La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent. Compte rendu de Franck Mermier

livre troinJ’ai le plaisir d’accueillir ce compte rendu de Franck Mermier sur le roman de Jean-François Troin, La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent, Saint-Jean des Mauvrets, Editions du Petit Pavé, 2014, 278 pages, ISBN : 978-2-84712-398-2, 25 euros.

Profession universitaire, ou enseignant-chercheur, soit l’habitant de la Planète des Z’u habitée par de drôles d’énergumènes. L’auteur, qui fut professeur de géographie à l’université de Tours, est connu pour ses travaux sur le Maroc avec, notamment, sa thèse d’Etat monumentale sur les souks ruraux du Maroc. Cette qualité d’enquêteur de terrain, Jean-François Troin l’a exercée sur les habitants de sa planète. A la lecture de ce roman, le « petit monde » de David Lodge vient certes à l’esprit si ce n’est que, dans le livre de Jean-François Troin, le protagoniste principal promène son regard d’entomologiste dans ces différents univers qui façonnent les manières d’être de l’Homo Academicus, soit le campus de Sélant, en France, celui de Slow Coast aux Etats-Unis, et l’université d’Al-Batî’a (La lente) dans un pays arabe non précisé. Ces noms sonnent comme une référence peut-être involontaire au mouvement de Slow Science qui tente de sauver ce qui reste de bénéfique dans le métier de chercheur en proie à la récurrence frénétique des appels à projets, seul moyen de financement. On pourrait aussi penser aux livres iconoclastes de Nigel Barley qui, sous une forme romancée, relate ironiquement les aventures d’ « un anthropologue en déroute » en Afrique. Jean-François Troin ne se contente cependant pas de pointer les travers de la profession d’universitaire sur ces trois sites régis par des traditions si contrastées, il en montre aussi l’abnégation, voire le sacerdoce un peu absurde quand on connaît l’étroitesse de certains enjeux. Son récit du déroulement d’une soutenance de thèse est un morceau d’anthologie criant de vérité, parce qu’il est fictif. Qui n’a jamais saisi ce contraste parfois scandaleux entre les efforts prodigués par le directeur de thèse pour constituer un jury idéal à la mesure du travail acharné de son doctorant et les négligences de certains membres du jury venant juste de parcourir la thèse dans le TGV. Mais, on se doit d’insister, ce livre est un roman, servi par la force incisive d’un récit sans rature, qui transporte le lecteur dans des zones de gravité affective où se mêlent ambitions et désirs. C’est que la Planète des Z’u, sous ses airs parfois débraillés, est un monde fortement hiérarchisé, avec des codes très différents selon que l’on se trouve à Sélante, à Slow Coast ou à Al-Batî’a. Clin d’œil à l’éditeur, ce pavé dans la mare universitaire n’est cependant ni un pamphlet, ni une satire, mais une fiction informée et sensible qui redonne de la chair à un milieu souvent perçu comme sec, aride, ou cérébral, alors que son obsession et sa quête parfois vaine de la reconnaissance semblent isoler cette planète au sein de son système solaire.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *