L'epub, nouveau format pour les revues électroniques. Quelques conséquences pratiques

Le format epub est présenté aujourd'hui comme la meilleure solution pour l'édition électronique, à la fois en raison de ses caractéristiques techniques (notamment le caractère reflowable / reconfigurable du texte qui n'est pas asservi à un seul type d'écran) mais aussi politiques et institutionnelles. L'epub est en effet un standard ouvert, neutre, qui n'est pas verrouillé, contrairement aux formats propriétaires comme le format mobi utilisé par Amazon. Mais contrairement aux livres, où les formats mobi et epub ont pratiquement complètement détrôné le PDF, les articles de la plupart des revues électroniques scientifiques restent encore aujourd'hui pratiquement uniquement disponibles  en PDF, et souvent (de plus en plus) en html. Rappelons que le principal problème du PDF vient de sa mise en page figée, non reconfigurable en fonction de la taille et de la forme de l'écran. Bien que mis au point par Adobe à l'origine, il n'est pas propriétaire et est devenu un standard.

La suprématie persistante du PDF

A cette persistance et domination du PDF, il y a plusieurs raisons. Tout d'abord, ce qui continue à faire autorité dans les publications scientifiques est la version papier, identifiée par ses numéros de page et date de publication, le plus souvent dans le cadre d'un numéro lui aussi vestige d'une structuration liée à l'édition sur papier, et cela bien que les usages électroniques aient à mon avis très largement supplanté les consultations sur ce support. Ensuite, notamment pour les revues de science, le fait que la mise en page des équations ou des tableaux est très malcommode en html (et par extension en epub), alors que c'est bien maîtrisé à partir de Latex ou de Word, et ensuite en PDF. Les pratiques de lecture favorisent également le format PDF : comme je l'indiquais à l'instant, de nombreux lecteurs lisent les PDF sur écran. Si ce dernier est assez grand (sur la plupart des ordinateurs), on peut avoir une vision globale de la page sans avoir besoin d'utiliser les ascenseurs. De plus, de nombreux programmes permettent d'annoter et de surligner aisément les articles en format PDF, tout en stockant ensuite ces notes (par exemple en les exportant dans Zotero via Zotfile). Le développement des ipads et autres tablettes permet de continuer à utiliser les PDF. De ce fait, lire en html ou lire en epub sur liseuse ne présente guère d'intérêt aux yeux de nombreux universitaires. Concernant spécifiquement l'epub, on notera que son intégration dans Zotero n'est pas directe, et la question des annotations n'a rien de simple non plus (par exemple à partir d'une liseuse).

Vers une généralisation des epubs dans les portails des éditeurs scientifiques?

Néanmoins, on constate depuis quelques temps plusieurs initiatives visant à rendre les articles scientifiques au format epub. Ainsi, Elsevier vient d'annoncer que ses portail diffusera des articles en epub3 prochainement (billet d'Hervé Bienvault sur Aldus); Revues.org et OpenBookEdition propose l'epub pour certains éditeurs dans le cadre du Freemium ; et des discussions et des modes d'emploi commencent à être diffusés sur cette question, montrant que certains universitaires se mobilisent en faveur du passage à l'epub1).

Je me demande ce qui motive cette évolution: est-ce que le taux très élevé de possession de liseuses, smartphones et autres tablettes outre-atlantique et outre-manche fait naître une demande? Il serait intéressant d'avoir des éléments sur ce point - en particulier la question des téléphones. Sans doute le passage à l'epub est-il aussi facilité, aujourd'hui, par les nouvelles chaines de productions XML qui permettent de générer automatiquement les différents formats voulus, pratiquement sans investissement ni frais de personnel additionnels. Un autre point qui pousse probablement à l'adoption de ce format est sa capacité à intégrer des images et dispositifs animés, peut être même interactifs, et qui constitue - sauf erreur de ma part - un véritable plus par rapport au bon vieux PDF.

Quelle granularité pour les fichiers epub? Le cas de Revues.org

Cette question du passage à l'epub m'interpelle en tant qu'éditeur de revue, mais aussi en tant que lecteur. Lors de la récente assemblée générale de Revues.org, Marin Dacos a annoncé une prochaine extension2 des formats epub, qui sont déjà offerts aux abonnés Freemium - avec les formats PDF. Mais il a fait état d'une volonté de ne pas offrir ces nouveaux formats à l'échelle de l'article, mais à l'échelle des numéros. Autrement dit, on limiterait la granularité des unités consultables et maniables dans le cas du fichier epub. Cette décision répond apparemment à la demande d'une majorité d'éditeurs de revue, soucieux que l'unité de leurs publications soit respectée. Autrement dit, qu'on ne "consomme" pas un article isolément de son contexte de production, de ses liens avec les autres articles d'un dossier, d'une introduction, etc. Il m'a semblé comprendre aussi qu'une production à l'échelle du numéro est plus simple et rapide à gérer du point de vue du producteur de ces fichiers qu'est Revues.org - il s'agit là ni plus ni moins d'économie industrielle, en l'occurrence de l'économie d'une ressource rare : le temps de fonctionnement des serveurs.

Je en discuterai pas de ce dernier point sur lequel je en dispose ni d'information précise, ni de compétence. Sur le plan théorique, notons que cette décision serait un peu contradictoire avec les principe de citabilité et de maniabilité énoncé comme attributs du texte électronique idéal par Marin Dacos et Pierre Mounier (dans L'édition électronique, La Découverte, 2009, pp.69-75). En pratique, je crois nécessaire de discuter de l'argument du maintien de l'unité organique des publications de deux points de vue : en tant qu'éditeur, et en tant que lecteur.

Un point de vue d'éditeur et de lecteur

En tant qu'éditeur, je ne suis pas insensible à l'argument du maintien d'une unité/intégrité des publications. Il est clair que, dans le cas de dossiers thématiques, il est utile de maintenir des proximités qui apportent un surplus de sens, que le feuilletage des pages dévoile, alors que la consultation de fragments isolés de leurs contextes de production, du débat auxquels ils participent, appauvrit les apports de ce projet scientifique collectif.

Mais la production de fichiers epub garantit-elle cette expérience? Dans ce fichier epub, comment circule-t-on? On suit des hyperliens à partir d'un sommaire, donc on saute de bloc en bloc, sans feuilleter page à page comme dans un livre. Cet apport de sens par la proximité visuelle dans l'opération de lecture, par la sérendipité favorisée par le doigt tournant au hasard les pages et l’œil se posant sur un élément attirant l'attention, ne sera donc de toute façon pas possible dans la consultation d'un fichier epub. Dans certains cas, la production à l'échelle du numéro ne fera d'ailleurs pas sens : ainsi, un numéro varia qui rassemble des articles sans lien entre eux ne bénéficiera d'aucune valeur ajoutée dans un fichier intégré. Soulignons par ailleurs le caractère étonnant de la demande d'une production de fichiers epub à l'échelle des numéros, alors que depuis bien longtemps, les PDF eux sont disponibles à l'échelle des articles… et que jamais la revendication d'une production de PDF intégral des numéros de revue n'a été avancée, du moins à ma connaissance.

Je crois qu'il existe d'autres moyens de rendre visible ces liens nécessaires et de reconstituer les proximités et voisinages intellectuels donnant sens au travail collectif. Ces moyens tiennent à l'écriture scientifique plus qu'à la décision formelle de produire un seul fichier intégral.  A mon sens, construire et maintenir les liens et proximités scientifiques qui sont la justification de l'existence d'un dossier thématique suppose la mise en œuvre d'autres techniques d'écriture, par exemple le référencement systématique et explicite des renvois de l'introduction aux textes du dossier et d'un texte à l'autre, par un travail d'enrichissement éditorial qui est une manière de matérialiser les commentaires et les liens qui peuvent s'établir dans un colloque ou une journée d'étude lorsqu'un conférencier renvoie au propos d'un intervenant précédent ou à venir. Dans Géocarrefour par exemple, nous essayons désormais de référencer explicitement et de manière spécifique (grâce au signe *) les mentions des articles du dossier dans l'introduction et le cas échéant, dans les articles qui le composent. Idéalement, il faudrait que dans la version html, à terme epub, un lien soit automatiquement établi. Peut être l'enrichissement automatique en cours par les DOI (via Bilbo) permettra-t-il de surfer ainsi directement entre les textes.

En tant que lecteur, je vois deux problèmes particuliers à cette production à l'échelle des numéros. Le premier est celui du référencement. De plus en plus, nous référençons nos lectures scientifiques grâce à des logiciels de gestion des références tels que Zotero ou Endnote, qui bénéficient de fonctionnalités permettant de stocker une copie éventuellement annotée du fichier en question. Quid si on ne peut pas isoler un article particulier dans un epub? Doit-on renoncer à utiliser ce format pour le stockage bibliographique, malgré tous ses avantages théoriques? L'autre problème est tout simplement celui de repérage: il va sans cesse falloir jongler avec des tables des matières pour naviguer à l'intérieur du fichier pour parvenir au contenu souhaité.

La question du référencement fin dans les fichiers epub

Je profite d'être sur ce sujet pour aborder un point annexe, qui rejoint néanmoins certains éléments de la discussion ci-dessus. On sait qu'une des originalités de la maquette proposée par Revues.org aux revues adhérentes du portail est la numérotation des articles au niveau du paragraphe. Cette innovation s'explique par la volonté de ne pas rester esclave du découpage des textes hérité du papier, avec l'idée que le paragraphe est effectivement l'unité la plus précise pour effectuer un référencement (par exemple une citation). On pourrait penser que ce mode de structuration du texte devrait, dans le même esprit, être utilisé pour les epubs. Pour l'utilisateur, par exemple le lecteur annotateur, il serait formidable de surligner une citation et qu'avec sa sauvegarde (un export dans Zotero par ex.) on obtienne automatiquement le numéro de paragraphes concerné. Or, à ma connaissance, les epubs de Revues.org n'affichent pas les numéros des paragraphes, et mon fantasme d'annotateur ne correspond pour l'instant aucune réalité. Je me demande si en fait, les possibilités théoriques de l'epub le permettent.

Inversement, signalons que cette particularité de la maquette de Revues.org constitue un gros souci lorsqu'on souhaite convertir un texte html en epub grâce à l'un des outils disponibles sur internet (par ex. GrabMyBooks que j'utilise de temps en temps, après avoir abandonné dotepub): cela suppose de faire un gros ménage (qui concerne aussi les amorces de notes marginales).

Conclusion

Le passage au fichier epub à la place du PDF qui semble s'amorcer aujourd'hui sera certainement un processus complexe et lent car les habitudes sont bien ancrées, les lecteurs ont déjà constitué de copieuses bibliothèques personnelles qu'ils ne souhaiteront / ne pourront pas aisément convertir, les portails n'auront certainement pas tous la possibilité de rétroconvertir leurs stocks de textes (par exemple Persée), une opération qui de toute façon sera lourde.

Mais pour les portails et les revues qui vont s'y lancer, il faut que le travail soit fait d'une manière aboutie et adaptée aux besoins, sans imposer un point de vue localisé et partiel sur la chaîne de production. Je plaide donc pour que, sur la plateforme Revues.org, les futurs fichiers epub soient produits à l'échelle des articles et non pas seulement des numéros (mais cette option doit être possible car dans certains cas, on pourra vouloir conserver un ensemble). Que ce texte permette aux autres éditeurs de donner leurs points de vue sur la question, sans oublier les lecteurs - car que seraient des revues sans lecteurs?

Notes _____________________
  1. Eikebrokk, Trude, Tor Arne Dahl & Siri Kessel, 2013, « EPUB as Publication Format in Open Access Journals: Tools and Workflow ». The Code4Lib Journal, no 24 (avril []
  2. dont à vrai dire je n'ai vraiment compris le périmétrage, et s'il ira au-delà des adhérents au service Freemium. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions au sujet de « L'epub, nouveau format pour les revues électroniques. Quelques conséquences pratiques »

  1. Ping : Revue hebdomadaire (21- 27 avril 2014) | etudeebook

  2. Ping : L’epub, nouveau format pour les revues &e...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">