Les mots de l’image – exposition à l’ENS de Lyon

(c) Bernard Plossu

(c) Bernard Plossu

Profitez des derniers jours de l’exposition Les mots de l’image à l’ENS (jusqu’au 21 mars). A un choix de photographies de Bernard Plossu où figurent lettres et/ou mots, répond une série de petits textes du sociologue Jean-Louis Fabiani.

Au delà de la poésie propre qui fait la force des tirages de Plossu, ce qui a attiré ici mon intérêt est la pertinence ciselée des textes de Fabiani, et leur résonance avec mes thèmes de recherche sur la place et l’imaginaire des réseaux techniques dans la ville. Un grand nombre de ces images sont prises dans le flux, et en l’interrompant, donne à voir les infrastructures bien souvent invisibilisées qui régissent notre quotidien.

En réponse à l’image mise en exergue dans l’affiche de l’exposition, Fabiani souligne ainsi la tension entre la grisaille de ce paysage autoroutier et les connotation du mot SUD : « Le mot Sud qualifie plutôt le nouvel espace des styles de vue d’une classe de loisirs venue du « Nord » qu’une communauté de culture ou de climat. Le Sud désigne ici l’effacement progressif des frontières entre le dedant et le dehors de la maison, l’écoute attentive des manifestations du corps, la sociabilité ludique et festive. Tout ça, évidemment, n’est pas tombé du camion ».

En contrepoint d’une photographie toute en lignes de fuite, au centre de laquelle se détache l’inscription « CENTRO LOGISTICO », Fabiani écrit : « L’organisation du monde contemporain dépend entièrement de capacités logistiques: les flux doivent rester tendus et les connexions ne peuvent pas être interrompues. Dans le cas contraire, la crise survient et le désordre gagne. Plossu n’est pas un photographe de la technologie. Il lui arrive pourtant de la saisir lorsqu’elle s’impose à son regard d’observateur urbain. La ville qu’il décrit est faite de réseaux: rails des tramways, perches des trolleybus, remarques des camions et câbles de l’électricité son omniprésents. Ils structurent l’espace. »

Citons encore ce dialogue de Plossu et du sociologue : soit l’image d’un immeuble de grande hauteur, dans la périphérie de Marseille, au toit duquel s’accroche l’inscription en lettres géantes et lumineuses CONFORAMA, le tout vu d’une autoroute (encore) : « L’usage de l’électricité a profondément transformé les conditions de la vie urbaine. Ce qu’on appelle façade électrique des villes a été puissamment associé à la modernité et à sa vie trépidante : the City of lights (Paris) ou the City that never sleeps (New York) illustrent la part croissante prise par la lumière électrique dans la configuration, matérielle et symbolique, de la cité. C’est particulièrement vrai des enseignes et des publicités dont la forme s’est complètement transformée dès qu’elles ont été éclairées par la lumière artificielle. Les lettres ont eu depuis le débat une importance aussi grande que les images. La nouvelle façade des villes est d’abord une surface textuelle. »

Exposition à la galerie La Librairie, ENS de Lyon, site Descartes, jusquau 21 mars 2014.

Le catalogue de l’exposition est en vente à la galerie Le réverbère de Lyon:Plossu B., Fabiani J.-L., 2014, Les mots de l’image, (Les carnets). Crisnée (Belgique)/Lyon, Yellow Now/ENS de Lyon, 128 p.

Dans cette galerie, on peut voir jusqu’au 12 avril une autre exposition de Bernard Plossu : De l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Grèce (le site web propose un magnifique choix de ses photographies illustrant son regard sur les paysages de la modernité).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *