Beyrouth et ses images

Date 13 novembre 2013

arton13-37ceeToujours à propos du festival Image de ville (déjà évoqué ici), je serai pour ma part à Aix-en-Provence le dimanche 17 novembre à 11h30 (à la Cité du livre) à l’occasion d’une discussion sur une sélection d’extraits de films sur Beyrouth.
Pour Laura Ghaninejad et David Yon, de l’association ciné(m)assilia, il s’agit de “questionner la façon dont la ville habite le cinéma et comment son histoire se reflète dans des écritures cinématographiques singulières qui se déploient des années 80 à aujourd’hui, cartographie impossible d’une ville en permanente reconstruction.”

Cette rencontre prolonge une précédente discussion au sujet de L’image manquante dans le cinéma libanais.

Il s’agit des extraits suivants :
> Beyrouth, la rencontre

Film de Borhane Alaouié (né en 1941), 1981

Pendant la guerre déchirante qui ne connaît que de brefs répits, Zeina, à Beyrouth-Est et Haydar, à Beyrouth-Ouest, cherchent à se rencontrer. Ce sont les vingt-quatre dernières heures de Zeina à Beyrouth avant son départ à l’étranger. La rencontre impossible est remplacée par des coups de téléphone et une cassette d’où surgissent des souvenirs.

> Sous le ciel lumineux de son pays natal

Film de Franssou Prenant (née en 1952), 2001

Ça se passe à, dans, sous, à travers les trous de Beyrouth, ses béances flottantes, dans la poussière de ce qu’il en reste, restait, car c’est du passé ce Beyrouth qu’on voit, du passé récent, filmé en 95, avant que le centre ville effondré par la guerre ne soit arasé et reconstruit. Trois filles invisibles comme des esprits, planent sur leur ville dont le ciel lumineux nimbe les souvenirs ; elles rôdent et parlent.

>terra incognita

Film de Ghassan Salhab (né en 1958) , 2002

Beyrouth aujourd’hui, ville sept fois détruite, autant de fois reconstruite. Ville chantier, ville mutante, à l’image de Soraya, figure centrale du film, mais aussi de Leyla, Tarek, Nadim et Haïdar.

> Ca sera beau (From Beyrouth, With Love)

Film de Wael Nourredine (né en 1978), 2005

Beyrouth, ou peut-être n’importe quelle ville en guerre avec elle-même. Ici aucun conflit ne se règle jamais, aucun mur ne se répare. Dans la ville trouée, les déflagrations résonnent mieux.

>Posthume

Film de Ghassan Salhab (né en 1958) , 2007

Peu après l’agression israélienne de 2006, Ghassan Salhab réalise cet essai filmique, où l’image est à la fois témoin absent et présent d’une guerre inattendue. Une réflexion cinématographique sur le Liban contemporain et un pari sur l’impossibilité de raconter la violence d’un pays meurtri dont les fantômes ressurgissent des ruines et se fixent sur l’écran, avant de disparaître en fondu enchaîné.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 commentaires pour  “Beyrouth et ses images”

  1. Bonte Marie a dit le 20 novembre 2013 à 11:05 :

    Bonjour Eric,
    Comment était la journée de dimanche?

  2. everdeil a dit le 20 novembre 2013 à 11:40 :

    cela s’est plutôt bien passé, pour une séance placée à 11h30 : 56 personnes, même si il n’y a pas eu beaucoup de débat, les images assez dures – notamment les perplexités et les errances de Ghassan Salhab – semblant quelque peu inhiber l’assistance…

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche