Michel Ecochard à Martigues au miroir de Damas et Beyrouth

© Sylvie Denante, drac paca crmh, 2006 L’école Di Lorto à Martigues, un projet d’Ecochard au sein de la ZUP dont il a établi le plan

En 2013 j’avais participé à une conférence organisée dans le cadre des Mardis du Patrimoine de la ville de Martigues autour de la figure de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard. J’ai écrit, en vue d’actes qui semblent pour l’instant en stand-by, un texte qui rassemble les idées présentées. Il est désormais accessible sur Hal, et en voici le résumé.

Michel Ecochard sur l’autre rive de la Méditerranée : Martigues au miroir de Beyrouth et Damas

Résumé : Entre 1962 et 1973, l’architecte et urbaniste Michel Ecochard intervient à Martigues qui connait une rapide urbanisation. Ces réalisations sont représentatives d’un urbanisme d’Etat. Cet urbaniste a alors effectué l’essentiel de son parcours professionnel dans des pays du Tiers Monde. Dans la décennie 1960, il effectue entre autres plusieurs missions au Liban puis en Syrie. Cette communication, présenté lors des Mardi du patrimoine de la ville de Martigues, se demande en quoi ce parcours nourrit sa réflexion d’urbaniste en France et en particulier à Martigues. Le texte est basé sur l’analyse des archives concernant ses interventions au Liban et en Syrie, et non pas de celles qui ont trait aux projets martégaux. Ces éléments ne révèlent guère de connexions directes entre ces expériences parallèles. Toutefois, on peut dégager quelques analogies entre des contextes que par ailleurs tout sépare. Après un bref rappel des principales étapes de la carrière d’Ecochard, les interventions libanaises et syriennes seront examinées plus en détail. Je soulignerai ce qu’elles révèlent des conceptions urbanistiques d’Ecochard au-delà des particularités politiques et sociales des contextes proche-orientaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *