Jérusalem. Bâtir deux villes en une

Couv-Salenson-Jérusalem-bâtir-deux-villes-en-uneIrène Salenson vient de publier  Jérusalem. Bâtir deux villes en une aux éditions de l’Aube-Bibliothèque des territoires. J’avais eu le plaisir de participer à la soutenance de la monumentale thèse qui est à l’origine de ce livre. Irène m’a fait l’honneur de me demander d’en écrire la préface, que je reproduis ici.

*

*   *

Jérusalem incarne par excellence la coexistence difficile des grandes trois religions monothéistes et leurs affirmations superposées et concurrentes sur un même espace. Mais elle est aussi un désespérant symbole du conflit israélo-palestinien et de ses impasses meurtrières. La ville est revendiquée par Israël comme sa capitale, au mépris du droit international qui condamne l’annexion de Jérusalem-Est. Al Quds est également la capitale dont les Palestiniens rêvent pour leur futur Etat. Depuis le début des années 2000, le mur de séparation et l’accélération de la colonisation à Jérusalem-Est comme en Cisjordanie illustrent les dimensions schizophrènes du projet israélien cherchant à étendre et à consolider le territoire annexé tout en refusant le contact avec les Palestiniens.

Sur un tel sujet, où les écrits antagonistes ne manquent pas, il est difficile de poser un regard équilibré qui sans faire nécessairement droit à des revendications contradictoires et passionnelles, cherche du moins à les examiner avec distance critique. C’est cet objectif immensément ambitieux que s’est donné Irène Salenson. Il lui vaudra nécessairement quelques volées de bois vert. Ce petit livre courageux synthétise une thèse très dense, soutenue en 2007 au terme d’un travail de terrain long et méticuleux, et actualisée ici sur certains points. L’auteure fréquente Jérusalem depuis quinze ans. Elle parle l’hébreu, comprend l’arabe, a travaillé dans divers organismes publics israéliens d’aménagement, des structures officielles palestiniennes en charge de projets urbains, avec des ONG arabes et israéliennes, en contact avec des habitants israéliens et palestiniens. S’il est toujours vain, comme elle l’indique, de revendiquer une quelconque “neutralité” et si d’ailleurs sa subjectivité d’urbaniste et d’observatrice engagée affleure dans ce livre, du moins dispose-t-elle comme peu de personnes du recul et de la connaissance nécessaires pour délivrer une analyse dépassionnée des politiques et stratégies urbaines qui se déploient dans cette ville et qui la façonnent.

Si la ville attire quantité de géopolitologues obsédés par les dimensions ethniques et religieuses du conflit, il est beaucoup plus rare de lire cette lutte pour l’espace à partir de cette grille d’analyse plus technocratique en apparence. Elle se révèle pourtant à l’usage très heuristique pour à la fois et approfondir la compréhension des mécanismes à l’œuvre sur le terrain et dépasser certains clichés. Irène Salenson a bénéficié, durant son parcours, de la bourse Michel Seurat, octroyée chaque année par le CNRS à de jeunes chercheurs qui enquêtent sur des terrains du Moyen Orient en souvenir de l’œuvre de ce sociologue mort en captivité pendant la guerre du Liban. Seurat est notamment connu pour ses travaux sur les politiques urbaines au Proche Orient. Il y mettait en garde contre la pensée urbanistique et aménageuse, porteuse d’un risque de réification de l’urbain dans sa matérialité technique, “à l’aune du kilomètre de trottoir”, écrivait-il. Le risque, pour lui, était de perdre de vue la réalité des pouvoirs et la dynamique des mobilisations sociales qui s’y inscrivent et qui font de la ville l’enjeu même des luttes. Dans cet ouvrage, Irène Salenson ne tombe pas dans cette ornière même si elle étudie très sérieusement les instruments et les justifications des urbanistes qu’elle a longuement côtoyés et interrogés – mais aussi les visions et revendications des ONG et des habitants – palestiniens et israéliens – qui les contestent, les négocient, ou y résistent.

L’un de ses apports est de montrer à la fois la réalité du rapport de force très défavorable aux Palestiniens mais aussi un ensemble d’autres déterminations et controverses secondaires, parfois orthogonales à cette ligne d’analyse majeure. Ainsi cette lecture urbanistique renvoie-t-elle à des enjeux rarement présentés dans le cas de Jérusalem, qui rapprochent la situation de cette ville d’autres métropoles. La mise en évidence du manque d’attractivité, sur le plan démographique, de la métropole de l’intérieur par rapport à sa concurrente Tel Aviv, fait partie de ces éléments méconnus, qui justifient certaines actions d’aménagement.

A un autre niveau, l’ouvrage retrouve également, dans ce contexte si particulier, les impasses d’un mode d’action publique naguère paré des vertus de la modernité et de la rationalité et aujourd’hui contesté pour son caractère hiérarchique et autoritaire, et critiqué pour les effets pervers qu’il génère sur le plan social et politique. La planification urbaine yérosalémitaine, puisque c’est de cela qu’il s’agit, et ses schémas directeurs, sont pris en défaut à la fois face aux revendications et critiques venant de la société civile israélienne – et sans doute aussi de pratiques spéculatives qui auraient pu être davantage éclairées dans l’ouvrage – et face aux besoins ignorés et niés des habitants palestiniens de la ville. De sorte que, comme dans de nombreux autres contextes, cet urbanisme officiel est pris de court, controversé et contourné par de multiples pratiques. Les unes, militaires et de type colonial, visent à étendre et à renforcer l’assise territoriale israélienne et enrôlent les instruments urbanistiques à leur service – en dehors d’une planification approuvée. Les autres relèvent de la dignité du fait accompli face au déni et à l’oubli, ou encore de microstratégies de résistance – parfois conçues et mises en œuvre par l’association d’habitants palestiniens et de professionnels israéliens.

Au total, le livre révèle une multiplicité de formes de mobilisations et d’interactions qui, dans le cadre d’un rapport de force – de plus en plus ? – déséquilibré, illustrent néanmoins l’existence et la conquête de marges d’action alternatives, autonomes ou semi-autonomes. A cet égard, le livre n’apporte pas seulement une connaissance plus fine des formes de production de la ville à Jérusalem, il illustre bien, plus largement, certaines des inflexions majeures de l’urbanisme contemporain, notamment en situation asymétrique. Irène Salenson, en urbaniste critique et engagée, offre ainsi aux professionnels de l’aménagement urbain des éléments pour repenser leurs pratiques en lien avec les habitants et les ONG – qu’on pense aux bidonvilles des villes émergentes ou aux Roms en France.

Alors que l’avenir de Jérusalem et de l’ensemble Israël/Territoires palestiniens est essentiellement envisagé à travers le prisme de la géopolitique, la prise en compte de ces pratiques et fabriques territoriales fines est essentielle. Car ces expériences, pour ténues, fragiles et limitées qu’elles soient, inscrivent modestement sur le terrain d’autres modalités possibles de coexistence ou du moins d’interactions, qui compteront dans le futur peut être plus qu’on n’ose l’espérer en regardant les choses d’en haut.

 

Les Chemins Politiques de la Transition Ecologique

Je suis membre du comité scientifique du Colloque Les Chemins Politiques de la Transition Ecologique, qui aura lieu à l’ENS de Lyon les 27 et 28 octobre 2014. Voici le résumé de son argumentaire.

La nécessité de passer d’un mode de développement destructeur de la nature à un autre, qualifié de « durable » ou d’« écologique » s’inscrit désormais dans tous les agendas politiques, de Rio +20 au récent programme du Ministère de l’écologie. Tout comme les notions de « résilience » ou de « développement durable » qui l’ont précédé, le terme générique de « transition écologique » désigne un modèle de société qui interroge les sciences humaines et sociales et amène à des diagnostics nombreux et contradictoires.

Ce colloque interdisciplinaire réunira des philosophes, des géographes, des sociologues et des historiens afin de réinsérer la notion de transition dans le contexte temporel et spatial qui l’a vu émergé. Les modes d’action collective et les modèles économiques seront examinés à la lumière d’autres initiatives politiques se revendiquant d’autres courants historiques.

Le colloque se déroulera les 27 et 28 octobre prochains à l’ENS de Lyon, site Descartes (amphithéâtre de l’IFE). Les inscriptions sont ouvertes sur le site du colloque (http://events.it-sudparis.eu/transition/).

Il est organisé par le réseau franco-allemand Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung, l’UMR5600 EVS, le Laboratoire du Changement Social et Politique (Paris VII Denis-Diderot), Mines-Telecom. L’événement est soutenu par l’ENS de Lyon et le CNRS Rhône-Auvergne.

Programme provisoire

Lundi matin

9h-11h Atelier épistémologie :

Florence Rudolf (théorie sociologique et transition écologique)

Cédric Rio (accélération et présentisme)

Jean Chamel (politique et religieux)

Jean Le Goff (temporalités et militantisme)

11h15-13h15 Théories de la transition :

Dominique Méda (travail et transition écologique)

Lydie Laigle (mise en mouvement de la transition écologique par la société civile)

Aliènor Bertrand (histoire politique)

Thierry Brugvin (écosocialisme et écocommunisme) ;

Nicolas Haeringer et Maximes Combes (transition écologique et action politique)

Lundi après-midi

15h-16h30 De la transition énergétique à la transition écologique :

Benoit Granier (smarts communities au Japon)

Marie Gérin-Jean (transition énergétique au Maroc)

Teva Meyer (transitions énergétiques et géopolitique, ex. France, Allemagne, Suède)

17h-19h Table-ronde : quelle économie pour la transition écologique : Fabrice Flipo, Denis Couvet, Philippe Pelletier

Mardi matin

9h-10h30 Transition écologique à l’épreuve des histoires politiques européennes :

Anne-Marie Thirion (écocités France/ Danemark)

Yves Chetchouki (village en transition)

Karin Maire Parienti (jardins partagés en France et en Allemagne)

11h-12h30 Les pratiques matérielles de la transition :

Alice Canabate (initiatives de transition post-crise)

Gabriel Montrieux (circuits-courts alimentaires)

Eric Doidy (théorie du care et jardins)

14h30-17h Déplacements et échelles :

Geoffrey Pleyers (âge global)

Malcom Ferdinand (postcolonial studies dans les Caraïbes)

Maura Benegiamo (Etat et marché dans le développement)

René Audet (sustanaibility transition, échelles)

Sofiane Bouhdiba (biocarburants nord/sud)

17h30-19h : Plénière : synthèse du colloque

Publier en libre accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ?

J’animerai le 17 octobre prochain une table ronde dans le cadre de la semaine internationale du libre accès qui se tient du 13 au 26 octobre 2014. Les universités Claude Bernard Lyon 1, Lumière Lyon 2, Jean Moulin Lyon 3, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, la Bibliothèque Diderot de Lyon et l’Université de Lyon proposent une table ronde sur le thème : Publier en libre accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ? Des chercheurs viendront évoquer et échanger leurs expériences de publication en libre accès.

Vendredi 17 octobre, 9h-12h30, Campus Berges du Rhône, Salle des colloques

Avec la Participation de :

- Bénédicte Kuntziger du CCSD qui présentera la version 3 de Hal

- Gaëlle Riverieux, INRIA, qui fera un retour sur les épi journaux

- Joanna Janik, DIST-CNRS, qui nous parlera de l’expérience du portail HAL UGA

- Peter Wirtz, vice président Recherche, Lyon 3 qui insistera sur les enjeux de l’open access

- 3 retours de chercheurs en physique, en psychologie et en mathématiques qui nous dévoileront leurs pratiques sur l’open access

Des ateliers «dépôt dans l’archive ouverte HAL» seront organisés pour les chercheurs et les doctorants

Ateliers organisés par le SCD Lyon 2 et la MOM

- Vendredi 17 octobre : 14h30-15h30,BU Chevreul

- Lundi 20 octobre : 12h-13h, BU Bron

- Mercredi 22 octobre : 12h-13h, BU Bron

- Jeudi 23 octobre : 12h-13h, BU Chevreul

Ateliers organisés par les BU de Lyon 3

- Vendredi 17 octobre : 14h-16h, BU de la Manufacture

- Lundi 20 octobre : 14h-16h, Palais de la Recherche, Centre de Ressources informatiques, salle 408

Programme disponible : http://www.oaweekfrance.org/programme/publier-en-libre-acces-quelles-opportunites-pour-les-chercheurs-et-la-diffusion-des-savoirs/

Entretien avec Marcel Roncayolo sur les grands événements culturels

En attendant la parution désormais imminente de L’Imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo sur la BI2S, j’ai le plaisir de signaler la parution en ligne d’un entretien que le géographe de Marseille avait accordé en mars 2013, à Boris Grésillon et moi-même, à son domicile marseillais. Il s’inscrit dans le dossier “Faire durer l’événement“, coordonné par Pascale Froment et Boris Grésillon pour la revue Rives méditerranéennes.

L’entretien n’est actuellement disponible en ligne que pour les abonnés à Cairn ou les acheteurs (elle sera en Open Access en janvier 2018). Je me permets donc d’en extraire le fragment suivant où, après une discussion très critique sur les réalisations de Marseille 2013, il revient sur l’enjeu métropolitain dans son rapport à l’événement culturel.

EV : Mais pour revenir à une période plus récente, peut-on dire que le meilleur usage possible que l’on pourrait faire de Marseille Provence capitale européenne de la culture serait d’en faire un accélérateur de métropole ?

M. Roncayolo : D’abord il faudrait concevoir la métropole non plus comme un espace organisé à la façon d’un territoire simplement plus grand que la ville avec ses banlieues, ce qui est la définition initiale de l’aire métropolitaine américaine. Il faut voir la métropole comme quelque chose qui anime un espace à géométrie variable et qui ne s’inscrit pas ou de moins en moins – avec les moyens de communication actuels – dans un territoire préalablement délimité. La notion même de métropole au sens de métropole régionale c’est-à-dire la capitale d’un espace lui-même limité, perd en partie de sa cohérence. D’autre part, le concept de métropole régionale n’est pas à mon avis dans l’ADN marseillais. Cet ADN est plutôt en relation, via la mer, la Méditerranée, et la terre, avec des pays relativement lointains qu’avec des pays frontaliers, et il exerce moins des influences directrices que le rôle d’un élément de liaison. Marseille, c’est avant tout un lieu d’échanges, un lieu de rencontre, un lieu à la fois de convergence et de dispersion. C’est ça qui est important parce qu’elle a d’un côté la Méditerranée et de l’autre le continent. Autrement dit, il faut penser « anti-régionalement » et à mon avis, la grande liaison qui est nécessaire, c’est avec Lyon. Il faut une politique commune à Lyon et à Marseille, beaucoup plus qu’une politique qui serait une politique d’organisation de tout l’espace qui se situe entre la région lyonnaise et la région marseillaise. Dans le même élan, on pourrait aussi créer des liens avec Montpellier.

En résumé, je crois que l’ADN de Marseille est d’être un point d’articulation beaucoup plus qu’une métropole. Elle n’est pas capitale pour un tas de raisons. Elle n’a pas la société d’une capitale car une société de capitale, ça se forge et s’accumule dans le temps. Mais elle reste un admirable point d’articulation et de porosité possible.

EV : Du coup, quelle lecture faites-vous du projet de Métropole marseillaise porté par l’Etat actuellement ?

M. Roncayolo : On ne peut pas faire une politique qui s’enferme dans les moyens – qui sont d’ailleurs faibles – de Marseille. Marseille, d’un point de vue fiscal, est un vide par rapport aux villes de sa périphérie, Aix, Istres ou Martigues. Martigues a beaucoup plus de revenus par habitant que Marseille. Mais les communes de banlieue ne veulent pas entendre parler d’alliance, a fortiori de fusion, avec Marseille ! Plutôt qu’une Métropole institutionnelle, imposée d’en haut et figée dans des limites administratives intangibles, ce sont des territoires et des alliances par rapport à chaque projet qu’il faut constituer. Une sorte de métropole par projet (même si c’est un peu utopique), comme on a inventé un urbanisme par projet en réaction à l’urbanisme planificateur.

La géographie des fractures sociales françaises en débat

guilluylibé-uneLa géographie à la une de Libé, ce matin! Boire son café en se délectant d’un débat autour des notions de France périphérique, de politique de la ville, de mixité urbaine, lire les points de vue de ses collègues de labo… On se dit que le métier qu’on fait parce que les locaux sont (encore) chauffés et éclairés a quand même un peu d’utilité…

Une polémique idéologique et/ou corporatiste?

Le journal de Laurent Joffrin se targue d’avoir lancé médiatiquement Christophe Guilly, dès 2001, et d’avoir relayé ses analyses dans le contexte de la campagne électorale de 2012 où elles ont été appropriées sur divers bords de l’échiquier politique. A vrai dire, cela fait quelques années que les thèses iconoclastes du géographe non-universitaire Christophe Guilluy suscitent réactions et critiques dans le landerneau académique. Libé titre “La gauche a-t-elle perdu la France populaire?”. Mais la manière dont le journal met en scène ce débat conduit à se demander si les porteurs d’œillères ne sont pas, tout autant que le Parti socialiste (pour qui la cause est entendue), la caste universitaire. Quitte à ce que leurs critiques apparaissent de nature un peu corporatiste. Ou en tout cas idéologique : et c’est l’argument de C. Guilluy pour refuser un débat avec ses détracteurs, renvoyés à leurs “chapelles” et leur “hyperspécialité”. L’épouvantail, ici, ce sont notamment les géographes Cécile Gintrac et Sarah Mekdjian, qui dans une recension récente ont sorti la grosse artillerie pour démonter les catégories d’analyse de Guilluy – une recension avant tout d’ordre théorique, portant sur les catégories utilisées, accusées d’ethniciser le “peuple”. Pourtant, c’est aussi sur des éléments factuels et empiriques que porte la critique, notamment celle de Violaine Girard et de Jean Rivière, qui relèvent des imprécisions voire des contresens dans l’analyse du déclin de certains bassins d’emploi périphériques; ou encore lorqu’Eric Charmes rappelle l’existence de zones de grande pauvreté en ville. L’enjeu semble en fait moins être l’identification des zones de fractures économiques que la caractérisation du sentiment de relégation dont sont victimes certaines catégories sociales en stagnation sociale voire en déclassement. Et sa traduction politique.

Sur tout ces points, il convient donc de lire plus en détail le dossier récent d’Espaces et sociétés, avec des prises de position plus nuancées et variées que ce que la présentation de Libé tend à faire accroire, notamment sur la prise en compte de la question raciale. Et une critique assez radicale aussi de l’obsession égalitaire de la politique de la ville, qui essentialise toute différence sociale en handicap, par Philippe Estèbe. Pour ceux qui se heurteraient à la barrière électronique – une métaphore qui vient hélas prendre le relais de celle de la tour d’ivoire des universitaires, et devrait plus que jamais nous pousser à utiliser l’open access – on recommandera les débats organisés par la revue en ligne librement accessible Métropolitiques, notamment les travaux de Violaine Girard, Jean Rivière, et plus largement les différentes contributions prenant position par rapport à C. Guilluy.

Guilluy et ses partisans

Pour dépasser l’opposition idéologico-corporatiste mise en scène avec quelque exagération par Libé, il me paraît également nécessaire de pointer que les thèses de Guilluy trouvent aussi des relais dans le champ universitaire, auprès de chercheurs de renom. Ces derniers partagent avec lui, me semble-t-il, un souci pour transposer leurs analyses dans le domaine de l’action politique par l’expertise auprès des élus et des administrations – sans connaître les activités des critiques de Guilluy, je fais l’hypothèse que c’est une ligne de lecture dans ces prises de position antagonistes.

C’est en premier lieu le cas de Laurent Davezies, avec ses recherches sur la fracture territoriale en France et la crise qui vient. Cécile Gintrac et Sarah Mekdjian associent d’ailleurs largement celui-ci à Guilluy dans leur critique au vitriol des thèses de ce dernier. On peut à vrai dire estimer que l’originalité de ses travaux sur la (non-)circulation de la richesse entre les régions ne peut que difficilement déboucher sur des conclusions sociologiques fines – il y a là un saut d’échelle peut être hasardeux.

Un autre chercheur a défendu, pratiquement au même moment que la parution de l’Atlas des nouvelles fractures sociales en France, de Christophe Guilluy, mais avec une approche théorique très différente, une position similaire sur le biais social des politiques de la ville concentrées en fait sur les banlieues des métropoles. Il s’agit de Dominique Lorrain, dans un article de la Revue française de sciences politiques, en 2006, sur la dérive des instruments. L’un des intérêts de l’article est de prendre comme exemple le cas de Verdun et d’autres villes lorraines, qui sont justement citées, dans le dossier de Libé, par Jean Rivière et Violaire Girard ainsi que par Michel Kokoreff.  Il serait intéressant de demander à des chercheurs comme Davezies et Lorrain, et pas seulement à ses détracteurs plus radicaux, de lire le dernier ouvrage de Guilluy. Si ce n’est dans Libé, dans Métropolitiques ou un autre média en ligne.

 

 

Du béton dans le souffle chaud du désert

La Sorbonne d'Abu Dhabi

La Sorbonne d’Abu Dhabi

J’ai passé quelques jours à Abu Dhabi, comme professeur invité au master of Urban Planning à Paris Sorbonne University at Abu Dhabi (PSUAD), ce “pont entre les civilisations”. De fait, ma classe présentait une belle diversité (une majorité d’Emiriennes et d’Emiriens, mais aussi des Indiens, un Ukrainien, un Koweitien, un Syrien et une Libanaise) et nous avons notamment réfléchi sur la notion de cosmopolitisme…

J’ai profité de quelques heures libres pour mettre en pratique les conseils de mes collègues d’une autre antenne d’une prestigieuse université occidentale, en l’occurrence New York University in Abu Dhabi, et notamment Pascal Menoret, sur le site FIND où l’on trouve une stimulante introduction à l’histoire récente de l’architecture à Abu Dhabi: quitter l’air conditionné, défier l’air brulant (42°C dans une impressionnante humidité) et arpenter cette ville dont j’avais déjà parcouru certaines parties en 2008, à la recherche de ses perles architecturales – dont certaines déjà menacées de démolition et de remplacement -, de ses ambiances, pour se laisser surprendre.

Voilà quelques photos représentatives d’une ville à l’urbanisme spectaculaire, en constant renouvellement et en pleine extension. Par contre, dans ce court laps de temps et sous cette canicule, je n’ai pas vu beaucoup d’habitants. Mes principaux interlocuteurs ont été des chauffeurs de taxis (indien, pakistanais, népalais) qui m’ont un peu parlé de leurs vies suspendues entre leur voiture climatisée, leurs logements à 35 km du centre-ville, et une famille lointaine retrouvée quelques semaines par an et encore…

Un centre-ville orthogonal, vertical, aux larges avenues, mais en constant renouvellement

Un urbanisme vertical et fondé sur l'automobile

Un urbanisme vertical et fondé sur l’automobile

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie - déserte à cette heure

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie – déserte à cette heure

A l'intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l'indique une grue à l'arrière plan.

A l’intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l’indique une grue à l’arrière plan.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

 Les extensions urbaines

Sur l'autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Sur l’autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvealbles (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d'énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l'atmosphère, ailleurs aussi des jeux d'eau)

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvelables (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d’énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l’atmosphère, ailleurs aussi des jeux d’eau).

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbitiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et apris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l'horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir...

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbutiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et a pris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l’horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir…

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l'instant, on ne peut accéder à Masdar qu'en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l’instant, on ne peut accéder à Masdar qu’en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l'entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l'eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l’entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l’eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Sur dalle, d'immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Sur dalle, d’immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Un urbanisme hors-sol tendu vers l'avenir...

Un urbanisme hors-sol tendu vers l’avenir…

 Quelques références pour aller plus loin

Cadène, P. & Dumortier, B., 2011. Atlas des pays du Golfe, Paris, France: PUPS : RFI.

Elsheshtawy Y., 2008, Cities of Sand and Fog: Abu Dhabi’s Arrival on the Global Scene, in Elsheshtawy Y. (éd.), Evolving Arab city: tradition, modernity and urban development, London, Routledge,

Menoret P., 2014, Introduction to The Abu Dhabi Guide: Modern Architecture, 1950s-1990s

Energy and Cities in Emerging countries: challenging the transition narrative

tripoli-panneauxsolairesred

Solar water heater and photovoltaic panels in Qalamoun near Tripoli (Lebanon). July 2014

I will participate to the Royal Geographical Society Conference in London on the 29th August, with Sylvy Jaglin, in the session Energy, city, representation: interrogating the (new) geo-eco-politics of the city convened by Oleg Golubchikov (Cardiff University),
Federico Caprotti (King’s College London), Mike Hodson (University of Manchester)

Summary
The paper draws lessons from 6 cases – Dehli, Istanbul, other Turkish cities, Cape Town, Buenos Aires and Sfax, Tunisia. It discusses the notion of energy transition based on empirical studies in these cities. We challenge the idea of a convergence in the trajectories of energy related changes between the cities, and hence question the consistence of the idea of transition as a unique model. We observe that changes in local energy systems are very much correlated to local social, political, infrastructural of material contingencies. Beyond this, we also critically examine the idea that the urban authorities take a major part in the energy governance and find almost no clue of this fact, given that energy systems remain controlled by state institutions and private actors. But this doesn’t mean that cities remain inert. Specifically, we point out that cities are increasingly the site of multifaceted processes of social and political mobilization about energy issues, specifically about energy securitization, about access to energy and energy tariff in a context of mass poverty, and about energy efficiency and energy saving programs.
All information on the session to be found here.
Our paper is an English version of the Intro paper of the recent issue of Flux on Villes et énergies dans les pays émergents. Don’t hesitate to ask for the French or the English version of the text.

Quel modèle de décentralisation des services urbains en Tunisie ?

Je participerai le 6 juin prochain au séminaire organisé par l’association tunisienne des urbanistes, la direction générale des collectivités locales et l’unité de recherche Droit et gouvernance.

AFFICHE -ATU

Argumentaire

La question territoriale a été au cœur de la révolution tunisienne. Les déséquilibres régionaux et les difficultés d’accès à l’emploi et aux services ont dès lors fait partie des thèmes les plus médiatisés sur la scène politique de l’après 14 janvier 2011. La décentralisation a rapidement figuré comme un principe phare des réformes, d’abord dans les programmes des principaux partis en course vers la constituante (ANC) et ensuite dans les orientations dégagées des travaux de l’ANC. L’approbation de la constitution de janvier 2014, et notamment son chapitre 7 sur le Pouvoir Local constitue le couronnement du consensus sur la décentralisation.

Aujourd’hui, la Tunisie a atteint un second palier dans sa course à l’instauration d’un système décentralisée avec l’affirmation des principes  de décentralisation, de subsidiarité, de libre administration des collectivités et de participation citoyenne aux affaires locales. Et en même temps, un chantier est ouvert, celui de la préparation de l’opérationnalisation de la réforme.

Dans cette perspective, et dans l’attente de la mise en place de structures chargées de mener les débats et les travaux sur les orientations des réformes de décentralisation, l’Association Tunisienne des Urbanistes en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales, et l’unité de recherche Droit et Gouvernance et avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, organise un séminaire  de réflexion sur les enjeux liés à la décentralisation des services urbains. L’objectif principal étant de rassembler chercheurs, experts et parties prenantes dans des discussions sur les thématiques clés de la réforme, afin de délimiter les contours des grandes questions à traiter. Le sujet principal qui sera débattu dans ce séminaire concerne les modèles possibles d’organisation des services urbains conformément aux nouveaux principes constitutionnels, en partant de l’organisation actuelle de ces services, ainsi que les problématiques que ces modèles suscitent.

Ma participation s’inscrit dans la suite d’une étude menée entre juin et juillet 2013 avec Sami Yassine Turki, de l’ISTEUB (et président de l’ATU), sur la décentralisation en Tunisie, dans le cadre plus large d’une recherche coordonnée par le Lebanese Centre of Policy Studies, à paraître très prochainement sous le titre suivant : Harb M., and Atallah S. (eds.), 2014, Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization Experiences in the Arab World Beirut: LCPS. (en arabe, mais la version anglaise sera téléchargeable sur le site du LCPS). Un résumé de cette étude est disponible ici :Mona Harb et Sami Atallah, Decentralization in the Arab World Must be Strengthened to Provide Better Services, Policy Brief, LCPS

En attendant, notre étude est disponible ici: Turki_Verdeil_Decentralisation_Tunisie_final-PDF (version française).

Matières et énergies : un renouveau géographique ?

Ouvrages commentés

Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2013. Atlas mondial des matières premières: des ressources stratégiques. Paris, France: Autrement, 96 p.
Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2014. Energies et minerais. Des ressources sous tension. Paris, France: la Documentation française, 64 p.

Bernadette Mérenne-Schoumaker, géographe des activités économiques et de l’énergie, publie deux petits ouvrages largement illustrés sur les matières premières. Pour qui s’est ennuyé, naguère, sur les bancs de ses classes de géographie, à l’étude ingrate du catalogue des productions minières, industrielles et agricoles des grandes puissances, quelle surprise que de voir ces thèmes faire leur entrée dans ce type de collection, dont le développement témoigne d’un intérêt soutenu du public pour les synthèses sur les grands enjeux économiques et géopolitiques contemporains. Cela s’explique, bien sûr, par la montée des interrogations et des inquiétudes autour du développement durable, et des impasses dans la gestion des ressources et de l’environnement planétaire, ainsi qu’ à leurs conséquences, comme le réchauffement climatique. Plus récemment, les questions du pic pétrolier et de la raréfaction des métaux ont également fait leur apparition dans les débats publics, faisant surgir des craintes quant aux effets des pénuries annoncées.
Dans l’Atlas des matières premières, Mérenne-Schoumaker adopte une définition large de ces produits, qui ont en commun leur rareté (ces matières peuvent être renouvelables ou non), leur caractère indispensable à l’homme et leur inclusion dans des logiques de marché et d’échange. Aux minerais et aux ressources énergétiques, elle adjoint les productions agricoles, de l’exploitation forestière et de la pêche, ainsi que l’eau. L’ensemble de ces matières est soumis à des tensions, voire à un risque d’épuisement. Les deux premiers chapitres livrent un bilan des tendances concernant leur production et leur localisation. Ils sont suivis d’une analyse des conséquences de la hausse continue de la demande et du difficile et couteux ajustement de l’offre, qui impliquent une augmentation des échanges commerciaux. Le caractère fini de ces ressources est souligné, ainsi que les dégradations environnementales que cause leur exploitation. L’auteur montre toutefois la complexité à définir les réserves et les stocks, en fonction de paramètres naturels (géologiques, pédologiques, hydrologiques…) mais aussi technologiques, économiques et politiques. L’économie des matières premières est ensuite examinée, notamment sous l’angle de la volatilité des prix et d’un contexte haussier, aux conséquences sociales redoutables. Mérenne-Schoumaker met en avant la libéralisation commerciale et financière des échanges mais exprime un avis nuancé sur le rôle de la financiarisation dans les emballements de prix, préférant insister sur l’enjeu de la hausse de la demande des pays émergents, notamment la Chine. Le dernier chapitre explore les tensions géopolitiques qui résultent de cette course aux matières premières. Si elles sont rarement la cause unique des guerres contemporaines, elles favorisent leur poursuite (comme en Afrique centrale). L’auteur examine quelques solutions possibles pour atténuer son impact social et économique sur les sociétés et les inégalités croissantes qui les traversent, à l’échelle mondiale autant que continentale et nationale. Les pistes envisagées privilégient la réduction des consommations, notamment au nord, ainsi que le « mieux consommer ». Le recyclage se heurte à des difficultés techniques et économiques et n’atténuera que faiblement l’épuisement qui se dessine.
Le dossier de la Documentation photographique, limité aux énergies et aux minerais, reprend ces grandes idées, dans un ordre différent et avec d’intéressantes photographies, extraits d’articles de presse et renvois vers des films et sites internet utiles.
Les deux ouvrages n’échappent pas à une présentation parfois fastidieuse en forme de catalogue – mais on admettra que la lecture suivie n’est peut-être pas le principal mode de consultation par les lecteurs. La cartographie et l’infographie sont évidemment riches et utiles, même si certaines cartes sont peu probantes et d’une sémiologie discutable (par ex. dans l’Atlas, l’agriculture en France et la pollution de l’eau, p.51, ou les investissements chinois dans l’énergie, les minerais ou l’agriculture en Afrique p.73).
Les limites de ces publications – liées sans nul doute à leur format – résident dans le fait qu’elles se contentent d’un traitement à l’échelle mondiale, et sont centrées principalement sur la production et les échanges (sous l’angle économique). L’atlas des matières premières montre peu d’intérêt pour les processus géographiques concrets et les paysages de cette géographie des matières premières. La Documentation Photographique est à cet égard un utile complément grâce à ces illustrations et à des études de cas localisées. On peut regretter toutefois que les deux ouvrages tirent peu parti de récents travaux de recherche qui se sont intéressés à ces questions et ont beaucoup apportés à leur étude, à travers ce qui peut être lu comme un tournant matériel, même s’il n’est pas toujours revendiqué (par exemple, Magrin 2008; Magrin et Perrier-Bruslé 2011) ou ce qui se revendique en tant qu’écologie politique dans le monde académique anglophone (par exemple Bridge 2010). Ces travaux non seulement s’intéressent aux “matières” en général, mais plus largement, s’attachant aux contraintes et ressources liées à cette matérialité même, ils étudient la manière dont cette dernière est construite et spatialement produite par des processus techniques, mais aussi juridiques, institutionnels et culturels, et à ce titre politisée – non seulement par les grands acteurs internationaux mais aussi et avant tout au cœur des sociétés et dans la vie quotidienne. La relative absence des manifestations localisées proprement politiques de ces tensions – au-dela du débat finalement classique sur les nouvelles guerres de l’eau, du pétrole ou des diamants – est ce qui manque le plus à ces ouvrages.

Références citées

Bridge, Gavin. 2010. « The Hole World: Scales and Spaces of Extraction ». In New Geographies 2: Landscapes of Energy, édité par Rania Ghosn, 43‑48. Harvard Graduate School of Design (voir ce précédent billet).
Magrin, Géraud. 2008. « L’Afrique sub-saharienne face aux famines énergétiques ». EchoGéo, no 3 (février).
Magrin, Géraud, et Laetitia Perrier-Bruslé. 2011. « Nouvelles géographies des activités extractives ». EchoGéo, no 17 (octobre).

Autres billets sur des atlas et des questions de cartographie