Soutenance de thèse de Mouayad Kanaan : Les quartiers non-réglementaires de l’agglomération de Damas

Un bâtiment en construction dans la localité d'Al Baadaliya, banlieue de Damas, mai 2011

Un bâtiment en construction dans la localité d’Al Baadaliya, banlieue de Damas, mai 2011 – (c) M. Kanaan

Je suis très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de Mouayad KANAAN intitulée « Les quartiers non-réglementaires de l’agglomération de Damas : entre les projets urbains et les initiatives des habitants », sous la co-direction de Jacques Bonnet et moi-même.

Le jury se compose, outre les co-directeurs, de Valérie Clerc, Marcus Zepf, Taoufik Souami et Fabrice Balanche.

La soutenance publique aura lieu le mercredi 19 novembre, à 10h, salle de la Rotonde, Université jean Moulin, 18, rue Chevreul.

Résumé : cette thèse de doctorat repose essentiellement sur notre analyse critique des études et des projets menés par différents consultants (syriens, européens, internationaux) et sur nos enquêtes de terrain à Damas, capitale de la Syrie. En 2004, près de 40 % de la population de l’agglomération de Damas vivaient dans des zones non-réglementaires. Celles-ci représentent donc une composante essentielle de l’expansion urbaine. Premièrement, la thèse analyse le phénomène de l’habitat non-réglementaire à Damas. Elle explique le marché foncier et les caractéristiques des lotissements clandestins dans trois études de cas, deux quartiers: Assad Al Din et Daf Al Chok et un village : Al Bahdalya. Elle montre également comment le maître d’œuvre effectue les étapes de sa construction. Deuxièmement, la thèse traite de la politique urbaine. Elle présente les consultants : MAM, Cities Alliance, Al Diwan, qui ont mené des études et des projets pour les zones étudiées. Elle examine ici leurs études et projets dans une analyse critique approfondie. Troisièmement, la thèse traite de la politique urbaine à l’épreuve des usagers. Elle étudie les caractéristiques socioéconomiques des habitants interviewés des zones étudiées, leur mobilité résidentielle et leurs attitudes à l’égard des projets et des études proposés. Certains des chefs de ménage interviewés pensent qu’ils seront logés, mais beaucoup pensent qu’ils seront expulsés. C’est pourquoi la thèse traite finalement la question du relogement en s’appuyant sur notre enquête de terrain dans une banlieue de relogement Al Hussainyah.

Mots-clés : Syrie, agglomération de Damas, politique urbaine, habitat non-réglementaire, relogement, marché foncier, logement, municipalité, services, , projets urbains, diagnostic, analyse critique, mobilité résidentielle, expropriation, compensation, expulsion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *