Que se passe-t-il en Jordanie?

irbid-macdo

Mac Donalds à Irbid. Le désir de la société de consommation masque la pauvreté majoritaire.

Depuis une grosse année, j’ai commencé à travailler sur la Jordanie. Mon entrée sur ce terrain est la question des réformes dans le secteur de l’énergie – en particulier de l’électricité. J’y reviendrai sans doute en détail un de ces jours (voir ici et de premiers défrichements, dans des travaux comparatifs). C’est un terrain nouveau pour moi et je suis là d’en maîtriser tous les codes. Toutefois, dans un silence médiatique remarquable, des changements politiques significatifs sont en train de se produire dans ce pays.

Le 24 novembre 2009, le roi a dissout le Parlement. Normalement, de nouvelles élections doivent avoir lieu dans les 4 mois mais en fait, elles semblent devoir être reportées sine die (ce que permet la constitution). En 2001-2002, le Parlement a ainsi pareillement été suspendu (Voir Don’t Blink. Jordan’s Democratic Opening and Closing, par Jillian Schwedler). Deux réformes doivent être menées avant d’éventuelles élections: la première est une réforme de « décentralisation », présentée par la presse et les officiels comme une étape importante vers une participation populaire et plus de démocratie, bien qu’elle me paraisse surtout consister en un ferme encadrement des collectivités locales par l’Etat et les bailleurs de fonds. J’y reviendrai peut-être plus en détail ultérieurement. La deuxième préalable est une réforme du mode de scrutin (voir ci-dessous). Ces deux réformes devront avoir lieu sans que le Parlement, dissous, ait sa voix au chapitre…
D’autre part, autre changement, le 6 décembre, le Premier ministre en poste, Nader Dahabi, a donné sa démission. Le Roi a nommé comme successeur Samir Rifai. RifaiPour le novice que je suis, ce n’était pour une fois pas un inconnu : cet homme, fils et petit-fils d’anciens Premiers ministres, dont le père était jusqu’à hier encore ‘hui le Président du Sénat, est un ancien ministre de la Cour royale, avant d’avoir pris la tête qu’une grosse holding liée à Dubai, Jordan Dubai Capital. On m’a dit, ce que je n’ai pu vérifier, qu’il était marié à une princesse émiratie. Cette holding a pris des participations très importantes dans plusieurs des sociétés issues du processus de privatisation de l’électricité dans le pays, par l’intermédiaire de sa filiale Jordan Dubai Energy and Infrastructure (en l’occurrence, la totalité de deux des sociétés de distribution et la majorité de la principale société de production électrique). L’homme apparaît donc à la fois comme un lien avec le capitalisme émirati et, par sa proximité avec le Roi, un élément du contrôle maintenu par le régime sur ce secteur en réforme.

Samir Rifai apparaît représentatif de la nouvelle élite dirigeante, décrite  parRyan Curtis dans Reform Retreats Amid Jordan’s Political Storms (MERIP on line, 2005) en ces termes:

business people and technocrats fond of neoliberal economics. In the words of one analyst, these new ministers amount to « liberal authoritarians, » in that they support economic liberalization far more than they do political reform. « The community running Jordan is made up of English-speaking people with PowerPoint presentations, » he continued. « Even in government, they are still business people. » Though many of these officials have previously served in government jobs, a conservative former prime minister suggested that the new ministers seem « more like Western consultants » than public servants.

Rifai, diplomé à Harvard puis à Cambridge (RU), correspond bien à ce profil. Il incarnerait donc la ligne de la poursuite des réformes néolibérales. Pourtant, leur bilan est mitigé. Cette année, le contrecoup de la crise économique globale s’est traduit par un ralentissement voire un recul du marché immobilier qui contribuait fortement à tirer la « croissance ». De nombreux entrepreneurs immobiliers du marché ordinaire ont fait faillite ou ont des difficultés de paiement. Quel sera maintenant l’impact de la crise financière à Dubai, dont nombre de grands projets dépendent des capitaux et des entreprises du Golfe?

Par ailleurs, la dette jordanienne s’accroit fortement en ces temps de crise économique. Les bailleurs de fonds maintiennent leur soutien, comme la Banque mondiale qui vient de prêter 300 millions de dollars. Mais cela va sans doute avec une demande de poursuivre les « réformes ». Or, le gain des précédentes privatisations n’a guère servi à désendetter le pays, comme le regrette un économiste comme Youssef Mansur dans ses tribunes dans The Jordan Times. Selon lui, il a servi à financer des emplois et des dépenses sociales. Dans le même temps, la marchandisation de l’eau potable et surtout de l’électricité ont conduit à une forte hausse de l’inflation (14% en 2008), alimentant un fort ressentiment dans la population. Si bien qu’en septembre 2009, le roi est personnellement intervenu pour empêcher une nouvelle augmentation du prix de l’électricité qui était réclamée par la compagnie nationale d’acheminement d’électricité (NEPCO) pour compenser la hausse du prix du pétrole et limiter son propre endettement (voir le communiqué de NEPCO). L’exemple de l’électricité semble illustrer les injonctions contradictoires entre lesquelles se débat le gouvernement. Quelle marge de manœuvre le nouveau Premier ministre aura-t-il dans ces questions?

Les priorités que lui a fixées le Roi dans sa lettre de mission relèvent plutôt de la réforme politique, et visent à faire élire un nouveau Parlement représentatif, dans la transparence. C’est un paradoxe, car les critiques avaient fusé après l’élection législative de 2007 (trois exemples pris dans les blogs : le blog Ajloun, The Black-Iris, Jordan Watch). Le mode de scrutin, le découpage et les manipulations des services de renseignement, étaient censés conduire à l’élection d’une chambre à la botte. Pourtant, elle a été en conflit avec le gouvernement sur de nombreux points. Sur quoi déboucherait un scrutin plus ouvert, sans immixtion des services? D’où l’incertitude sur la tenue rapide de nouvelles élections. Face à ce qui apparaît, derrière ces belles proclamations, comme un risque de raidissement sur la voie autoritaire du régime, les voix de bloggeurs en vue paraissent amères (tout comme les commentaires), même si il est difficile de savoir qui ils représentent.

De loin, difficile de savoir ce que pense de tout cela les Jordaniens que les bloggeurs (surtout ceux que je lis) ne représentent qu’assez peu. Mais il vaut la peine d’évoquer ces deux « émeutes » (riots) qui ont eu lieu, mi-novembre, à quelques jours d’intervalle à Amman, dans le quartier de Hay Tafileh, et à Maan. Dans les deux cas, il s’agissait offociellement de violentes manifestations de colère dirigée contre la police, accusée de brutalité ayant conduit à la mort de prévenus. Dans la presse (Jordan Times), la dimension « tribale » de ces violences a été fortement soulignée. Mais aussi, à propos de la seconde à Maan, le fait que cette grande ville du sud, lieu de sédentarisation de populations bédouines, a connu depuis 20 ans plusieurs émeutes, alimentées par des protestations sociales et dirigées contre le régime. Dans quelle mesure peut-on lier les changements politiques de ces deux dernières semaines à cette tension? La question mérite me semble-t-il d’être posée… et cela fait le lien (au moins sous la forme de l’hypothèse) avec la hausse des prix, et donc la question de l’électricité évoquée ci-dessus.

Beaucoup de questions donc sur cette nouvelle phase du jeu politique jordanien, qui semble illustrer la difficulté du régime face à des contraintes géopolitiques et économiques contradictoires. Mes analyses sont ici très exploratoires et complètement ouvertes à la discussion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *