Ernst Egli, un architecte suisse au Moyen-Orient

Comme la précédente, notice écrite en décembre 2007, destinée au Dictionnaire biographique de l’urbanisme, sous la direction de Thierry Paquot. Ouvrage à paraître? Notice à paraître dedans? L’avenir le dira…

Plan Egli pour Beyrouth, 1950. Source ETH Zurich (DR)

Plan Egli pour Beyrouth, 1950. Source ETH Zurich (DR)

A la fois architecte, urbaniste et historien prolixe de ces deux disciplines, Ernst Arnold Egli (1893-1974) se distingue par une carrière faite de circulations entre Vienne, la Turquie, Zurich et le Liban. De nationalité suisse mais né d’une union suisso-tchèque à Vienne où il effectue ses études et obtient un diplôme d’ingénieur puis un doctorat sur l’histoire de l’architecture protestante en 1925, il y fonde une firme d’architecture qui construit plusieurs bâtiments publics de la Vienne rouge. En 1927, il est recruté comme architecte en chef par le ministère de l’Intérieur turc. Il reste treize ans en Turquie, où il construit plusieurs bâtiments publics, l’aéroport d’Ankara, plusieurs ambassades, des villas dont l’une pour le Président de la République Mustafa Kémal Ataturk, tout en enseignant à l’Académie d’art qu’il contribue à réorganiser (1930-36). Il établit également des plans d’urbanisme pour une douzaine de grandes villes provinciales turques. Ses constructions combinent des influences rationalistes autrichiennes et allemandes à un travail sur les motifs traditionnels ottomans. Il rentre en Suisse entre 1940 et 1947, où il est recruté en 1942 l’ETH de Zurich et enseigne l’urbanisme. Il est recruté en 1947, jusqu’en 1952, au Liban comme chef du service de l’urbanisme et des municipalités au ministère de l’Intérieur, où il s’occupe notamment de l’extension de Beyrouth et de la législation urbanistique. Cette expérience est marquée par le heurt avec les propriétaires fonciers et une sourde hostilité des techniciens libanais. Après un bref retour en Suisse, il repart comme expert de l’ONU pour l’assistance technique à Ankara. Il contribue à la fondation du Middle East Technical Institute (METU). En 1956 prennent fin ses pérégrinations et il enseigne alors jusqu’à sa retraite à l’ETH de Zurich. Il participe à plusieurs projets d’urbanisme (cité étudiante, réaménagement de Zurich) dans la fidélité aux principes des CIAM.  Il ajoute alors à sa bibliographie, déjà riche de plusieurs opus portant sur l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme (Die neue Stadt in Landschaft und Klima, 1952 (La ville nouvelle dans le paysage et le climat) et Sinan – Baumeister der Osmanischen Glanzheit, 1954 (Sinan, maître d’œuvre de la splendeur ottomane)), les trois volumes de sa monumentale Histoire de l’urbanisme (1959-1967). Cette dernière est une vaste fresque chronologique divisée en trois périodes, l’Antiquité, le Moyen-Âge et l’époque moderne depuis la Renaissance, qui embrasse un vaste panorama de l’histoire urbaine où l’Europe et le Moyen-Orient occupe une place de choix, mais sans négliger les mondes plus lointains, notamment l’Extrême-Orient et l’Afrique et l’Amérique précoloniales. Ses centres d’intérêt comprennent également la linguistique et la peinture. Il meurt à Meilen.

Références

Ernst Egli 1893-1974, Architekt Stadtplanner Städtebauhistoriker Kunstgelehrter Querschnitt durch sein Leben, Werk und Denke, Zürich: ETH-Bibliothek, 1994, 117 p.

Egli Ernst, Geschichte des Städtebaues, Erlenbach-Zürich ; Stuttgart : Rentsch, 1959-1967.  3 vol.  ( 1: Die alte Welt. – 1959 — 2: Das Mittelalter. – 1962 — 3: Die neue Zeit. – 1967. )

Christian Forster, “Prof. Ernst (Arnold) Egli”, Archinform, http://fra.archinform.net/arch/31390.htm (repris de Allgemeines Künstler Lexicon, K.G. SAUR Verlag, ed. originale 2002)notice consultée le 1/12/2007

Comme pour Joseph Naggear, j’analyse dans ma thèse le passage d’Egli au Liban et les oppositions qu’il y a rencontrées.


3 réflexions au sujet de « Ernst Egli, un architecte suisse au Moyen-Orient »

  1. Ping : Ernst Egli, un architecte suisse au Moyen-Orient | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *