Quel modèle de décentralisation des services urbains en Tunisie ?

Date Mai 30, 2014 |

Je participerai le 6 juin prochain au séminaire organisé par l’association tunisienne des urbanistes, la direction générale des collectivités locales et l’unité de recherche Droit et gouvernance.

AFFICHE -ATU

Argumentaire

La question territoriale a été au cœur de la révolution tunisienne. Les déséquilibres régionaux et les difficultés d’accès à l’emploi et aux services ont dès lors fait partie des thèmes les plus médiatisés sur la scène politique de l’après 14 janvier 2011. La décentralisation a rapidement figuré comme un principe phare des réformes, d’abord dans les programmes des principaux partis en course vers la constituante (ANC) et ensuite dans les orientations dégagées des travaux de l’ANC. L’approbation de la constitution de janvier 2014, et notamment son chapitre 7 sur le Pouvoir Local constitue le couronnement du consensus sur la décentralisation.

Aujourd’hui, la Tunisie a atteint un second palier dans sa course à l’instauration d’un système décentralisée avec l’affirmation des principes  de décentralisation, de subsidiarité, de libre administration des collectivités et de participation citoyenne aux affaires locales. Et en même temps, un chantier est ouvert, celui de la préparation de l’opérationnalisation de la réforme.

Dans cette perspective, et dans l’attente de la mise en place de structures chargées de mener les débats et les travaux sur les orientations des réformes de décentralisation, l’Association Tunisienne des Urbanistes en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales, et l’unité de recherche Droit et Gouvernance et avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, organise un séminaire  de réflexion sur les enjeux liés à la décentralisation des services urbains. L’objectif principal étant de rassembler chercheurs, experts et parties prenantes dans des discussions sur les thématiques clés de la réforme, afin de délimiter les contours des grandes questions à traiter. Le sujet principal qui sera débattu dans ce séminaire concerne les modèles possibles d’organisation des services urbains conformément aux nouveaux principes constitutionnels, en partant de l’organisation actuelle de ces services, ainsi que les problématiques que ces modèles suscitent.

Ma participation s’inscrit dans la suite d’une étude menée entre juin et juillet 2013 avec Sami Yassine Turki, de l’ISTEUB (et président de l’ATU), sur la décentralisation en Tunisie, dans le cadre plus large d’une recherche coordonnée par le Lebanese Centre of Policy Studies, à paraître très prochainement sous le titre suivant : Harb M., and Atallah S. (eds.), 2014, Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization Experiences in the Arab World Beirut: LCPS. (en arabe, mais la version anglaise sera téléchargeable sur le site du LCPS). Un résumé de cette étude est disponible ici :Mona Harb et Sami Atallah, Decentralization in the Arab World Must be Strengthened to Provide Better Services, Policy Brief, LCPS

En attendant, notre étude est disponible ici: Turki_Verdeil_Decentralisation_Tunisie_final-PDF (version française).

Conférence : Transition ou révolution énergétique en Tunisie

Date Mai 30, 2014 |

conf-irmc-tunisJ’ai le plaisir d’annoncer cette conférence qui aura lieu à l’IRMC, 20 rue Mohamed Ali Tahar, Mutuelleville, Tunis, le 5 juin 2014 à 17h30.

Pour plus de détails sur le contenu, voir ce billet.

Matières et énergies : un renouveau géographique ?

Date Mai 16, 2014 |

Ouvrages commentés

Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2013. Atlas mondial des matières premières: des ressources stratégiques. Paris, France: Autrement, 96 p.
Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2014. Energies et minerais. Des ressources sous tension. Paris, France: la Documentation française, 64 p.

Bernadette Mérenne-Schoumaker, géographe des activités économiques et de l’énergie, publie deux petits ouvrages largement illustrés sur les matières premières. Pour qui s’est ennuyé, naguère, sur les bancs de ses classes de géographie, à l’étude ingrate du catalogue des productions minières, industrielles et agricoles des grandes puissances, quelle surprise que de voir ces thèmes faire leur entrée dans ce type de collection, dont le développement témoigne d’un intérêt soutenu du public pour les synthèses sur les grands enjeux économiques et géopolitiques contemporains. Cela s’explique, bien sûr, par la montée des interrogations et des inquiétudes autour du développement durable, et des impasses dans la gestion des ressources et de l’environnement planétaire, ainsi qu’ à leurs conséquences, comme le réchauffement climatique. Plus récemment, les questions du pic pétrolier et de la raréfaction des métaux ont également fait leur apparition dans les débats publics, faisant surgir des craintes quant aux effets des pénuries annoncées.
Dans l’Atlas des matières premières, Mérenne-Schoumaker adopte une définition large de ces produits, qui ont en commun leur rareté (ces matières peuvent être renouvelables ou non), leur caractère indispensable à l’homme et leur inclusion dans des logiques de marché et d’échange. Aux minerais et aux ressources énergétiques, elle adjoint les productions agricoles, de l’exploitation forestière et de la pêche, ainsi que l’eau. L’ensemble de ces matières est soumis à des tensions, voire à un risque d’épuisement. Les deux premiers chapitres livrent un bilan des tendances concernant leur production et leur localisation. Ils sont suivis d’une analyse des conséquences de la hausse continue de la demande et du difficile et couteux ajustement de l’offre, qui impliquent une augmentation des échanges commerciaux. Le caractère fini de ces ressources est souligné, ainsi que les dégradations environnementales que cause leur exploitation. L’auteur montre toutefois la complexité à définir les réserves et les stocks, en fonction de paramètres naturels (géologiques, pédologiques, hydrologiques…) mais aussi technologiques, économiques et politiques. L’économie des matières premières est ensuite examinée, notamment sous l’angle de la volatilité des prix et d’un contexte haussier, aux conséquences sociales redoutables. Mérenne-Schoumaker met en avant la libéralisation commerciale et financière des échanges mais exprime un avis nuancé sur le rôle de la financiarisation dans les emballements de prix, préférant insister sur l’enjeu de la hausse de la demande des pays émergents, notamment la Chine. Le dernier chapitre explore les tensions géopolitiques qui résultent de cette course aux matières premières. Si elles sont rarement la cause unique des guerres contemporaines, elles favorisent leur poursuite (comme en Afrique centrale). L’auteur examine quelques solutions possibles pour atténuer son impact social et économique sur les sociétés et les inégalités croissantes qui les traversent, à l’échelle mondiale autant que continentale et nationale. Les pistes envisagées privilégient la réduction des consommations, notamment au nord, ainsi que le « mieux consommer ». Le recyclage se heurte à des difficultés techniques et économiques et n’atténuera que faiblement l’épuisement qui se dessine.
Le dossier de la Documentation photographique, limité aux énergies et aux minerais, reprend ces grandes idées, dans un ordre différent et avec d’intéressantes photographies, extraits d’articles de presse et renvois vers des films et sites internet utiles.
Les deux ouvrages n’échappent pas à une présentation parfois fastidieuse en forme de catalogue – mais on admettra que la lecture suivie n’est peut-être pas le principal mode de consultation par les lecteurs. La cartographie et l’infographie sont évidemment riches et utiles, même si certaines cartes sont peu probantes et d’une sémiologie discutable (par ex. dans l’Atlas, l’agriculture en France et la pollution de l’eau, p.51, ou les investissements chinois dans l’énergie, les minerais ou l’agriculture en Afrique p.73).
Les limites de ces publications – liées sans nul doute à leur format – résident dans le fait qu’elles se contentent d’un traitement à l’échelle mondiale, et sont centrées principalement sur la production et les échanges (sous l’angle économique). L’atlas des matières premières montre peu d’intérêt pour les processus géographiques concrets et les paysages de cette géographie des matières premières. La Documentation Photographique est à cet égard un utile complément grâce à ces illustrations et à des études de cas localisées. On peut regretter toutefois que les deux ouvrages tirent peu parti de récents travaux de recherche qui se sont intéressés à ces questions et ont beaucoup apportés à leur étude, à travers ce qui peut être lu comme un tournant matériel, même s’il n’est pas toujours revendiqué (par exemple, Magrin 2008; Magrin et Perrier-Bruslé 2011) ou ce qui se revendique en tant qu’écologie politique dans le monde académique anglophone (par exemple Bridge 2010). Ces travaux non seulement s’intéressent aux “matières” en général, mais plus largement, s’attachant aux contraintes et ressources liées à cette matérialité même, ils étudient la manière dont cette dernière est construite et spatialement produite par des processus techniques, mais aussi juridiques, institutionnels et culturels, et à ce titre politisée – non seulement par les grands acteurs internationaux mais aussi et avant tout au cœur des sociétés et dans la vie quotidienne. La relative absence des manifestations localisées proprement politiques de ces tensions – au-dela du débat finalement classique sur les nouvelles guerres de l’eau, du pétrole ou des diamants – est ce qui manque le plus à ces ouvrages.

Références citées

Bridge, Gavin. 2010. « The Hole World: Scales and Spaces of Extraction ». In New Geographies 2: Landscapes of Energy, édité par Rania Ghosn, 43‑48. Harvard Graduate School of Design (voir ce précédent billet).
Magrin, Géraud. 2008. « L’Afrique sub-saharienne face aux famines énergétiques ». EchoGéo, no 3 (février).
Magrin, Géraud, et Laetitia Perrier-Bruslé. 2011. « Nouvelles géographies des activités extractives ». EchoGéo, no 17 (octobre).

Autres billets sur des atlas et des questions de cartographie

L’epub, nouveau format pour les revues électroniques. Quelques conséquences pratiques

Date April 27, 2014 |

Le format epub est présenté aujourd’hui comme la meilleure solution pour l’édition électronique, à la fois en raison de ses caractéristiques techniques (notamment le caractère reflowable / reconfigurable du texte qui n’est pas asservi à un seul type d’écran) mais aussi politiques et institutionnelles. L’epub est en effet un standard ouvert, neutre, qui n’est pas verrouillé, contrairement aux formats propriétaires comme le format mobi utilisé par Amazon. Mais contrairement aux livres, où les formats mobi et epub ont pratiquement complètement détrôné le PDF, les articles de la plupart des revues électroniques scientifiques restent encore aujourd’hui pratiquement uniquement disponibles  en PDF, et souvent (de plus en plus) en html. Rappelons que le principal problème du PDF vient de sa mise en page figée, non reconfigurable en fonction de la taille et de la forme de l’écran. Bien que mis au point par Adobe à l’origine, il n’est pas propriétaire et est devenu un standard. Read the rest of this entry »

Un roman saoudien sur Jeddah – Les basses oeuvres de Abduh Khal

Date April 26, 2014 |

Alain Gresh a récemment mis en ligne sa préface au roman de Abduh Khal Les basses oeuvres, m’incitant à lire ce roman qui propose une réflexion sur les mutations sociales que connaît l’Arabie Saoudite, à travers une histoire qui se passe à Jeddah, le grand port de la Mer Rouge. Alain Gresh insiste à juste titre dans sa préface sur les mutations spatiales qui touche la ville avec l’arrivée de l’argent du pétrole. Le mode de vie traditionnel, notamment la pêche, disparaît en même temps que la côte est remblayée comme on peut le voir à travers une visite sur Google Earth.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, la construction munumentale est sans doute le palais où se déroule une partie du roman.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, sur une île aux contours régularisés, la construction monumentale qui a sans doute inspiré le palais où se déroule une partie du roman. Enclavés aujourd’hui entre des autoroutes, on distingue les quartiers anciens au tissu plus dense.

Read the rest of this entry »

Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

Date April 11, 2014 |

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerte

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales. Read the rest of this entry »

Les réseaux sociaux scientifiques : visibilité et open access dans Arabesques

Date April 9, 2014 |

Mon billet publié à la suite de la journée des CoRIST en novembre dernier avait attiré l’attention et suscité des commentaires et reprises/retweets relativement nombreux. A la demande de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieure (ABES), j’en ai tiré une nouvelle version un peu plus resserrée et plus précise sur certains points, pour son magazine Arabesques (n°74, avril-juin 2014). L’ensemble du dossier “Paysages et réseaux de l’IST en mouvement” est à télécharger librement (l’article seul est sur Hal). Merci à Béatrice Pédot pour son travail éditorial.

Introduction:

Selon une enquête récente du CNRS, les chercheurs font un usage massif des réseaux sociaux qui sont intégrés au coeur de leurs pratiques professionnelles. Ces réseaux permettent une meilleure visibilité des travaux et démultiplient les possibilités d’identifier les ressources dont les scientifiques ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.

Parution: The Energy of Revolt in Arab Cities

Date März 31, 2014 |

fig2-jordanstoveVoici le résumé de mon article The Energy of Revolt in Arab Cities: the Case of Jordan and Tunisia, récemment publié dans Built Environment, dossier Arab Cities after the ‘Spring’.

Energy has become a new urban public issue in Arab cities and, hence, the trigger for new claims, mobilizations, and even revolts or riots. This article proposes another approach to energy politics. In my view, a set of transformations in energy circuits are directly involved in the ‘urbanization’ of energy issues. By such a phrase, I mean different processes that reframe and rescale energy issues, usually national and international ones, at the level of the city. Energy reliability and affordability are new claims in the political arena in many Arab cities. Based on earlier research in Tunisia and Jordan, the article examines how policies of electrification in Arab cities have created a new metabolism associated with new power relations, specifically enhancing State legitimacy through symbolic and economic means. But the neoliberal turn in electricity policies, coupled with fossil fuel price pressures, is undoing this pact. Claims for affordable prices and effective power supply have been fostered in the context of the current uprisings. Grid-embedded resistance practices by ordinary people (customers or workers), which are analyzed in this article, put new light on the vulnerability of urban electricity circuits. Read the rest of this entry »

Flux: villes et énergie en pays émergents

Date März 29, 2014 |

FLUX_093_L204J’ai le plaisir d’annoncer la parution du numéro 93-94 de la revue Flux, avec un dossier portant sur “Energie et villes des pays émergents : des transitions en question” que j’ai coordonné avec Sylvy Jaglin. Les articles sont principalement issus d’une journée tenue en décembre 2012 à l’AFD dans le cadre des séminaires SERVED. Mais cela s’inscrit aussi plus largement dans des recherches menées pour une part dans le cadre du programme TERMOS/GOUVENUS , ainsi que pour les travaux des membres lyonnais, dans d’autres projets (COLLENER, UTIQUE et POUDEV).

Voici la table des matières du numéro.

Jonathan Rutherford, Avant-Propos. Les Flux d’énergie

Sylvy Jaglin, Éric Verdeil, Énergie et villes des pays émergents : des transitions en question. Introduction

 Ce dossier expose une partie des résultats de deux programmes de recherche comparatifs portant sur les transformations énergétiques urbaines. Les débats actuels montrent que la place des collectivités locales dans la transition vers une société post-carbone reste une question ouverte (Rutherford, Coutard, 2014). Dès lors, il s’agissait de s’interroger sur les facteurs de changement observables aux échelles urbaines et les principaux acteurs porteurs d’une « vision » ou d’une stratégie énergétique, ainsi que sur la capacité à agir des autorités urbaines. Celle-ci doit être jaugée par rapport aux opérateurs traditionnels du secteur énergétique, souvent très liés aux États, d’une part, aux acteurs privés renforcés par les réformes du secteur (libéralisation, dé-intégration, privatisation ou ouverture aux investisseurs privés), d’autre part. Globalement, la question est celle de l’émergence d’une territorialisation des questions énergétiques aux échelles métropolitaines. Dans ce numéro, le propos est centré sur des villes de pays émergents, c’est-à-dire des organismes urbains dont le développement s’inscrit dans des contextes marqués par la conjonction d’une croissance économique élevée, d’une insertion solide dans les marchés globalisés et d’un savoir-faire institutionnel consolidé. La demande énergétique urbaine y est forte, portée à la fois par des taux de croissance urbaine élevés et par l’essor de la consommation des couches moyennes urbaines.

Notre parti méthodologique a été d’interroger ces questions énergétiques urbaines à partir d’analyses empiriques approfondies issues, pour ce dossier, d’études conduites sur quatre métropoles de pays émergents (Buenos Aires, Delhi, Istanbul, Le Cap) et des villes secondaires (Sfax, villes turques). Ces études font clairement apparaître le poids des déterminants locaux (sources énergétiques dominantes, rapports sociaux existants, nature des élites urbaines et des bases économiques locales…) comme les problèmes de capacité réelle et d’efficacité de l’action urbaine locale dans l’ampleur et les modalités de l’engagement des villes. Elles soulignent, ce faisant, des écarts patents entre les trajectoires de transition énergétique urbaine formalisées dans la littérature académique comme dans les politiques sectorielles et les situations urbaines observées. De ce fait, ces recherches  n’ont, dans l’ensemble, pas permis de valider une double hypothèse : celle d’une convergence des évolutions au profit d’un modèle de « transition énergétique » et celle d’une montée en puissance des pouvoirs publics locaux dans la gouvernance énergétique. Pour autant, les villes ne sont pas inertes au regard des changements en cours. Outre la mise en évidence de facteurs proprement locaux, toujours très prégnants, la confrontation des différentes études de cas nous semble livrer un certain nombre d’enseignements plus généraux sur l’avenir de la question énergétique dans de nombreuses villes du Sud, que nous tentons de synthétiser dans la suite de l’introduction. Read the rest of this entry »

Ecole Energies Recherches de Roscoff : pluridisciplinarité en pratique

Date März 28, 2014 |

Je participe ces jours-ci à la sixième édition de l’école doctorale énergies recherche organisée par un consortium d’institutions scientifiques et industrielles (CNRS, ADEME, CEA, IFPEN…) à Roscoff au fin fonds du Finistère. Son objectif est de présenter à une soixantaine de doctorants de tous les domaines scientifiques un aperçu ou une forme de culture générale partagée sur les enjeux de l’énergie aujourd’hui. Parmi ces doctorants, environ 10% sont issus des SHS, dont plusieurs géographes ou aménageurs, mais aussi sociologue, politologue ou économiste. Un chiffre qui ne doit pas être mal interprété et comparé à 90% de sciences dures: les recherches sont extrêmement diversifiées tant sur le plan disciplinaire qu’entre le pôle recherche fondamentale et recherche appliquée, celle-ci étant sans doute prépondérante. Le dialogue se fait entre toutes ces disciplines.

Cette diversité est l’occasion de mettre en pratique un objectif central de ces éditions successives: un dialogue pluridisciplinaire qui se donne à entendre dans les leçons mais aussi et surtout les conversations de couloir ou lors des repas. Découvertes réciproques des thématiques, des manières de pratiquer la recherche, qui ne vont pas sans susciter des questionnements. Par exemple, les SHS doivent répondre de méthodes d’enquêtes quantitatives impossibles à “contrôler” et de ce fait suspectes d’être entachées d’idéologie. Nombre de recherches en sciences dures sont conçues, vues des SHS, dans une optique étroitement applicative et on se demande où est la part d’autonomie du chercheur dans la construction de son objet par rapport à son directeur et au commanditaire… Les méthodes de communication sont aussi fort différentes: on privilégie le poster, assez rares en SHS sauf peut être chez les géographes à la forte tradition graphique et, en séance plénière, des “clips” de 3 mn résumant le propos: très synthétique et efficace.

J’ai été invité pour parler des enjeux territoriaux dans le déploiement de la transition énergétique et notamment des énergies solaires, que j’ai présentés à partir de mes recherches en Tunisie et en Jordanie (voir ci-dessous ma présentation). Les autres leçons (voir le programme) font le point sur des questions d’actualité : le climat, l’eau, mais aussi des enjeux plus contestés et vivement débattus, comme la question de l’intermittence des énergies renouvelables et les possibilités d’intégration au réseau. Un grand débat : l’intermittence des différences sources renouvelables est-elle compensée par le foisonnement, c’est à dire la compensation entre des sources de production géographiquement dispersées? Conclusion: il n’y a pas de consensus sur ce point, et comme on pouvait s’y attendre, les points de vues sont très corrélés à la position dans le domaine, entre les chercheurs/industriels liés à l’industrie du photovoltaïque ou ceux défendant d’autres approches.

Ouvrage distribué aux participants

Parmi les autres sujets qui ont retenu mon attention, la filière dite Power to Gas consistant à transformer les surplus issus de la production des centrales électriques renouvelables en gaz (hydrogène ou méthane) en vue de le transporter ou de le stocker avant d’autres usages énergétiques (piles à combustion, autres usages industriels). Un domaine en plein développement donnant lieu à de multiples et passionnantes anticipations.

L’ouvrage L’énergie à découvert, publié l’an dernier par CNRS Editions et offert aux participants, présente de façon claire l’ensemble de ces questions.
Présentation:

Politiques et espaces de la transition énergétique au sud de la Méditerranée from verdeil

Carnets de recherche