Place Karamé, place de la Lumière à Tripoli

La place Karamé, également nommée place de la Lumière, à Tripoli (sept. 2009, EV)

La place Karamé, également nommée place de la Lumière, à Tripoli (sept. 2009, EV)

Dans Liban, espaces partagés et pratiques de rencontres, on lit un très intéressant article du sociologue Khaled Ziadeh sur la grande place qui marque l’entrée de Tripoli en venant de Beyrouth. Alors que les souks, aujourd’hui en rénovation comme je l’évoquais ici, représentent la face traditionnelle de la ville, cette grande place marque son ouverture vers la capitale et symbolise, comme l’explique Khaled Ziadeh dans son texte, l’intégration au Liban de cette cité longtemps rebelle. Elle était ornée d’une statue de Abdel Hamid Karamé, et était également baptisée du nom du chef de la grande famille qui domine cette ville depuis un siècle, dont la résidence se trouve sur un monticule à deux pas de la place. Le ficus qui dépasse derrière la bâtiment incurvé de la Lebanon and Gulf Bank, à droite de la photo, se trouve dans le jardin de ce « palais », comme on dit au Liban de ces demeures patriciennes.

Mais durant la guerre, la statue du zaïm fut endommagée et retirée de son emplacement. A la place, si l’on peut dire, le Tawhîd, le mouvement islamiste qui domina Tripoli après 1982, y fit installer le mot « Allah » écrit en grandes lettres métalliques que l’on voit sur la photo. Depuis lors, la place est appelée place de la Lumière (Sâhat al-Nûr). Mais le nom officiel reste parfois utilisé et figure toujours sur les panneaux récemment réimplantés  – source probable de confusion pour les touristes…

Ces dénominations concurrentes dont Khaled Ziadeh fait l’inventaire des usages renvoient à l’identité contestée de la grande ville du nord, à ses rapports ambigus avec le reste de pays, à la place qu’y tient l’Islam et à celle qui y est faite aux chrétiens qui y demeurent. Ces clivages et ses tensions rejouent dans un contexte de grande pauvreté et de tensions politiques qui touche notamment la partie nord de la ville (on découvrira à ce propos un texte inédit fort instructif de l’économiste Charbel Nahas, récemment devenu ministre). Mais depuis les troubles post-2005, l’affrontement de Nahr al-Bared et ses répliques locales illustrent d’autres fractures, notamment, en caricaturant, entre sunnites et alaouites, entre Bab Tebbaneh et Jabal Mohsen, que le sociologue Michel Seurat avait magistralement analysées dans son célèbre article consacré à « Bâb Tebbâné à Tripoli (Liban). Etude d’une ‘asabiya urbaine » (hélas, introuvable sur Internet, même sur Google Livres… à quand une rétronumérisation des anciennes collections du CERMOC sur Persée?).

MàJ: illustrant la complexité des fractures tripolitaines, qui vont au-delà des affrontements alaouites-sunnites, de violents échanges de tirs ont eu lieu dans le quartier résidentiel de Abu Samra, entre des membres de la famille Hassoun (décrite par l’Orient-Le Jour comme un « clan ») et des partisans du groupe islamiste Al Tawhîd (un autre « clan »), tous sunnites. Voir l’article dans le Daily Star. Cycle de la vengeance et de l’honneur, probablement sur fond de contrôle de divers trafics et circuits commerciaux, forment les enjeux de cette « mini-guerre ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *