L’énergie des sciences sociales: un bref compte rendu

Voici en avant première avant sa publication par la revue Flux un petit compte rendu de NADAÏ A., LABUSSIÈRE O. (éd.), 2015, L’énergie des sciences sociales, Paris, Athéna, 156 p. Ce compte rendu prolonge nos échanges dans le cadre du projet COLLENER qui s’achève ces jours-ci.

Ce petit ouvrage, dont la diffusion papier confidentielle est heureusement compensée par sa publication en ligne, est issu d’un rapport d’un groupe de travail piloté initialement par Sandra Laugier et Sébastien Velut pour l’Alliance Athéna dont l’objectif est de susciter la mobilisation des sciences sociales françaises autour de nouveaux objets, en dialogue autant que faire se peut avec les autres domaines de la connaissance. Coordonné et révisé par le sociologue de la technique Alain Nadaï et le géographe Olivier Labussière, a fini par prendre la forme d’un manifeste pour des sciences sociales de l’énergie et propose un balisage des chantiers à ouvrir dans ce champ. Le propos tenu est ambitieux: les auteurs rejettent la relégation usuelle des sciences sociales dans « l’aval » des politiques énergétiques, dans l’étude des impacts, de l’acceptabilité et des comportements déviants mal anticipés, à corriger ou éduquer. Ils revendiquent au contraire pour elles un rôle en amont des processus décisionnels, à travers la prise en compte de la manière dont les valeurs, les pratiques et les processus d’appropriation des technologies existants, les débats ou les instruments techniques ou politiques donnent forme aux choix technologiques et énergétiques. Les auteurs inscrivent leur plaidoyer dans une approche socio-technique. Ils proposent pour identifier les questions et les pistes de recherche possibles le concept d’entrelacs des faits scientifiques et technologiques, de l’économie et de la politique, en soulignant que la technologie est inscrite dans le social et ne le détermine pas mécaniquement. Inversement, ce qu’il faut étudier, ce sont des encastrements entre les technologies énergétiques et différentes dimensions du social.

Afin de rendre ce texte lisible par le plus grand nombre, les auteurs ont fait le choix d’une écriture dépouillée de tout appareil critique et bibliographique, et d’un vocabulaire non spécifique et compréhensible sans connaissance conceptuelle préalable. En revanche, on notera que le texte s’adresse plutôt à des lecteurs ayant déjà une connaissance d’ensemble des évolutions technologiques, économiques et gestionnaires dans le domaine de l’énergie.

Après avoir défini son ambition et sa méthode, l’ouvrage présente, en quatre chapitres, une série d’enjeux pour les sciences sociales de l’énergie. Le premier concerne l’exploration des futurs de l’énergie, notamment à travers un regard réflexif sur les activités de scénarisations, leurs méthodes, leurs buts, etc. Le second concerne la gouvernance de l’énergie, les rapports évolutifs et géographiquement variables entre public et privé, et les formes de régulation des secteurs économiques concernés. Le chapitre suivant identifie des pistes autour de la construction des marchés s’agissant notamment des nouvelles technologies de l’énergie. Enfin, le dernier chapitre s’intéresse aux enjeux spatiaux et en particulier à l’insertion spatiale des nouvelles technologies de l’énergie dans les territoires.

Ces quatre grands domaines n’ont pas la prétention de clore l’univers des possibles mais seulement de fournir des hypothèses et d’articuler des perspectives existantes. Cela est fait de manière suggestive et stimulante, et offre aux chercheurs de sciences sociales qui commencent à s’initier à ces questionnements une vue d’ensemble articulée et réflexive très appréciable. Naturellement, en fonction de ses centres d’intérêt et de sa sensibilité, chacun pourra souhaiter que l’attention soit portée à d’autres enjeux. On peut notamment observer que les auteurs ne font pas des questions de pouvoirs, de conflits et d’inégalités sociales un axe central de leur réflexion, même si ces enjeux apparaissent en passant.

Dans un autre registre, on peut regretter que le propos soit majoritairement centré sur les enjeux français ou plus largement occidentaux, laissant une place ténue aux pays émergents et en développement. Il pourrait ici être intéressant de poser la question de ce qu’apporterait un regard géographiquement élargi sur les expériences de la transition énergétique, notamment peut être la mise à distance de cette rhétorique même, pour souligner plutôt la complexification des usages et la difficulté croissante, et peut être même structurelle, à les piloter (Jaglin, Verdeil, 2013). Cette prise de distance pourrait être salutaire et justifier d’autant mieux la place que revendiquent les sciences sociales dans la critique du monde existant mais aussi celle qu’elles peuvent ambitionner d’occuper dans l’élaboration d’un autre monde possible.

Référence citée

JAGLIN S., VERDEIL É. (éd.), 2013, Énergie et villes des pays émergents : des transitions en question. Introduction, Flux, 2013 , n°93-94, p. 7‑90.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *