Où fait-on de la géographie sur le Monde arabe en France?

Dans la foulée des soulèvements dans le Monde arabe, l’InSHS du CNRS a mis en place un GIS consacré aux études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, voué au soutien d’un milieu de chercheurs numériquement faible, dont la visibilité a été amoindrie par la politique de regroupement menée par les tutelles, et ayant du mal à accéder a des financements de recherche consistant. Dans ce cadre, diverses initiatives sont prises ou envisagées, en termes de structuration, de visibilité, de partage de l’information (largement assuré par l’IISMM actuellement). Un livre blanc est également en cours de rédaction. Il m’a été récemment demandé de fournir quelques éléments de réflexion sur l’évolution des études de géographie sur le Monde arabe (et le Moyen-Orient). Etant donné la nature très informelle de la demande, et le délai très court de réalisation (quelques jours), ces éléments sont très exploratoires et n’ont pas été validés par les laboratoires et les chercheurs du champ concerné. Il m’a paru utile d’utiliser la tribune publique que constitue ce carnet pour porter ces éléments à leur connaissance et rendre possible d’éventuels compléments et corrections.

Un champ difficile à identifier

L’esquisse d’un bilan sur les lieux des études de géographie sur le monde arabe se heurte à plusieurs difficultés : tout d’abord, le court laps de temps imparti pour sa réalisation (quelques jours) ; ensuite, l’absence de données récentes, et cohérentes, pour réaliser ce bilan. Par exemple, le dernier annuaire des géographes français, datant de 2007, offre un certain nombre d’informations potentiellement intéressantes mais faute de distinction claire et à jour entre les géographes actifs et les retraités, et faute de savoir si les aires régionale de spécialités indiquées correspondent à des recherches en cours ou passées, et s’il s’agit là de terrains centraux ou marginaux dans l’activité des chercheurs, il est délicat d’en tirer un bilan instructif.

Ces difficultés se redoublent  d’un problème conceptuel plus large concernant la validité d’une approche de la géographie en termes d’aires culturelles ou, pour employer l’idiome disciplinaire, en termes de géographie régionale. En effet, la plupart des géographes aujourd’hui ne se définissent plus (seulement) comme des spécialistes d’aires culturelles mais (au moins autant) par leurs spécialités thématiques, telles que la géographie urbaine, la géographie du développement, la géographie politique, la géographie des migrations ou plus largement, la géographie culturelle. Ces spécialités sont inscrites dans le comparatisme et ne donnent plus guère lieu à des approches autonomes et étanches mais se nourrissent au contraire structurellement de questions et de débats alimentés par des analyses géographiquement croisées voire multisituées. De même que la recherche, l’enseignement de la géographie tend à évoluer vers une structuration thématique, que redouble éventuellement l’orientation professionnelle d’une partie croissante des formations de masters. Comme on le verra, il n’existe en France qu’une seule spécialité Monde arabe au niveau du master (M2 à Tours).

Enfin, l’identification des contours mêmes de la discipline géographique n’est pas évidente. Rappelons que le Conseil national des universités distingue la section 23 (géographie) de la section 24 (aménagement et urbanisme), alors que pour le CNRS ces disciplines universitaires sont inclues au sein de la section 39 (Milieux espaces sociétés), à l’exception de la géographie physique, qui appartient à la section 31. Ainsi, sont pris en compte dans ce bilan les travaux de spécialistes ne se définissant pas nécessairement comme géographes mais relevant des études urbaines (urbanisme, architecture, sociologie urbaine…).

On notera enfin que la structuration et la place de la discipline géographique dans les pays arabes sont elles-mêmes très variées : alors que, héritage français, la géographie est une composante bien établie, quoique socialement dévalorisée, dans les universités des trois pays du Maghreb, la situation est plus complexe dans les pays du Machrek. Le partage du champ entre géographes et urbanistes (généralement liés à l’architecture voire à l’ingénierie) s’y fait le plus souvent au détriment des premiers. De ce fait, les coopérations entre géographes français et universitaires du Machrek tendent à se construire par-delà les frontières disciplinaires au sens strict.

Principaux lieux de recherche et d’enseignement en géographie du Monde arabe

La principale équipe française travaillant sur le monde arabe, l’Equipe Monde Arabe Méditerranée (EMAM), est l’héritière du laboratoire URBAMA de Tours, fondé par Jean-François Troin puis dirigé par Pierre Signoles, et restructuré au début des années 2000. Dirigée par Nora Semmoud, elle est désormais intégrée au sein du laboratoire CNRS d’études urbaines et territoriales CITERES, où elle bénéficie toutefois d’un affichage et de moyens spécifiques. Elle compte 7 enseignants-chercheurs (1 à 2 HDR) et chercheurs géographes ou assimilés, plusieurs ITA dont une cartographe spécialisée et deux ingénieurs de recherche. Elle compte également plusieurs universitaires relevant d’autres disciplines (anthropologie, histoire, économie). Si URBAMA s’était historiquement structuré à partir des villes du Maghreb pour s’étendre progressivement vers le Machrek, les chercheurs d’EMAM couvrent les deux domaines, et un recrutement récent ajoute la Turquie à leur aire d’étude. En revanche, le Golfe et la Péninsule arabique ne sont pas couverts par des chercheurs statutaires. Leurs travaux actuels tendent à des croisements entre le Sud et le Nord de la Méditerranée, ainsi que avec les Suds (Amérique latine en particulier).Cette équipe est la seule à offrir, en France, au sein d’un master de géographie,  un enseignement spécialisée affiché Monde arabe de France (M2).

A Lyon, la géographie du Monde arabe, héritière des recherches de Georges Mutin mais aussi d’une tradition pluridisciplinaire l’associant à l’anthropologie, la sociologie et l’histoire, existe principalement au sein du GREMMO, avec trois géographes actifs (tous trois HDR). Leurs travaux couvrent largement le Machrek, le Golfe, le Soudan ainsi que le Maroc. Des enseignements de géographie du monde arabe sont proposés à l’Université Lyon 2 ainsi qu’à l’IEP de Lyon (dont un master professionnel spécialisé sur le Monde arabe). Plusieurs autres chercheurs lyonnais travaillent, à titre principal ou secondaire, sur le monde arabe au sein du laboratoire Environnement Ville Société, où plusieurs thèses de géographie ou urbanisme consacrées à des pays arabes sont en cours ou ont été récemment soutenues.

A Paris, il n’existe pas d’équipes de recherche spécialisées en géographie du Monde arabe mais seulement des chercheurs sur cette région insérés dans des équipes thématiques, et pour lesquels les pays du Monde arabe constituent parfois des terrains de recherche secondaires. C’est le cas à Paris 8 (géopolitique), à Paris IV-Sorbonne, à Paris 7 (l’équipe GREMAMO au sein du SEDET compte un seul géographe en activité), dans les laboratoires Parisgéo et IEDES – développement et société (Paris I), à l’Inalco. Les instituts et formations en urbanisme ont historiquement joué un rôle important dans la formation de jeunes chercheurs sur cette aire régionale, avec des enseignants comme Claude Chaline, puis Jean-Pierre Frey (Créteil), ou Stéphane Yerasimos (IFU). Cette tradition perdure, et ces institutions comptent également plusieurs géographes et urbanistes travaillant dans le monde arabe, notamment l’Université Paris-Est Marne la Vallée (au moins 4 chercheurs), ainsi que Paris Ouest-Nanterre.  Ces chercheurs spécialisés sur l’urbain travaillent régulièrement ensemble dans divers programmes et séminaires, tout en s’inscrivant plus largement dans des réflexions sur le développement ou sur les Suds. Notons que la Sorbonne Abu Dhabi offre un master professionnel en Aménagement, où enseignent des géographes et/ou urbanistes de l’Université Paris IV. L’IRD compte également quelques géographes et urbanistes dispersés dans des laboratoires parisiens orientés vers les questions de développement.

Plusieurs grandes universités de province comptent également des géographes spécialisés sur le Monde arabe. C’est le cas à Aix-Marseille, où deux ou trois géographes se répartissent entre l’IREMAM et TELEMME, à Rennes 2 où la recherche sur le Monde arabe se fait dans le cadre de programmes de recherche portant sur les marges européennes, à Poitiers où des recherches originales sur la géographie des migrations dans et partir du Monde arabe sont menées au sein du Laboratoire Migrinter, ou encore à Toulouse ou Montpellier.

Enfin, pour compléter cette esquisse des principaux lieux de recherches en géographie sur le Monde arabe, il faut mentionner les instituts de recherche en sciences sociales dans les pays du pourtour méditerranéen. En particulier, le réseau des observatoires urbains (Istanbul, Beyrouth, Le Caire, autrefois Téhéran) auxquels s’ajoutent régulièrement des géographes en poste au CJB (Rabat) ou à l’IRMC (Tunis), a animé plusieurs vagues de recherches depuis près de trente ans et constitue un point de passage quasi-obligé pour de nombreux jeunes doctorants ou post-doctorants.

En termes de lieux de publications, la recherche se diffuse de plus en plus dans des revues. Il n’existe qu’une seule revue française / francophone de géographie spécialisées sur la Monde arabe : Les Cahiers d’EMAM, qui ont pris la suite des Cahiers d’URBAMA, mais qui se présentent plutôt comme une publication du laboratoire. Les géographes publient dans certaines revues de l’aire culturelle Monde arabe, comme Maghreb Machrek, Confluences méditerranéennes ou encore Méditerranée, et beaucoup plus rarement dans L’Année du Maghreb ou la REMMM. Au niveau international, la revue spécialisée de référence, Arab World Geographer, ne capte qu’une partie limitée des travaux sur le monde arabe et pratiquement pas de français : la géographie anglophone a largement achevé son virage post-régional. Les publications de l’IFPO, de l’IRMC, du CEDEJ et du CJB jouent un rôle important pour la diffusion des recherches surtout depuis leur modernisation et leur passage en ligne. Par ailleurs, les géographes publient beaucoup dans des revues (ou des collections d’ouvrages) sans spécialité régionale. Pour ne citer que quelques exemples de numéros thématiques récents : Echogéo, L’espace politique, Géocarrefour

Conclusion

Au total, la recherche géographique, au sens large, sur le monde arabe est dynamique et s’est renouvelée. Si une génération de chercheurs chevronnés a désormais pris sa retraite, elle est en voie d’être remplacée par de nouveaux chercheurs et universitaires qui placent leurs travaux dans une dimension comparative avec d’autres pays du Sud ou émergents, hors du monde arabe, et/ou qui s’inscrivent dans des paradigmes renouvelés où l’ancrage géographique est multiple. Ce décloisonnement constitue la condition pour que les jeunes géographes parviennent à être recrutés. Aussi dommageable qu’elle soit la perte de moyens et de visibilité, relative ou réelle, des deux laboratoires leaders en géographie sur le champ des études arabes, n’est donc pas forcément à elle seule un problème majeur. L’enjeu ici, plus largement, est un soutien des tutelles aux recherches portant sur des espaces extra-européens.

Les difficultés que rencontrent les instituts français à l’étranger (réduction structurelle du soutien du ministère des Affaires étrangères) sont de ce point de vue préoccupantes, étant donné leur rôle d’appui à ces recherches, mais aussi celui de tremplin qu’elles remplissent pour les jeunes collègues. On le perçoit bien si l’on raisonne en termes d’espaces. Certains pays apparaissent sous-représentés par les recherches des géographes français : il s’agit d’abord du Golfe et plus encore de l’Arabie saoudite (malgré le rôle du CEFAS de Sanaa), du Soudan et des autres pays de la Corne de l’Afrique, de l’Irak (malgré la relance très récente de recherches au Kurdistan irakien), et à un degré moindre, de la Libye, de la Mauritanie et plus étonnamment peut-être, de l’Algérie. Dans le voisinage du Monde arabe, la Turquie compte certes peu de spécialistes mais, dans le sillage de Jean-François Pérouse, plusieurs jeunes chercheurs qui y ont achevés des travaux commencent à s’intégrer au CNRS ou à l’Université. La recherche en géographie sur l’Iran en revanche ne semble pas connaître de relève, après la retraite de Bernard Hourcade. Dans les autres pays, la recherche française en géographie apparaît en revanche bien présente.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *