Archives de catégorie : avenir de la recherche

Soutenance de thèse: Pierre Desvaux, L’arraisonnement des milieux urbains. Analyse des flux cataboliques au Caire (Égypte) et à Lyon (France)

Pierre Desvaux (publications via Hal), dont j’ai eu le plaisir d’encadrer la recherche doctorale avec Myriam Houssay-Holzschuch, soutiendra sa thèse le jeudi 14 décembre à Grenoble.

Résumé : Cette thèse propose une approche qualitative du métabolisme urbain à partir du cas des flux de déchets au Caire (Égypte) et à Lyon (France). Il s’agit de dépasser l’impossibilité présumée de la comparaison de cas d’études a priori très éloignés (selon un axe Nord/Sud) en proposant une grille de lecture centrée sur la multiplicité des infrastructures sociales et techniques permettant la circulation et la transformation de ces matières. Elle se penche plus particulièrement sur les flux dits cataboliques permettant de décrire l’ensemble des étapes de transformations et de circulation de la matière permettant la « mort sociale des objets » entendue comme une protection hygiénique et critique à l’égard de leur dangerosité. L’analyse du déploiement des flux cataboliques à travers les milieux urbains permet ainsi de mettre en avant les formes prises par le contrôle de ces flux. Cette formalisation est ici présentée comme un arraisonnement du milieu, pensé comme une mise en ordre des milieux par des pratiques hétérogènes de codage et de surcodage. Ces notions permettent d’identifier un modèle d’urbanisation occidental pensé comme une mise en ingénierie des milieux urbains (ingénierie mésologique). Cette grille de lecture se conçoit comme un « troisième terme » permettant de faire dialoguer des cas d’étude souvent considérés incommensurables en raison d’une approche tératologique des modèles de développement urbain du Sud. Cette approche est marquée par une volonté de justice épistémologique entrant dans le cadre de la refondation postcoloniale des études urbaines et par la volonté de participer au développement de ce que Souleymane Bachir Diagne nomme un « universalisme de traduction ». À partir de ce cadre théorique sont analysés le fonctionnement et les évolutions historiques et contemporaines des pratiques d’arraisonnement gouvernementales ou non des flux cataboliques au Caire et à Lyon dans le contexte du déploiement du métabolisme capitaliste contemporain.

Jury : 

Mme Sabine BARLES, Professeure des universités, Université Paris 1, Membre

M. Éric DENIS, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

M. Romain GARCIER, Maître de conférences, ENS Lyon, Membre

Mme Myriam HOUSSAY-HOLZSCHUCH, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Co-Directrice

Mme Jennifer ROBINSON, Professor, University College London, Rapportrice

M. Éric VERDEIL, Professeur des universités, SciencesPo Paris, Co-Directeur

Soutenance de Thèse: Marie Bonte, Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit

Je participerai demain, vendredi 8 décembre à Grenoble, au jury de la thèse de Marie Bonte. (ses publications via Hal).

Résumé :

Cette thèse porte sur les espaces de la vie nocturne à Beyrouth, entendus comme l’espace physique des bars et des boîtes de nuit et comme un ensemble de pratiques et de sociabilités qui leur sont associées (notamment autour de l’alcool, de la danse, de la musique), regroupant diverses catégories d’acteurs chargés de sa production et de sa régulation. Tout en privilégiant une étude décentrée des concepts, je m’inscris dans le champ récent qui intègre la nuit à la réflexion géographique. Je privilégie l’analyse des usages ludiques de Beyrouth la nuit ainsi que leur portée sociale et politique dans le contexte libanais. J’articule donc les problématiques nocturnes au prisme du post-conflit, qui permet de définir une situation dans laquelle les héritages de différentes périodes de guerre sont encore visibles et opérants tout en se mêlant à d’autres processus plus récents. Le rapport entre vie nocturne et ville post-conflit est à double sens : la situation post-conflictuelle conditionne l’offre, les pratiques et les représentations attachées aux loisirs de nuit qui en retour constituent le lieu d’inscription des héritages, des incertitudes et des possibles de la jeunesse noctambule. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative mêlant entretiens formels et observation directe. La vie nocturne de Beyrouth y est appréhendée à travers trois lectures de l’espace : l’espace physique et urbain investi par les établissements et les individus, l’espace social des relations entre acteurs, l’espace politique et critique des revendications et des transgressions. Ces trois niveaux de compréhension mobilisent tout en les spatialisant les notions de champ (pour désigner les acteurs chargés de la production de la vie nocturne), de monde (pour désigner les noctambules) et d’ethos (pour désigner l’ensemble des principes et des valeurs qui orientent les comportements.

Jury :

Mme Mona Harb, Professor, American University of Beirut (Rapporteur)

Mme Anna Madoeuf, Professeur, Université François-Rabelais de Tours (Rapporteur)

M. Éric Verdeil, Professeur, Sciences-Po Paris (Examinateur)

M. Franck Mermier, Directeur de Recherches, CNRS, IIAC/LAUM (Examinateur)

M. Jérôme Tadié, Chargé de Recherches, IRDN, URMIS (Examinateur)

Mme Karine Bennafla, Professeure, Université Jean Moulin Lyon 3, (Co-Directrice)

Mme Myriam Houssay-Holzschuch, Professeure, Université Grenoble Alpes (Co-Directrice)

Le gel de RussEurope : une décision difficile à comprendre

Concernant le gel du carnet de Jacques Sapir RussEurope, j’avoue un malaise certain.

D’un côté, je trouve que les accusations de censure politique manquent de crédibilité et ne repose que sur des soupçons, des procès d’intention et des conjectures. Je doute qu’elles expliquent le vote unanime des deux conseils scientifiques.

D’un autre côté, en revanche, je ne suis pas du tout convaincu de la nécessité qu’il y avait d’interrompre l’alimentation de ce carnet. D’abord, la base juridique du gel me paraît faible car Sapir ne semble pas avoir dépassé formellement les engagements auxquels sont tenus les chercheurs (voir les Conditions générales d’utilisation du portail). Même si cette année il a publié plus de chroniques témoignant de ses engagements politiques, cela n’a rien de nouveau. Arguer d’un changement dans la nature de la publication ne paraît pas être une position facile à défendre. Par d’ailleurs, d’autres carnets se livrent plus ou moins régulièrement à des analyses qui ne sont pas simplement des éclairages mais aussi des prises de position.

Plus fondamentalement, comme le soulignent plusieurs commentateurs, il est vraiment difficile de tracer une limite nette entre la recherche en SHS, l’expertise sur le monde social et l’engagement personnel (cf. tweet de Dominique Lecourt). Chaque chercheur a son style, sa posture, qui peuvent varier dans le temps. En fait on pourrait même arguer que si l’un des intérêts du carnet de recherche consiste précisément à donner à voir l’effort de formalisation scientifique en train de se faire, cela implique justement que certains des affects et des engagements qui animent l’effort de recherche y soient visibles…

Dans ce contexte, il ne me paraît pas du tout évident que les deux conseils scientifiques qui ont pris la décision du gel aient réellement la légitimité de retirer les droits en écriture, ou du moins qu’ils s’appuient pour ce faire sur une doctrine explicite.

Un autre argument, avancé parmi d’autres par Olivier Ertzscheid, est que Jacques Sapir, par la confusion que ces écrits installent entre les analyses scientifiques et celles qui ne le seraient pas et qui n’auraient donc pas leur place, décrédibiliserait la plateforme Hypothèses. Cela ne me paraît pas du tout évident. Si les conseils scientifiques ont reçu des plaintes et des inquiétudes à son endroit, il aurait été utile qu’elles soient exposées. Je vois à l’instant un commentaire de Sylvain Piron, membre du conseil scientifique d’Hypothèses, qui reproche à Sapir la pratique de l’invective, de la diffamation, voire de l’appel au meurtre : si c’est bien le cas, que ces dérives soient pointées explicitement, chacun pourra s’en faire une idée plus claire et le débat y gagnera. Faute d’une telle clarté, les accusations de censure se déroulent sur un boulevard et c’est cela qui nuit à la crédibilité de la plateforme.

A l’inverse, en drainant de nombreux lecteurs sur cette plateforme, on peut arguer que Sapir donne à voir une recherche en sciences sociales érudite, souvent très riche et argumentée, et la manière dont elle peut nourrir le débat public. Penser que les lecteurs de son carnet ne font pas la différence entre ses propos les plus politiques et les travaux qui sont le socle de ses analyses revient à les prendre pour des naïfs et des incompétents, c’est-à-dire l’inverse du principe qui justifie l’accès ouvert aux publications de la recherche, le fondement de la plateforme Hypothèses en somme.

Pour toutes ces raisons, j’ai vraiment du mal à comprendre quelle pressante nécessité justifiait cette décision. Je crains qu’elle ne constitue un précédent regrettable, aux conséquences potentiellement négatives pour la diversité des formes d’écriture et d’engagement sur cette plateforme, en suscitant une forme d’autocensure chez certains,  voire en autorisant l’appel au gel d’autres carnets jugés indisciplinés ou dérangeants. J’espère être détrompé.

Doper HAL face aux réseaux sociaux académiques

Je reviens avec un peu de retard sur mon intervention lors de la journée organisée le 18 décembre dernier par le CCSD et l’InSHS, consacrée aux 10 ans de HALSHS. En raison de mes états de service antérieurs sur la question, notamment lors d’une précédente journée en 2013, il m’avait été demandé de présenter quelques réflexions sur l’identité numérique du chercheur et en particulier la place que pouvait y tenir HAL. Les amateurs de vidéo peuvent regarder mon intervention, qui dure une dizaine de minutes. Pour les autres, je voudrais surtout insister sur deux points qui ne touchent guère à la question de l’identité numérique proprement dite, mais d’une part à une comparaison certes limitée mais instructive de la visibilité des travaux via HAL-SHS et quelques réseaux sociaux académiques, et d’autre part à une prise de position sur la manière d’encourager, fut-ce au détriment du droit des éditeurs, les dépôts en archives ouvertes. Continuer la lecture

Recherche, secret des sources et mobilisation contre le terrorisme

Je fais ici écho à la très intéressante émission « Faut-il un secret des sources pour les chercheurs en sciences sociales ? » dans La grande table animée par Hervé Gardette sur France Culture, le 8 décembre. Elle traitait des risques que prennent les chercheurs, pour eux et surtout pour les enquêtés, dans le contexte de la nouvelle loi sur les renseignements et plus encore de l’état d’urgence. Continuer la lecture

Du livre scientifique comme business et du scientifique comme vache-à-lait

Le 21 septembre dernier, je reçois l’email suivant:

natural gasDear Dr. Verdeil,

I hope to find you well.

I would like to inform you that, based on your publishing history, you are invited to contribute a chapter to a new book project under the working title « Natural Gas« . This book will be published by InTech Open Access publisher, under the editorship of Dr. Santosh Mohanty.

The book will be an Open Access publication made available through InTech’s reading platform and indexed in scientific databases.

To learn more about the project (suggested topics, deadlines and the publishing process) and to register your participation, please visit:

http://www.intechopen.com/welcome/59aa0ea04bb77187f8c60aba85642f4c/eric.verdeil@normalesup.org

Please notice that an Article Processing Charge of 670 euro will be applied to cover the Open Access publishing process expenses.

We hope that you will be able to join this project and I will be happy to help with any questions you might have.

Cordially,

Edi Lipovic
Publishing Process Manager

Je regarde: voici les indications

About the book

This book will be a self-contained collection of scholarly papers targeting an audience of practicing researchers, academics, PhD students and other scientists.

The contents of the book will be written by multiple authors and edited by experts in the field.

Topics

The authors are given the liberty of choosing a topic which best suits their current research efforts. In other words, we do not limit you in terms of the topic but encourage you to present your work. Later, when all chapter proposals are collected, the editor will give a more general direction of the book and decide on its scope.

Types of papers

We accept theoretical and applied scientific papers which can be presented as original research papers and review papers. The required length of the full chapters is 16-26 pages.

On le voit, aucun propos scientifique, le « scientific editor » n’a strictement rien à voir avec mon champ scientifique. Mais j’ai publié récemment un article sur le développement urbain et les réseaux de gaz naturel dans trois villes du sud de la Méditerranée, et un robot a du ainsi m’identifier. Et en plus il faudrait réagir très vite, un résumé pour le 12 octobre!

Je ne répond même pas. Mais voilà que ce matin, relance:

[CFP] Followup: Natural Gas

Dear Dr. Verdeil,

I would like to remind you that you have been invited to contribute a chapter to a new book project under the working title « Natural Gas« .

Ma réponse:

« Dear Sir

I don’t pay for being published in a book that seems to have to other rationale than making authors pay and fill the pocket of the publishers (and the editors?).

This is not science, this is just fraud. »

Il me répond:

Dear Dr. Verdeil,

I am sorry to hear that you feel that way.

Nevertheless thank you for your reply.

I wish you luck in your future career.

Deux auteurs sont censés avoir déjà annoncé leur intention de contribuer: un Colombien et un Iranien. Peut être leurs crédits de recherche sont ils abondants?

Il y a quelques semaines, via Twitter, un universitaire anglais ou américain racontait qu’il avait ainsi été sollicité par un éditeur inconnu de lui pour proposer un livre sur n’importe quel sujet. Le job de cet interlocuteur consistait à faire publier un nombre élevé de livres y compris les plus improbables, étant certain que dans le lot il s’en vendrait assez pour rentabiliser le coût d’impression… Si quelqu’un retrouve la référence, je serai ravi de la rajouter.

L’édition « universitaire » devient folle. On ne s’étonne plus que dans l’opinion des hommes et des femmes politiques, l’université ne sert à rien. En tout cas, vaut-elle ce qu’elle coûte dans ce genre de cas? Pourtant c’est peut être bon pour la croissance, celle de la Croatie dans ce cas, à moins que les bénéfices soient exfiltrés au Liechtenstein.

A côté de cela, je vois paraître un livre qui a l’air très intéressant chez Routledge (The Routledge Handbook of the History of the Middle East Mandates), mais il est vendu 225$! Vivement que les auteurs mettent leurs papiers en archives ouvertes. Mais au fond, a-t-on encore besoin des éditeurs dans ces cas là? C’est juste du racket.

Citer ce billet ainsi: Eric Verdeil, "Du livre scientifique comme business et du scientifique comme vache-à-lait," Rumor, 29 septembre 2015, http://rumor.hypotheses.org/3795.

L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth. Continuer la lecture

Les réseaux sociaux scientifiques : visibilité et open access dans Arabesques

Mon billet publié à la suite de la journée des CoRIST en novembre dernier avait attiré l’attention et suscité des commentaires et reprises/retweets relativement nombreux. A la demande de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieure (ABES), j’en ai tiré une nouvelle version un peu plus resserrée et plus précise sur certains points, pour son magazine Arabesques (n°74, avril-juin 2014). L’ensemble du dossier « Paysages et réseaux de l’IST en mouvement » est à télécharger librement (l’article seul est sur Hal). Merci à Béatrice Pédot pour son travail éditorial.

Introduction:

Selon une enquête récente du CNRS, les chercheurs font un usage massif des réseaux sociaux qui sont intégrés au coeur de leurs pratiques professionnelles. Ces réseaux permettent une meilleure visibilité des travaux et démultiplient les possibilités d’identifier les ressources dont les scientifiques ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.

Où fait-on de la géographie sur le Monde arabe en France?

Dans la foulée des soulèvements dans le Monde arabe, l’InSHS du CNRS a mis en place un GIS consacré aux études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, voué au soutien d’un milieu de chercheurs numériquement faible, dont la visibilité a été amoindrie par la politique de regroupement menée par les tutelles, et ayant du mal à accéder a des financements de recherche consistant. Dans ce cadre, diverses initiatives sont prises ou envisagées, en termes de structuration, de visibilité, de partage de l’information (largement assuré par l’IISMM actuellement). Un livre blanc est également en cours de rédaction. Il m’a été récemment demandé de fournir quelques éléments de réflexion sur l’évolution des études de géographie sur le Monde arabe (et le Moyen-Orient). Etant donné la nature très informelle de la demande, et le délai très court de réalisation (quelques jours), ces éléments sont très exploratoires et n’ont pas été validés par les laboratoires et les chercheurs du champ concerné. Il m’a paru utile d’utiliser la tribune publique que constitue ce carnet pour porter ces éléments à leur connaissance et rendre possible d’éventuels compléments et corrections. Continuer la lecture

Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Une rue de Manchiet Nasr, au Caire, le principal quartier des chiffonniers. Photo E. Verdeil, nov. 2012

Je suis très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de doctorat de Lise Debout, qui aura lieu le 22 novembre à l’Institut d’urbanisme de Lyon, 14 av. Berthelot, Lyon 7e arrondissement, salle 101. La soutenance est publique.

Titre de la thèse : Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Le jury est constitué de Sarah Ben Néfissa, IRD, Le Caire (rapporteur), Sylvy Jaglin, Université Paris-Est Marne la Vallée (rapporteur), Marc Lavergne, CNRS, Lyon (GREMMO), Franck Scherrer Université de Montréal (directeur), Eric Verdeil (co-directeur).

 Résumé

Cette recherche s’inscrit au croisement de deux problématiques des études urbaines : le gouvernement urbain et les services publics en réseau. Elle étudie le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte à travers trois études de cas (Le Caire, Giza et Alexandrie) où la délégation du service à des entreprises européennes a transformé la gestion urbaine. Avant les Révoltes, l’Égypte, malgré des réformes de libéralisation économique et politique de façade, était demeurée un régime autoritaire et centralisé. Dans ce contexte d’une absence a priori de gouvernement urbain, comment assurer l’adaptation locale et la réponse aux besoins locaux d’une politique publique ? Proposant une grille de lecture du gouvernement urbain, nous étudions sa formation et/ou transformation et les conditions de la territorialisation des politiques publiques à travers la réforme de la gestion des déchets. Définissant ce service public comme « réseau mou », nous postulons qu’il a des caractéristiques propres à modeler le gouvernement urbain dans sa dimension institutionnelle et horizontale. Trois résultats peuvent être tirés de cette recherche. Tout d’abord, si l’État, pendant le processus de réforme, jouait un rôle central, une partie du service lui échappe dans l’implantation de la politique. Deuxièmement, ce réseau « mou » peut atteindre des objectifs de service public au même titre que les réseaux « durs » traditionnels (eau, assainissement, etc.) dans le cadre. Troisièmement, que y compris dans un régime autoritaire, ce service public particulier, a stimulé la formation de gouvernements urbains dans une forme d’autonomie vis-à-vis de l’État.

Mots clefs : Réseau ; gouvernement urbain ; Égypte ; régimes autoritaires ; service public ; déchets.