Formation doctorale sur la publication SHS à l’époque du numérique

J’ai donné la semaine dernière dans le cadre de l’école doctorale SHS de Lyon une session sur ce thème de la publication en SHS à l’ère numérique. Il me paraît utile d’en dresser un petit bilan à vocation prospective, alors que les formations des écoles doctorales font l’objet d’interrogations, par exemple sur le blog de Pierre Dubois, ici et .

En premier lieu, je prie les lecteurs habituels de ce blog, que je suppose plus intéressés par les villes et le Moyen-Orient, de pardonner cette incursion vers d’autres territoires de mon activité de chercheur, également enseignant à certaines heures. De fait, à travers mon implication comme codirecteur de Géocarrefour, comme artisan de l’édition électronique de cette revue grâce aux outils développés par Revues.org et comme numérisateur de papier dans le cadre de Persée, puis comme récent bloggeur, j’ai été conduit à une veille à la fois technique et scientifique sur ces thématiques. Lors de ma participation à l’Université d’été du Centre pour l’édition électronique ouverte à Marseille en septembre dernier, j’ai rencontré un grand nombre d’autres acteurs de l’édition électronique en SHS dans une atmosphère enthousiaste de curiosité et d’échange. Toutefois, je suis frappé de voir que de nombreux collègues chercheurs et enseignants-chercheurs restent peu sensibilisés à ces questions, mal informés et souvent peu formés. Il en résulte aussi pour les jeunes chercheurs et de nombreux doctorants un certain désarroi. Malgré la curiosité et une maîtrise des outils de base de l’informatique, il me semble qu’il y a un clair déficit de formation sur ces enjeux, à la fois techniquement et scientifiquement. C’est dans cet état d’esprit que j’ai proposé cet automne à l’école doctorale de Lyon cette thématique, idée qui a été très bien accueillie. L’école doctorale doit en effet proposer une formation professionnalisante aux doctorants, à hauteur de 80 heures sur la durée de la préparation de la thèse. Il semblerait que l’offre disponible ne soit pas toujours très adaptée aux doctorants SHS; aussi une proposition ciblée pour ce public était-elle bienvenue.

Les quinze participants se sont en fait répartis sur quatre écoles doctorales : Sciences sociales (3 historiens, 2 géographes, 1 science po, 1 anthropologie, 1 histoire des sciences), Lettres, langues linguistique et arts (1), Science économique et gestion (2), Sciences de l’éducation, psychologie, information et communication (5). Du point de vue de l’avancement de leur travail, ils étaient 2 en première année, 5 en deuxième année, 7 en troisième année et deux autres au-delà. Selon leurs dires, ils ne cherchaient pas spécifiquement un module consacré à ce sujet mais ont choisi cette session par intérêt à la lecture de la description proposée, soit en raison d’autres contraintes de disponibilité.

Extrait du descriptif de la formation diffusé par l’ED

Les publications en sciences sociales connaissent des bouleversements majeurs, à la fois économiques et technologiques. En même temps, l’évaluation de la recherche évolue vers un modèle quantitatif qui impose ou du moins survalorise certains formats éditoriaux, sans prendre en compte correctement les spécificités disciplinaires et les pratiques de diffusion de leurs travaux des chercheurs. De grands débats animent le milieu universitaire sur ces questions, mais l’information précise et indispensable sur ces pratiques en évolution fait le plus souvent défaut. C’est l’objectif de cette formation que de proposer un panorama de ces enjeux et de ces évolutions.

La formation est assurée par un chercheur en sciences sociales, plus précisément géographe. Il est en effet important que les questions techniques de l’édition scientifique soit appréhendée et discuté de l’intérieur du monde de la recherche et non pas uniquement par des techniciens ou des spécialistes de la documentation et de l’édition. Sans remettre en cause ces métiers, il s’agit de montrer, à partir d’exemples concrets liés à un investissement personnel dans la publication, dans l’animation et dans l’édition scientifique, comment les chercheurs peuvent se saisir des outils existants pour tenter de mieux contrôler leur stratégie personnelle et collective de publication.

Syllabus

Le caractère très condensé de la session, 20 h en 3 jours, m’a conduit à trouver une organisation pédagogique alternant présentation de type cours, exercices et manipulation d’outils, ainsi que moments de discussion et de débat, à partir de lectures. Je propose ci-dessous une sorte de syllabus avec les principaux enchainements et les références utilisées. M’étant inspiré de nombreuses ressources sur le web, cette trace constitue un renvoi d’ascenseur. Les éventuels commentaires des sagaces lecteurs pourront enrichir la prochaine session.

En introduction, j’ai proposé la lecture de Pierre Mounier sur l’édition électronique, nouvel Eldorado pour les SHS. J’ai aussi présenté Zotero et Delicious en proposant de les utiliser pour l’appropriation des références et exemples vus au cours des séances. La bibliographie et les références du cours ont été partagées grâce à la fonction Group Library de Zotero (consultable et récupérable ici). L’un des fils directeurs a été la présentation de situations éditoriales dans lesquelles j’ai été personnellement impliqué: publications d’articles et d’ouvrages et édition de Géocarrefour en particulier.

J’ai d’abord présenté des éléments de synthèse sur la crise des SHS dans l’édition, à partir de discussions et de données chiffrées reprises de rapports récents et de lectures plus générales sur ce thème. J’ai notamment essayé de présenter les données économiques sur l’édition universitaire (notamment le rapport du GFII paru en novembre 2009), en soulignant les formes complexes d’articulation entre évaluation par les pairs et contraintes économiques.

Le deuxième grand thème abordé a été la transformation de l’écosystème du livre et de l’édition à l’époque numérique, en présentant successivement les nouveaux supports et formats du livre électronique (Lecture : Dacos Marin, 2008, « Livre numérique : la révolution attendra encore un peu », Blogo Numericus), puis les enjeux de la numérisation de masse et ceux de la numérisation des corpus scientifiques (des revues jusqu’aux corpus de sources) (Lectures : Darnton Robert, 2009, « La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google », Le Monde Diplomatique et Erzscheid Olivier, 2010, « Réponse à Bruno Racine (Google-BnF) », Affordance). Nous avons exploré différents outils, de Google Livres à Persée, en passant par le projet Gutenberg.

Le thème suivant était une présentation de l’édition numérique aujourd’hui, notamment les modèles économiques de l’édition scientifique, du modèle Elsevier à l’Open Access, avec une présentation plus détaillée des outils disponibles en France. Les outils présentés ont été : les revues électroniques de la BIU, BiblioSHS, Scirus, Crossref et les DOI, HAL, OAISTER, ainsi que Lodel et Revues.org.

Le hall de la BIU Denis Diderot de Lyon

De l’exploration de ces deux volets et des discussions qui les ont entourés sont ressorties deux remarques. Tout d’abord, l’accès aux livres par le Net implique une déterritorialisation des pratiques de lecture et pose clairement la question du statut futur des bibliothèques, en tant que lieu. Question qui a résonné puissamment dans cette belle bibliothèque Denis Diderot de Gerland que j’aime fréquenter, mais connue et décriée pour une fréquentation très faible (même si cela semble s’être amélioré)… Une étudiante s’est interrogée sur la mutualisation des outils de médiation d’accès aux ressources électroniques : voilà bien un travail qui théoriquement ne devrait plus être à faire à l’échelle de chaque bibliothèque. Qu’en est-il concrètement ? Quelles implications pour l’activité des bibliothèques ?

Autre question, surgie je crois lors d’une démonstration d’un corpus numérisé présenté en ligne (sur le site du Telma) : en quoi l’émergence de ces nouvelles pratiques serait-elle susceptible de modifier les exigences scientifiques d’une recherche, par exemple doctorale. Il me semble que dans le cadre d’une thèse, à plus ou moins brève échéance, on peut s’attendre à l’exigence d’une numérisation voire à une demande d’accessibilité en ligne aux sources de la recherche. Ce qui impliquerait la numérisation conforme aux normes et format de l’édition électronique scientifique (OAI-PMH et TEI). Du boulot en perspective… et de nombreuses questions de méthode à aborder non seulement pas les historiens mais aussi les autres sciences sociales.

J’ai ensuite proposé une analyse des enjeux de la bibliométrie pour l’évaluation de la recherche en passant par les classements de revues. Lecture : Piron Sylvain, 2008, « Lisons Peter Lawrence, ou les implications morales de l’évaluation bibliométrique », Évaluation de la recherche en SHS. Outils présentés : Web of Knowledge, Journal Citation Reports, Scopus, Google Scholar, Publish or Perish.

Le dernier thème, sans doute trop partiellement exploré, portait sur les potentiels de transformation de l’écriture scientifique avec l’irruption des pratiques du web 2.0, des réseaux sociaux autour du livre (The Library Thing, Book Glutton, connus grâce à la présentation de Hubert Guillaud lors de l’Université d’été du Cléo) et du blogging (Gunthert André, 2010,« Why Blog ? », The Read/Write Book, Marseille, CLEO, p. 167-171 ). La discussion a mis en évidence que le blog (à titre universitaire du moins) reste une pratique minoritaire et intimidante pour la plupart des étudiants mais aussi dans leurs laboratoires et leur milieu de recherche. Les listes de discussion fermées apparaissent en revanche comme des pratiques suivies et intenses.

Pour conclure

Voici quelques remarques à caractère prospectif.

J’ai été particulièrement étonné de la méconnaissance des moteurs de recherche scientifiques spécialisés ou de portails comme celui des ressources électroniques de la BIU de Gerland ou de BiblioSHS, ou encore de Scirus.

Autre constat, seuls deux des doctorants (dont la majorité était pourtant en 3èmle année ou au-delà) utilisaient un gestionnaire des références bibliographiques et la plupart ignoraient les outils de taggage type Delicious. Ce n’est bien sûr pas un véritable étonnement, l’adoption d’une telle pratique étant récente pour moi aussi. De toute façon, il n’est pas trop tard pour s’y mettre. Mais les doctorants ont exprimé un grand besoin de formation dans ce domaine et une certaines frustration face à l’offre de l’école doctorale. Des formations en profondeur sur les logiciels de gestion bibliographique et sur les moteurs de recherche apparaissent particulièrement nécessaires dès la première année de formation doctorale, voire en M2 recherche. Il semblerait que les difficultés se situent à plusieurs niveaux:

  • au niveau général d’une école doctorale comme de Lyon, ces formations sont seulement en train de se mettre en place. On débute. L’identification des doctorants par les différentes écoles doctorales semble vraiment problématique – et d’ailleurs, elle l’est également au simple niveau des laboratoires (si tant est que les laboratoires éclatés de SHS puissent être considérés comme des institutions « simples »). Donc la diffusion de l’information sur ce qui existe et est proposé est problématique ;
  • selon leurs témoignages, les doctorants ont par ailleurs beaucoup de mal à accéder à l’information sur les formations offertes, notamment en raison de la dispersion entre l’école doctorale au niveau lyonnais et les écoles doctorales disciplinaires. Toutefois, les choses semblent en voie d’amélioration puisque l’école doctorale SHS a mis en place un site apparemment assez actif relayant les informations dans ce domaine. Encore faut-il que les doctorants et les encadrants en aient connaissance pour que l’information soit connue et utilisée.

Par la force des choses, cette session a donc été une session d’initiation à ces nouveaux outils, mais une initiation de facto bien limitée. La complémentarité avec les offres d’acteurs comme les URFIST et les bibliothèques universitaires devrait à l’évidence être recherchée et promue. J’ai notamment renvoyé vers le manuel diffusé par l’ENSSIB dont aucun doctorant n’avait eu connaissance. Au delà de l’école doctorale, la question de la circulation des offres autour des outils d’information pose problème. Mais la difficulté pour ces organismes à jouer leur rôle de médiateur n’est pas nouvelle.

Par rapport à des présentations détaillées de ces outils de l’édition numérique ou électronique offertes par les professionnels, quel peut être l’apport d’une formation comme celle que j’ai présentée? Il me semble résider principalement dans un témoignage concret et pratique sur l’utilisation d’une telle boîte à outils en fonction des différents contextes et étapes de l’activité de recherche et de publication.

Un autre ressort pédagogique de cette intervention a consisté à dégager les différents rôles liés à la pratique éditoriale qu’un chercheur endosse dans son activité: auteur de publication confronté aux enjeux de l’évaluation, en recherche d’un éditeur pour ses travaux spécialisés et de subventions pour financer ses projets d’ouvrages, éditeur scientifique d’une revue, etc… Il est alors moins question d’outils que d’une réflexion sur les contraintes techniques, économiques et scientifiques à gérer dans ces différentes facettes du métier.

L’édition électronique

A titre personnel, l’expérience fut très positive, à la fois dans les échanges avec les doctorants de différents horizons et par l’intense préparation de ces séances qui m’ont permis de clarifier toute une série de questions. Je dois à cet égard signaler ma grande dette au livre L’édition électronique que viennent de publier Marin Dacos et Pierre Mounier, lu juste à sa parution. De nombreux éléments en avaient été divulgué sur Blogo Numericus ou ailleurs mais la construction du livre en elle-même m’a été très utile pour structurer mon propos, notamment la distinction entre l’édition face aux défis du numérique (le passage du papier au numérique), l’édition numérique et les nouveaux usages et pratiques éditoriales qui transforment le livre aujourd’hui. Par ailleurs, une partie des textes cités ici sont repris dans le Read/Write Book, paru ces jours-ci également.


5 réflexions au sujet de « Formation doctorale sur la publication SHS à l’époque du numérique »

  1. Ping : Tweets that mention Formation doctorale sur la publication SHS à l’époque du numérique | Rumor -- Topsy.com

  2. Ping : Cactus Acide » » L’observatoire du neuromancien 04/10/2010

  3. Ping : links for 2010-04-20 | Le blog de COnTEXTES

  4. Ping : Formation doctorale sur la publication SHS à l’époque du numérique | Le carnet de recherche de VertigO

  5. Ping : “La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012 | Ressources pour la thèse et au-delà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *