine de presses universitaires et éditeurs académiques. Curieusement, alors que les Presses Universitaires de Lyon participaient à l’origine à cette initiative (seul partenaire français), elles n’apparaissent plus comme partie prenante sur cette page du site de l’OAPEN (mais leur site y fait toujours allusion). En parallèle, de multiples autres initiatives d’éditions électroniques de livres se sont lancées. En France, citons par exemple les livres de Revues.org, les ouvrages de Persée, et d’autres (dont les livres numériques des PUL, justement).

L’un des points les plus positifs que m’inspirent ces initiatives est qu’il va enfin être possible de se passer des « services » coûteux et si insatisfaisants de l’Harmattan, Karthala et consorts, qui vivent aux crochets des subventions du monde universitaire sans apporter aucune valeur ajoutée aux livres et aux textes qui leur sont remis, et dans la plupart des cas, sans aucune rémunération de ces derniers (ou de leur structure). En particulier, s’agissant des actes de colloques et des ouvrages collectifs, il faut redire l’insuffisance criante de la description bibliographique qui rend invisible les chapitres ou contributions individuelles. C’est vrai aussi pour les revues qu’ils éditent (par exemple, j’ai publié un article dans la revue Savoir, Travail et Société, éditée par l’Harmattan : cherchez le donc, vous m’en direz des nouvelles).

Il est vrai que d’autres éditeurs privés ont déjà compris l’intérêt de ces initiatives et que dans le cadre des  abonnements que les bibliothèques peuvent souscrire à leur production, il est déjà possible d’accéder à leurs livres, et aux chapitres individuels de ces livres. C’est le cas avec Springer (40659 livres annoncés, quand même! accessibles grâce au portail BiblioSHS, grâce lui soit rendue!) ou, via Cairn, des PUF, Presses de Science Po, La Découverte, Quae et d’autres. Quant à savoir si les bibliothèques voudront néanmoins continuer à acheter du papier, c’est une autre question sur laquelle je n’ai pas d’avis tranché et que je ne veux pas discuter ici (il faudrait connaître tous les éléments, notamment les coûts).

Il reste à faire auprès de nos collègues universitaires un grand travail d’explication et de conviction pour que nos productions bénéficient grâce à ce type de presses d’une meilleure visibilité et d’un accès amélioré. Il faut bien reconnaître qu’ils sont bien souvent trop contents de s’autoéditer (les torts sont donc partagés, ce serait trop simple sinon). Je crois qu’il faut déjà commencer par les academic digital natives que sont, ou devraient être s’ils sont formés pour cela, les doctorants d’aujourd’hui. Mais comment toucher les autres, qui ne sont sensibles à ces problématiques très techniques?

En contrepartie, le grand problème posé est celui de la centralisation des catalogues, ou plutôt de la mutualisation des catalogues de ces différentes initiatives. On retrouve ici une problématique qui émerge aussi dans le cadre de l’accès au livre numérique grand public (avec les formats de catalogues et de métadonnées, OPDS si je ne m’abuse). Et c’est un travail de référencement que nous attendons de la part des bibliothèques, notamment universitaires. Ou bien de nouveaux documentalistes qui n’auraient plus forcément besoin d’être dans des bibliothèques?

Une autre question qui va vite se poser est celle des formats de diffusion, qui agite les milieux de l’édition numérique (voir ces billets dans la Feuille : 1 et 2). PDF, alias livre homothétique ou ePub, Mobipocket, sans parler des « applications » dont on peut imaginer le bénéfice que pourraient en tirer nombre de productions universitaires, à condition d’avoir accès à des financements ad hoc. Mais pour cela, il va déjà falloir arrêter de subventionner l’Harmattan…

Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’ère du numérique : enjeux pour les chercheurs

L’Ecole doctorale de Lyon ouvre les inscriptions à ses sessions de formation pour l’année 2011. J’assurerai comme l’an passé un module sur le thème des publications scientifiques à l’ère du numérique, dont voici la présentation.

Les publications en sciences sociales connaissent des bouleversements majeurs, à la fois économiques et technologiques. En même temps, l’évaluation de la recherche évolue vers un modèle quantitatif qui impose ou du moins survalorise certains formats éditoriaux, sans prendre en compte correctement les spécificités disciplinaires et les pratiques de diffusion de leurs travaux des chercheurs. De grands débats animent le milieu universitaire sur ces questions, mais l’information précise et indispensable sur ces pratiques en évolution fait le plus défaut. C’est l’objectif de cette formation que de proposer un panorama de ces enjeux et de ces évolutions.

La formation est assurée par un chercheur en sciences sociales, plus précisément géographe. Il est en effet important que les questions techniques de l’édition scientifique soit appréhendée et discuté de l’intérieur du monde de la recherche et non pas uniquement par des techniciens ou des spécialistes de la documentation et de l’édition. Sans remettre en cause ces métiers, il s’agit de montrer, à partir d’exemples concrets liés à un investissement personnel dans la publication, dans l’animation et dans l’édition scientifique, comment les chercheurs peuvent se saisir des outils existants pour tenter de mieux contrôler leur stratégie personnelle et collective de publication.

Voir le programme détaillé sur cette page et le bilan de l’an passé.
La session aura lieu les 2-3-4 février 2011 à la BIU de Gerland.