Joseph Naggear, le père des ingénieurs libanais

Notice écrite en décembre 2007, destinée au Dictionnaire biographique de l’urbanisme, sous la direction de Thierry Paquot. Ouvrage à paraître? Notice à paraître dedans? L’avenir le dira…

Joseph Naggear. (c) Al Mouhandess 2006, n°22, p.41.

Joseph Naggear. (c) Al Mouhandess 2006, n°22, p.41.

Premier ingénieur polytechnicien libanais (1929), surnommé «Abou al-mouhandissin»(le père des ingénieurs), fondateur de l’ordre des ingénieurs libanais (reconnu en 1950), Joseph Naggear (1908-2006) s’est occupé de toutes les questions d’équipement urbain et rural de son pays jusqu’au déclenchement de la guerre civile en 1975. Né à Aley (Mont Liban) dans une famille de la grande bourgeoisie francophone, formé par les Jésuites, il constitue le prototype des premiers techniciens du Mandat, pétris de l’influence culturelle, technique et scientifique française, mais qui participent à la revendication d’indépendance, prennent en charge le développement national en s’opposant parfois aux intérêts des firmes françaises et des élites administratives mandataires, et sèment les germes d’une élite technique locale. Il partage sa carrière entre l’enseignement des mathématiques à l’Ecole française (puis supérieure) d’ingénieurs de Beyrouth (dépendant de l’université Saint Joseph des Jésuites), où il est professeur titulaire à partir de 1940, et une multitude de fonctions officielles et consultatives. Sa première mission le conduit en 1932 à fonder au sein du ministère de l’Intérieur le bureau technique municipal, où il travaille avec les frères Danger chargés d’études pour l’aménagement de Beyrouth puis de Tripoli, avec le régisseur du cadastre de Syrie et du Liban Camille Durrafourd puis, ultérieurement, avec Michel Ecochard. Dès 1936, il propose un projet de code de l’urbanisme inspiré de la réglementation française. En 1941, il est secrétaire d’Etat au Ravitaillement. En 1948, dans un article manifeste, il trace un plan de base pour l’équipement du pays, dans lequel il propose de nouveaux outils pour l’aménagement du territoire et définit les instruments de l’urbanisme. Il participe à la supervision du projet d’aménagement de l’aéroport de Beyrouth et du premier plan d’urbanisme pour la banlieue sud-ouest de Beyrouth. En 1953, il fonde le Conseil du plan, organe consultatif chargé d’études et de recommandations par le président Camille Chamoun, qui se transforme en 1954 en ministère du Plan. Il est à deux reprises président de l’Ordre des ingénieurs. Il siège après 1959 au conseil supérieur de l’urbanisme, et à ce titre contribue, en liaison avec Michel Ecochard et d’autres ingénieurs et architectes libanais, à l’élaboration de la loi de l’urbanisme approuvé en septembre 1962, qui reprend ses dispositions en matière de remembrement urbain et de société foncière. Il fonde et dirige le Conseil national de la recherche scientifique chargé de moderniser l’industrie libanaise. En 1963 et 1964, il est ministre du Plan à trois reprises. Il est décédé à Beyrouth en 2006. Généraliste à l’immense curiosité, passionné par le développement de son pays, promoteur infatigable des ingénieurs libanais, théoricien et juriste et de l’urbanisme, planificateur convaincu sans renoncer au credo libéral, il est une des figures majeures de l’aménagement du Liban de l’Indépendance à la guerre civile.

Référence :
Joseph Naggear, « Equipement économique national et programme de grands travaux », in Gabriel Menassa, Plan de reconstruction de l’économie libanaise et de réforme de l’Etat, Beyrouth, Editions de la Société libanaise d’économie politique, 1948, pp. 268-321.
Al Mouhandess, revue de l’Ordre des ingénieurs et architectes (Beyrouth), numéro spécial consacré à Joseph Naggear, n°22, été 2006, 112 p.

Ceux que son parcours et sa contribution à l’urbanisme libanais intéressent peuvent aussi se reporter à la deuxième partie de ma thèse de doctorat soutenue en 2002: Une ville et ses urbanistes : Beyrouth en reconstruction, où lui sont consacrés de longs passages. Normalement, un livre en reprenant des extraits devrait bientôt paraître.


3 réflexions au sujet de « Joseph Naggear, le père des ingénieurs libanais »

  1. Mourad

    Bonjour,
    Ou sont ces plans d’urbanisme et d’amenagement du territoire? Un grand point d’interrogation…Encore plus surprenant est le role du CNRS et le lien avec l’induatrie libanaise… Parlons plutot de l’avenir…

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    On parle des années soixante et soixante-dix, attention! L’IRFED était une forme d’aménagement du territoire, de même que les réalisations hydrauliques sur le Litani qui existent toujours aujourd’hui (Qaraoun, etc.). Ces projets ont été imaginés dans les années 1940 et mis en oeuvre dans les années 1950. Ibrahim Abd-El Al le principal responsable mais Naggear s’était également impliqué sur ces questions. Sur ce volet là, il y a donc eu des réalisations. Plus limitées furent celle du CNRS durant cette période. Mais aujourd’hui, avec une finalité différente, le CNRS est, je trouve, une institution libanaise plutôt efficiente.
    Vous trouvez des détails sur toutes cette période dans mon livre. C’est bien de penser l’avenir mais sans connaissance du passé et des échecs, le risque est grand que se reproduise des problèmes de même nature.

  3. Ping : Assem Salam, disparition d’une figure majeure de l’architecture et de l’urbanisme au Liban | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *