Le Tigre : regards décalés sur l’urbanisme

letigreLe Tigre est une étonnante aventure littéraire et journalistique qui, depuis 2006, sous la houlette de Raphaël Meltz et de Laetitia Bianchi, s’essaie à défendre une autre conception de la presse, sans publicité et utilisant pour sa fabrication des logiciels libres. Éclectique, ouvert sur le monde et curieux, promouvant la création et l’ironie critique, ce magazine représente une bouffée de liberté qui a surmonté plusieurs crises de croissance et menaces contre son existence, renaissant sous des formes chaque fois différentes mais dans la fidélité au projet d’origine. Actuellement, c’est un journal mensuel, en couleur, aux multiples rubriques et aux contributeurs variés. Le Tigre est également éditeur et publie de petits livres à la maquette soignée qui reprennent certains textes du magazine, parus en feuilletons – ou d’autres.

J’en ai lu quelques-uns dont deux ont retenus mon attention par leur regard décalé sur l’urbanisme, la ville et les manières d’habiter aujourd’hui.

Surburbs. Autour du fort d’Aubervilliers, par Raphaël Meltz, Le Tigre, 2012, 96 p.

Il s’agit du récit des déambulations de l’auteur autour du Fort d’Aubervilliers, aujourd’hui déclassé, sont le prétexte d’une exploration de l’histoire de ce secteur urbain, à travers les personnes et les institutions (comme l’armée et ses expérimentations nucléaires, ou encore l’ancienne imprimerie du journal L’illustration) qui en ont occupé les lieux à certains moments ou ont conçu pour eux des projets urbains, architecturaux dont l’auteur traque les vestiges de papier, les témoignages désormais numériques ou les reliques de pierre aux fenêtres brisées. Il décèle comme une histoire maudite de l’aménagement cette zone, montrant ses échecs successifs et ironisant sur les clichés et les compromissions qui jalonnent les discours d’intention visant à insuffler une nouvelle vie dans cette périphérie marginale. Cette dernière est pourtant appropriée par toute une série d’êtres attachants qu’il s’efforce, un peu comme le François Maspéro de Les Voyageurs du Roissy-Express (1990), de rencontrer et de faire parler. Un passage tout-à-fait jouissif et d’une mauvaise fois consommée qu’on peut ne pas trouver si mal placée s’interroge sur les urbanistes, ces êtres qui me sont si chers…: « Est-ce qu’on a confiance en les urbanistes? Est-ce qu’on a vraiment confiance en les urbanistes? Est-ce qu’on pense qu’un jour, un être humain se déclarant urbaniste a fait des choses qui ont vraiment aidé une ville? Je pose la question. Je la pose, d’abord, à vous. » (s’adressant à la Première adjointe au maire d’Aubervilliers, ancienne adjointe à l’urbanisme, p.78). Et l’auteur de souligner avec ironie les mots creux de l’architecture et de l’urbanisme contemporain : « ‘bâtiment durable’ dit une légende, comme s’il existait le concept de bâtiment non durable ».

Surburbs, t.II Le port de Gênes, doit paraître en mai prochain.

Sylvain Prudhomme, La vie dans les arbres suivi de : Sur les bidonvilles, les cabanes, et la construction sauvage, Le Tigre, 2011, 64 p.

Ce livre reprend un très intéressant reportage sur les habitants des cabanes. Dans le département de l’Ariège, dans une épopée silencieuse – plus en tout cas que celle des babacools retournés à la terre dans les Cévennes -, des individus en rupture avec la société s’installent, dans les anciens champs envahis par la forêt, dans des cabanes et autres abris, dont certains sont véritablement des habitations dans les arbres. Leur combat pour faire admettre ce mode de vie n’est pas aisé mais dans une commune au moins, Massat, un maire issu de leur rang les défend. Ils vivent d’agriculture, de vente de produits locaux sur les marchés et en vendant leur bras ici ou là, parfois ailleurs, comme saisonnier. Une expérience de la liberté et un très bon repartage où le journaliste est en empathie avec ses enquêtés.

Le deuxième texte est plus décevant. Il part de l’architecte John Turner et de son engagement en faveur de l’autoconstruction dans les bidonvilles. Il établit des connexions avec les conceptions urbanistiques de Sitte, l’esthétique proustienne ou telle œuvre de Thomas Bernhardt, Corrections. Mais ce faisant, il perd à mon avis de vue la dimension politique et sociale de l’action de Turner – la question de l’autonomie des bidonvillois – et ce qui aurait pu constituer un lien fort avec son premier texte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *