Le rôle des petites villes dans le développement

La revue Cybergéo a lancé un débat autour du World Development Report 2009 de la Banque mondiale, intitulé Repenser la géographie économique. La cinquième contribution publiée ces jours-ci, « ‘Repenser la géographie économique’. Les arrangements du rapport de la Banque mondiale avec les sciences géographiques », due à François Moriconi-Ebrard, Eric Denis et Kamala Marius-Gnanou, constitue un morceau de choix et mérite quelques commentaires.

L’idée maitresse du rapport est de souligner que l’urbanisation et en particulier la métropolisation du monde (soit la concentration de la population dans les grandes villes) représentent un atout pour le développement et la croissance économique. La doxa dominante étant au contraire qu’elles sont un gâchis économique (congestion), sanitaire et environnemental, en plus d’être un risque politique. En conséquence, le rapport propose des politiques publiques valorisant justement la concentration des investissements dans les métropoles, supposée être le moyen le plus efficace de générer des gains dont la redistribution serait plus adaptée que des politiques sociales ou d’aménagement du territoire pour produire de la cohésion.

L’une des contributions précédentes du dossier, celle de Frédéric Giraut (2009), soulignait toutefois les problèmes de gouvernance liée à ces politiques de croissance. Dans la pratique, les mécanismes promus, notamment ceux relevant d’une logique de zones franches ou de concessions, ôtent aux autorités locales ou nationales les moyens de mettre en oeuvre la redistribution; et le risque associée de laisser les secteurs les plus pauvres (zones rurales périphériques ou zones urbaines mal intégrées de type bidonvilles) en marge de cette croissance.

La croissance sous-estimée des petites villes

La principale critique de Moriconi-Ebrard, Denis et Marius-Gnanou est d’ordre méthodologique. Ils reprochent aux auteurs de l’étude de se baser, pour décrire l’urbanisation, sur des données  hétérogènes, non fiables voire dérivées de modélisations contestables. La base e-Géopolis, dont ils assurent sous la direction de Moriconi-Ebard le développement, et qui repose sur des principes clairs de définition et de dénombrement du fait urbain, dévoile une réalité fort différente.

Fig. 1 - Population urbaine mondiale par tranche de taille. Selon les chiffres de l'ONU, la part des "petites" villes décroitrait, ce que contestent Moriconi-Ebrard et alii.

L’un des arguments les plus novateurs de leur critique est notamment la place beaucoup plus importante qu’habituellement reconnue qu’occupent les petites villes dans le phénomène mondiale d’urbanisation. Pour eux, les données de l’ONU et celle d’une base de la base de données alternatives GRUMP qu’utilise également le rapport de la BM, survalorisent les grandes métropoles et suggèrent que leur poids est en accroissement (cf. fig. 1). Une comparaison avec la base Géopolis pour l’Afrique et de l’Inde, dont les résultats sont d’ores et déjà disponibles, fait apparaître un nombre de petites agglomérations 6 à 8 fois supérieur! On attend avec impatience la livraison des résultats à l’échelle mondiale, mais ces premiers éléments sont intéressants et posent de nombreuses questions.

Les raisons du dynamisme des petites villes en question

Pour commencer, comment comprendre le dynamisme de ces petites villes? Les auteurs indiquent deux pistes de réflexion. La première est, dans un contexte de ralentissement des migrations vers les plus grandes villes, un phénomène de croissance in situ. L’augmentation du nombre et de la taille des petites villes s’expliquent pour une part par le passage dans la catégorie « agglomération urbaine » (au sens statistique) de villages et localités rurales, qui « enflent » et qui parfois entrent en coalescence. Une deuxième piste évoquée est celle d’un dynamisme économique local ou porté par des délocalisations, qui bénéficient d’une main d’œuvre et d’un accès au foncier peu cher et peu réglementé (les deux facteurs se renforçant mutuellement).

La mise en évidence de cette dynamique passée inaperçue a pour conséquence, au regard du rapport précité, de proposer de nouveaux axes d’intervention dirigée non pas vers le développement des investissements dans les métropoles mais vers des mesures de soutien aux dynamiques de ces petites villes. Toutefois, ici, on peut se demander si les auteurs ne vont pas un peu vite et en tout cas, les informations qu’ils fournissent ne sont pas assez précises: cette « urbanisation » est-elle vraiment associée à une dynamique productive? N’est-elle pas une simple urbanisation de la pauvreté, une pauvreté qui n’est plus en mouvement vers les plus grandes villes parce que le développement économique de ces dernières ne se traduit pas par sa réduction. Certes, il est justifié de pointer que les problèmes d’équipement de ces localités sont et seront majeurs et que cela constitue une grosse lacune du WDR. Mais ne serait il pas nécessaire d’en dire plus sur la nature de cette urbanisation. E. Denis dans un autre texte définit l’urbanisation comme l’agglomération de population. Mais peut-on vraiment la considérer comme un « descripteur synthétique de la capacité à concentrer des richesses » comme il dit (Denis 2007 p.5 du manuscrit déposé sur Hal-SHS)? Une véritable analyse économique n’est elle pas nécessaire pour poser un diagnostic plus précis, même si elle apparaît quasiment hors d’atteinte, d’où cette approximation.

En particulier et c’est ce que font les auteurs, ne faut-il pas distinguer plus clairement les dynamiques économiques entre deux types de petites agglomérations, en fonction de leur distance au centre métropolitain? C’est comme ils le disent un « agenda de recherche ouvert ». Une question clé est ici posée : celles des formes de redistribution, ou de diffusion de la richesse créée dans les métropoles de rang supérieur, en lien avec la mondialisation, vers ces différents types d’espaces en voie d’urbanisation. Dans leur discussion finale, les auteurs mentionnent bien les incertitudes qui entourent ce mécanisme, qui est pourtant une clé du raisonnement des auteurs du rapport de la Banque mondiale. Ils pointent à travers les exemples de l’Inde et de l’Egypte des indices que cette redistribution à partir des grandes métropoles ne s’effectue pas vraiment ou est moins puissante qu’espérée. Ces questions passionnantes restent à l’état d’hypothèses assumées et de question dans cet article. Il y a là en effet un chantier de recherche à ouvrir. J’essaierai d’y revenir.


4 réflexions au sujet de « Le rôle des petites villes dans le développement »

  1. Ping : Tweets that mention Le rôle des petites villes dans le développement | Rumor -- Topsy.com

  2. Nadir Boumaza

    Bonjour,
    Qu’en est il aujourd’hui des positions de la Banque Mondiale à propos de ces disparités? Comment lire le rapport 2016 de la BM à ce sujet?

  3. Eric Verdeil

    Bonjour Nadir
    je n’ai pas encore eu l’occasion de lire le rapport 2016 BM. Que nous dit-il à ce sujet?

  4. Nadir Boumaza

    Il ne dit rien, je n’y ai rien trouvé et c’est pourquoi je pose la question. Ai je raté la virgule, le petit mot qui indique quelque réception de la critique et prise de conscience des effets? Je pense que les institutions de ce niveau comme celle des grandes bureaucraties du sud tendent toujours à noyer jusqu’à ce qu’un changement vienne mettre poliment et discrètement un coup de pied dans le fonctionnement bureaucratique. J’imagine des décalages entre les changement éventuels de politique et leur mise en oeuvre que les bureaucraties tendent à faire trainer. Je pense qu’il ne faut pas lâcher. La chose est d’autant plus importante qu’elle permet de soulever le système généralisé dans les pays du sud de complicité des bureaucraties et bien sûr des gouvernants avec le business des études et des grandes commandes. Les luttes sociales ne sont pas à ce niveau de revendication tant la pression est concentrée sur le logement et l’accès aux équipements de base, la route notamment ce qui l’éloigne des grandes affaires (gros projets de restructuration des métropoles, gros investissements immobiliers, des transports, de l’assainissement qui sont les premières concernées par la corruption la plus grosse celle qui va chez les premiers dirigeants. etc. bon travail. Amitiés d’Alger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *