Beyrouth, imaginaires urbanistiques

Je participerai à cette table ronde à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture le jeudi 16 avril 2015, de 18h30 à 20h30.

A partir des ouvrages “Beyrouth sous mandat français. Construction d’une ville moderne” de Marlène Ghorayeb (Éd. Karthala, 2014), “Intensive Beyrouth” de Youssef Tohme (Ed. Norma, 2014) et “Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975)” d’Eric Verdeil (Presses de l’IFPO, 2010).

L’urbanisme de Beyrouth saisi à trois moments-clés de l’histoire moderne de la ville : la gouvernance mandataire (à partir de 1918), l’euphorie de l’Indépendance (après 1946) et les excès du libéralisme après la fin de la guerre civile en 1990. Plus riches en intentions qu’en réalisations, les successives mises en plan de la capitale libanaise invitent à une réflexion sur les temporalités de l’action publique, ainsi que sur les sédimentations et résiliences qui fondent l’urbanité libanaise; en retour, les plans offrent l’opportunité de s’intéresser aux processus d’internationalisation des concepts, des outils et des milieux professionnels de l’urbanisme au XXe siècle.

En présence des auteurs.
Modératrice: Mercedes Volait, historienne de l’architecture, spécialiste de l’Egypte moderne, directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l’Institut national d’histoire de l’art.

Ouvert à tous, il est conseillé de s’inscrire ici car le nombre de places est limité.

Les déchets urbains à la une

regard croisé dechetsUne série de travaux collectifs au sujet de la gestion des déchets urbains viennent de paraître. Dans la filiation et le dialogue avec tous les travaux sur les services urbains et les infrastructures, ils poussent la réflexion sur la gouvernance urbaine à partir des enjeux de l’enjeu des infrastructures et de la matérialité urbaine. L’originalité des travaux sur les déchets, toutefois, tient sans doute dans leur attention aux travailleurs de ce secteur, à travers des enquêtes anthropologiques souvent fines, alors que dans les services urbains, c’est généralement l’usager qui est la figure centrale. Autre originalité de ces travaux : ils témoignent d’un impressionnant décloisonnement des aires culturelles traditionnelles. C’est même l’ambition de base de Sociétés urbaines et déchets. Eclairages internationaux, sous la direction de Claudia Cireli et bénédicte Florin, avec des exemples pris au sud de la Méditerranée, en Amérique latine, et Afrique subsaharienne et en Frence. Mais on retrouve cela dans Regard croisés sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb [également en PDF], dont l’une des éditrices Luisa Moretto, qui contribue aussi au volume précédent, a fait auparavant une thèse sur l’accès à l’eau et la participation des usagers au Vénézuela.

Leurs auteurs/éditeurs scientifiques me font l’amitié de me les adresser. Impossible pour l’instant de les lire et encore moins de les présenter en détail. Que ce petit coup de publicité leur donne la lumière méritée, en espérant que les revues s’en saisissent pour recension.

Azaitraoui, Mustapha, et Luisa Moretto, éd. 2013. Regard croisé sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb: le cas de Beni Mellal au Maroc, Sétif en Algérie et Sfax en Tunisie. Reus (Espagne): Ajuntament de Reus.

Moretto, Luisa. 2014. Assessing Urban Governance. The caze of Water service co-production in Venezuela. Bruxelles: Peter Lang.

Cirelli Claudia, FLorin Bénédicte, éds., 2015. Sociétés urbaines et déchets: éclairages internationaux. Tours, France: Presses universitaires François Rabelais, 2015.

Michel Ecochard à Martigues au miroir de Damas et Beyrouth

© Sylvie Denante, drac paca crmh, 2006 L’école Di Lorto à Martigues, un projet d’Ecochard au sein de la ZUP dont il a établi le plan

En 2013 j’avais participé à une conférence organisée dans le cadre des Mardis du Patrimoine de la ville de Martigues autour de la figure de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard. J’ai écrit, en vue d’actes qui semblent pour l’instant en stand-by, un texte qui rassemble les idées présentées. Il est désormais accessible sur Hal, et en voici le résumé.

Michel Ecochard sur l’autre rive de la Méditerranée : Martigues au miroir de Beyrouth et Damas

Résumé : Entre 1962 et 1973, l’architecte et urbaniste Michel Ecochard intervient à Martigues qui connait une rapide urbanisation. Ces réalisations sont représentatives d’un urbanisme d’Etat. Cet urbaniste a alors effectué l’essentiel de son parcours professionnel dans des pays du Tiers Monde. Dans la décennie 1960, il effectue entre autres plusieurs missions au Liban puis en Syrie. Cette communication, présenté lors des Mardi du patrimoine de la ville de Martigues, se demande en quoi ce parcours nourrit sa réflexion d’urbaniste en France et en particulier à Martigues. Le texte est basé sur l’analyse des archives concernant ses interventions au Liban et en Syrie, et non pas de celles qui ont trait aux projets martégaux. Ces éléments ne révèlent guère de connexions directes entre ces expériences parallèles. Toutefois, on peut dégager quelques analogies entre des contextes que par ailleurs tout sépare. Après un bref rappel des principales étapes de la carrière d’Ecochard, les interventions libanaises et syriennes seront examinées plus en détail. Je soulignerai ce qu’elles révèlent des conceptions urbanistiques d’Ecochard au-delà des particularités politiques et sociales des contextes proche-orientaux.

Energies urbaines : le gaz de ville à Istanbul, Le Caire et Sfax

J’avais signalé sur ce carnet les travaux de master de mes étudiants Elvan Arik, Jimmy Markoum et Hugo Bolzon, sur les enjeux du développement de réseaux de gaz dans les villes d’Istanbul, du Caire et de Sfax, ainsi que sur les conflits qui en résultent. Un article synthétique reprenant ces résultats a été récemment publié dans la revue Energy Policy. Il est accessible via Hal. Il s’agit d’un dossier thématique reprenant les principales conclusions d’une vaste et ambitieuse recherche collective pilotée par Jonathan Rutherford et Sylvy Jaglin, sous les noms de TERMOS et GOUVENUS (respectivement ANR Suds et projet soutenu par l’Université Paris-Est). Un autre volet de cette recherche avait été publié dans FLux en 2013 sous le titre Villes et énergies en pays émergents.

Verdeil, Éric, Elvan Arik, Hugo Bolzon, et Jimmy Markoum. 2015. « Governing the transition to natural gas in Mediteranean Metropolis: The case of Cairo, Istanbul and Sfax (Tunisia) ». Energy Policy, 78 (3), pp.235-245.

Voici le résumé:

Recent scholarship on urban energy governance has focused on low carbon energy strategies seen as a response to climate change and energy pressure threats. But such approaches tend to overlook the situations of cities from the Global South and emerging countries concerned with strong energy demand growth. The development of urban natural gas networks is an understudied response to such a challenge. Focusing on three cities, Istanbul, Cairo and Sfax (Tunisia), the article analyses the factors and the governance of these energy transitions. It uses a geographical approach to such processes that highlight the mutual influence of the territory in its material and political dimensions and of the policy goals and tools in the implementation. The development of urban gas networks rests upon the proximity of gas deposits. It is determined by metropolitan strategies for economic development as well as by programs aiming to cut energy subsidies. Though urban gas networks have a strong potential for restructuring the physical and social landscapes in cities, the dominant commercial approach taken by energy utilities and morphological constraints in the urban fabric limit their universalization. Natural gas is part of a mix of energies at the urban level and often competes with other energy forms, specifically renewables (like solar water heaters). Lastly, the development of urban natural gas networks sparks heated politics in relation to unfulfilled energy demand and affordability.

Méditerranéité – de Beyrouth à Marseille

Sollicité par l’équipe de consultants IntraDev pour réfléchir sur l’urbanisme de la métropole marseillaise à partir d’une perspective beyrouthine, j’ai relu l’opuscule La Méditerranée libanaise, éditée en 1999 sous la houlette de Thierry Fabre dans un coffret de textes intitulé Les représentations de la Méditerranée, chez Maisonneuve et Larose, éditeur aujourd’hui disparu. Cet opuscule comprend deux textes: le premier, plutôt littéraire et politique, est de l’écrivain Elias Khoury et s’intitule “Beyrouth et la Méditerranée. Langue double, langue plurielle”. L’autre, de l’historien (et très belle plume) Ahmad Beydoun, “Extrême Mediterranée. Libanisme contemporain à l’épreuve de la mer”. L’un comme l’autre, par des chemins différents, démontent cette évidence apparente d’une “méditeranéité libanaise”. Cela m’a inspiré les réflexions suivantes, à poursuivre peut être.

La “méditerranéité” de Beyrouth et ce qu’elle peut nous dire de celle de Marseille

Le discours sur la méditerranéité des villes du pourtour méditerranéen doit toujours être compris comme une construction idéologique, souvent promue par les autorités politiques, dans un jeu de tensions identitaires. Dans le cas de Beyrouth, la méditerranéité est un discours qui a pour fonction de masquer et de rejeter d’autres mythes politiques non consensuels, en l’occurrence le discours sur l’appartenance du Liban à l’ensemble arabe, notamment à partir de la fin du XIXe siècle. Le discours sur l’appartenance méditerranéenne du Liban, ultérieurement, a aussi pour fonction de conjurer d’autres identités qui s’imposent à ce pays, notamment les identités confessionnelles, volontiers présentées comme des discours montagnards. Beyrouth, ville portuaire, incarne par excellence cette vocation méditerranéenne en tant qu’ancienne échelle du Levant.

Cette idée d’une ville méditerranéenne, ou plutôt d’une méditerranéité à révéler, a plusieurs fois animé les politiques urbanistiques: la première fois dans les années 1960, notamment dans lors des travaux commandés par le général Chéhab à l’urbaniste Michel Ecochard, qui célébrait Beyrouth comme une capitale de la Méditerranée (voir ici) ; la seconde lors de la reconstruction de 1977 (chapitre 9 de ma thèse) ; et de nouveau, quoique plus discrètement, lors de la reconstruction des années 1990. Mais ce discours urbain se voulant réconciliateur, mettant en avant le commerce comme facteur de paix, a toujours eu du mal à réellement modeler la cité et à suturer ses blessures. Paradoxalement même, il a été mis en avant à un moment où, comme l’ont observé plusieurs analystes critiques (dont Elias Khoury et avant lui Jad Tabet), la ville en un sens tournait le dos à la mer, et où les appropriations privées du littoral en séparaient la majorité des Beyrouthins.

De cet usage et de cette rhétorique superficiellement consensuels de la notion de Méditerranée, Marseille et son projet métropolitain doivent se méfier et ne doivent pas abuser, nous suggère l’exemple beyrouthin. Surtout que la réalité de la diversité culturelle d’une ville comme Beyrouth – et sans doute pourrait-on faire une observation similaire pour Marseille – dépasse en fait largement la Méditerranée. Ainsi, le bouillonnement culturel beyrouthin des années 1960, tant vanté, était en fait largement un bouillonnement arabe, avec la présence d’intellectuels irakiens, égyptiens, palestiniens, syriens qui se reconnaissaient peu dans la Méditerranée. De nos jours, la diversité arabe reste forte, mais elle se double d’une dimension spécifique à la diaspora libanaise, reliée à New York, Londres, Sao Paulo, Montréal, Paris bien sûr, voire Sidney, sans parler de Dubai et Riyadh… ce qui finalement relativise la méditerranéité…

Mutatis mutandis, si l’on pense à Marseille, n’est elle pas autant ou plus en relation avec des villes d’Europe, d’Afrique noire, d’Asie qu’avec ses voisines méditerranéenne? y compris au niveau des coopérations urbanistiques? Ici, les pratiques sont en fait plus diverses que le discours officiel, y compris culturel. C’est ce que suggérait Boris Grésillon dans son petit ouvrage sur MP 2013 (voir mon commentaire), où il regrettait que cet événement et son insistance sur la vocation méditerranéenne de Marseille laissaient au second plan, voire même délaissaient, les ancrages méditerranéens de la cité phocéenne.

 

Incertitudes, contradictions, optimisme

Les éditions Agone fêtent leur 25 ans de combat. En quatrième de couverture du catalogue édité à cette occasion, un beau texte de Howard Zinn – son Histoire populaire des Etats-Unis est leur meilleure vente. Je me permets de reproduire ici cette réflexion, titrée Inlassable optimisme, autant comme marque de soutien à ces combats  qu’il m’arrive de lire, que parce qu’il donne un sens, d’une certaine manière, à toute une série de lectures que j’ai faites ces derniers mois. Dans leurs contradictions, dans les débats âpres qu’elles ouvrent face à l’incertitude du temps présent , aux craintes qu’il inspire, et aux formes de résistance qu’elles suscitent, nécessaires mais emplies de toute, elles me nourrissent. Publiées par des éditeurs de combat, elles méritent d’être partagées au moins par leur couverture, à défaut d’une analyse même rapide de chacun d’elles, ce qui me prendrait trop de temps.

Inlassable optimisme

Dans ce monde effroyable où les efforts des gens altruistes apparaissent souvent ridicules en comparaison des méfaits des puissants, comment se fait-il que je conti nue à m’engager et à avoir l’air heureux ?

J’ai absolument confiance dans le fait, non pas que le monde va s’améliorer, mais qu’il ne faut pas abandonner la partie avant d’avoir joué toutes ses cartes. La métaphore est intentionnelle : la vie est un jeu de hasard. Ne pas jouer, c’est renoncer à toutes ses chances de gagner. Jouer, agir, c’est se donner au moins une chance de changer le monde.

On a tendance à penser que ce qu’on a devant les yeux est voué à perdurer. C’est oublier qu’on a souvent été surpris par le soudain effondrement d’institutions, par des changements de mentalité fulgurants, par des soulèvements inopinés contre des tyrannies, par le brusque anéantissement de systèmes de pouvoir qui semblaient invincibles.

On ne devrait jamais abandonner la lutte pour la justice à cause de la puissance apparemment indéfectible de ceux qui dé tiennent les armes et l’argent – et qui semblent bien déterminés à les garder. Cette puissance apparente s’est maintes fois révélée vulnérable à des qualités humaines moins tangibles que les bombes et les dollars : ferveur morale, détermination, unité, organisation, sacrifice, esprit, ingénuité, courage, patience…

J’ai bien essayé de regarder le monde avec autant de pessimisme que mes amis (et pas seulement eux !), mais je ne cesse de rencontrer des gens qui, malgré tous les événements atroces qui se déroulent un peu partout, me donnent de l’espoir. Partout où je vais, je rencontre de telles personnes. Et au-delà du noyau dur de militants il semble y avoir des centaines, des milliers de gens ouverts à des idées différentes. Mais souvent, ils ignorent qu’ils ne sont pas seuls, de sorte que, quand ils persistent, c’est avec la patience désespérée de Sisyphe poussant éternellement son rocher en haut de la montagne. J’essaie de dire à chaque groupe qu’il n’est pas seul, et que ceux qui se sentent abattus par l’absence d’un véritable mouvement national sont eux-mêmes la preuve qu’un tel mouvement est possible.

Le changement révolutionnaire n’est pas un surgissement cataclysmique mais une succession interminable de surprises cheminant en zigzag vers une société plus décente. Il n’est pas nécessaire de mener des actions grandioses et héroïques pour participer au processus de changement. Des actions modestes, multipliées par des millions d’individus, peuvent changer le monde. Même quand nous ne « gagnons » pas, il y a le plaisir et la satisfaction d’avoir participé, avec d’autres gens de bien, à quelque chose de valable. Nous avons besoin d’espoir.

Un optimiste n’est pas nécessairement un joyeux drille sifflotant bêtement au milieu du chaos. Garder l’espoir quand ça va mal n’est pas faire preuve de romantisme aveugle. C’est  miser sur le fait que l’histoire humaine est l’histoire, non seulement de la cruauté, mais aussi de la compassion, du sacrifice, du courage, de la bonté.

Ce que nous choisissons de faire ressortir de cette histoire complexe va décider de nos vies. Ne voir que le pire, c’est détruire notre capacité à faire quoi que ce soit. Se rappeler ces moments – et il y en a tant – où les gens se sont comportés de façon magnifique, voilà qui nous donne l’énergie pour agir, et pour au moins essayer de faire tourbillonner ce monde dans une direction un peu différente.

Dans la mesure où nous agissons, même en faisant des choses minuscules, nous n’avons plus à attendre la grande utopie à venir. L’avenir est une succession infinie de présents, et vivre maintenant comme devraient vivre les êtres humains, au mépris de ce qu’il y a d’hostile autour de nous, est en soi une victoire merveilleuse.

Howard Zinn

Extrait de « The Optimism of Uncertainty », The Nation, 20/10/2014, with the permission of the Estate of Howard Zinn (donnée à Agone – pas à moi, hum hum).

Quelques couvertures

Jérôme Baschet, Adieux au capitalisme: autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, Paris, la Découverte, 2014, 206 p.
Keucheyan Razmig, La nature est un champ de bataille: essai d’écologie politique, Paris, Zones, 2014, 203 p.
John Urry, Societies beyond oil: oil dregs and social futures, London, Zed Books, 2013, viii+296 p.
Comité invisible, L’insurrection qui vient, Paris, La Fabrique éd., 2007, 125p. (en PDF gratuit ici)
Comité Invisible, A nos amis, Paris, La Fabrique Editions, 2014, 250 p.
Conway Erik M. et Oreskes Naomi, 2013, L’effondrement de la civilisation occidentale, Paris, Les Liens qui Libèrent éditions, 128 p.

Gras Alain, Le choix du feu: aux origines de la crise climatique, Paris, France, Fayard, 2007, 281 p.

Le nouvel esprit de Marseille, par André Donzel : compte rendu

donzel marseilleLivre recensé : André Donzel, 2014, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L’Harmattan, Questions contemporaines/ Série questions urbaines, 176 p.

Marseille a été soumise, ces dernières années, à une exposition médiatique intense mais contradictoire : aux feux des paillettes illuminant les réjouissances culturelles de l’événement “Capitale de la culture”, qui s’inscrivent dans une temporalité éphémère, s’opposent ceux des règlements de compte violents qui ensanglantent la ville, ou la chronique nauséabonde des affaires politico-économiques, deux expressions d’une histoire maudite qu’on pourrait croire indépassable. A ces images dominantes, André Donzel oppose un livre de synthèse qui se donne pour objectif de mettre au jour les transformations invisibles ou méconnues de la ville, de son économie, de l’action publique aménageuse et de son esprit civique. Il place sa réflexion sur ce Nouvel esprit de Marseille sous le patronage intellectuel de Boltanski et Chiapello, qui le conduit à insister sur l’émergence d’un capitalisme cognitif reconfigurant les expériences et les mondes, notamment par la prise en charge du rôle nouveau de la culture. Ce faisant, il lutte contre ces raccourcis médiatiques qui font de Marseille une ville irrémédiablement soumise à la pauvreté, à la corruption et au grand banditisme dont Marseille Provence 2013 ne constituerait qu’un brillant contre-exemple, mais sans lendemain.

L’auteur suit les transformations sociales et économique de Marseille et de sa région depuis longtemps, en sociologue urbain, et inscrit sa réflexion à la fois dans un dialogue avec ses pairs marseillais, en se basant sur des sources d’information très pointues et diverses, mais aussi avec les grands courants de la recherche urbaine et sociologique. Marseille est ainsi replacée dans une grille de lecture élargie ; si la ville a une trajectoire singulière, elle n’en reste pas moins en relation avec les autres villes françaises.

Le livre est structuré en six chapitres. André Donzel met d’abord en avant l’émergence d’une nouvelle économie urbaine, soulignant à l’encontre des clichés le dynamisme portuaire, la construction du pôle technopolitain et, plus classiquement le poids de l’économie résidentielle, notamment le secteur de la construction. Le deuxième chapitre analyse la “dynamique de franchisation urbaine”, autrement dit le rôle croissant des opérateurs privés dans la production urbaine, dans un contexte de retrait des acteurs publics. A. Donzel reconnaît que ces mutations ne sont pas favorables à une mise en œuvre satisfaisante de la transition écologique, ce dont les avatars de la question des déchets offrent une cinglante illustration. La société locale apparaît, en conséquence de ces dynamiques, de plus en plus polarisée, les classes moyennes fragilisées faisant grossir la masse des populations défavorisées. C’est l’objet du troisième chapitre. La gouvernance urbaine est mise en tension par ces évolutions, comme le montre le chapitre quatre. Les acteurs publics locaux, notamment la municipalité centrale, sortent paradoxalement affaiblis de la décentralisation, ce qui explique la montée en puissance des grands opérateurs privés et le retour de l’Etat, notamment avec la construction à marche forcée d’une communauté d’agglomération élargie. La fragmentation sociale au sein de l’agglomération et l’affaiblissement du pouvoir local contribue à des formes de défection politique, parmi lesquelles il range le vote FN ou les logiques d’entre soi visibles dans la montée de l’habitat fermé. Mais en contrepoint, André Donzel souligne aussi d’autres formes de mobilisation sociales. Il présente ainsi une vision nuancée des mobilisations syndicales, auxquelles il a consacré par ailleurs une étude poussée, des nouvelles mobilisations au sein des élites mais aussi de la réinvention de la démocratie urbaine par en bas, sans enjoliver le bilan ni les minimiser les clivages politiques existants (chapitre cinq). Enfin l’auteur analyse les transformations culturelles de la cité,  qui dessinent selon lui une dynamique durable. Revenant après d’autres, comme Boris Grésillon, sur Marseille Provence 2013, il montre que cet événement a conforté ces dynamiques, malgré les divisions et les contestations qu’il a aussi suscitées (chapitre six).

Au total, ce livre présente une vision actualisée et neuve des transformations de cette agglomération, avec le souci de lutter contre les légendes noires. S’il ne minimise pas les difficultés et les problèmes, par exemple la pauvreté ou l’environnement, certaines dérives peuvent paraître édulcorées, comme les polémiques récentes sur les fermetures de piscines publiques ou les lacunes de l’encadrement périscolaire qui ont récemment défrayé la chronique et les réseaux sociaux. Par ailleurs, on pourra juger que sa présentation, construite sur un point de vue centré sur le cœur de l’agglomération, sous-valorise les périphéries urbaines et leur variété. Une approche plus géographique aurait sans doute pu rendre compte davantage de cette diversité mais peut être en perdant de la cohérence du propos, qui est un vrai point fort de ce livre. Enfin, si André Donzel souligne les analogies et les différences entre la dynamique métropolitaine marseillaise et celles des autres villes françaises, il aurait aussi pu être intéressant de la confronter avec celles des villes méditerranéennes comparables, surtout si l’on prend au sérieux le renouveau des ambitions internationales de la cité.

PS : Signalons qu’André Donzel a par ailleurs contribué au récent numéro de Rives méditerranéennes consacré à “Faire durer l’événement“, à travers une très intéressante lecture de l’œuvre de Marcel Roncayolo, du point de vue de la sociologie (complémentaire de ma propre lecture de géographe exposée dans la présentation de l’Imaginaire de Marseille récemment reparu).

Pourquoi je marche aujourd’hui

Je participe à la manifestation en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo et de la prise d’otages de Vincennes, mais cette décision n’a pas été sans réticence. Cette manifestation doit être silencieuse, mais comme elle sera surchargée de slogans et de signes que je ne partagerai pas forcément, j’ai préféré à l’avance exprimer les raisons de mon malaise.

Le sens de ma participation est évident : c’est d’abord l’expression de ma douleur face à ces morts horribles et absurdes, c’est l’expression de mon deuil et de ma solidarité à l’égard des victimes et de leurs proches. Je souhaite aussi marquer mon attachement aux valeurs démocratiques et en particulier à la liberté d’expression, clairement visée par ces actes. En outre, je souhaite également exprimer mon refus et ma condamnation de l’antisémitisme effroyable que manifeste la prise d’otages et l’exécution de plusieurs d’entre eux à Vincennes, deux ans après les actes de Mohammed Merah. Cet antisémitisme doit être reconnu pour ce qu’il est et combattu sans réserve.

Mais plusieurs faits me gênent considérablement. Malgré les mises en garde contre l’amalgame après l’odieux assassinat de collaborateurs de Charlie Hebdo et des autres victimes, ces trois derniers jours ont donné lieu à une série d’actes témoignant d’une islamophobie assumée et débridée, qui ne sont guère mis en avant dans les médias et les analyses. Si le Président de la République a condamné l’antisémitisme et le racisme, je crois indispensable, à la lumière de ces actes, de spécifier ce dernier pour ce qu’il est.

En ne le faisant pas, et en promouvant un unanimisme aveugle aux failles qu’il prétend recouvrir, la classe politique dans son ensemble laisse fermenter le poison de la division au cœur de notre société. Les nombreux incidents et malaises qui ont émaillé le moment de deuil national décrété jeudi en portent témoignage1 : brimades à l’égard de jeunes “arabes” ou “musulmans” voire tout simplement lycéens qui exprimant des questions, des doutes ou qui revendiquent un autre point de vue que “je suis Charlie”. Si la liberté d’expression a un sens, ces faits sont regrettables. D’autres faits plus anciens, évidemment pas majoritaires ni même nombreux, mais non moins avérés, incitent à l’inquiétude. Par exemple cet enseignant d’un établissement fréquenté par mes enfants qui a expliqué, après l’assassinat du randonneur Hervé Gourdel en Algérie : “il faut savoir que la décapitation est une coutume courante chez les Arabes”.

A mon malaise face à cet aveuglement et à ce silence coupable sur l’islamophobie, s’ajoutent la surenchère et la récupération à laquelle se sont livrés les dirigeants politiques nationaux et étrangers qui se sont invités à cette manifestation, parmi lesquels des pseudo-démocrates alliés des jihadistes ou au minimum complaisants à leur égard; des extrémistes juifs et leurs alliés sans scrupule ; des assassins ordinaires de la démocratie ; des pourfendeurs de la liberté d’expression et du “blasphème”; etc. Cette surenchère révèle à la fois l’amateurisme et les contradictions de la politique étrangère française, enferrée dans des alliances scandaleuses et embarquée dans des équipées contradictoires au nom d’une lutte contre le terrorisme qu’elles ne cessent d’alimenter.

Je manifeste aujourd’hui, mais je ne veux aucunement cautionner ces fautes, ces dérapages et cette récupération.

Notes _____________________
  1. ils ont été rapportés par la presse mais aussi par mes enfants []

Dette de lecture 2 : Le journal du Père Lebret au Liban

malsagne book coverLe journal du Père Lebret au Liban et au Moyen-Orient (1959-1964), publié par Stéphane Malsagne sous le titre de Chronique de la construction d’un Etat, et qu’il m’a amicalement adressé, est une autre dette de lecture de l’année qui vient de passer. Le Père Lebret, dominicain, engagé en faveur du développement du Tiers Monde, fondateur à cette fin de l’IRFED (Institut de recherche et de formation en vue du développement), et par ailleurs l’un des acteurs majeurs du Concile, a joué un rôle majeur dans l’histoire du Liban et la présidence de Fouad Chéhab. Ce journal en livre les dessous. A vrai dire, sa lecture seule peut être malaisée pour à qui ne connait pas un minimum la chronologie de la période et les grands traits de l’œuvre réformatrice menée par Fouad Chéhab. Evidemment, je ne saurai trop recommander de lire en parallèle la biographie de Fouad Chéhab publiée par ailleurs par S. Malsagne, notamment alimentée, pour la période présidentielle, par la lecture de ce journal et des autres sources de l’IRFED. Mes réflexions suivantes s’appuient de ces deux documents.

Lebret dans ses cercles

Ce journal est véritablement une source exceptionnelle pour comprendre cette période. L’appareil éditorial fourni par S. Malsagne, notamment l’excellente introduction (une présentation raccourcie en a été publiée sur Jadaliyya récemment), les de notes et les index, sans parler des documents cartographiques d’origine1 ou de synthèse, tout cela constitue une fort utile et commode boussole pour se repérer dans cet ensemble hétéroclite, de notations très diverses, parfois d’ordre télégraphique, à d’autres moments d’une rédaction plus aboutie et plus surplombante. De surcroit, le statut du journal est complexe puisque destiné à être reproduit partiellement pour ses collaborateurs, il est voué à la communication et n’est pas un espace d’épanchement.

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportées les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportés les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

La personnalité du Père Lebret s’y dévoile néanmoins: passionné par le Liban et par l’œuvre de développement entreprise, il consacre beaucoup de temps au travail administratif et politique visant à faire valider sa vision et à créer les conditions de sa mise en œuvre. Homme âgé et fatigué, souvent malade, il brûle son énergie et sa santé dans des tâches qui lui inspirent beaucoup de frustration et d’amertume. Le Père est aussi un religieux, qui porte sur la société libanaise et les personnes rencontrées un regard constamment marqué par ses catégories spirituelles et religieuses. Son engagement auprès du concile n’apparaît cependant qu’en pointillé ; du moins le journal libanais ne permet-il pas de s’en faire une idée très construite, peut être par un effet de sélection des extraits.

Sur un autre plan, il est frappant d’observer combien le Liban de cette époque est encore étroitement uni avec la France, du moins une certaine société libanaise que fréquente Lebret. Les cercles d’expatriés sont très nombreux et semblent instaurer une certaine distance avec le reste de la population.

Le journal est un révélateur très éclairant de la proximité entre Chéhab et Lebret et de la manière dont le président s’appuie fortement sur ce dernier pour mener ses réformes. En revanche, il n’est pas très explicite sur les profondes oppositions politiques qu’a suscité ces réformes et cette politique chéhabiste. Si certains adversaires sont parfois nommés, et des confrontations, plutôt détendues d’ailleurs, rapportées (par exemple avec Pierre Eddé), cette adversité passe surtout par la presse et des jeux politiques qui sont lointains et n’est pas analysées avec précision.

Les relations avec les collaborateurs libanais de l’IRFED

Ayant, dans mon livre Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans, largement étudié les réalisations chéhabistes concernant l’urbanisme et l’aménagement du territoire, c’est avec délectation que j’ai utilisé cet ouvrage pour vérifier certaines conjectures élaborées sur la base de mes propres sources. A mon avis, c’est là une des grandes utilités du document livré par S. Malsagne. On peut relever plusieurs points.

Le premier concerne le rapport entre le groupe de l’IRFED, Lebret et ses équipiers, et le groupe des collaborateurs libanais, souvent eux-mêmes favorables aux réformes mais en désaccord voire en conflit avec les mesures prônées dans le détail. Par rapport à ma lecture (voir notamment ce chapitre), le journal de Lebret permet de restituer des nuances dans l’évolution des positions. S. Malsagne a bien en évidence dans ses travaux et repris dans la biographie de Chéhab, l’émergence d’une technocratie d’ingénieurs et de bureaucrates chéhabistes, qui vont d’ailleurs durablement structurer l’administration libanaise et contribuer à la persistance de pratiques et d’intentions réformistes et volontaristes dans un environnement politique devenu contraire après 1965-67. Mais à côté de cette catégorie, j’ai souligné qu’un certain nombre de techniciens et d’experts libanais avaient critiqué l’IRFED. On retrouve ces oppositions dans le journal, par exemple les cas de Joseph Naggear ou Henri Eddé. Toutefois, on constate aussi l’adoucissement de ces oppositions au fil du temps. Naggear semble plus ouvert et facilite le travail de la mission en 1964, quand il est devenu ministre, alors que plusieurs désaccords sont mentionnées en 1960-61-62. Un des enjeux concernait finalement la reconnaissance des idées et des premières tentatives de l’élite libanaise, dans les années 1950-58, notamment l’élaboration d’une première mouture du plan, et leur inclusion dans la poursuite des travaux.

C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre les rapports complexes avec des personnalités considérées comme proche de la mission IRFED, comme les économistes Pierre Ganagé ou Mohammed Atallah, qui entrent dans un rapport de concurrence avec les experts français, tout en cherchant en même temps des bénéfices économiques de leur collaboration.  Lebret livre ici une étonnante anecdote, à travers une conversation qu’il a avec Gannagé, où ce dernier cherche à évincer son collègue Attalah de la présidence ou de direction de la Commission de la planification – alors qu’en fait, il veut le poste pour lui (20 octobre 1963, p.296). Mais rien ne permet d’y lire une dimension politique au-delà de la concurrence individuelle. S. Malsagne indique que le journal révèle les difficultés de construction de l’Etat mais au fond, en le lisant, on voit peu le clientélisme ou le communautarisme dont il dénonce par ailleurs la persistance, en tout cas pas à travers des faits aussi concrets que dans cette anecdote.

Par ailleurs, Corm, dans la préface à la biographie de Chéhab, se plaint des difficultés d’accès des collaborateurs libanais au Père Lebret et suggère en fait une certaine coupure, voire un certain aveuglement, face à certaines réalités. C’est à mon sens un point qu’il serait nécessaire d’explorer davantage.

L’IRFED Liban, monstre administratif?

Un deuxième point que le journal permet de documenter, et qui correspond à l’une des difficultés majeures qu’a rencontré l’IRFED, paradoxalement peu soulignée par Malsagne, tient aux hésitations sur son statut administratif, et aux inconvénients de la solution choisie.

L’itinéraire de Mohammed Atallah peut illustrer ce point. Cet économiste en poste à l’AUB était pressenti pour diriger la direction de la planification en préfiguration, ce qui finalement ne se fit pas. Il me semble que dans la biographie de Chéhab, S. Malsagne ne souligne pas assez son importance et notamment omet le fait qu’il deviendra le premier président du CDR, en 1977, après sa création par le Président du Conseil Sélim Hoss. Cela met en évidence la continuité entre l’IRFED et cette institution toujours centrale aujourd’hui. Mais en fait, cette continuité n’en est pas totalement une, notamment sur le plan de la structure administrative, puisque la création du CDR constitue une liquidation du ministère du Plan tel que conçu et construit par Lebret et son équipe. En effet,  après la première étude, en 1959-60, qui avait dégagé la diagnostic de la situation socio-économique du Liban, Chéhab confie à Lebret une deuxième mission consistant à élaborer un plan des investissements publics. En pratique, cette deuxième mission, composée d’experts français, libanais et d’autres nationalités, constitue la colonne vertébrale du ministère du Plan, qui existait déjà mais sans administration propre. Le journal montre que le Père Lebret a par moment rêvé d’une autre structure, plus proche d’une administration de mission, sur le modèle du Commissariat au Plan, ce que fut la DATAR fondée d’ailleurs en 1963 en France, et ce que  fut plus ou moins le CDR fondé en 1977.

En effet le journal montre que cette organisation et cette intégration dans l’administration libanaise fut loin d’être aisée : du recrutement du personnel aux règles d’engagement des crédits, sans parler même du problème des locaux, tout est en permanence objet de négociations, de réunions avec les directeurs généraux, les ministres, etc. Une énergie considérable fut perdue ici. Du reste, le journal montre aussi que vers la fin de la mission, le Père Lebret réalise la nécessité d’une transition vers les experts libanais, transition qui n’est pas aisée car tous les instruments sont dans les mains et dans la tête des experts français, ce qui explique aussi en bonne partie l’animosité ou du moins les frictions avec les potentiels relais libanais. De ce point de vue, l’héritage de l’IRFED est sans doute plus problématique que bénéfique, et cela a pu expliquer, outre les oppositions politiques et le retour des “fromagistes”, l’abandon d’une partie du projet chéhabistes. En ce sens, la mission IRFED fut bien une sorte de “monstre administratif”, un point que Georges Corm avait bien mis en avant au sujet de l’administration régionale dans son ouvrage de 1964, écrit après avoir travaillé deux ans dans l’équipe de l’IRFED. Curieusement, que ce soit dans les entretiens qu’il m’a accordé lors de ma recherche ou dans sa préface à la biographie de Malsagne, Corm modère les critiques contenues dans son ouvrage sur ces aspects administratifs (voir dans mon livre). Lebret lui-même semble n’y voir que des “réserves d’usage” (1er novembre 1964, p. 345).

Les politiques du développement au Moyen Orient

Un troisième aspect très intéressant du journal concerne les missions du Père Lebret en Jordanie, en Syrie et au Koweit où il cherche à comprendre l’économie et les politiques de développement des autres pays de la région, et les liens qui pourraient se nouer entre eux et le Liban. Par exemple, il indique tous les avantages qui pourraient naître d’une bonne articulation commerciale et financière entre le Koweit en plein boom et le Liban. Il se montre aussi très intéressé par l’expérience de développement jordanienne et notamment le Planning Board. Dans un commentaire du livre de Paul Kingston sur les politiques de développement en Jordanie et en Irak, j’avais fait un petit parallèle entre les deux expériences, et souligné aussi les différences. Les annotations de Lebret permettent d’identifier d’autres différences : par exemple, le Planning Board jordanien est une institution à la fois plus flexible et réactive, plus ouverte aussi, que le monstre administratif créé au sein  du ministère du Plan libanais, et Lebret fait part de son approbation pour cette formule, et semble regretter la voie choisie / imposée au Liban. Je renvoie à cette note sans développer plus avant ce point, mais il y a là aussi des matériaux utiles pour entreprendre une histoire comparée des politiques de développement dans la région.

Pour conclure

Pour finir, la lecture du journal m’a laissé sur ma faim sur un dernier point: les rapports entre Michel Ecochard et Lebret, qui semblent avoir réellement été ténus. Et si les questions d’urbanisme préoccupent beaucoup Lebret, son interlocuteur principal paraît surtout avoir été André Bricet, un expert des Nations Unies détaché auprès de la direction générale de l’urbanisme en 1964, et rarement Ecochard, mentionné seulement en 1960 et 1961. Par contraste avec le désordre beyrouthin, il faut citer l’admiration – ou simplement l’ébahissement – de Lebret pour Koweit City, une ville si moderne, aux rues si larges, bordées de tant de magasins si pleins de richesse. La fascination pour le Golfe, contrepoint de la frustration face aux impasses libanaises : un motif devenu récurrent dans l’histoire économique et urbaine du Liban?

Notes _____________________
  1. luxe rare dans l’édition aujourd’hui, un CD ROm accompagne le Journal, où sont reproduites des cartes d’époque au 1/50 000 []

Dette de lecture : Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée

En ces derniers instants de suspension temporelle avant la reprise du manège et de son rythme endiablé, je voudrais profiter d’un peu de loisir pour reconnaître quelques dettes intellectuelles et plaisirs de lecture de l’année passée, durant laquelle la tenue de ce carnet de recherche aura été singulièrement moins régulière.

La première de ces lectures est celle de l’ouvrage Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, que m’ont amicalement adressé ses auteurs-coordinateurs Nora Semmoud, Bénédicte Florin, Olivier Legros et Florence Troin. Ce livre témoigne du dynamisme retrouvé de l’équipe des géographes et spécialistes des études urbaines de Tours, avec leur focalisation privilégiée sur le Monde arabe. Avec cet ouvrage et les Cahiers d’EMAM, publiés depuis 2009, ils redonnent vigueur à l’héritage de l’équipe d’URBAMA, carrefour d’idées et de recherche entre la France et le Maghreb et plus largement le monde arabe depuis les années 1980. Avec ces publications collectives, il me semble aussi qu’ils renouent avec ce qui avait fait la force de ce laboratoire, c’est-à-dire la construction d’un espace de dialoque et d’échanges entre les deux rives, dans un véritable esprit d’équipe, dont la construction du collectif constitue un véritable projet soutenu dans la durée – ambition qui doit être saluée dans un contexte où les pressions managérialo-universitaires ont plus souvent pour effet, au nom d’improbables convergences et exigences de visibilité, de brouiller l’identité intellectuelle des collectifs de recherche.

Les travaux publiés, désormais en ligne comme une partie de l’héritage des publications d’URBAMA, donne visibilité à l’équipe Monde arabe Méditerranée (EMAM), tout en montrant ses ouvertures et volonté de dialogue par delà la aire culturelle arabe. La présente publication en porte témoignage, s’ouvrant à un ensemble de chercheurs méditerranéens (espagnols et italiens en particulier), du nord comme du sud, de l’est et de l’ouest. De surcroit, par le jeu des références à l’Amérique latine ou à l’Afrique, par la préface accordée par Philippe Gervais Lambony, et par la mise en dialogue avec un certain nombre d’auteurs majeurs de la géographie et des études urbaines anglophones, ce travail fait œuvre d’un désenclavement intellectuel véritablement salutaire qu’il faut saluer et dont il faut espérer la poursuite et l’élargissement.

Ces quelques lignes n’ont pas l’ambition d’être une véritable recension car, je l’avoue piteusement, je n’ai pas lu l’ensemble  des textes proposés. Mais j’ai d’autant plus à coeur de les écrire que les auteurs me font l’honneur et l’amitié de citer quelques-uns de mes écrits et de m’associer ainsi à leur réflexion. Je retiens ainsi plusieurs éléments de ma lecture partielle.

Le premier est le plaisir de trouver, dans l’introduction du volume par Bénédicte Florin et Nora Semmoud, une sorte d’inventaire des principaux travaux d’URBAMA, où donc l’héritage de cet équipe est présenté à travers une récapitulation de ces principaux objets, définis au départ comme des espaces et progressivement conceptualisés de manière transversale, grâce à la construction comme objets scientifiques des notions de politiques urbaines, d’acteurs, et de citadinité. Sur la base de cette relecture, les auteures identifient la la spécificité du moment présent et de leur posture de recherche dans l’articulation de deux dimensions : une intensification du capitalisme mondialisé ou, pour le dire autrement, néolibéral ; et l’évidence des capacités de résistance des habitants et des dominés, que symbolisent les soulèvements populaires de l’année 2011 (mais qui existaient antérieurement et se poursuivent, quoique peut être sous d’autres formes et moins spectaculairement – quant à parler de succès…). Les études présentés peuvent alors être lues à partir de trois axes. Tout d’abord, les transformations urbaines se singularisent avec les grands projets qui introduisent des logiques d’action, déjà abondamment décrites; deuxièmement, ces nouvelles politiques urbaines produisent un ensemble d’effets socio-spatiaux caractérisés par l’accroissement des écarts et des contradictions; troisièmement, les habitants font montre de capacités d’ajustement et de résistance, qui constituent de nouveaux objets pour la recherche.

Les réflexions conclusives d’Olivier Legros constituent un autre passage stimulant de cet ouvrage. Prenant le contrepied d’un certain grégarisme académique qui consisterait à accepter sans précaution les thèses et les idées des tenants de la géographie critique ou radicale (et je ne rentre pas ici dans les détails de ces distinctions : voir plutôt le beau travail mené par M. Morange et Y. Calbérac dans les Carnets de géographes), Olivier Legros questionne la nouveauté des pratiques qu’on regroupe derrière le paradigme du néolibéralisme ainsi que des formes de résistance qu’il suscite. Il évoque aussi les limites de la diffusion de ce modèle d’action dont certains pays restent relativement préservés, et les différences entre Nord et Sud de la Méditerranée. En outre, il rappelle le rôle central de l’Etat dans la mise en œuvre des politiques usuellement regroupées sous ce nom. Enfin, il souligne les incertitudes et les inflexions actuelles qu’on peut observer qui pourraient conduire à penser que le néolibéralisme est aujourd’hui moins flambant qu’on ne pourrait croire, et qu’il serait même en berne. Il appelle donc à un examen minutieux, circonstancié et critique de ces notions, posture où nombre de géographes de tradition francophone se retrouveront, quand bien même le risque pour eux, à trop décortiquer cet outillage conceptuel pour en éprouver la solidité, serait de rater la/les prochaine(s) vague(s) paradigmatique(s) propulsée(s) par la machine académique anglo-américaine et de son moteur à fabriquer frénétiquement de la distinction individuelle…

Il me reste, au terme de ces quelques réflexions, à exprimer l’ombre d’un doute concernant l’intérêt de la notion de marge urbaine telle qu’elle est, ici en particulier, proposée. Refusant une définition spatiale de la marge par une position spécifique dans l’espace urbain (la périphérie), tout autant qu’une définition sociale (par la pauvreté), les auteurs utilisent le sociologue Robert Castel dont la définition de la marginalité revient à insister sur des processus de marginalisation, liés à l’organisation du travail et au système des valeurs dominantes. La dimension de stigmatisation est ainsi mise en avant. La notion de marge est donc avant tout relationnelle, et éminemment contextuelle. Mais, de ce point, un collectif socio-spatial n’est il pas toujours susceptible de devenir la marge d’un autre? Il me semble que la notion perd en spécificité et en intérêt ce qu’elle gagne en flexibilité. Au fond, ce dont traitent les auteurs, c’est bien plutôt de la ville et des sociétés urbaines dans leur ensemble confrontées aux dynamiques spatiales du capitalisme. La notion de marge introduit alors une focalisation ou une réduction de périmètre qui ne paraît guère justifiée. Débat à poursuivre ?