Compte rendu de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire et les mutations de la carte topographique

A propos de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire: aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 240 p.

(paru dans Géocarrefour)

L’essai que propose le géographe Henri Desbois, tiré de son habilitation à diriger les recherches, se présente sous la forme d’une histoire de la cartographie, à travers le cas particulier de la carte topographique, excluant donc notamment la cartographie thématique et la cartographie marine. Mais plus fondamentalement, c’est une réflexion critique sur la numérisation de la géographie, cette expression devant être entendue au double sens de la place accrue qu’occupent aujourd’hui les techniques quantitatives dans notre discipline, et de la colonisation de nos pratiques quotidiennes et de nos imaginaires par des modes de représentation du territoire dérivés de techniques cartographiques informatisées devenues quasiment hégémoniques. En opérant une déconstruction de l’histoire de la carte topographique sous ses dimension technique, plus exactement scientifique, politique et culturelle, Henri Desbois s’inscrit dans les courants critiques de la géographie. Son propos n’est pas simplement de montrer que la carte traduit, voire impose, une vision normative et informée par la logique du pouvoir étatique – et singulièrement la puissance des Etats-Unis – sur les formes de représentation du monde. Pour lui, il est impossible de mettre en question radicalement les bases scientifiques de la cartographie, dont « les triomphes sont trop éclatants pour qu’on puisse en ébranler la domination », et dont « l’efficacité pratique est démontrée quotidiennement » (p.202). En fait, c’est le monopole que cette hégémonie tend à conférer à ce mode de connaissance que conteste Henri Desbois. En  mettant en évidence ce qu’il dénomme les imaginaires cartographiques, c’est-à-dire « les idées et les sentiments communément associés aux cartes » (p.19), il entend « aborder le discours scientifique par l’extérieur et lui contester la prétention à être le seul régime de connaissance valide », ainsi que « réhabiliter des modes alternatifs d’appréhension du monde » (p.202). Cette forte ambition rappelle que ce géographe au parcours singulier n’est pas uniquement un spécialiste de géographie numérique, d’internet et de cartographie (il s’est familiarisé à ces techniques au sein d’un service spécialisé de l’armée, alors qu’il utilisait en parallèle un SIG dans sa thèse sur la géographie urbaine de Tokyo). Il est également le tenant d’une géographie littéraire qui s’est illustré par des analyses savantes de l’Ulysse de Joyce, dont cet ouvrage comprend d’ailleurs un aperçu (une publication plus poussée sur Joyce est à paraître parue).

La cartographie entre technique et politique

L’ouvrage est structuré en trois parties, correspondant aux trois étapes de la décomposition critique annoncée. La première présente une synthèse consacrée à « L’invention de la précision: cartographie et technique de l’astrolabe au GPS ». Il s’agit d’une histoire de la mathématisation et des progrès scientifiques soutenant la production de cartes de plus en plus précises. Toutefois, à l’opposé d’une lecture positiviste de cette cartographie scientifique, H. Desbois s’attache à souligner les difficultés et problèmes techniques générateurs d’erreurs qui n’ont cessé de se poser. Dans une amusante analyse de l’avènement du GPS, il souligne que : « Traditionnellement le problème de la définition du référentiel était plutôt le souci des producteurs de cartes. Le GPS en fait une préoccupation des utilisateurs » (p.54). Il clôt cette analyse par l’évocation des lacunes selon lui irréductibles de la cartographie automatique numérique sur le plan de l’esthétique, tout en nuançant cette observation par l’idée qu’en fait, une nouvelle norme de l’esthétique cartographique est en train d’émerger : il annonce ainsi sa troisième partie. Cette première partie, fort intéressante, aurait gagnée à être accompagnée de quelques illustrations et/ou encadrés explicatifs sur les principes qui sous-tendent cette pratique scientifique de la cartographie, particulièrement concernant la question des ellipsoïdes et du géoïde global. Il est vrai qu’il n’est pas très difficile de se reporter à des sources explicatives extérieures mais cela rend la démonstration moins fluide.

La deuxième partie, moins technique, est en revanche toujours claire et s’avère particulièrement stimulante. Son propos est d’analyser les liens entre « La carte et l’Etat, de la Renaissance à l’internet ». L’exposé sur les dimensions symboliques (ou d’apparat) et administratives de la cartographie d’Etat est classique et attendu. Plus originale, à mes yeux, est l’analyse des liens entre  techniques cartographiques et enjeux militaires tout au long du vingtième siècle. Avec la Première guerre mondiale, les insuffisances du système de projection cartographique  lié aux cartes d’Etat-major apparaissent dans toute leur ampleur : la projection équivalente qui conserve les distances,  ne conserve en revanche pas les angles et ses déformations locales (dans l’Est de la France) sont telles qu’elle ne permet plus de viser avec précision des objectifs distants, imposant l’adoption d’un nouveau type de projection, dite conforme. Avec la guerre froide, l’apparition des missiles balistiques à longue portée impose l’unification ou au moins l’interconnexion des systèmes géodésiques, pour garantir la précision des menaces nucléaires. De même, à cette époque, l’imagerie satellitaire devient une source essentielle dans une logique d’espionnage entre les deux superpuissances. La partie se clôt par une analyse consacrée au développement des globes virtuels façon Google Earth, qui illustre la privatisation des données et une perte de souveraineté sur les représentations du territoire national, perceptible dans la mise à disposition d’images à haute résolution ou dans les conflits toponymiques. De même, l’émergence de pratiques de cartographie non étatiques, assises sur des ressources privées ou coproduites par les usagers (parfois appelées néogéographie), illustre cette érosion de la place des Etats.

Un imaginaire géographique conquérant fondé sur la figure de la carte

La troisième partie est sans doute la plus originale, au sens où elle propose des analyses inédites directement menées par l’auteur, au contraire des deux premières parties, de nature plus synthétique même si elles portent incontestablement la marque de sa démarche. Il s’agit d’identifier les formes variées et évolutives des imaginaires géographiques, à partir d’une série d’analyses sur un corpus constitué de textes littéraires, de Jules Verne aux textes de l’auteur de science-fiction William Gibson, en passant par Stevenson, Balzac, Flaubert, Hugo, Joyce et d’autres. La peinture et le cinéma sont aussi plus brièvement étudiés. Henri Desbois met en avant une diffusion, presqu’un envahissement, des techniques de représentation issues de la cartographie ou plus largement liée à la géographie numériques dans une multiplicité de supports textuels et iconographiques, allant de pair avec l’émergence  nouveaux genres (la science-fiction littéraire comme cinématographique). Les techniques géographiques numériques colonisent et transforment de ce fait les représentations que nous pouvons nous faire de l’espace urbain, par le biais des technologies aussi bien militaires, destinées à la surveillance, que ludiques, avec les jeux vidéo qui en empruntent les modes d’expression. Cette diffusion va parfois jusqu’au corps humain, comme l’illustrent les « géo-tatouages » de l’actrice Angelina Jolie, sur l’épaule de qui sont inscrites les coordonnées des lieux de naissance ou d’adoption de ses six enfants. La thèse défendue, sous couvert de l’étude de cette invasion, est celle d’une profonde transformation de nos représentations de l’espace géographique, où la cartographie acquiert un primat et même une hégémonie qui marginalise d’autres modes de représentation. Or, cette hégémonie va de pair avec un ensemble de finalités et de pratiques, auxquelles il est difficile d’échapper, telles que la surveillance militaire ou étatique. Pour Henri Desbois, l’approche critique de la géographie dont il se réclame contribue à déconstruire de fausses évidences, au premier rang desquelles « la confusion entre la carte et le territoire représenté » (p.200), et s’inscrit donc dans une forme de « résistance ».

Il existe de nombreux travaux, en histoire de la géographie ou plus largement dans les sciences sociales qui, dans l’héritage de Foucault, se donnent pour objectif la déconstruction des fausses évidences d’un discours scientifique et en entreprennent la généalogie dans le but de dégager les enjeux politiques et les formes de domination qu’il recèle et qui imprègnent représentations du monde et pratiques savantes, ainsi que pratiques sociales tout court. Par rapport à ce corpus, l’originalité de ce livre réside dans sa troisième partie exhumant un imaginaire et ses mutations, c’est-à-dire tout un aval de la carte, son espace de réception et les pratiques qui s’y déploient. Certes, se saisir de ce riche matériau constitué de multiples produits culturels pour montrer en quoi il est porteur de logiques informées par la cartographie permet d’aller au-delà d’une classique critique épistémologique et d’enregistrer les signes clairs de la transformation culturelle massive qu’il identifie. Pour autant, il est difficile d’accorder à l’auteur que sa démarche dévoile l’existence de modes de connaissance, ou même simplement d’appréhension du monde, alternatifs à la cartographie scientifique. Son travail peut sans doute constituer un préalable à un tel objectif. Ses analyses littéraires ou cinématographiques, si elles témoignent des intuitions et de la sensibilité des artistes étudiés, ne sauraient cependant passer pour donner corps à cette prétention.

Une posture critique ambiguë

La posture même de l’auteur n’est d’ailleurs pas sans ambiguïté. Alors que, comme le montre les passages cités dans l’introduction de cette recension, il s’interdit d’attaquer de front les fondements scientifiques de la cartographie, on peut se demander jusqu’à quel point il assume la scientificité de la posture critique dont il se revendique. De ce point de vue, l’introduction de l’ouvrage n’offre guère de point d’appui. Elle situe son ambition dans un projet collectif plus global consistant à interroger l’essor des technologies numériques, en tant que pratiques centrales des sciences mais aussi en tant que transition majeure de nos sociétés. Elle justifie de manière convaincante le choix de l’objet cartographique dans cette perspective. En revanche, cette introduction ne s’attarde guère sur le positionnement scientifique de l’auteur, tant sur le plan théorique que sur celui de la méthode. On saura gré à Henri Desbois d’user avec bonheur d’une écriture dépouillée de tout jargon, directe et souvent ironique: la lecture en est aisée et plaisante. Mais il est surprenant que la référence aux travaux critiques de la cartographie de Brian Harley et de quelques-uns de ses épigones figure au cœur même de la troisième partie, comme à l’égal des autres matériaux étudiés. Les textes de sciences sociales ne constituent-ils qu’un autre corpus, où relever les variations de conception de la cartographie, entre discours positiviste et approches déconstructrices ? C’est-à-dire finalement un discours comme un autre, aux prétentions même moins assurées, en termes de solidité des connaissances, que la cartographie scientifique? L’auteur revient bien sur cette référence à Harley en fin de volume (p. 197), mais sans dissiper cette ambiguïté. Faut-il voir là un détail de la construction d’un texte qui se singularise par un rejet implicite des codes d’écriture dominant des sciences sociales ou bien la revendication assumée de modestie pour lesdites sciences sociales, au risque de fragiliser l’édifice même de la réflexion qui nous est livrée ? La stimulante critique dont ce plaisant ouvrage est porteur aurait tout à gagner à ce que son auteur clarifie cette ambiguïté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *