Dette de lecture : Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée

En ces derniers instants de suspension temporelle avant la reprise du manège et de son rythme endiablé, je voudrais profiter d’un peu de loisir pour reconnaître quelques dettes intellectuelles et plaisirs de lecture de l’année passée, durant laquelle la tenue de ce carnet de recherche aura été singulièrement moins régulière.

La première de ces lectures est celle de l’ouvrage Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, que m’ont amicalement adressé ses auteurs-coordinateurs Nora Semmoud, Bénédicte Florin, Olivier Legros et Florence Troin. Ce livre témoigne du dynamisme retrouvé de l’équipe des géographes et spécialistes des études urbaines de Tours, avec leur focalisation privilégiée sur le Monde arabe. Avec cet ouvrage et les Cahiers d’EMAM, publiés depuis 2009, ils redonnent vigueur à l’héritage de l’équipe d’URBAMA, carrefour d’idées et de recherche entre la France et le Maghreb et plus largement le monde arabe depuis les années 1980. Avec ces publications collectives, il me semble aussi qu’ils renouent avec ce qui avait fait la force de ce laboratoire, c’est-à-dire la construction d’un espace de dialoque et d’échanges entre les deux rives, dans un véritable esprit d’équipe, dont la construction du collectif constitue un véritable projet soutenu dans la durée – ambition qui doit être saluée dans un contexte où les pressions managérialo-universitaires ont plus souvent pour effet, au nom d’improbables convergences et exigences de visibilité, de brouiller l’identité intellectuelle des collectifs de recherche.

Les travaux publiés, désormais en ligne comme une partie de l’héritage des publications d’URBAMA, donne visibilité à l’équipe Monde arabe Méditerranée (EMAM), tout en montrant ses ouvertures et volonté de dialogue par delà la aire culturelle arabe. La présente publication en porte témoignage, s’ouvrant à un ensemble de chercheurs méditerranéens (espagnols et italiens en particulier), du nord comme du sud, de l’est et de l’ouest. De surcroit, par le jeu des références à l’Amérique latine ou à l’Afrique, par la préface accordée par Philippe Gervais Lambony, et par la mise en dialogue avec un certain nombre d’auteurs majeurs de la géographie et des études urbaines anglophones, ce travail fait œuvre d’un désenclavement intellectuel véritablement salutaire qu’il faut saluer et dont il faut espérer la poursuite et l’élargissement.

Ces quelques lignes n’ont pas l’ambition d’être une véritable recension car, je l’avoue piteusement, je n’ai pas lu l’ensemble  des textes proposés. Mais j’ai d’autant plus à coeur de les écrire que les auteurs me font l’honneur et l’amitié de citer quelques-uns de mes écrits et de m’associer ainsi à leur réflexion. Je retiens ainsi plusieurs éléments de ma lecture partielle.

Le premier est le plaisir de trouver, dans l’introduction du volume par Bénédicte Florin et Nora Semmoud, une sorte d’inventaire des principaux travaux d’URBAMA, où donc l’héritage de cet équipe est présenté à travers une récapitulation de ces principaux objets, définis au départ comme des espaces et progressivement conceptualisés de manière transversale, grâce à la construction comme objets scientifiques des notions de politiques urbaines, d’acteurs, et de citadinité. Sur la base de cette relecture, les auteures identifient la la spécificité du moment présent et de leur posture de recherche dans l’articulation de deux dimensions : une intensification du capitalisme mondialisé ou, pour le dire autrement, néolibéral ; et l’évidence des capacités de résistance des habitants et des dominés, que symbolisent les soulèvements populaires de l’année 2011 (mais qui existaient antérieurement et se poursuivent, quoique peut être sous d’autres formes et moins spectaculairement – quant à parler de succès…). Les études présentés peuvent alors être lues à partir de trois axes. Tout d’abord, les transformations urbaines se singularisent avec les grands projets qui introduisent des logiques d’action, déjà abondamment décrites; deuxièmement, ces nouvelles politiques urbaines produisent un ensemble d’effets socio-spatiaux caractérisés par l’accroissement des écarts et des contradictions; troisièmement, les habitants font montre de capacités d’ajustement et de résistance, qui constituent de nouveaux objets pour la recherche.

Les réflexions conclusives d’Olivier Legros constituent un autre passage stimulant de cet ouvrage. Prenant le contrepied d’un certain grégarisme académique qui consisterait à accepter sans précaution les thèses et les idées des tenants de la géographie critique ou radicale (et je ne rentre pas ici dans les détails de ces distinctions : voir plutôt le beau travail mené par M. Morange et Y. Calbérac dans les Carnets de géographes), Olivier Legros questionne la nouveauté des pratiques qu’on regroupe derrière le paradigme du néolibéralisme ainsi que des formes de résistance qu’il suscite. Il évoque aussi les limites de la diffusion de ce modèle d’action dont certains pays restent relativement préservés, et les différences entre Nord et Sud de la Méditerranée. En outre, il rappelle le rôle central de l’Etat dans la mise en œuvre des politiques usuellement regroupées sous ce nom. Enfin, il souligne les incertitudes et les inflexions actuelles qu’on peut observer qui pourraient conduire à penser que le néolibéralisme est aujourd’hui moins flambant qu’on ne pourrait croire, et qu’il serait même en berne. Il appelle donc à un examen minutieux, circonstancié et critique de ces notions, posture où nombre de géographes de tradition francophone se retrouveront, quand bien même le risque pour eux, à trop décortiquer cet outillage conceptuel pour en éprouver la solidité, serait de rater la/les prochaine(s) vague(s) paradigmatique(s) propulsée(s) par la machine académique anglo-américaine et de son moteur à fabriquer frénétiquement de la distinction individuelle…

Il me reste, au terme de ces quelques réflexions, à exprimer l’ombre d’un doute concernant l’intérêt de la notion de marge urbaine telle qu’elle est, ici en particulier, proposée. Refusant une définition spatiale de la marge par une position spécifique dans l’espace urbain (la périphérie), tout autant qu’une définition sociale (par la pauvreté), les auteurs utilisent le sociologue Robert Castel dont la définition de la marginalité revient à insister sur des processus de marginalisation, liés à l’organisation du travail et au système des valeurs dominantes. La dimension de stigmatisation est ainsi mise en avant. La notion de marge est donc avant tout relationnelle, et éminemment contextuelle. Mais, de ce point, un collectif socio-spatial n’est il pas toujours susceptible de devenir la marge d’un autre? Il me semble que la notion perd en spécificité et en intérêt ce qu’elle gagne en flexibilité. Au fond, ce dont traitent les auteurs, c’est bien plutôt de la ville et des sociétés urbaines dans leur ensemble confrontées aux dynamiques spatiales du capitalisme. La notion de marge introduit alors une focalisation ou une réduction de périmètre qui ne paraît guère justifiée. Débat à poursuivre ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *