Le Hezbollah urbaniste?

Bâtiments de Haret Hreik détruit après la guerre de 2006. Source : Waad

Bâtiments de Haret Hreik détruit après la guerre de 2006. Source : Waad. Waad est le nom de l'organisme qui mène l'opération, sous la tutelle du Hezbollah

« Hizbullah as urban planner? Questions to and from planning theory »: tel est le titre d’un stimulant article de Mona Fawaz dans Planing Theory (2009). Professeur associée à l’AUB où elle enseigne dans le master Urban Design and Planning, M. Fawaz s’est fortement engagée, au lendemain de l’opération israélienne de l’été 2006 qui a ravagé le Liban, dans les débats sur la reconstruction des zones détruites, au sein de la Reconstruction Unit de la Faculté d’Architecture de l’AUB.

La zone la plus touchée était un secteur de la banlieue sud de Beyrouth, Harek Hreik. Sur un périmètre de 40 ha, 265 immeubles ont été totalement détruits et un grand nombre d’autres endommagés. 20.000 personnes (3100 familles) se retrouvèrent sans logement. Les réflexions et propositions de M. Fawaz et de ses collègues ont été compilées, avec un utile état des lieux du quartier, dans un petit ouvrage publié par l’AUB, abondamment illustré et passé inaperçu (Ghandour et Fawaz, 2007). Cet ouvrage, à vrai dire, avait été écrit en grande partie en réaction à un processus de reconstruction complètement dominé par le Hezbollah, principal parti politique chiite, très implanté dans la banlieue sud et en particulier dans ce secteur, où ses infrastructures essentielles étaient établies et furent largement détruites.

C’est de cette mainmise sur l’urbanisme de ce secteur par un acteur « privé », acteur à la fois politique et religieux (décritici  comme religious and political group), que traite ce texte court, modeste dans ses formulations, mais très synthétique et éclairant. Alors que l’urbanisme est traditionnellement conçu comme une tâche relevant du public, l’exemple de Haret Hreik offre une occasion de réfléchir à ce qu’il advient lorsqu’un tel acteur en détient tous les leviers, de la conception à la mise en œuvre. M. Fawaz replace cette discussion dans une critique radicale (au sens américain) de l’urbanisme, telle que la revue Planning Theory s’en fait notamment l’écho.  Plutôt que de l’étudier à partir de ce qu’il devrait être t, en postulant la bonne volonté (the  goodwill) des urbanistes et de l’action publique, il s’agit au contraire d’y voir un processus éminemment politique, de construction et de reproduction des inégalités socio-économiques et de pouvoir.

Les ingénieurs de Waad en visite sur le projet. Source: Waad. L'image illustre la domination des ingénieurs sur le processus de conception.

Les ingénieurs de Waad en visite sur le projet. Source: Waad. L'image illustre la domination des ingénieurs sur le processus de conception.

L’auteur examine l’action du Hezbollah au regard de deux paramètres : sur le plan de la procédure et sur celui de ce qu’est une bonne ville et donc des valeurs sociales et esthétiques qu’impliquent l’urbanisme. Elle souligne ainsi que, bien que prétendument menée selon une logique participative, ce projet d’aménagement a en fait été mené dans une logique top-down par des professionnels de l’aménagement urbain travaillant en secret. D’autre part, elle montre que l’esthétique du projet (l’architecture) et ses principes par exemple en matière de transport, à travers la priorité donnée à la circulation routière, restent marqués par les conceptions professionnelles dominantes. Enfin, le choix fait de reconstruire très vite, au même endroit, et à l’identique (pour gagner du temps et ne pas se heurter à des problèmes réglementaires), a conduit à reproduire les défauts de ce quartier qui s’était développé, de manière d’ailleurs illégale sur le plan de la construction, avec une densité très forte, des espaces publics limités et malcommodes et un déficit d’éclairage naturel pour de nombreux habitants.

Maquette d'un projet illustrant la densité du projet. Source: Waad

Maquette d'un projet illustrant la densité du projet. Source: Waad

En conclusion, M. Fawaz souligne le caractère paradoxal, au regard de la perspective néolibérale, de cette décharge de l’Etat un tel acteur « privé ». En effet, Hezbollah, à la différence de Solidere ou plus largement des autres acteurs privés opérant dans l’urbanisme au Liban et dans bien d’autres contextes, ne recherche pas l’accumulation de capital et la rentabilité. C’est l’une des raisons qui permet le maintien sur place des habitants. Mais pour autant, le processus n’est pas plus démocratique, voire moins. Elle souligne à l’envi les formes de pressions exercées contre les habitants et la manipulation de l’information pour les empêcher d’adopter d’autres solutions. Elle relie cela à l’objectif central du parti dans cette affaire, à savoir la reconstitution d’un bastion territorial et la mise en dépendance de ses habitants à l’égard du parti, opérateur de cette reconstruction.

Tout en saluant ce remarquable « essai », il me paraît utile de proposer deux commentaires complémentaires qui permettent d’entamer un débat non pas sur l’analyse et le cas eux-mêmes mais sur la nature de l’urbanisme au Liban et la question des formes du pouvoir local.

Ma première remarque a trait à la définition du Hezbollah comme un acteur non public (a non state actor). A l’évidence, le Hezbollah qui agit en l’occurrence en dehors des règles et procédures légales de l’urbanisme et de la construction, dans un défi permanent à l’Etat, est bien un acteur d’un type inhabituel. Pour autant, le rapport au territoire et au local dont témoigne son engagement dans ce projet d’urbanisme – dont MF souligne qu’il est inédit même si le Hezb a déjà participé à des projets d’urbanisme comme opposant ou comme médiateur- est-il si différent du comportement de forces politiques enracinées au niveau local sur d’autres terrains? En un sens, on pourrait aisément faire une comparaison avec la stratégie du Parti communiste français dans les banlieues rouges de la région parisienne dans les années 1960 (voir ce fameux article de Yves Lacoste, 1963), construisant des logements sociaux distribués à ses partisans dans l’objectif très clair de concentrer leurs votes, de maintenir donc son inscription territoriale et sa masse de députés (et donc son poids politique global) à un niveau qui est du reste longtemps resté supérieur à sa représentativité dans la société française.

Acteur non public donc, mais acteur politique local. D’une certaine manière, on dira que la stratégie du Hezbollah est très comparable à celle d’une municipalité disposant de compétences dans le domaine de l’urbanisme, à ceci près que son action s’exerce en l’occurrence largement à l’extérieur du cadre officiel de l’urbanisme, et en particulier, que le parti court-circuite ici la municipalité qui lui pourtant proche politiquement.

Ma deuxième remarque porte alors justement sur la place des municipalités dans l’urbanisme au Liban. Celle-ci est notoirement très faible. Malgré un héritage ottoman, l’urbanisme est au Liban et les autres pays de la région largement un héritage colonial, et à ce titre une pratique aux mains des administrations centrales. Avec la décolonisation, les Etats indépendants ont assumé cet héritage, voire l’ont renforcé. Comme nous l’analysons avec Taoufik Souami dans Concevoir et gérer les villes, l’urbanisme dans les pays arabes est une pratique moderniste et modernisatrice enrôlée au service du nationalisme. Dans le même temps, les municipalités dotées de peu de pouvoir et de moyens, sans conseil municipal élu pendant certaines périodes, ont très peu investi le champ de l’urbanisme. C’est là une différence majeure avec l’Europe, où les municipalités ont joué un rôle moteur dans l’invention de l’urbanisme. Ainsi, on peut dire qu’au Liban et dans de nombreux pays arabes, l’urbanisme a rarement été un outil pour les municipalités, et en particulier, n’a que rarement été un moyen de contrôle et de reproduction d’une base sociale d’électeurs, sur la base d’un système clientéliste ou de services à la population. Une des rares exceptions à ce schéma au Liban est la politique de logement sociaux menée à Borj Hammoud avant la guerre civile, analysée en particulier par Tristan Khayat dans un travail hélas non publié (voir quand même Khayat 2001). De manière paradoxale, comme j’essaie de le montrer dans le livre issu de ma thèse à paraître prochainement (Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1950-1975), Presses de l’IFPO) l’urbanisme n’a donc pas vraiment été, au moins jusqu’à la guerre civile, un instrument de contrôle communautaire par les outils du logement ou de l’affectation spatiale. Mais plutôt un outil de prestige pour l’Etat et un outil d’accumulation de capital pour les propriétaires fonciers et autres acteurs dominants du marché immobilier. Un des éléments d’explication de cette situation  est certainement à rechercher dans le décalage entre la population résidente et le corps électoral, qui reste attaché au « village » (là encore, une intuition de T. Khayat 2001, que j’ai développée dans cet article sur les territoires du vote au Liban).

La stratégie du Hezbollah de défense et de reproduction de son bastion territorial à Haret Hreik par l’urbanisme apparaît dans ce contexte comme relativement inédite. Mais on peut y voir simplement la mise en œuvre d’une stratégie de pouvoir local – un pouvoir local suffisamment fort, certes, pour défier l’Etat jusqu’à bafouer ses règles élémentaires d’urbanisme, ce que ne peut faire normalement une municipalité. En ce sens, la qualification du Hezbollah comme acteur religieux alternatif apparaît comme un euphémisme réducteur voire trompeur.

J’ajouterai un dernier point d’interrogation concernant ce cas de Haret Hreik. Mona Fawaz ne parle guère de la population résidente et notamment de sa sociologie et cela constitue une sorte de point aveugle de son texte. Sans doute manque-t-on d’études précises à ce sujet. M. Fawaz décrit des habitants intimidés, apeurés, leurrés et comme privés de ressources, ce qui apparaît en décalage avec le statut social majoritaire dans ce quartier qui se caractérise pour une mixité sociale forte, avec une bonne représentation des couches moyennes voire de l’élite économique et sociale de la société chiite. Une part significative de cette population était – reste – certainement affiliée directement ou indirectement au Hezbollah. Cette proximité et cette relative aisance sociale ont-elles pesé dans la stratégie et les choix du parti? Déterminé une implication plus forte pour la reconstruction sur place? Dans de nombreux autres contextes (y compris au Sud), ce sont les couches sociales moyennes, éduquées et politiquement mobilisées qui sont les moteurs des mobilisations autour de la transformation du cadre de vie. La reconstruction de Haret Hreik est de ce point de vue particulièrement paradoxale. On peut certes lire le déroulement des opérations comme une confirmation de l’encadrement très étroit de la population par le Hezbollah mais ne le lire qu’à cette aune est quelque peu frustrant et nous laisse perplexe alors même que d’autres travaux récents comme le livre de Lara Deeb offrent l’image d’une classe moyenne sinon diverse dans ses choix politiques, du moins très engagée et active dans la construction de sa vie quotidienne. On aimerait que ce paradoxe soit analysé plus en détail.

Références

Fawaz Mona and Ghandour Marwan, eds., 2007, The Reconstruction of Haret Hreik: Design Options for Improving the Livability of the Neighborhood, Beirut: AUB Reconstruction Unit (L’ouvrage était distribué gratuitement sur demande à l’AUB. Je ne sais pas s’il est encore en stock).

Khayat Tristan, 2001, «Construction du territoire municipal et aménagement métropolitain à Borj Hammoud», in Favier A. (dir.), Municipalités et pouvoirs locaux au Liban. Beyrouth: CERMOC, col. «Les Cahiers du CERMOC», n° 25, p. 207-225.

Lacoste Yves, 1963, « Un problème complexe et débattu: les grands ensembles », Bulletin de l’association des géographes français, pp.37-46 (apparemment non encore disponible sur internet)

<!–[if !mso]> <! st1\:*{behavior:url(#ieooui) } –>

Le Hezbollah urbaniste?

« Hizbullah as urban planner? Questions to and from planning theory »: tel est le titre d’un stimulant article de Mona Fawaz dans Planing Theory (2009). Professeur associée à l’AUB où l’auteure enseigne dans le master Urban Design and Planning, M. Fawaz s’est fortement engagée, au lendemain de l’opération israélienne de l’été 2006 qui a ravagé le Liban, dans les débats sur la reconstruction des zones détruites, au sein de la Reconstruction Unit de la Faculté d’Architecture de l’AUB.

La zone la plus touchée était un secteur de la banlieue sud de Beyrouth, Harek Hreik. Sur un périmètre de 40 ha, 265 immeubles ont été totalement détruits et un grand nombre d’autres endommagés. 20.000 personnes (3100 familles) se retrouvèrent sans logement. Les réflexions de M. Fawaz et de ses collègues ont été compilées, avec un utile état des lieux du quartier, dans un petit ouvrage publié par l’AUB, abondamment illustré et passé inaperçu (Ghandour et Fawaz, 2007). Cet ouvrage, à vrai dire, avait été écrit en grande partie en réaction à un processus de reconstruction complètement dominé par le Hezbollah, principal parti politique chiite, très implanté dans la banlieue sud et en particulier dans ce secteur, où ses infrastructures essentielles étaient établies et furent largement détruites.

C’est de cette mainmise sur l’urbanisme de ce secteur par un acteur « privé », acteur à la fois politique et religieux (décrit comme religious and political group), que traite ce texte court, modeste dans ses formulations, mais très synthétique et éclairant. Alors que l’urbanisme est traditionnellement conçu comme une tâche relevant du public, l’exemple de Haret Hreik offre une occasion de réfléchir à ce qu’il advient lorsqu’un tel acteur en détient tous les leviers, de la conception à la mise en œuvre. M. Fawaz replace cette discussion dans la remise en cause actuelle, menée notamment au sein de la revue Planning Theory, d’une étude de l’urbanisme à partir de ce qu’il devrait être plutôt qu’à partir de ce qu’il est, autrement dit en refusant son caractère implicitement utopique et orienté vers la production du bien. Il s’agit au contraire de voir dans l’urbanisme un processus éminemment politique, de construction et de reproduction des inégalités socio-économiques et de pouvoir.

Elle examine l’action du Hezbollah au regard de deux débats: sur le plan de la procédure et sur celui de ce qu’est une bonne ville et donc des valeurs sociales et esthétiques qu’impliquent l’urbanisme. Elle souligne ainsi que, bien que prétendument menée selon une logique participative, ce projet d’aménagement a en fait été mené dans une logique top-down par des professionnels de l’aménagement urbain travaillant en secret. D’autre part, elle montre que l’esthétique du projet (l’architecture) et ses principes par exemple en matière de transport, à travers la priorité donnée à la circulation routière, restent marqués par les conceptions professionnelles dominantes. Enfin, le choix fait de reconstruire très vite, au même endroit, et à l’identique (pour gagner du temps et ne pas se heurter à des problèmes réglementaires), conduit à reproduire les défauts de ce quartier qui s’était développé, de manière d’ailleurs illégale sur le plan de la construction, avec une densité très forte, des espaces publics limités et malcommodes et un déficit d’éclairage naturel pour de nombreux habitants.

En conclusion, M. Fawaz souligne que dans une perspective néolibérale, où l’Etat se décharge sur des acteurs privés, le schéma en question à Beyrouth est paradoxal. En effet, Hezbollah, à la différence de Solidere ou plus largement des autres acteurs privés opérant dans l’urbanisme au Liban et dans bien d’autres contextes, ne recherche pas l’accumulation de capital et la rentabilité. C’est l’une des raisons qui permet le maintien sur place des habitants. Mais pour autant, le processus n’est pas plus démocratique, voire moins. Elle souligne à l’envi les formes de pressions exercées contre les habitants et la manipulation de l’information pour les empêcher d’adopter d’autres solutions. Elle relie cela à l’objectif central du parti dans cette affaire, à savoir la reconstitution d’un bastion territorial et la mise en dépendance de ses habitants à l’égard du parti, opérateur de cette reconstruction.

Tout en saluant ce remarquable « essai », il me paraît utile de proposer deux commentaires complémentaires qui permettent d’entamer un débat non pas sur l’analyse et le cas eux-mêmes mais sur la nature de l’urbanisme au Liban et la question des formes du pouvoir local.

Ma première remarque a trait à la définition du Hezbollah comme un acteur non public (a non state actor). A l’évidence, le Hezbollah qui agit en l’occurrence en dehors des règles et procédures légales de l’urbanisme et de la construction, dans un défi évident à l’Etat, est bien un acteur d’un type inhabituel. Pour autant, le rapport au territoire et au local dont témoigne son engagement dans ce projet d’urbanisme – dont MF souligne qu’il est inédit même si le Hezb a déjà participé à des projets d’urbanisme comme opposant ou comme médiateur- est-il si différent du comportement de forces politiques enracinées au niveau local sur d’autres terrains? En un sens, on pourrait aisément faire une comparaison avec la stratégie du Parti communiste français dans les banlieues rouges de la région parisienne dans les années 1960 (voir ce fameux article de Yves Lacoste, 1966), construisant des logements sociaux distribués à ses partisans dans l’objectif très clair de concentrer leurs votes, de maintenir donc son inscription territoriale et sa masse de députés (et donc son poids politique global) à un niveau qui est du reste longtemps restés supérieur à sa représentativité dans la société française.

Acteur non public donc, mais acteur politique local. D’une certaine manière, on dira que la stratégie du Hezbollah est très comparable à celle d’une municipalité disposant de compétences dans le domaine de l’urbanisme, à ceci près que son action s’exerce en l’occurrence largement à l’extérieur du cadre officiel de l’urbanisme, et en particulier, que le parti court-circuite ici la municipalité qui lui pourtant proche politiquement.

Ma deuxième remarque porte alors justement sur la place des municipalités dans l’urbanisme au Liban. Celle-ci est notoirement très faible. Malgré un héritage ottoman, l’urbanisme est au Liban et les autres pays de la région largement un héritage colonial, et à ce titre une pratique aux mains des administrations centrales. Avec la décolonisation, les Etats indépendants ont assumé cet héritage, voire l’ont renforcé. Comme nous l’analysons avec Taoufik Souami dans Concevoir et gérer les villes, l’urbanisme dans les pays arabes est une pratique moderniste et modernisatrice enrôlée au service du nationalisme. Dans le même temps, les municipalités dotées de peu de pouvoir et de moyens, sans conseil municipal élu pendant certaines périodes, ont très peu investi le champ de l’urbanisme. C’est là une différence majeure avec l’Europe, où les municipalités ont joué un rôle moteur dans l’invention de l’urbanisme. Ainsi, on peut dire qu’au Liban et dans de nombreux pays arabes, l’urbanisme a rarement été un outil pour les municipalités, et en particulier, n’a que rarement été un moyen de contrôle et de reproduction d’une base sociale d’électeurs, sur la base d’un système clientéliste ou de services à la population. Une des rares exceptions à ce schéma au Liban est la politique de logement sociaux menée à Borj Hammoud avant la guerre civile, analysée en particulier par Tristan Khayat dans un travail hélas non publié (voir quand même Khayat 2001). De manière paradoxale, comme j’essaie de l’argumenter dans le livre issu de ma thèse à paraître prochainement (Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans, Presses de l’IFPO) l’urbanisme n’a donc pas vraiment été, au moins jusqu’à la guerre civile, un instrument de contrôle communautaire par les outils du logement ou de l’affectation. Mais plutôt un outil de prestige pour l’Etat et un outil d’accumulation de capital pour les propriétaires fonciers et autres acteurs dominants du marché immobilier. Un des éléments d’explication est certainement à rechercher dans le décalage entre la population résidente et le corps électoral, qui reste attaché au « village » (là aussi, encore une intuition de T. Khayat 2001, que j’ai développée dans cet article sur les territoires du vote au Liban).

La stratégie du Hezbollah de défense et de reproduction de son bastion territorial à Haret Hreik par l’urbanisme apparaît dans ce contexte comme relativement inédite. Mais on peut y voir simplement la mise en œuvre d’une stratégie de pouvoir local – un pouvoir local suffisamment fort, certes, pour défier l’Etat jusqu’à bafouer ses règles élémentaires d’urbanisme, ce que ne peux faire normalement une municipalité. En ce sens, la qualification du Hezbollah comme acteur religieux alternatif apparaît comme un euphémisme trompeur voire mensonger.

J’ajouterai un dernier point d’interrogation concernant ce cas de Haret Hreik. Mona Fawaz ne parle guère de la population résidente et notamment de sa sociologie et cela constitue une sorte de point aveugle de son texte. Sans doute manque-t-on d’études précises à ce sujet. M. Fawaz décrit des habitants intimidés, apeurés, leurrés et comme privés de ressources, ce qui apparaît en décalage avec le statut social majoritaire dans ce quartier qui se caractérise pour une mixité sociale forte, avec une bonne représentation des couches moyennes voire de l’élite économique et sociales de la société chiite. Une part significative de cette population était – reste – certainement affiliée directement ou indirectement au Hezbollah. Cette proximité et cette relative aisance sociale ont-elles pesé dans la stratégie et les choix du parti? Déterminé une implication plus forte pour la reconstruction sur place? Dans de nombreux contextes, ce sont les couches sociales moyennes, éduquées et politiquement mobilisées qui sont les moteurs des mobilisations autour de la transformation du cadre de vie. La reconstruction de Haret Hreik est de ce point de vue particulièrement paradoxale. On peut certes lire le déroulement des opérations comme une confirmation de l’encadrement très étroit de la population par le Hezbollah mais ne le lire qu’à cette aune est quelque peu frustrant et nous laisse perplexe alors même que d’autres travaux récents comme le livre de Lara Deeb offrent l’image d’une classe moyenne sinon diverse dans ses choix politiques, du moins très engagée et active dans la construction de sa vie quotidienne. On aimerait que ce paradoxe soit analysé plus en détail.

Références

Fawaz Mona and Ghandour Marwan, eds., 2007, The Reconstruction of Haret Hreik: Design

Options for Improving the Livability of the Neighborhood, Beirut: AUB Reconstruction Unit (L’ouvrage était distribué gratuitement sur demande à l’AUB).

Khayat Tristan (2001). «Construction du territoire municipal et aménagement métropolitain à Borj Hammoud», in Favier A. (dir.), Municipalités et pouvoirs locaux au Liban. Beyrouth: CERMOC, col. «Les Cahiers du CERMOC», n° 25, p. 207-225.

Lacoste Yves, 1963, « Un problème complexe et débattu: les grands ensembles », Bulletin de l’association des géographes français, pp.37-46 (apparemment non encore disponible sur internet)


3 réflexions au sujet de « Le Hezbollah urbaniste? »

  1. Jimena Montaldo

    M. Verdeil, ne pensez-vous pas que le Hezbollah n’ait pas pu agir respectant les règles de l’urbanisme et les règles du droit pour deux raisons essentiellement: celle de l’urgence dans un contexte de moyens extrêmement limités et celle de la territorialisation politique du Liban? En effet, en France ou en Belgique, l’Etat a les moyens de faire face aux catastrophes touchant une partie de la population. Ces Etats sont en mesure de loger, de nourrir et même d’octroyer un revenu minimum aux victimes. Ils sont dès lors aussi en mesure de prendre le temps nécessaire pour reconstruire dans les règles de l’urbanisme ce qui a été détruit. Enfin, la territorialisation politique n’implique pas seulement une décentralisation du pouvoir à l’avantage de certains groupes tel que le Hezbollah à Haret Hreik mais aussi une désolidarisation nationale dans le sens où les populations ne peuvent compter que sur l’aide des pouvoirs locaux.
    Le Hezbollah, comme d’ailleurs d’autres partis islamistes, est libéral dans le sens où il recherche la rentabilité et la productivité, où il prône la rationalité économique. Ne bénéficiant pas des revenus d’une rente quelconque (comme certains pays autoritaires où l’Etat est le plus important employeur grâce aux rentes des ressources pétrolières ou autres), ils sont néanmoins le deuxième plus grand employeur du Liban (Cf. Robin Wright, « Inside the Mind of Hezbollah », Washington Post,July 2006). Je vois difficilement comment il pourrait en être ainsi sans faire preuve d’un certain dynamisme économique.
    Enfin, le Hezbollah n’est pas un parti caractérisé par un comportement clientéliste, où l’objectif principal est de plaire à sa base électorale pour pouvoir se maintenir au pouvoir. A plusieurs reprises, il a fait montre d’une certaine responsabilité politique et d’un certain réalisme ne serait-ce que lors de la libération du Liban-Sud où il est parvenu à empêcher que des pratiques de vengeance se produisent à l’encontre des chrétiens proches ou non de l’ALS (Armée du Liban-Sud), mettant en pratique ses promesses qu’il avait données aux chrétiens dans sa lettre ouverte du 16 février 1985 : « Si certains vous dupent en vous faisant craindre nos réactions face aux crimes commis par les Phalangistes à l’encontre de notre droit, soyez sûrs que cela n’arrivera jamais. » Dans un de vos articles concernant la question de l’électricité au Liban, vous avez écrit que le Hezbollah avait fait pression sur ses affiliés pour qu’ils paient leurs factures et avait donné son appui à l’EDF dans la collecte des factures impayées.

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Désolé, je n’ai pas répondu mais mon billet d’hier d’une certaine manière le fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *