L’Atlas du Liban. Les nouveaux défis en librairie et au Salon du Livre de Beyrouth

30086225300_268d70c4f2_nJ’ai le plaisir d’annoncer la parution aux Presses de l’IFPO de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, que j’ai co-dirigé avec Ghaleb Faour et avec l’appui du CNRS Liban, co-éditeur. Mouin Hamzé, le secrétaire général de cette institution, a été l’initiateur de ce projet et lui a assuré un indispensable soutien institutionnel et financier. Claire Gillette, cartographe, a joué un rôle irremplaçable dans la coordination technique du projet en plus de ses immenses compétences professionnelles.

Un travail d’équipe

Cette nouvelle édition a été véritablement un travail collectif et franco-libanais à parts égales. Je salue d’une part les chercheurs du CNRS Liban qui ont mis à disposition et collaboré pour une analyse des riches données produites dans le centre de télédétection sous des angles inédits, en liaison avec Claire Gillette. De même, je me réjouis d’avoir travaillé avec la jeune équipe du Centre d’études et de recherches sur le développement et l’aménagement (CERDA), au sein de département d’urbanisme de l’Université Libanaise, où Jihad Farah a remarquablement coordonné la dernière partie de l’ouvrage consacré à la gouvernance urbaine et aux questions d’aménagement. Il propose un regard très original sur l’échelon local au Liban, face à la faillite de l’Etat central. D’autre part, nous avons eu aussi le plaisir de travaillé avec plusieurs jeunes chercheurs français qui font bénéficier l’ouvrage de leurs regards neufs et qualifiés sur des thématiques essentielles et parfois sous-étudiées dans la précédente édition de l’ouvrage: c’est le cas du chapitre de Bruno Dewailly sur les déséquilibres socio-économiques du Liban, de Marie Bonte dans son travail sur les inégalités de genre et de Christèle Allès sur la problématique de l’eau (il faut prendre le temps de regarder son très beau documentaire Ghaniyé bil Miyah, sur les conséquences de la réforme de l’eau dans la région du Akkar, au nord du Liban, réalisé avec Joëlle Puig).

Une impossible mise à jour

Cet ouvrage n’est pas tant la mise à jour que le prolongement de Atlas du Liban. Territoires et société dont plusieurs sections conservent toute leur actualité, quand bien même certaines données peuvent paraître périmées. En effet, une véritable mise à jour aurait supposé l’existence et la disponibilité de données récentes prolongeant les séries utilisées dans la première édition. Or, malgré la collaboration de l’administration libanaise des statistiques, de telles données, pour l’essentiel, n’existent pas. Nous aurions certes pu demander à utiliser les données détaillées du recensement des immeubles et établissements de 2004. Mais ces enquêtes sont déjà largement périmées et de plus, elles ont été largement mises en question, notamment sur le plan démographique1. Cette première édition reste accessible en ligne. Les analyses proposées sur la trajectoire géopolitique libanaise au cours du 20e s., sur la construction inachevée de l’Etat à travers la production et la visualisation du territoire, sur les transformations du peuplement, etc. restent largement valables.

Les thèmes traités

L’originalité de la présente édition réside donc dans l’accent placé sur les transformations brutales que connaît le Liban depuis 2005, à savoir le retour de la violence politique. Si nous avions pu traité, in extremis, des conséquences de la guerre de 2006 dans le précédent opus, nous détaillons la montée des milices et groupes armés, la décomposition politique (dont on peut douter que le dénouement politique attendu cette semaine puisse réellement la contienne durablement), et la fragmentation territoriale qui en découle. L’installation à n’en pas douter durable des réfugiés syriens dans le pays bouleverse les équilibres démographiques à l’échelle du pays mais aussi des différentes régions. Il faut souligner que leur accueil a été remarquablement apaisé eut égard au caractère massif de ce mouvement de population, et au contexte régional brulant. Mais la présence des réfugiés risque de devenir un fardeau social, économique et budgétaire durable qui mettra à l’épreuve cette hospitalité première, illustrée par de multiples analyses (bien étudiée par exemple par Marianne Madoré dans le cas de Borj Hammoud).

Par ailleurs, nous montrons l’épuisement du modèle économique mis en place dans les années de reconstruction et la dramatique extension de la pauvreté qui en résulte. L’arrivée des réfugiés syriens, même si elle fait tourner la machine économique, contribue à étendre la pauvreté. Il faudra revenir, dans un prochain billet, sur les tensions de genre qui traversent la société libanaise, et sur le déni dont elle font l’objet. Dans la continuité du précédent atlas, nous avons insisté sur la dégradation environnementale liée à l’extension mal contrôlée (voire pas du tout) de l’urbanisation. L’accaparement du littoral, particulièrement à Beyrouth, illustre parfaitement cette problématique. Certains enjeux, notamment la vulnérabilité sismique, semblent particulièrement préoccupants selon les premières données dont on dispose, issues du programme ANR Libris initié par les géologues de Grenoble en partenariat avec des équipes libanaises de l’USJ et du CNRS Liban. C’est un point qui mérite des approfondissements.

Un des angles originaux retenus dans ce livre est le décryptage des enjeux à travers la mise en évidence de controverses socio-spatiales, selon une idée proposée par Jihad Farah. Les différents chapitres alternent donc des doubles pages où nous présentons objectivement certains thèmes à travers l’analyse de données spatialisées, et d’autres centrées des controverses, donnant à voir une diversité de points de vue, d’acteurs en opposition et leurs répertoires d’action pour défendre leurs intérêts. Cela renvoie à l’une des thèses de l’Atlas sur la pluralisation et la conflictualisation de l’action publique, non pas uniquement à travers la montée d’acteurs militarisés contestant à l’Etat son « monopole de la violence légitime » mais aussi, de manière plus pacifique, par l’action d’associations, de groupes de citoyens très actifs et « vocaux » actuellement sur les enjeux d’occupation du littoral libanais. La crise des services publics, eau, électricité, déchets en constitue l’une des illustrations les plus manifestes de ces controverses, tout comme les débats portant sur les reconstructions et l’aménagement de diverses localités dans le pays, analysée dans le dernier chapitre (voir à ce sujet l’excellent article de J. Farah sur les controverses d’aménagement à Beyrouth).

Un atlas à faire connaître au public le plus large

L’Atlas du Liban. Les nouveaux défis paraît en même temps en traduction arabe, et je remercie notre fidèle traducteur, Mohamad Dbiyat, et mon collègue Ghaleb Faour qui a assuré le suivi efficace et très lourd de cette édition arabe. L’Atlas sera ainsi immédiatement accessible pour le public le plus large. Je me réjouis d’avoir une fois encore travaillé avec les Presses de l’IFPO (Nadine Méouchy, Tony Eid), à la fois pour la qualité de leur suivi scientifique et technique, et pour la solidité de leur ancrage local, garantie d’une diffusion efficace et durable, sous forme papier aussi bien qu’en ligne.

La première étape de cette diffusion sera la présentation publique lors du Salon du livre francophone de Beyrouth, le 11 novembre à 18 h. Nous aurons le plaisir d’écouter Jad Chaabane discuter notre travail et de débattre avec le public. Vous y êtes tous cordialement invités.

A télécharger: Table des matières et introduction (PDF 1,2 Mo)

Notes _____________________
  1. voir notamment sur ce point le travail, aujourd’hui accessible en ligne, que Ward Vloesberg avait consacré à cette controverse: Vloeberghs, Ward, ‘Sociologie D’une Communauté Scientifique : Le Cas Des Démographes Libanais’ (DEA, Université Saint-Joseph, 2004) En ligne: <http://publications.usj.edu.lb/weblink7/ElectronicFile.aspx?docid=5022> []

Une réflexion au sujet de « L’Atlas du Liban. Les nouveaux défis en librairie et au Salon du Livre de Beyrouth »

  1. Ping : Présentation discussion de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis à la Maison du Liban à Paris | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *