De la troisième vie d’un livre

Le projet OpenbookEdition, auquel se sont associées les Presses de l’IFPO, offre une troisième vie à un ouvrage paru tout d’abord à Erlangen, en 1969 : Beirut, eine westlich geprägte Stadt des Orients, du géographe Helmut Ruppert (Erlanger Geographische Arbeiten, Heft 27, 1969). Ce livre avait été alors largement ignoré par ses potentiels lecteurs beyrouthins, langue allemande puis guerre civile obligent. J’ai contribué, avec Laurent Combes alors coopérant au CERMOC de Beyrouth, à sa deuxième vie, en le présentant lors du colloque Beyrouth, Grand Beyrouth, en 1996 (également en ligne grâce à OpenbookEdition!), puis en le traduisant et le préfaçant : Helmut Ruppert : Beyrouth, une ville d’orient marquée par l’Occident, Cahiers du CERMOC, n°21, Beyrouth, 1999, 169 p. Je suis heureux d’indiquer le lien où l’on pourra constater et profiter de sa troisième vie, qui s’apparente à une promesse d’éternité (pour un livre qui n’était peut être pas éternel, après tout…) !

Voilà le début de la présentation, en 1999 :

L’ouvrage Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident, de Helmut Ruppert, est singulier à plus d’un titre. Il s’agit de la thèse de doctorat de l’auteur, soutenue en 1968 et publiée par la société franconienne de géographie à Erlangen en 1969. Une branche de la géographie allemande, autour de Eugen Wirth, était alors très active au Moyen-Orient et plusieurs travaux portèrent sur les villes de la région, dont celui de Klaus Dettman sur Damas, auquel il est fait allusion dans le texte traduit ici. Cet intérêt de la géographie allemande pour la région s’est d’ailleurs longtemps poursuivi, comme en témoignent les travaux monumentaux de l’atlas du Moyen-Orient menés à Tübingen ou, plus récemment, le travail de Eugen Wirth et Horst Kopp sur Sanaa1. Dans cet ensemble, la singularité d’Helmut Ruppert est double. Tout d’abord, une fois son ouvrage sur Beyrouth achevé, Helmut Ruppert, qui occupe aujourd’hui de hautes fonctions à l’université de Bayreuth en Allemagne, n’a plus rien écrit sur le Liban, tout en poursuivant une activité scientifique sur certains pays du Moyen-Orient. Or son livre, et c’est la seconde singularité, était en 1969 une des premières tentatives d’étude géographique globale de la ville de Beyrouth, après l’ouvrage pionnier de Chehab ed-Dine écrit en 1953 et remanié pour la publication en 1960. Toutefois, sa rédaction en allemand a eu pour effet d’empêcher sa reconnaissance. Il en existe certes une traduction en arabe, grâce au travail d’un étudiant de l’université libanaise2. Travail qui n’a jamais été publié et qui est au demeurant incomplet, car l’illustration cartographique du livre, qui en constitue pourtant une des richesses, n’a pas été reproduite. A quelques exceptions près, Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident a donc été largement ignoré par la suite et n’est que rarement cité dans la littérature scientifique.

Mon seul regret, c’est qu’il était accompagné d’une superbe carte d’au moins un mètre de large, en couleur, recensant un par un les commerces et établissements de la ville de Beyrouth et, hélas, la numérisation de cette carte a été omise lors de cette mise en ligne!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *