Doper HAL face aux réseaux sociaux académiques

Je reviens avec un peu de retard sur mon intervention lors de la journée organisée le 18 décembre dernier par le CCSD et l’InSHS, consacrée aux 10 ans de HALSHS. En raison de mes états de service antérieurs sur la question, notamment lors d’une précédente journée en 2013, il m’avait été demandé de présenter quelques réflexions sur l’identité numérique du chercheur et en particulier la place que pouvait y tenir HAL. Les amateurs de vidéo peuvent regarder mon intervention, qui dure une dizaine de minutes. Pour les autres, je voudrais surtout insister sur deux points qui ne touchent guère à la question de l’identité numérique proprement dite, mais d’une part à une comparaison certes limitée mais instructive de la visibilité des travaux via HAL-SHS et quelques réseaux sociaux académiques, et d’autre part à une prise de position sur la manière d’encourager, fut-ce au détriment du droit des éditeurs, les dépôts en archives ouvertes.

HAL-SHS vs les réseaux sociaux académiques

La critique des réseaux sociaux académiques avait surtout porté jusqu’à maintenant sur la question de leur caractère commercial et de leurs manquements au droit de la propriété intellectuelle, ainsi que sur la moindre qualité des services offerts aux chercheurs en termes de référencement, de métadonnées et d’absence de pérennité. Le débat connait aujourd’hui une inflexion. Frédéric Clavert qui était déjà dubitatif, vient de publier un billet annonçant sa suppression de son compte au motif que finalement, la visibilité offerte par ces services est en réalité bien plus faible que celle de HAL-SHS, à la fois en nombre de vues et du point de vue de la diversité des origines des visiteurs. Cela en raison d’un mauvais référencement via Google Scholar en particulier.

C’est précisément un point que j’ai présenté lors de cette journée, suite à une discussion et une analyse empirique sur trois articles de mon collègue Denis Bocquet. Ce dernier dépose à peu près systématiquement ses publications sur HAL-SHS, sur Academia et sur Research Gate, et ce le même jour, de sorte que l’on peut comparer sur une durée d’exposition similaire. Il a observer un net avantage en faveur de HAL-SHS.

Article HALSHS consultation notice HALSHS téléchargement Academia Research Gate
Bocquet, Denis, ‘Living in Singapore: Housing Policies between Nation Building Processes, Social Control and the Market’, TERRITORIO, 2015, 35–43 http://dx.doi.org/10.3280/TR2015-074006 64 35 12 28
Bocquet, Denis, ‘Challenges to Urbanity in Contemporary Mediterranean Metropolises: New Urban Forms, Dynamics, Boundaries and Tensions’, New Geographies, 5 (2013), 235–43 303 272 non déposé 234
Bocquet, Denis, Konstantinos Chatzis, and Agnès Sander, ‘Paris au-delà du paradigme haussmannien: les détours de la modernisation du réseau d’adduction d’eau (1830-1940)’, TST (Transportes, Servicios y Telecomunicaciones), 2014, p.90–108 262 99 13 18

Même si l’échantillon est limité, les chiffres (datant du 18 déembre 2015) sont éloquents. Selon Frédéric Clavert, dont l’expérience corrobore ce constat, la raison essentielle de ces consultations moindres réside dans le mauvais référencement de ces sites, fermés, pour lesquels il faut être inscrits.

Faut il, comme il le fait, fermer son compte? Personnellement, je ne le ferai pas pour deux raisons: d’abord, nombre de chercheurs des pays où je travaille (Liban, Tunisie, Turquie, mais aussi beaucoup aux Etats-Unis), où il n’existe pas d’archives ouvertes publiques (ou bien où les chercheurs ne connaissent pas ces derniers), utilisent ces services privés. C’est souvent via ces sites que je prends connaissance de l’existence de ces travaux. Ensuite, même si manifestement, les consultations via Hal sont plus nombreuses, je reçois à intervalle réguliers des demandes d’articles (non déposés, seulement signalés) via Researchgate et, un peu moins, par Academia. Je pense d’ailleurs que, comme cela est demandé depuis longtemps, Hal aurait tout intérêt à se doter d’un bouton de demande d’article, même si certains doutent de l’efficacité d’un tel dispositif, qui pourrait au contraire retenir les chercheurs de déposer leurs textes en libre accès, en se limitant au dépôt de leurs notices (éventuellement le texte étant déposé, mais sous embargo). Au fond, ce que je recommande, c’est plutôt d’utiliser exclusivement Hal-SHS pour les dépôts, et d’utiliser les réseaux sociaux scientifiques (et les autres, notamment Twitter) pour leur fonction d’aide à la diffusion, notamment dans les sous-communautés disciplinaires et thématiques où s’inscrivent nos travaux. Ces sites récupèrent automatiquement (notamment ResearchGate qui fait cela très bien) les nouveaux textes déposés sur Hal, il suffit de valider, et d’activer ainsi le relais.

Pirater le droit d’éditeur

Le deuxième point de mon intervention était une réflexion sur les raisons qui limitent toujours le dépôt en libre-accès parmi les chercheurs, notamment en SHS. Au-delà des arguments techniques, et d’un possible manque d’ergonomie, aujourd’hui largement atténués par la mise en place de la V3 de Hal, force est d’en revenir à la question du droit et des conditions juridiques du dépôt.

Cette question a été très discutée récemment dans le cadre de la loi numérique récemment adopté en première lecture, en particulier par des éditeurs de SHS et les responsables du portail Cairn (voir ici dans L’Humanité). On sait que dans le cadre de cette loi, et sur décision européenne, les périodiques de SHS ne seront pas soumis à la même règle d’autorisation des dépôts des versions postprint en archives ouvertes, bénéficiant d’un délai d’un an au lieu de six mois. Certains éditeurs de SHS, en général diffusés par le portail Cairn craignent que cette règle – qui concerne les versions postprint et non les versions éditeurs – ne menacent la viabilité économique de leurs revues – et du portail Cairn. Je ne reviens pas ici sur le bien fondé de leur argumentation bien qu’elle pose divers problèmes1.

Je voudrais plutôt souligner que même en supposant votée cette loi et les facilités au dépôt des postprints qu’elle impliquerait, il restera un frein au versement des textes SHS en archives ouvertes. En effet, de nombreux chercheurs sont, et légitimement, très sensibles au fait de rendre accessible la version éditeur de leurs articles. En effet, cette dernière version a été nettoyée typographiquement et stylistiquement (souvent d’ailleurs par un secrétaire de rédaction dépendant de l’université ou du CNRS – en France tout du moins); c’est cette version dont les citations pourront être précisément sourcées par les références aux bonnes pages, etc. Bref, le vrai frein au développement des archives ouvertes concerne le libre accès aux versions éditeurs.

Or, il est paradoxal de constater que dans Academia et Research Gate, on trouve un très grand nombre d’articles en version éditeur justement – et il semble bien que ce soit aussi largement le cas dans Arxiv. Mais alors que ces réseaux académiques certes ne  recommandent pas ces pratiques, elles s’en accommodent en réalité parfaitement. Or, nous avons appris lors de cette journée que les chargés de vérification du CCSD y sont au contraire attentifs, du moins vérifient que la déclaration des chercheurs concernant le type de textes déposés est cohérent: version auteur, version d’un éditeur qui autorise en général le dépôt en AO ou version d’un éditeur dont l’autorisation a été explicitement demandée. Et les chercheurs sont instamment priés de se référer aux déclarations des politiques des éditeurs sur le site Sherpa (en France Héloïse).

« Lorsque le fichier déposé est un fichier produit par l’éditeur, on vérifie que le dépôt se fait en accord avec sa politique, notamment grâce aux sites Sherpa/Romeo ou Héloïse. » (source:Les 10 ans de HAL-SHS : les interventions du CCSD)

Il faut le dire, ce filtrage est contreproductif pour le développement des archives ouvertes. Par conséquent, je pense qu’il faut favoriser (du moins ne pas empêcher) le dépôt des versions éditeurs sur HalSHS. En 2009, Joël Faucilhon dressait le « Portait du pirate en conservateur de bibliothèque« . Aujourd’hui, pour réellement encourager le libre-accès aux travaux de la recherche, il faut pirater le droit des éditeurs. Il ne s’agit pas de leur interdire de faire commerce d’abonnements et d’accès aux portails des revues, qui offrent des services propres. Mais on voit bien que les éditeurs se cachent derrière le droit d’auteur pour engranger des profits mirifiques (en 37,5% de taux de rentabilité pour Elsevier cette année), tout en exploitant le travail gratuit des universitaires et en recevant de nombreuses subventions et recettes publiques2. Dans le même temps, ils ne facilitent pas vraiment le dépôt en archives ouvertes, voire en font un acte illégal. Je plaide donc pour que les gestionnaires de Hal n’incluent pas un critère sur le statut éditorial de l’article (post-print ou version éditeur) et ne filtrent pas selon ce critère, car cela en rajoute dans la construction de ce sentiment que le dépôt en archives ouvertes risque de constituer une infraction, ce qu’aucun chercheur n’a envie de faire naturellement.

De plus, on peut se demander si leur droit est si fermement établi que cela, comme le suggérait entre autre, à la tribune, Serge Bauin, lui même chargé de mission sur le Libre accès au CNRS. Au contraire, les éditeurs font signer, dans une grande opacité, des contrats qui obligent les auteurs à une cession exclusive de leur droit alors qu’il ne serait pas très difficile que les employeurs publics émettent des recommandations de ne signer ces contrats léonins qu’en réservant le droit à déposer les versions d’éditeurs dans des entrepôts publics, comme cela est possible apparemment pour des universitaires américains financés sur fonds publics. Ces contrats ne sont ils pas abusifs? En tout cas il fonctionnent comme une forme d’intimidation et les chercheurs ne sont pas assez formés pour négocier et imposer le droit au libre accès des productions de la recherche scientifique.

En outre, on peut se demander si le rapport de force n’est pas en faveur des chercheurs, si ces derniers adoptent des pratiques communes. Les éditeurs iront-ils réellement demander, article après article, le retrait et en cas de non-réponse à leurs demande, intenteront ils des procès à des dizaines de milliers de chercheurs? Selon un collègue belge, il semblerait que leurs autorités universitaires ne s’embarrassent pas de nos scrupules concernant le dépôt dans les archives ouvertes.

Au total, l’encouragement aux archives ouvertes doit passer selon moi par une simplification du dépôt et une déculpabilisation des auteurs concernant la diffusion de la version finale de leur travaux dans ces entrepôts publics.

Notes _____________________
  1. confusion entre autorisation et obligation de dépôt, mise en avant discutable d’une étatisation de l’édition scientifique en omettant de rappeler que la plupart des revues en question relèvent elles-mêmes majoritairement d’un financement public et que les bénéfices privés rémunèrent un travail parfois très limité []
  2. Emblématique de cette confusion est la présentation du récent dossier de la revue Le Débat sur le droit d’auteur – en fait d’éditeur – comme pilier de la vie démocratique. Je ne dis pas que les éditeurs français sont dans la même situation que les grands éditeurs scientifiques internationaux, et pratiquent la même prédation à grande échelle. Mais d’une part, les revues n’occupent qu’une faible place dans le CA des éditeurs en France, d’autre part, le débat est en quelque sorte pris en otage par des revues de débat public dont Le Débat ou Esprit sont emblématiques. Fortement soutenues par l’argent public, et largement alimenté par des contributeurs d’universitaires non rémunérés, elles visent un secteur éditorial qui est celui du débat et de la vulgarisation, non celui des travaux de recherche à proprement parler, qu’en réalité ces éditeurs privés méprisent largement dès cela devient un peu pointu. Elles ne sont donc pas très qualifiées pour défendre l’édition scientifique dans ce débat. []

4 réflexions au sujet de « Doper HAL face aux réseaux sociaux académiques »

  1. Anthony Pecqueux

    Merci beaucoup pour ce nouveau billet très riche; les deux points sur lesquels vous insistez sont très suggestifs; espérons qu’ils convaincront les derniers indécis!

  2. Nicolas Alarcon

    Merci pour ce billet.

    Le bouton « Request a copy » sera prochainement disponible sur HAL. Il est en cours d’implémentation même si nous (administrateurs HAL) ne connaissons pas encore son périmètre exact.

    Vous visez juste à propos du droit à déposer la version PDF éditeur. C’est un point de blocage assez important pour certains champs disciplinaires qui ne jurent que par cette version. La version auteur corrigée pose souvent des problèmes de lecture rédhibitoires pour les chercheurs (texte en 1 seule colonne, graph et illustrations découplés du texte) sans oublier que cette version n’est pas systématiquement à la disposition de tous les co-auteurs d’un article. C’est souvent l’auteur principal/correspondant qui possède la toute dernière version.
    La différence entre HAL et les réseaux sociaux académiques se situent aussi dans le respect du contrat de cession de droit. En 2013, Elsevier a demandé à Academia.edu le retrait de tous les articles (version PDF éditeur) qui contrevenaient au contrat signé entre l’éditeur et les auteurs. Academia.edu n’a pu que s’exécuter. J’imagine que le CCSD souhaite se prémunir contre ce genre de demande en proposant un tel circuit de dépôt.

  3. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Merci de vos commentaires.
    1) Concernant le bouton Request a copy, Frédérique Bordignon sur Twitter m’a effectivement signalé son existence qui concerne les dépôts sous embargo. Cette fonctionnalité n’est pas encore très facile à identifier pour les auteurs et je ne sais pas si elle s’applique pour une durée supérieure à deux ans. J’ai voulu placé un fichier d’HDR sous embargo avec bouton (au moins le temps de discuter de sa publication chez un éditeur) mais cette fonctionnalité n’est pas disponible pour les thèses et HDR. Pourquoi? C’est bizarre. Par ailleurs, pour pouvoir demander un texte sous embargo via ce bouton, il faut être inscrit sur Hal. C’est comme sur Académia ou ResearchGate. On aurait pu imaginer un système plus rapide où la personne intéressée clique, donne son mail, ajoute éventuellement un message, sans avoir besoin de s’inscrire.
    2) Je précise ma pensée en ce qui concerne le « droit d’éditeur » que je considère comme une forme de dépouillement et d’accaparement du droit d’auteur (transfert exclusif du droit de diffusion):
    a) d’une part, il faut souligner que dans les contrats Elsevier, par exemple, les travaux des employés du gouvernement US sont considérés comme relevant du domaine public.

    « Government employees
    Elsevier has specific publishing agreements with certain government and inter-governmental organizations for their employee authors. These agreements enable authors to retain substantially the same rights as detailed in the « Author Rights section » but are specifically tailored for employees from the relevant organizations, including:

    World Bank
    World Health Organization
    For US government employees, works created within the scope of their employment are considered to be public domain and Elsevier’s publishing agreements do not require a transfer or license of rights for such works.
    In the UK and certain commonwealth countries, a work created by a government employee is copyrightable but the government may own the copyright (Crown copyright). Click here for information about UK government employees publishing open access » (https://www.elsevier.com/about/company-information/policies/copyright#Government%20Employees)

    Je comprends (merci de préciser si c’est faux) que ces textes peuvent être diffusés sur les sites web et dans les entrepots d’archives ouvertes. Je serai intéressé d’avoir une confirmation que cette disposition vaut bien pour les textes en version PDF finale. Pourquoi les employés du gouvernement français que sont les chercheurs et enseignants chercheurs ne bénéficieraient pas de ce droit?
    b) l’autre point concerne la conformité au droit français des contrats type Elsevier accordant un droit exclusif de diffusion à un éditeur, sans rémunération, alors qu’en France le code de la propriété intellectuelle stipule que toute cession doit être compensée par une rémunération. Je sais bien que la pratique, très ancienne, et le modèle économique de l’édition scientifique, ont toujours fonctionné comme cela. Ce n’est pas cette gratuité que je conteste (même si, concernant les ouvrages, j’ai défendu un rapport plus équilibré entre auteurs et éditeurs : https://rumor.hypotheses.org/1438/). C’est plutôt, comme les discussions menées au sein du groupe BSN 4 par exemple l’ont mis en évidence, que si ces contrats sont illégaux, alors les auteurs redeviennent totalement libres de déposer leurs articles dans HAL et sur leurs pages web. Et en tout cas, cette incertitude juridique même ne serait elle pas un point qui désarmerait toute intention de procès contre HAL et contre les auteurs déposants, pour ne pas qu’une décision au tribunal dans ce sens ne vienne dévoiler l’immense abus que représentent ces cessions.
    Malgré la longueur de ce point, je le laisse en commentaire pour susciter des réponses sur la consistance juridique de ces arguments.

  4. Ping : Lectures autour du colloque – Partie 3 : E-réputation et Open-Access | Réseau Toulouse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *