Nouvelle liste de référence des revues de géographie

revues-geoL’AERES a publié le 9/11/2009 une nouvelle liste de référence des revues en géographie, aménagement et urbanisme. Comme dans les autres disciplines, la première liste hiérarchisée avait suscité les sarcasmes, l’incompréhension et les protestations tant elle paraissait arbitraire et tans les procédures de sélection avaient été entachées d’arbitraire pour ne pas dire plus. Nous étions nombreux à appeler une révision.

Un comité composé de délégués de l’AERES, du Comité national de la section 39 (Milieux espaces société) et de la section 31 (Hommes et milieux: évolution, interaction), des CNU 23 (Géographie) et 24 (Urbanisme), et de l’IUF a pris le temps de faire un travail collectif, en concertation avec la communauté scientifique.

Le principe d’une liste de référence s’est imposé avec sagesse ou du moins pour limiter la déraison. Reste quand même une liste complémentaire, reliquat de la catégorie C, de revues dans lesquelles publier ne signifiera pas publier pour l’AERES. Ces dernières sont invitées, si elles le souhaitent, à rapprocher leurs pratiques de publication des pratiques scientifiques fondées sur l’évaluation par les pairs, le rejet du localisme et l’amélioration de leur diffusion.

Le cas des revues professionnelles, comme Urbanisme ou Pouvoirs locaux, est reporté à une décision en 2010. De facto, la liste de référence montre le très faible nombre de revues d’urbanisme en langue française. C’est une question qui renvoie à l’organisation spécifique de cette discipline comme espace de conjonction de plusieurs spécialités universitaires, dont le statut épistémologique reste contesté. Il n’existe pas réellement en France l’équivalent d’un champ « études urbaines » qu’on trouve dans d’autres pays.

Ma réticence à l’égard de ce classement (grandement amélioré, reconnaissons-le sans ambage), reste notamment motivée par la différence de traitement entre livres et revues. Tout livre ou chapitre d’ouvrage est a priori comptabilisé comme publication. Il faut s’en réjouir, faute de critères objectifs de comparaison, mais en même temps, nous savons que de nombreux ouvrages ne sont rien d’autres que de l’autopublication, grâce aux grasses subventions des contrats de recherche, des laboratoire ou d’universités, par des éditeurs qui éditent d’ailleurs assez peu! La seule solution recevable ne peut être que la lecture des travaux, comme le suggèrent ces collègues expatriés, mais hélas, le temps fait défaut…

Reste un bug! La page du classement initial des revues reste en ligne comme si de rien n’était. La chose a déjà été signalée pour l’histoire, sans effet. C’est un brouillage gênant, pour le moins. On se demanderait presque si les représentants SHS ont peur de dévoiler au grand jour des pratiques qui vont contre la doxa du classement A, B, C!

Satisfaction en tout cas de voir que Géocarrefour est désormais reconnue à ce que je crois être sa juste place. Nous avions dument protesté alors. Espérons que les géographes comprendront que la valeur de leurs articles vient d’abord de leur contenu et non pas de la réputation de la revue ou de son nombre de citations… Mais il est vrai que le travail du comité de rédaction et du comité de lecture est aussi un élément majeur qui contribue à l’amélioration des articles, comme nous le disent d’ailleurs de très nombreux auteurs publiés dans Géocarrefour… Un vrai travail scientifique, exigeant mais passionnant!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *