Décès d’Henri Eddé, figure de l’urbanisme libanais

Henri Eddé (crédit : Buchet Chastel - repris de l'Orient Le Jour)

Henri Eddé (crédit : Buchet Chastel – repris de l’Orient Le Jour)

L’Orient-Le Jour, le quotidien francophone de Beyrouth, annonce ce matin le décès d’Henri Eddé et donne, sous la plume de May Makarem, une notice nécrologique qui récapitule les principaux traits de sa carrière. J’ai eu la chance de le rencontrer en 1999, durant la préparation de ma thèse. Il m’est apparu comme l’un des témoins majeurs du Liban des années 1960-1990, illustrant la volonté réformatrice d’une élite technicienne au service d’un Etat bourgeois. D’où le rôle accordé à l’urbanisme. En même temps sa carrière reflète les contradictions, les mutations et les déchirements d’une époque. D’où ces quelques notations qui ne prétendent pas ajouter d’éléments à sa nécrologie mais seulement souligner les caractéristiques d’une période qui s’achève.

Né en 1925, Henri Eddé est issu de la bourgeoisie levantine francophone installée entre l’Egypte et le Liban. Apparenté à Emile Eddé, Président de la République à l’époque du mandat français, et à Raymond Eddé, une des figures politiques libanaises durant toute la période de l’Indépendance jusqu’à la guerre civile, Henri Eddé a combiné une brillante carrière professionnelle et plusieurs incursions en politique. Diplômé de l’Ecole française d’ingénieurs de Beyrouth (tenue par les Jésuites) en 1946, il réalise plusieurs grands projets d’architecture et des villas. A partir de 1959, durant les années du chéhabisme il participe à plusieurs des commissions chargées de la définition de la politique d’aménagement du territoire et de l’urbanisme, avec Joseph Naggear, Assem Salam, Henry Naccache, etc. Durant cette période, il participe lui-même à l’étude de plusieurs projets d’urbanisme.

Projet primé de plan d'urbanisme pour Baalbek, 1964 (non réalisé). Source: Al Mouhandess, 1968

Projet primé de plan d’urbanisme pour Baalbek, 1964 (non réalisé). Source: Al Mouhandess, 1968

Son projet pour Baalbek, souvent cité, impressionne par son académisme et par la restructuration du tissu urbain traditionnel qu’aurait impliqué sa réalisation. Il propose en effet de  déplacer la ville ottomane et ses extensions contemporaines pour mettre en valeur les ruines de la cité antique, où se tient depuis la fin des années 1950 le Festival de Baalbek. Le plan est sans doute assez représentatif d’une vision largement partagée parmi la nouvelle  génération d’architectes passés par une formation Beaux-Arts, férus de modernisme, et piqués d’urbanisme qui occupe alors le devant de la scène au Liban. Ils s’intéressent à la transformation du Liban en une société de service avancée, mais sont souvent déconnectés des réalités sociales du pays.
Favorable à une régulation plus ferme de l’Etat, Henri Eddé ne sera pourtant jamais un inconditionnel du chéhabisme, sans doute par atavisme familial (les Eddé comptant parmi les principaux opposants à Chéhab) et par attachement à une conception libérale de l’Etat dont il estime menacée par les tentatives pourtant bien modérées d’introduction de la planification. Ses mémoires le montrent dubitatif sur les plans de l’IRFED par exemple.

Henri Eddé se distingue, durant les années 1960, par ses engagements multiples, de la sphère professionnelle à la politique. Elu à la tête de l’ordre des Ingénieurs et architectes de Beyrouth, il se bat pour que le gouvernement fasse appel aux compétences locales plutôt qu’à des ingénieurs étrangers. En 1969, il prend des responsabilités à l’Union internationale des architectes pour y représenter les compétences montantes du Tiers Monde et brièvement, aux Nations-Unies. Puis en 1970, il devient – moins d’une année – ministre des Travaux publics. Il s’y occupe moins d’urbanisme que de moderniser le code de la construction, au nom de l’idéal moderniste et, comme il le reconnait avec un peu de contrition dans ses mémoires, en faisant le jeu de la spéculation foncière. Il claque la porte du gouvernement après un conflit avec le Président Frangié. Il revient comme ministre de l’Education mais de nouveau, l’expérience est interrompue lorsqu’il démissionne en constatant que les opposants à ses réformes obtiennent gain de cause.

La carrière d’Eddé durant la guerre civile illustre les déboires des ingénieurs et architectes libanais. Son bureau au centre-ville est dévasté lors des combats et, comme de nombreux ingénieurs libéraux, il est alors embauché pour travailler chez Dar-al-Handasah, la grande firme d’ingénierie qui développe son activité notamment dans les pays pétroliers comme l’Arabie Saoudite, le Koweit ou l’Algérie en ces temps de boom pétrolier. Ce passage chez Dar témoigne d’une évolution durable sur la scène professionnelle libanaise: les architectes et ingénieurs libéraux sont progressivement supplantés par de nouvelles organisations pluridisciplinaires et jouant sur plusieurs marchés. C’est pourquoi DAH va également participer durant toute cette période aux épisodes successifs de reconstruction du centre-ville de Beyrouth, notamment en 1977-78 puis en 1982-83. Henri Eddé est alors à chaque fois le responsable des interventions de Dar. C’est dans ce contexte qu’il rencontre Rafic Hariri, qui offre en 1982 sa puissance financière et les services de sa firme de BTP OGER Liban pour le déblaiement (non sans dégâts collatéraux dans les souks), puis pour une assistance à la reconstruction de secteurs modèles, comme la rue Maarad. A cette époque, Henri Eddé admire le dynamisme de Rafic Hariri. Il partage d’ailleurs – comme plusieurs professionnels de renom – l’idée examinée au sein d’OGER Liban dans la deuxième partie des années 1980 de constituer une société foncière privée pour reconstruire les secteurs détruits.

Projet de reconstruction du centre-ville de Beyrouth, 1991 (source: IFPO)

Projet de reconstruction du centre-ville de Beyrouth, 1991 (source: IFPO)

En 1991, il reçoit, au titre de Dar al-Handasah, et sur la commande de R. Hariri, la responsabilité d’établir le projet de reconstruction. Ce dernier est vivement critiqué dans les milieux professionnels libanais pour son modernisme désuet et ses clins d’œil, comme les toits rouges qui ornent les immeubles à reconstruire ou les ponts répliques de ceux qui emjambent le Rialto. Ce plan aurait de plus impliqué des destructions encore plus importantes que celles qui ont finalement eu lieu. En outre, la montée des critiques sur la société foncière, qui signifiait une expropriation sans indemnisation en numéraire, place également l’architecte en porte-à-faux face son commanditaire. Entre Rafic Hariri, qui souhaite densifier le projet, et ses collègues, tout à la fois pairs et concurrents, dont il a longtemps été un hérault, voire l’étoile, il n’est plus en position d’imposer ses idées. Il est contraint à la démission. Dans les années suivantes, la mise en place de Solidere et l’augmentation des avantages fonciers dont bénéficie la société, ne fait que grandir le scandale et Henri Eddé, dans ses mémoires parues en 1997, Le Liban d’où je viens, joint sa voix aux critiques. Il dénonce non seulement les scandales de la reconstruction – dont celui du centre-ville – mais aussi une classe et un système politique pourris par l’argent et inféodé à la Syrie.

Pour aller plus loin:

Henri Eddé, Le Liban d’où je viens, Paris, Buchet-Chastel, 1997

Jade Tabet et alii, Beyrouth, Portrait de Ville, Paris: Institut français d’architecture, 2001

Eric Verdeil, Beyrouth et ses urbanistes: une ville en reconstruction, thèse de géographie, Université de Paris I, 2002 (en ligne)


Une réflexion au sujet de « Décès d’Henri Eddé, figure de l’urbanisme libanais »

  1. Ping : Assem Salam, disparition d’une figure majeure de l’architecture et de l’urbanisme au Liban | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *