Entretien avec Marcel Roncayolo sur les grands événements culturels

En attendant la parution désormais imminente de L’Imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo sur la BI2S, j’ai le plaisir de signaler la parution en ligne d’un entretien que le géographe de Marseille avait accordé en mars 2013, à Boris Grésillon et moi-même, à son domicile marseillais. Il s’inscrit dans le dossier « Faire durer l’événement« , coordonné par Pascale Froment et Boris Grésillon pour la revue Rives méditerranéennes.

L’entretien n’est actuellement disponible en ligne que pour les abonnés à Cairn ou les acheteurs (elle sera en Open Access en janvier 2018). Je me permets donc d’en extraire le fragment suivant où, après une discussion très critique sur les réalisations de Marseille 2013, il revient sur l’enjeu métropolitain dans son rapport à l’événement culturel.

EV : Mais pour revenir à une période plus récente, peut-on dire que le meilleur usage possible que l’on pourrait faire de Marseille Provence capitale européenne de la culture serait d’en faire un accélérateur de métropole ?

M. Roncayolo : D’abord il faudrait concevoir la métropole non plus comme un espace organisé à la façon d’un territoire simplement plus grand que la ville avec ses banlieues, ce qui est la définition initiale de l’aire métropolitaine américaine. Il faut voir la métropole comme quelque chose qui anime un espace à géométrie variable et qui ne s’inscrit pas ou de moins en moins – avec les moyens de communication actuels – dans un territoire préalablement délimité. La notion même de métropole au sens de métropole régionale c’est-à-dire la capitale d’un espace lui-même limité, perd en partie de sa cohérence. D’autre part, le concept de métropole régionale n’est pas à mon avis dans l’ADN marseillais. Cet ADN est plutôt en relation, via la mer, la Méditerranée, et la terre, avec des pays relativement lointains qu’avec des pays frontaliers, et il exerce moins des influences directrices que le rôle d’un élément de liaison. Marseille, c’est avant tout un lieu d’échanges, un lieu de rencontre, un lieu à la fois de convergence et de dispersion. C’est ça qui est important parce qu’elle a d’un côté la Méditerranée et de l’autre le continent. Autrement dit, il faut penser « anti-régionalement » et à mon avis, la grande liaison qui est nécessaire, c’est avec Lyon. Il faut une politique commune à Lyon et à Marseille, beaucoup plus qu’une politique qui serait une politique d’organisation de tout l’espace qui se situe entre la région lyonnaise et la région marseillaise. Dans le même élan, on pourrait aussi créer des liens avec Montpellier.

En résumé, je crois que l’ADN de Marseille est d’être un point d’articulation beaucoup plus qu’une métropole. Elle n’est pas capitale pour un tas de raisons. Elle n’a pas la société d’une capitale car une société de capitale, ça se forge et s’accumule dans le temps. Mais elle reste un admirable point d’articulation et de porosité possible.

EV : Du coup, quelle lecture faites-vous du projet de Métropole marseillaise porté par l’Etat actuellement ?

M. Roncayolo : On ne peut pas faire une politique qui s’enferme dans les moyens – qui sont d’ailleurs faibles – de Marseille. Marseille, d’un point de vue fiscal, est un vide par rapport aux villes de sa périphérie, Aix, Istres ou Martigues. Martigues a beaucoup plus de revenus par habitant que Marseille. Mais les communes de banlieue ne veulent pas entendre parler d’alliance, a fortiori de fusion, avec Marseille ! Plutôt qu’une Métropole institutionnelle, imposée d’en haut et figée dans des limites administratives intangibles, ce sont des territoires et des alliances par rapport à chaque projet qu’il faut constituer. Une sorte de métropole par projet (même si c’est un peu utopique), comme on a inventé un urbanisme par projet en réaction à l’urbanisme planificateur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *