Du béton dans le souffle chaud du désert

La Sorbonne d'Abu Dhabi

La Sorbonne d’Abu Dhabi

J’ai passé quelques jours à Abu Dhabi, comme professeur invité au master of Urban Planning à Paris Sorbonne University at Abu Dhabi (PSUAD), ce “pont entre les civilisations”. De fait, ma classe présentait une belle diversité (une majorité d’Emiriennes et d’Emiriens, mais aussi des Indiens, un Ukrainien, un Koweitien, un Syrien et une Libanaise) et nous avons notamment réfléchi sur la notion de cosmopolitisme…

J’ai profité de quelques heures libres pour mettre en pratique les conseils de mes collègues d’une autre antenne d’une prestigieuse université occidentale, en l’occurrence New York University in Abu Dhabi, et notamment Pascal Menoret, sur le site FIND où l’on trouve une stimulante introduction à l’histoire récente de l’architecture à Abu Dhabi: quitter l’air conditionné, défier l’air brulant (42°C dans une impressionnante humidité) et arpenter cette ville dont j’avais déjà parcouru certaines parties en 2008, à la recherche de ses perles architecturales – dont certaines déjà menacées de démolition et de remplacement, de ses ambiances, pour se laisser surprendre.

Voilà quelques photos représentatives d’une ville à l’urbanisme spectaculaire, en constant renouvellement et en pleine extension. Par contre, dans ce court laps de temps et sous cette canicule, je n’ai pas vu beaucoup d’habitants. Mes principaux interlocuteurs ont été des chauffeurs de taxis (indien, pakistanais, népalais) qui m’ont un peu parlé de leurs vies suspendues entre leur voiture climatisée, leurs logements à 35 km du centre-ville, et une famille lointaine retrouvée quelques semaines par an et encore…

Un centre-ville orthogonal, vertical, aux larges avenues, mais en constant renouvellement

Un urbanisme vertical et fondé sur l'automobile

Un urbanisme vertical et fondé sur l’automobile

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie - déserte à cette heure

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie – déserte à cette heure

A l'intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l'indique une grue à l'arrière plan.

A l’intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l’indique une grue à l’arrière plan.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

 Les extensions urbaines

Sur l'autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Sur l’autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvealbles (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d'énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l'atmosphère, ailleurs aussi des jeux d'eau)

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvelables (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d’énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l’atmosphère, ailleurs aussi des jeux d’eau).

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbitiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et apris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l'horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir...

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbutiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et a pris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l’horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir…

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l'instant, on ne peut accéder à Masdar qu'en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l’instant, on ne peut accéder à Masdar qu’en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l'entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l'eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l’entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l’eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Sur dalle, d'immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Sur dalle, d’immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Un urbanisme hors-sol tendu vers l'avenir...

Un urbanisme hors-sol tendu vers l’avenir…

 Quelques références pour aller plus loin

Cadène, P. & Dumortier, B., 2011. Atlas des pays du Golfe, Paris, France: PUPS : RFI.

Elsheshtawy Y., 2008, Cities of Sand and Fog: Abu Dhabi’s Arrival on the Global Scene, in Elsheshtawy Y. (éd.), Evolving Arab city: tradition, modernity and urban development, London, Routledge,

Menoret P., 2014, Introduction to The Abu Dhabi Guide: Modern Architecture, 1950s-1990s

Energy and Cities in Emerging countries: challenging the transition narrative

tripoli-panneauxsolairesred

Solar water heater and photovoltaic panels in Qalamoun near Tripoli (Lebanon). July 2014

I will participate to the Royal Geographical Society Conference in London on the 29th August, with Sylvy Jaglin, in the session Energy, city, representation: interrogating the (new) geo-eco-politics of the city convened by Oleg Golubchikov (Cardiff University),
Federico Caprotti (King’s College London), Mike Hodson (University of Manchester)

Summary
The paper draws lessons from 6 cases – Dehli, Istanbul, other Turkish cities, Cape Town, Buenos Aires and Sfax, Tunisia. It discusses the notion of energy transition based on empirical studies in these cities. We challenge the idea of a convergence in the trajectories of energy related changes between the cities, and hence question the consistence of the idea of transition as a unique model. We observe that changes in local energy systems are very much correlated to local social, political, infrastructural of material contingencies. Beyond this, we also critically examine the idea that the urban authorities take a major part in the energy governance and find almost no clue of this fact, given that energy systems remain controlled by state institutions and private actors. But this doesn’t mean that cities remain inert. Specifically, we point out that cities are increasingly the site of multifaceted processes of social and political mobilization about energy issues, specifically about energy securitization, about access to energy and energy tariff in a context of mass poverty, and about energy efficiency and energy saving programs.
All information on the session to be found here.
Our paper is an English version of the Intro paper of the recent issue of Flux on Villes et énergies dans les pays émergents. Don’t hesitate to ask for the French or the English version of the text.

Quel modèle de décentralisation des services urbains en Tunisie ?

Je participerai le 6 juin prochain au séminaire organisé par l’association tunisienne des urbanistes, la direction générale des collectivités locales et l’unité de recherche Droit et gouvernance.

AFFICHE -ATU

Argumentaire

La question territoriale a été au cœur de la révolution tunisienne. Les déséquilibres régionaux et les difficultés d’accès à l’emploi et aux services ont dès lors fait partie des thèmes les plus médiatisés sur la scène politique de l’après 14 janvier 2011. La décentralisation a rapidement figuré comme un principe phare des réformes, d’abord dans les programmes des principaux partis en course vers la constituante (ANC) et ensuite dans les orientations dégagées des travaux de l’ANC. L’approbation de la constitution de janvier 2014, et notamment son chapitre 7 sur le Pouvoir Local constitue le couronnement du consensus sur la décentralisation.

Aujourd’hui, la Tunisie a atteint un second palier dans sa course à l’instauration d’un système décentralisée avec l’affirmation des principes  de décentralisation, de subsidiarité, de libre administration des collectivités et de participation citoyenne aux affaires locales. Et en même temps, un chantier est ouvert, celui de la préparation de l’opérationnalisation de la réforme.

Dans cette perspective, et dans l’attente de la mise en place de structures chargées de mener les débats et les travaux sur les orientations des réformes de décentralisation, l’Association Tunisienne des Urbanistes en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales, et l’unité de recherche Droit et Gouvernance et avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, organise un séminaire  de réflexion sur les enjeux liés à la décentralisation des services urbains. L’objectif principal étant de rassembler chercheurs, experts et parties prenantes dans des discussions sur les thématiques clés de la réforme, afin de délimiter les contours des grandes questions à traiter. Le sujet principal qui sera débattu dans ce séminaire concerne les modèles possibles d’organisation des services urbains conformément aux nouveaux principes constitutionnels, en partant de l’organisation actuelle de ces services, ainsi que les problématiques que ces modèles suscitent.

Ma participation s’inscrit dans la suite d’une étude menée entre juin et juillet 2013 avec Sami Yassine Turki, de l’ISTEUB (et président de l’ATU), sur la décentralisation en Tunisie, dans le cadre plus large d’une recherche coordonnée par le Lebanese Centre of Policy Studies, à paraître très prochainement sous le titre suivant : Harb M., and Atallah S. (eds.), 2014, Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization Experiences in the Arab World Beirut: LCPS. (en arabe, mais la version anglaise sera téléchargeable sur le site du LCPS). Un résumé de cette étude est disponible ici :Mona Harb et Sami Atallah, Decentralization in the Arab World Must be Strengthened to Provide Better Services, Policy Brief, LCPS

En attendant, notre étude est disponible ici: Turki_Verdeil_Decentralisation_Tunisie_final-PDF (version française).

Matières et énergies : un renouveau géographique ?

Ouvrages commentés

Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2013. Atlas mondial des matières premières: des ressources stratégiques. Paris, France: Autrement, 96 p.
Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2014. Energies et minerais. Des ressources sous tension. Paris, France: la Documentation française, 64 p.

Bernadette Mérenne-Schoumaker, géographe des activités économiques et de l’énergie, publie deux petits ouvrages largement illustrés sur les matières premières. Pour qui s’est ennuyé, naguère, sur les bancs de ses classes de géographie, à l’étude ingrate du catalogue des productions minières, industrielles et agricoles des grandes puissances, quelle surprise que de voir ces thèmes faire leur entrée dans ce type de collection, dont le développement témoigne d’un intérêt soutenu du public pour les synthèses sur les grands enjeux économiques et géopolitiques contemporains. Cela s’explique, bien sûr, par la montée des interrogations et des inquiétudes autour du développement durable, et des impasses dans la gestion des ressources et de l’environnement planétaire, ainsi qu’ à leurs conséquences, comme le réchauffement climatique. Plus récemment, les questions du pic pétrolier et de la raréfaction des métaux ont également fait leur apparition dans les débats publics, faisant surgir des craintes quant aux effets des pénuries annoncées.
Dans l’Atlas des matières premières, Mérenne-Schoumaker adopte une définition large de ces produits, qui ont en commun leur rareté (ces matières peuvent être renouvelables ou non), leur caractère indispensable à l’homme et leur inclusion dans des logiques de marché et d’échange. Aux minerais et aux ressources énergétiques, elle adjoint les productions agricoles, de l’exploitation forestière et de la pêche, ainsi que l’eau. L’ensemble de ces matières est soumis à des tensions, voire à un risque d’épuisement. Les deux premiers chapitres livrent un bilan des tendances concernant leur production et leur localisation. Ils sont suivis d’une analyse des conséquences de la hausse continue de la demande et du difficile et couteux ajustement de l’offre, qui impliquent une augmentation des échanges commerciaux. Le caractère fini de ces ressources est souligné, ainsi que les dégradations environnementales que cause leur exploitation. L’auteur montre toutefois la complexité à définir les réserves et les stocks, en fonction de paramètres naturels (géologiques, pédologiques, hydrologiques…) mais aussi technologiques, économiques et politiques. L’économie des matières premières est ensuite examinée, notamment sous l’angle de la volatilité des prix et d’un contexte haussier, aux conséquences sociales redoutables. Mérenne-Schoumaker met en avant la libéralisation commerciale et financière des échanges mais exprime un avis nuancé sur le rôle de la financiarisation dans les emballements de prix, préférant insister sur l’enjeu de la hausse de la demande des pays émergents, notamment la Chine. Le dernier chapitre explore les tensions géopolitiques qui résultent de cette course aux matières premières. Si elles sont rarement la cause unique des guerres contemporaines, elles favorisent leur poursuite (comme en Afrique centrale). L’auteur examine quelques solutions possibles pour atténuer son impact social et économique sur les sociétés et les inégalités croissantes qui les traversent, à l’échelle mondiale autant que continentale et nationale. Les pistes envisagées privilégient la réduction des consommations, notamment au nord, ainsi que le « mieux consommer ». Le recyclage se heurte à des difficultés techniques et économiques et n’atténuera que faiblement l’épuisement qui se dessine.
Le dossier de la Documentation photographique, limité aux énergies et aux minerais, reprend ces grandes idées, dans un ordre différent et avec d’intéressantes photographies, extraits d’articles de presse et renvois vers des films et sites internet utiles.
Les deux ouvrages n’échappent pas à une présentation parfois fastidieuse en forme de catalogue – mais on admettra que la lecture suivie n’est peut-être pas le principal mode de consultation par les lecteurs. La cartographie et l’infographie sont évidemment riches et utiles, même si certaines cartes sont peu probantes et d’une sémiologie discutable (par ex. dans l’Atlas, l’agriculture en France et la pollution de l’eau, p.51, ou les investissements chinois dans l’énergie, les minerais ou l’agriculture en Afrique p.73).
Les limites de ces publications – liées sans nul doute à leur format – résident dans le fait qu’elles se contentent d’un traitement à l’échelle mondiale, et sont centrées principalement sur la production et les échanges (sous l’angle économique). L’atlas des matières premières montre peu d’intérêt pour les processus géographiques concrets et les paysages de cette géographie des matières premières. La Documentation Photographique est à cet égard un utile complément grâce à ces illustrations et à des études de cas localisées. On peut regretter toutefois que les deux ouvrages tirent peu parti de récents travaux de recherche qui se sont intéressés à ces questions et ont beaucoup apportés à leur étude, à travers ce qui peut être lu comme un tournant matériel, même s’il n’est pas toujours revendiqué (par exemple, Magrin 2008; Magrin et Perrier-Bruslé 2011) ou ce qui se revendique en tant qu’écologie politique dans le monde académique anglophone (par exemple Bridge 2010). Ces travaux non seulement s’intéressent aux “matières” en général, mais plus largement, s’attachant aux contraintes et ressources liées à cette matérialité même, ils étudient la manière dont cette dernière est construite et spatialement produite par des processus techniques, mais aussi juridiques, institutionnels et culturels, et à ce titre politisée – non seulement par les grands acteurs internationaux mais aussi et avant tout au cœur des sociétés et dans la vie quotidienne. La relative absence des manifestations localisées proprement politiques de ces tensions – au-dela du débat finalement classique sur les nouvelles guerres de l’eau, du pétrole ou des diamants – est ce qui manque le plus à ces ouvrages.

Références citées

Bridge, Gavin. 2010. « The Hole World: Scales and Spaces of Extraction ». In New Geographies 2: Landscapes of Energy, édité par Rania Ghosn, 43‑48. Harvard Graduate School of Design (voir ce précédent billet).
Magrin, Géraud. 2008. « L’Afrique sub-saharienne face aux famines énergétiques ». EchoGéo, no 3 (février).
Magrin, Géraud, et Laetitia Perrier-Bruslé. 2011. « Nouvelles géographies des activités extractives ». EchoGéo, no 17 (octobre).

Autres billets sur des atlas et des questions de cartographie

L’epub, nouveau format pour les revues électroniques. Quelques conséquences pratiques

Le format epub est présenté aujourd’hui comme la meilleure solution pour l’édition électronique, à la fois en raison de ses caractéristiques techniques (notamment le caractère reflowable / reconfigurable du texte qui n’est pas asservi à un seul type d’écran) mais aussi politiques et institutionnelles. L’epub est en effet un standard ouvert, neutre, qui n’est pas verrouillé, contrairement aux formats propriétaires comme le format mobi utilisé par Amazon. Mais contrairement aux livres, où les formats mobi et epub ont pratiquement complètement détrôné le PDF, les articles de la plupart des revues électroniques scientifiques restent encore aujourd’hui pratiquement uniquement disponibles  en PDF, et souvent (de plus en plus) en html. Rappelons que le principal problème du PDF vient de sa mise en page figée, non reconfigurable en fonction de la taille et de la forme de l’écran. Bien que mis au point par Adobe à l’origine, il n’est pas propriétaire et est devenu un standard. Weiterlesen

Un roman saoudien sur Jeddah – Les basses oeuvres de Abduh Khal

Alain Gresh a récemment mis en ligne sa préface au roman de Abduh Khal Les basses oeuvres, m’incitant à lire ce roman qui propose une réflexion sur les mutations sociales que connaît l’Arabie Saoudite, à travers une histoire qui se passe à Jeddah, le grand port de la Mer Rouge. Alain Gresh insiste à juste titre dans sa préface sur les mutations spatiales qui touche la ville avec l’arrivée de l’argent du pétrole. Le mode de vie traditionnel, notamment la pêche, disparaît en même temps que la côte est remblayée comme on peut le voir à travers une visite sur Google Earth.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, la construction munumentale est sans doute le palais où se déroule une partie du roman.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, sur une île aux contours régularisés, la construction monumentale qui a sans doute inspiré le palais où se déroule une partie du roman. Enclavés aujourd’hui entre des autoroutes, on distingue les quartiers anciens au tissu plus dense.

Weiterlesen

Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerte

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales. Weiterlesen

Les réseaux sociaux scientifiques : visibilité et open access dans Arabesques

Mon billet publié à la suite de la journée des CoRIST en novembre dernier avait attiré l’attention et suscité des commentaires et reprises/retweets relativement nombreux. A la demande de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieure (ABES), j’en ai tiré une nouvelle version un peu plus resserrée et plus précise sur certains points, pour son magazine Arabesques (n°74, avril-juin 2014). L’ensemble du dossier “Paysages et réseaux de l’IST en mouvement” est à télécharger librement (l’article seul est sur Hal). Merci à Béatrice Pédot pour son travail éditorial.

Introduction:

Selon une enquête récente du CNRS, les chercheurs font un usage massif des réseaux sociaux qui sont intégrés au coeur de leurs pratiques professionnelles. Ces réseaux permettent une meilleure visibilité des travaux et démultiplient les possibilités d’identifier les ressources dont les scientifiques ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.

Parution: The Energy of Revolt in Arab Cities

fig2-jordanstoveVoici le résumé de mon article The Energy of Revolt in Arab Cities: the Case of Jordan and Tunisia, récemment publié dans Built Environment, dossier Arab Cities after the ‘Spring’.

Energy has become a new urban public issue in Arab cities and, hence, the trigger for new claims, mobilizations, and even revolts or riots. This article proposes another approach to energy politics. In my view, a set of transformations in energy circuits are directly involved in the ‘urbanization’ of energy issues. By such a phrase, I mean different processes that reframe and rescale energy issues, usually national and international ones, at the level of the city. Energy reliability and affordability are new claims in the political arena in many Arab cities. Based on earlier research in Tunisia and Jordan, the article examines how policies of electrification in Arab cities have created a new metabolism associated with new power relations, specifically enhancing State legitimacy through symbolic and economic means. But the neoliberal turn in electricity policies, coupled with fossil fuel price pressures, is undoing this pact. Claims for affordable prices and effective power supply have been fostered in the context of the current uprisings. Grid-embedded resistance practices by ordinary people (customers or workers), which are analyzed in this article, put new light on the vulnerability of urban electricity circuits. Weiterlesen