Pourquoi je marche aujourd’hui

Je participe à la manifestation en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo et de la prise d’otages de Vincennes, mais cette décision n’a pas été sans réticence. Cette manifestation doit être silencieuse, mais comme elle sera surchargée de slogans et de signes que je ne partagerai pas forcément, j’ai préféré à l’avance exprimer les raisons de mon malaise.

Le sens de ma participation est évident : c’est d’abord l’expression de ma douleur face à ces morts horribles et absurdes, c’est l’expression de mon deuil et de ma solidarité à l’égard des victimes et de leurs proches. Je souhaite aussi marquer mon attachement aux valeurs démocratiques et en particulier à la liberté d’expression, clairement visée par ces actes. En outre, je souhaite également exprimer mon refus et ma condamnation de l’antisémitisme effroyable que manifeste la prise d’otages et l’exécution de plusieurs d’entre eux à Vincennes, deux ans après les actes de Mohammed Merah. Cet antisémitisme doit être reconnu pour ce qu’il est et combattu sans réserve.

Mais plusieurs faits me gênent considérablement. Malgré les mises en garde contre l’amalgame après l’odieux assassinat de collaborateurs de Charlie Hebdo et des autres victimes, ces trois derniers jours ont donné lieu à une série d’actes témoignant d’une islamophobie assumée et débridée, qui ne sont guère mis en avant dans les médias et les analyses. Si le Président de la République a condamné l’antisémitisme et le racisme, je crois indispensable, à la lumière de ces actes, de spécifier ce dernier pour ce qu’il est.

En ne le faisant pas, et en promouvant un unanimisme aveugle aux failles qu’il prétend recouvrir, la classe politique dans son ensemble laisse fermenter le poison de la division au cœur de notre société. Les nombreux incidents et malaises qui ont émaillé le moment de deuil national décrété jeudi en portent témoignage1 : brimades à l’égard de jeunes « arabes » ou « musulmans » voire tout simplement lycéens qui exprimant des questions, des doutes ou qui revendiquent un autre point de vue que « je suis Charlie ». Si la liberté d’expression a un sens, ces faits sont regrettables. D’autres faits plus anciens, évidemment pas majoritaires ni même nombreux, mais non moins avérés, incitent à l’inquiétude. Par exemple cet enseignant d’un établissement fréquenté par mes enfants qui a expliqué, après l’assassinat du randonneur Hervé Gourdel en Algérie : « il faut savoir que la décapitation est une coutume courante chez les Arabes ».

A mon malaise face à cet aveuglement et à ce silence coupable sur l’islamophobie, s’ajoutent la surenchère et la récupération à laquelle se sont livrés les dirigeants politiques nationaux et étrangers qui se sont invités à cette manifestation, parmi lesquels des pseudo-démocrates alliés des jihadistes ou au minimum complaisants à leur égard; des extrémistes juifs et leurs alliés sans scrupule ; des assassins ordinaires de la démocratie ; des pourfendeurs de la liberté d’expression et du « blasphème »; etc. Cette surenchère révèle à la fois l’amateurisme et les contradictions de la politique étrangère française, enferrée dans des alliances scandaleuses et embarquée dans des équipées contradictoires au nom d’une lutte contre le terrorisme qu’elles ne cessent d’alimenter.

Je manifeste aujourd’hui, mais je ne veux aucunement cautionner ces fautes, ces dérapages et cette récupération.

Notes _____________________
  1. ils ont été rapportés par la presse mais aussi par mes enfants []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *