Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

Date April 11, 2014 |

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerte

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales.

En attendant, quid des énergies renouvelables? Les efforts dans le domaine de l’éolien restent limités dans l’attente d’une nouvelle loi et les populations locales sont d’ailleurs remontées face aux fruits ténus résultant des premiers projets réalisés, comme je le relatais dans ce billet l’été dernier. La filière photovoltaïque commence à se développer, grâce aux incitations du gouvernement. Nadia Benalouache en a fourni un intéressant bilan dans le cas de l’agglomération de Tunis, publié dans le cadre du dossier sur le développement urbain durable dans les villes arabes que j’ai coordonné dans la revue Environnement Urbain/Urban Environment avec Pierre-Arnaud Barthel. Mais cette filière est aujourd’hui confrontée à d’importantes difficultés nées de l’insuffisante capacité d’absorption de la bureaucratie tunisienne dans le processus de validation des demandes d’exploitation, notamment par les particuliers (intéressant article relatant le point de vue des installateurs). A terme, il est aussi probable que le poids de ces subventions deviendra très lourd pour des finances publiques tunisiennes que l’on dit aujourd’hui au bord de la banqueroute – et c’est d’ailleurs un argument mis en avant par le syndicat de l’électricité, par comparaison avec la situation de l’Allemagne qui vient justement de donner un coup d’arrêt à ce processus.

Toutes ces incertitudes sur l’avenir énergétique de la Tunisie sont redoublées par les difficultés de la transition, ressenties très fortement par la STEG. L’entreprise nationale a absorbé une significative augmentation de son personnel, passant de 9.000 à 14.000 employés environ dans le cadre d’un effort de régularisation de situations de sous-traitance contestables, de la réintégration de personnes exclues pour leurs opinions politiques, et plus largement, au titre d’un recrutement élargi notamment en direction de la jeunesse. Mais tout en devant faire face aux investissements nécessaires pour répondre à une demande énergétique croissante, la STEG subit également de plein fouet une hausse du non-paiement. Cela traduit deux phénomènes: le premier reflète la crise économique en Tunisie: plusieurs articles de ces jours-ci en offrent l’illustration, avec de nombreuses entreprises industrielles, touristiques ou exploitants agricoles qui ne parviennent plus à payer leur charge en raison du ralentissement global de l’activité. D’autre part, la STEG est confronté à une forme de contestation plus radicale, en particulier dans certaines zones dont les habitants s’estiment mal-traités par les politiques étatiques de redistribution et de développement, avec des refus de paiement, des piratages et des agressions contre les employés de l’entreprise (article). En conséquence, le non paiement a fortement augmenté et atteint 533 millions de dinars tunisiens. Fin 2012, cela représentait selon mes calculs 16% des recettes… une paille donc, et cela a encore augmenté! De quoi déstabiliser plus fortement encore l’entreprise, et donner des arguments à ceux qui justement voudraient la démanteler ou la privatiser…

Par coïncidence, une série de travaux et d’études menées durant ces deux dernières années sur ces thématiques viennent de paraître et je suis heureux de les présenter ici.

Il s’agit tout d’abord du chapitre “An Arab Spring for Corporatization? Tunisia’s National electricity Company”, co-écrit avec Ali Bennasr, in David McDonald, Rethinking Corporatization and Public Services in the Global South, Londres: Zed Books, 2014: 106-135. Ecrite en 2012, l’étude est basée sur un rapport initial en français. Elle fournit une photographie de l’activité de la STEG, société publique considérée comme corporatisée, c’est à dire fonctionnant selon une logique de plus en plus commerciale tout en restant fortement marquée par un ethos public, mêlant fierté nationale et préoccupation pour le progrès social. L’étude dresse le bilan des enjeux et des défis à relever, dont les paragraphes précédents fournissent une illustration.

Dans un autre article, j’ai exploré le caractère politiquement explosif des enjeux énergétiques, notamment dans les villes, à travers une comparaison des situations tunisienne et jordanienne. Je m’y inspire du cadre théorique de la Political Urban Ecology de Erik Swyngedouw, et du rôle des transitions énergétiques (et des modes de circulation énergétiques) dans la structuration des institutions politiques, tel qu’analysé par Timothy Mitchell dans Carbon Democracy. Je montre l’importance des luttes autour des questions énergétiques tant de la part des classes moyennes qui accèdent grâce à l’énergie (et en particulier à l’électricité) à de nouveaux modes de consommation, que de la part des classes populaires pour qui l’énergie constitue également un élément de base de la vie urbaine, ainsi qu’une promesse de développement. Voici les références de l’article : Verdeil, Éric. 2014. « The Energy of Revolts in Arab Cities: The Case of Jordan and Tunisia ». Built Environment 40 (1): 128‑139. (accès restreint)

Deux autres travaux se concentrent plus particulièrement sur les difficultés de mise en place et de développement de diverses formes d’énergie renouvelable en Tunisie. Menés avec Laurence Rocher et, pour la deuxième, aussi avec Hugo Bolzon, ces travaux se sont inscrits dans des démarches plus larges. Il s’agit d’abord du projet COLLENER, dirigé par Alain Nadai et Olivier Labussière, où le cas tunisien présente une illustration de la constitution assez conflictuelle de collectifs sociotechniques de la transition énergétique, surtout analysée à travers le déploiement contrarié du solaire et de l’éolien. Nous analysons les changements et les nouvelles stratégies qu’entraîne la révolution dans le domaine énergétique. Voici les références de l’article : Rocher, Laurence, et Éric Verdeil. 2013. « Energy Transition and Revolution in Tunisia: Politics and Spatiality ». The Arab World Geographer 16 (3): 267‑288. (l’article est daté 2013 mais il a été accepté seulement en janvier 2014 et publié le 25 mars)

Le dernier article se situe à l’articulation de la même recherche COLLENER et d’une autre initiative, dénommée TERMOS-GOUVENUS, animée principalement par Sylvy Jaglin et Jonathan Rutherford, auxquels j’ai prêté mon concours pour coordonner le récent numéro de la revue Flux sur Energies et Villes des Pays émergents. Dans ce cadre, avec toujours Laurence Rocher et Hugo Bolzon qui avait effectué un stage de terrain à Sfax, nous avons scruté les modes de territorialisation de plusieurs dispositifs énergétiques (le gaz naturel et les chauffe eau solaires). Nous soulignons la très difficile coordination de ces nouvelles énergies qui sont parfois complémentaires, parfois concurrentes, et prises dans de complexes enjeux politiques locaux et nationaux. Référence : Bolzon, Hugo, Laurence Rocher, et Éric Verdeil. 2013. « Transitions énergétiques multiples et contradictoires à Sfax (Tunisie) ». Flux, no 93-94: 77‑90.

Certains de ces travaux sont accessibles (librement) en ligne. D’autres ne le sont pas (encore), en raison des restrictions imposées par les éditeurs, mais ils peuvent m’être demandés et obtenus par mail. Bonne lecture et au plaisir de lire réactions et commentaires. On peut suivre sur mon compte Seenthis mes repérages quotidiens sur toutes ces questions.

 

 

Les réseaux sociaux scientifiques : visibilité et open access dans Arabesques

Date April 9, 2014 |

Mon billet publié à la suite de la journée des CoRIST en novembre dernier avait attiré l’attention et suscité des commentaires et reprises/retweets relativement nombreux. A la demande de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieure (ABES), j’en ai tiré une nouvelle version un peu plus resserrée et plus précise sur certains points, pour son magazine Arabesques (n°74, avril-juin 2014). L’ensemble du dossier “Paysages et réseaux de l’IST en mouvement” est à télécharger librement (l’article seul est sur Hal). Merci à Béatrice Pédot pour son travail éditorial.

Introduction:

Selon une enquête récente du CNRS, les chercheurs font un usage massif des réseaux sociaux qui sont intégrés au coeur de leurs pratiques professionnelles. Ces réseaux permettent une meilleure visibilité des travaux et démultiplient les possibilités d’identifier les ressources dont les scientifiques ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.

Parution: The Energy of Revolt in Arab Cities

Date März 31, 2014 |

fig2-jordanstoveVoici le résumé de mon article The Energy of Revolt in Arab Cities: the Case of Jordan and Tunisia, récemment publié dans Built Environment, dossier Arab Cities after the ‘Spring’.

Energy has become a new urban public issue in Arab cities and, hence, the trigger for new claims, mobilizations, and even revolts or riots. This article proposes another approach to energy politics. In my view, a set of transformations in energy circuits are directly involved in the ‘urbanization’ of energy issues. By such a phrase, I mean different processes that reframe and rescale energy issues, usually national and international ones, at the level of the city. Energy reliability and affordability are new claims in the political arena in many Arab cities. Based on earlier research in Tunisia and Jordan, the article examines how policies of electrification in Arab cities have created a new metabolism associated with new power relations, specifically enhancing State legitimacy through symbolic and economic means. But the neoliberal turn in electricity policies, coupled with fossil fuel price pressures, is undoing this pact. Claims for affordable prices and effective power supply have been fostered in the context of the current uprisings. Grid-embedded resistance practices by ordinary people (customers or workers), which are analyzed in this article, put new light on the vulnerability of urban electricity circuits. Read the rest of this entry »

Flux: villes et énergie en pays émergents

Date März 29, 2014 |

FLUX_093_L204J’ai le plaisir d’annoncer la parution du numéro 93-94 de la revue Flux, avec un dossier portant sur “Energie et villes des pays émergents : des transitions en question” que j’ai coordonné avec Sylvy Jaglin. Les articles sont principalement issus d’une journée tenue en décembre 2012 à l’AFD dans le cadre des séminaires SERVED. Mais cela s’inscrit aussi plus largement dans des recherches menées pour une part dans le cadre du programme TERMOS/GOUVENUS , ainsi que pour les travaux des membres lyonnais, dans d’autres projets (COLLENER, UTIQUE et POUDEV).

Voici la table des matières du numéro.

Jonathan Rutherford, Avant-Propos. Les Flux d’énergie

Sylvy Jaglin, Éric Verdeil, Énergie et villes des pays émergents : des transitions en question. Introduction

 Ce dossier expose une partie des résultats de deux programmes de recherche comparatifs portant sur les transformations énergétiques urbaines. Les débats actuels montrent que la place des collectivités locales dans la transition vers une société post-carbone reste une question ouverte (Rutherford, Coutard, 2014). Dès lors, il s’agissait de s’interroger sur les facteurs de changement observables aux échelles urbaines et les principaux acteurs porteurs d’une « vision » ou d’une stratégie énergétique, ainsi que sur la capacité à agir des autorités urbaines. Celle-ci doit être jaugée par rapport aux opérateurs traditionnels du secteur énergétique, souvent très liés aux États, d’une part, aux acteurs privés renforcés par les réformes du secteur (libéralisation, dé-intégration, privatisation ou ouverture aux investisseurs privés), d’autre part. Globalement, la question est celle de l’émergence d’une territorialisation des questions énergétiques aux échelles métropolitaines. Dans ce numéro, le propos est centré sur des villes de pays émergents, c’est-à-dire des organismes urbains dont le développement s’inscrit dans des contextes marqués par la conjonction d’une croissance économique élevée, d’une insertion solide dans les marchés globalisés et d’un savoir-faire institutionnel consolidé. La demande énergétique urbaine y est forte, portée à la fois par des taux de croissance urbaine élevés et par l’essor de la consommation des couches moyennes urbaines.

Notre parti méthodologique a été d’interroger ces questions énergétiques urbaines à partir d’analyses empiriques approfondies issues, pour ce dossier, d’études conduites sur quatre métropoles de pays émergents (Buenos Aires, Delhi, Istanbul, Le Cap) et des villes secondaires (Sfax, villes turques). Ces études font clairement apparaître le poids des déterminants locaux (sources énergétiques dominantes, rapports sociaux existants, nature des élites urbaines et des bases économiques locales…) comme les problèmes de capacité réelle et d’efficacité de l’action urbaine locale dans l’ampleur et les modalités de l’engagement des villes. Elles soulignent, ce faisant, des écarts patents entre les trajectoires de transition énergétique urbaine formalisées dans la littérature académique comme dans les politiques sectorielles et les situations urbaines observées. De ce fait, ces recherches  n’ont, dans l’ensemble, pas permis de valider une double hypothèse : celle d’une convergence des évolutions au profit d’un modèle de « transition énergétique » et celle d’une montée en puissance des pouvoirs publics locaux dans la gouvernance énergétique. Pour autant, les villes ne sont pas inertes au regard des changements en cours. Outre la mise en évidence de facteurs proprement locaux, toujours très prégnants, la confrontation des différentes études de cas nous semble livrer un certain nombre d’enseignements plus généraux sur l’avenir de la question énergétique dans de nombreuses villes du Sud, que nous tentons de synthétiser dans la suite de l’introduction. Read the rest of this entry »

Ecole Energies Recherches de Roscoff : pluridisciplinarité en pratique

Date März 28, 2014 |

Je participe ces jours-ci à la sixième édition de l’école doctorale énergies recherche organisée par un consortium d’institutions scientifiques et industrielles (CNRS, ADEME, CEA, IFPEN…) à Roscoff au fin fonds du Finistère. Son objectif est de présenter à une soixantaine de doctorants de tous les domaines scientifiques un aperçu ou une forme de culture générale partagée sur les enjeux de l’énergie aujourd’hui. Parmi ces doctorants, environ 10% sont issus des SHS, dont plusieurs géographes ou aménageurs, mais aussi sociologue, politologue ou économiste. Un chiffre qui ne doit pas être mal interprété et comparé à 90% de sciences dures: les recherches sont extrêmement diversifiées tant sur le plan disciplinaire qu’entre le pôle recherche fondamentale et recherche appliquée, celle-ci étant sans doute prépondérante. Le dialogue se fait entre toutes ces disciplines.

Cette diversité est l’occasion de mettre en pratique un objectif central de ces éditions successives: un dialogue pluridisciplinaire qui se donne à entendre dans les leçons mais aussi et surtout les conversations de couloir ou lors des repas. Découvertes réciproques des thématiques, des manières de pratiquer la recherche, qui ne vont pas sans susciter des questionnements. Par exemple, les SHS doivent répondre de méthodes d’enquêtes quantitatives impossibles à “contrôler” et de ce fait suspectes d’être entachées d’idéologie. Nombre de recherches en sciences dures sont conçues, vues des SHS, dans une optique étroitement applicative et on se demande où est la part d’autonomie du chercheur dans la construction de son objet par rapport à son directeur et au commanditaire… Les méthodes de communication sont aussi fort différentes: on privilégie le poster, assez rares en SHS sauf peut être chez les géographes à la forte tradition graphique et, en séance plénière, des “clips” de 3 mn résumant le propos: très synthétique et efficace.

J’ai été invité pour parler des enjeux territoriaux dans le déploiement de la transition énergétique et notamment des énergies solaires, que j’ai présentés à partir de mes recherches en Tunisie et en Jordanie (voir ci-dessous ma présentation). Les autres leçons (voir le programme) font le point sur des questions d’actualité : le climat, l’eau, mais aussi des enjeux plus contestés et vivement débattus, comme la question de l’intermittence des énergies renouvelables et les possibilités d’intégration au réseau. Un grand débat : l’intermittence des différences sources renouvelables est-elle compensée par le foisonnement, c’est à dire la compensation entre des sources de production géographiquement dispersées? Conclusion: il n’y a pas de consensus sur ce point, et comme on pouvait s’y attendre, les points de vues sont très corrélés à la position dans le domaine, entre les chercheurs/industriels liés à l’industrie du photovoltaïque ou ceux défendant d’autres approches.

Ouvrage distribué aux participants

Parmi les autres sujets qui ont retenu mon attention, la filière dite Power to Gas consistant à transformer les surplus issus de la production des centrales électriques renouvelables en gaz (hydrogène ou méthane) en vue de le transporter ou de le stocker avant d’autres usages énergétiques (piles à combustion, autres usages industriels). Un domaine en plein développement donnant lieu à de multiples et passionnantes anticipations.

L’ouvrage L’énergie à découvert, publié l’an dernier par CNRS Editions et offert aux participants, présente de façon claire l’ensemble de ces questions.
Présentation:

Politiques et espaces de la transition énergétique au sud de la Méditerranée from verdeil

Parution: Arab Cities after ‘The Spring’

Date März 21, 2014 |

BE V40 N1 Cover.inddJ’ai le plaisir d’annoncer la parution du numéro de la revue Built Environment reprenant une partie des actes du colloque du Caire : “Revolts and Transitions in the Arab World: Towards a New Urban Agenda”. Coordonné par Roman Stadnicki avec Leila Vignal et Pierre-Arnaud Barthel, il comporte neuf contributions (voir ci-dessous).  Voici un résumé du texte introductif

This article puts the contributions in this special issue of Built Environment into the perspective of the massive transformations that have taken place in the cities of the Arab world over the last thirty years. It analyses the specifi cities of the modes of production of the urban fabric and identifi es the spatial, social, economic and political disjunctions that developed within the Arab cities – and led, with other factors, to the ‘Arab Spring’. The perceptions of the city and the claims on the urban environment have been transformed. The article demonstrates that the impacts of ‘Arab Spring’ on the production and the politics of the Arab cities remain to be seen. However, temporalities of change refl ect gaps and iterations. Change faces resistance, drawbacks, and uncertainties. In-depth reshuffling of the hierarchy of powers, shifts in the mindset of the decision-makers, and transformation of the administrative and political bodies are long-term processes. In the meantime, the urban mobilizations, activism, as well as the stakes embedded in the urban fabric and materiality, are back on the agenda of research.

Je suis particulièrement heureux d’extraire les quelques lignes qui suivent de la conclusion de ce texte, qui met en avant la page Cities de Jadaliyya à laquelle je contribue depuis son lancement au mois de septembre 2013.

Collaborations through alternative platforms accompany these new discussions. Two of the contributors, Farah al-Nakib and Eric Verdeil, participated in the launch in the Autumn 2013 of the ‘cities’ page of Jadaliyya, a leading website of critical information and debates on and in the Arab world. The launch of this page is a stepping-stone towards the much needed ‘de-Westernization of urban studies’ (Choplin, 2013). It is a welcome indication that the revolutions of the Arab peoples have also an impact on the intellectual and academic milieu.

Table des matières

Stadnicki, Roman; Vignal, Leïla; Barthel, Pierre-Arnaud Assessing Urban Development after the ‘Arab Spring’: Illusions and Evidence of Change 

Klaus, Enrique Graffiti and Urban Revolt in Cairo 
Clerc, Valérie Informal Settlements in the Syrian Conflict: Urban Planning as a Weapon 
Barthel, Pierre-Arnaud; Vignal, Leïla Arab Mediterranean Megaprojects after the ‘Spring’: Business as Usual or a New Beginning? 
Philifert, Pascale Morocco 2011/2012: Persistence of Past Urban Policies or a New Historical Sequence for Urban Action? 
Turki, Sami Yassine  Evolution of Cities and Territories in Tunisia through Parties’ Electoral Programmes and Civil Society’s Proposals

Al-Nakib, Farah  Towards an Urban Alternative for Kuwait: Protests and Public Participation

Clément, Françoise; Salah, Ahmed Post-Uprising Libyan Associations and Democracy Building in Urban Libya

Verdeil, Eric The Energy of Revolts in Arab Cities: The Case of Jordan and Tunisia 

La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth

Date März 18, 2014 |

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Vient de paraître, cette communication au colloque Waad, l’expérience unique, qui s’est tenue en juillet 2012 à Beyrouth, au sujet de la reconstruction de la banlieue sud suite aux bombardements israéliens de 2006. J’avais rendu compte de ce colloque dans un texte paru sur Les Carnets de l’IFPO en septembre 2012.
Voici la référence complète de mon intervention (version d’auteur en libre accès):
Verdeil Eric, 2013, “La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth”, in Majalat al-mi’mar al ‘arabi (revue d’architecture arabe), Actes du colloque : Waad, une expérience unique?, Beyrouth, p. 175‑189.
Et le résumé :

Les reconstructions urbaines sont des moments où les rapports de force politiques sont très visibles. Mais ces projets comportent également une très forte dimension technique. L’objectif de cet article est d’articuler ces deux dimensions de ces opérations d’urbanisme, en construisant une grille de lecture basée sur deux axes eux-mêmes décomposés en une série de critères : le premier axe renvoie aux politiques de reconstruction, et le second aux cultures de l’urbanisme. Cette grille est ensuite appliquée à l’urbanisme libanais. Sont ainsi analysés quatre épisodes de reconstruction à Beyrouth : les projets de 1977 et 1982-83 et l’opération Solidere (démarrée en 1991) puis, plus en détail, l’opération Waad dans la banlieue sud de Beyrouth à la suite de la guerre de 2006. La mise en série de ces opérations permet de dégager les caractéristiques de chaque projet/opération et d’identifier, in fine, les caractères originaux de la reconstruction de la banlieue sud, notamment les choix spatiaux (reconstruction à l’identique), la temporalité très rapide des opérations, le financement endogène du projet (sans recours au marché) et la culture urbanistique à la fois locale et partisane, de type municipale, développée par le Hezbollah.

Sur le même sujet, il faut signaler la dernière publication de Mona Fawaz (qui développe un point de vue très critique sur cette opération):

Fawaz M., 2014, The Politics of Property in Planning: Hezbollah’s Reconstruction of Haret Hreik (Beirut, Lebanon) as Case Study, International Journal of Urban and Regional Research, 2014, OnlineFirst.

Mohamad Omran, artiste syrien

Date März 9, 2014 |

expo-MohmadOmranOn peut encore voir à Lyon, pour quelques jours, l’exposition de Mohamad Omran, artiste syrien, à la galerie-atelier La Façon.

Dans un style qui mêle dessin et collage, et qui signale l’emploi des techniques de la caricature et des influences surréalistes, Omran propose plusieurs séries de vignettes et quelques tableaux qui portent un regard amer sur la situation en Syrie.

Du même artiste, voir aussi Syrie. Journal depuis le 15 mars 2011, et un ensemble de dessins très fort exposés en 2012 à la galerie Europia. On peut aussi écouter l’entretien qu’il accordé en janvier 2013 au site La clé des langues.

(c) Mohamad Omran / réalisé suite au massacre de Banias

(c) Mohamad Omran / réalisé suite au massacre de Banias

 

Les mots de l’image – exposition à l’ENS de Lyon

Date März 9, 2014 |

(c) Bernard Plossu

(c) Bernard Plossu

Profitez des derniers jours de l’exposition Les mots de l’image à l’ENS (jusqu’au 21 mars). A un choix de photographies de Bernard Plossu où figurent lettres et/ou mots, répond une série de petits textes du sociologue Jean-Louis Fabiani.

Au delà de la poésie propre qui fait la force des tirages de Plossu, ce qui a attiré ici mon intérêt est la pertinence ciselée des textes de Fabiani, et leur résonance avec mes thèmes de recherche sur la place et l’imaginaire des réseaux techniques dans la ville. Un grand nombre de ces images sont prises dans le flux, et en l’interrompant, donne à voir les infrastructures bien souvent invisibilisées qui régissent notre quotidien.

En réponse à l’image mise en exergue dans l’affiche de l’exposition, Fabiani souligne ainsi la tension entre la grisaille de ce paysage autoroutier et les connotation du mot SUD : “Le mot Sud qualifie plutôt le nouvel espace des styles de vue d’une classe de loisirs venue du “Nord” qu’une communauté de culture ou de climat. Le Sud désigne ici l’effacement progressif des frontières entre le dedant et le dehors de la maison, l’écoute attentive des manifestations du corps, la sociabilité ludique et festive. Tout ça, évidemment, n’est pas tombé du camion”.

En contrepoint d’une photographie toute en lignes de fuite, au centre de laquelle se détache l’inscription “CENTRO LOGISTICO”, Fabiani écrit : “L’organisation du monde contemporain dépend entièrement de capacités logistiques: les flux doivent rester tendus et les connexions ne peuvent pas être interrompues. Dans le cas contraire, la crise survient et le désordre gagne. Plossu n’est pas un photographe de la technologie. Il lui arrive pourtant de la saisir lorsqu’elle s’impose à son regard d’observateur urbain. La ville qu’il décrit est faite de réseaux: rails des tramways, perches des trolleybus, remarques des camions et câbles de l’électricité son omniprésents. Ils structurent l’espace.”

Citons encore ce dialogue de Plossu et du sociologue : soit l’image d’un immeuble de grande hauteur, dans la périphérie de Marseille, au toit duquel s’accroche l’inscription en lettres géantes et lumineuses CONFORAMA, le tout vu d’une autoroute (encore) : “L’usage de l’électricité a profondément transformé les conditions de la vie urbaine. Ce qu’on appelle façade électrique des villes a été puissamment associé à la modernité et à sa vie trépidante : the City of lights (Paris) ou the City that never sleeps (New York) illustrent la part croissante prise par la lumière électrique dans la configuration, matérielle et symbolique, de la cité. C’est particulièrement vrai des enseignes et des publicités dont la forme s’est complètement transformée dès qu’elles ont été éclairées par la lumière artificielle. Les lettres ont eu depuis le débat une importance aussi grande que les images. La nouvelle façade des villes est d’abord une surface textuelle.”

Exposition à la galerie La Librairie, ENS de Lyon, site Descartes, jusquau 21 mars 2014.

Le catalogue de l’exposition est en vente à la galerie Le réverbère de Lyon:Plossu B., Fabiani J.-L., 2014, Les mots de l’image, (Les carnets). Crisnée (Belgique)/Lyon, Yellow Now/ENS de Lyon, 128 p.

Dans cette galerie, on peut voir jusqu’au 12 avril une autre exposition de Bernard Plossu : De l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Grèce (le site web propose un magnifique choix de ses photographies illustrant son regard sur les paysages de la modernité).

 

Où fait-on de la géographie sur le Monde arabe en France?

Date Januar 17, 2014 |

Dans la foulée des soulèvements dans le Monde arabe, l’InSHS du CNRS a mis en place un GIS consacré aux études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, voué au soutien d’un milieu de chercheurs numériquement faible, dont la visibilité a été amoindrie par la politique de regroupement menée par les tutelles, et ayant du mal à accéder a des financements de recherche consistant. Dans ce cadre, diverses initiatives sont prises ou envisagées, en termes de structuration, de visibilité, de partage de l’information (largement assuré par l’IISMM actuellement). Un livre blanc est également en cours de rédaction. Il m’a été récemment demandé de fournir quelques éléments de réflexion sur l’évolution des études de géographie sur le Monde arabe (et le Moyen-Orient). Etant donné la nature très informelle de la demande, et le délai très court de réalisation (quelques jours), ces éléments sont très exploratoires et n’ont pas été validés par les laboratoires et les chercheurs du champ concerné. Il m’a paru utile d’utiliser la tribune publique que constitue ce carnet pour porter ces éléments à leur connaissance et rendre possible d’éventuels compléments et corrections. Read the rest of this entry »


Carnets de recherche