L’urbanisme de la région marseillaise : célébration, justification et perceptions habitantes (2)

Ce deuxième volet de la réflexion amorcée dans le billet précédent à partir de la journée martégale autour de Michel Ecochard prend ici pour matière l’exposition Marseille : de la ville à la métropole. Organisée à par l’AGAM (l’agence d’urbanisme de la Communauté urbaine), elle se donne pour objectif d’éclairer pour les visiteurs les logiques de développement d’une ville souvent perçue comme désorganisée, chaotique et inachevée. Il s’agit en particulier de faire œuvre de pédagogie pour comprendre les évolutions de la ville sur le temps long (le dernier demi-siècle). Point de célébration, ici, comme à propos d’Ecochard à Martigues. On serait bien en peine de déceler en effet un grand dessein que Marseille aurait suivi, tant les contraintes, les pressions et les revirements ont été forts. Au contraire, la question se pose plutôt de savoir s’il y a eu un pilote dans l’avion, et qui va prendre les commandes aujourd’hui. De ce point de vue, l’exposition peut se lire, notamment s’agissant des dix dernières années, comme une justification de la politique menée par le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, en partenariat « intelligent avec la Communauté urbaine… initiée depuis 2000 » comme il le dit lui-même dans l’introduction de la Revue culturelle de la Ville de Marseille qui fait office de catalogue. En ligne de mire de l’exposition, la métropole, telle que relancée par l’État cet été, est présentée comme l’avenir de Marseille. Si c’est là un grand dessein, et un changement majeur, comment est-il ici expliqué aux visiteurs?

L’urbanisme de Marseille, une pédagogie entre retour historique et plaidoyer pro domo

J’essaie ici de poursuivre le questionnement ouvert dans le précédent billet, c’est-à-dire réfléchir à la manière dont les mises en scène et en valeur de l’urbanisme sont perçues, peuvent être perçues et comprises par les habitants. Contrairement au précédent, cette réflexion ne s’appuie pas sur l’observation directe. J’essaie plutôt de voir comment l’exposition et le catalogue (un numéro spécial de la Revue culturelle de la Ville de Marseille) qui l’accompagne font œuvre de pédagogie, quelles représentations de la ville et de l’urbanisme sont proposées et notamment, comment l’enjeu métropolitain est-il traduit en image et quelle vision s’en dégage.

En premier lieu, l’exposition invite à une rétrospective des grandes phases des politiques pour Marseille et son agglomération. Une lecture chronologique est proposée, en quatre temps : avant 1962, moment de l’arrivée des rapatriés, moment aussi du démarrage du projet de Fos; de 1965 à 1975, période d’un boum sans précédent de la région, entre constructions de grands ensembles, urbanisation anarchique en différents points de l’agglomération, fol espoir d’un nouvel avenir économique de Fos; de 1975 à 1990: temps de ralentissement économique, d’assagissement d’une croissance urbaine qui toutefois, se caractérise par l’affaiblissement du centre et les dynamismes des périphéries; de 1990 à 2010, ce serait le temps d’une nouvelle stratégie, avec une série de grands projets dont Euroméditerranée et Marseille Provence 2013 Capitale de la Culture, le lancement d’une coopération métropolitaine (ou au moins son apprentissage). La ville centre commence alors à regagner des habitants, etc.

En deuxième lieu, dans cette histoire heurtée, l’exposition entend rendre compréhensible et visible le travail des urbanistes, que le grand public confond si souvent avec celui des architectes. Pour ce faire, toute une section de l’exposition donne à voir des productions d’urbanistes (croquis, cartes, documents d’urbanisme tels que des POS ou des schémas directeurs, maquettes, graphiques, statistiques, etc.) ainsi que des urbanistes en situation (ateliers de concertation, séances collectives de dessin) et des éléments de réflexion sur l’évolution du métier même d’urbaniste, confronté à la montée des incertitudes. C’est en quelque sorte un plaidoyer pour l’action des urbanistes qu’il est donné au visiteur d’entendre.

Quelle métropole?

Si l’enjeu de l’exposition est d’expliquer le dessein métropolitain, on peut se demander quelle métropole, concrètement, se dessine ici? C’est à un point de vue très « phocéocentré » (« lacydocentré »?) que nous sommes confrontés. Certes, quelques planches fournissent une vision s’étendant vers Fos d’un côté et Toulon de l’autre mais l’essentiel du discours traite de Marseille dans les limites de son « corset de collines » selon l’expression du maire dans l’introduction du catalogue. Ce dernier accentue peut être ce rétrécissement des horizons géographiques. En particulier, dans le détail des opérations urbaines, les villes voisines pourtant membres de la Communauté urbaine sont quasiment absentes, ainsi que les modes de vie de leurs habitants : quid de Sausset-les-Pins, Vitrolles ou Carnoux? Ceci pour ne rien dire d’Istres, Martigues, Aubagne ou Aix-en-Provence…

Cette étroitesse de la vision métropolitaine étonne, car divers éléments de discours soulignent l’émergence de la métropole dans les mentalités, notamment celles des entrepreneurs, ainsi que dans celles des habitants. Est-ce parce que Marseille, selon les mots de son maire, ne veut pas montrer « la moindre volonté hégémonique »? Le fait est qu’on a plutôt l’impression d’une vision défensive, chiche et étriquée, sans parler des lacunes ou des euphémismes qu’elle charrie avec elle.

Autosatisfaction et minoration des problèmes

Evolution de la part modale des déplacements sur le bassin de Marseille entre 1960 et 2009 (source : AGAM)

Si le visiteur peut mesurer les échecs, retards et abandons des projets urbains jusqu’aux années 1990, avec les années 2000 il est introduit à une vision extrêmement laudative des choix effectuées et des réalisations en cours. C’est notamment le cas à propos d’Euroméditerranée, dont les effets d’entraînement se feraient déjà sentir (notamment en termes d’emplois et de rebond démographique). L’invasion automobile, abondamment décriée et héritage des périodes antérieures, serait aujourd’hui enrayée, grâce au tramway, grâce au lancement du doublement de la voie ferrée vers Aix. C’est une manière optimiste de voir les choses…

Les contrastes sociaux internes à la ville comme à la métropole paraissent également quelque peu minorés. Dans l’exposition, le mouvement de fermeture résidentielle si puissant à Marseille n’est pas cité (il touche selon l’étude d’Elisabeth Dorier et son équipe 40%  de la ville1 – une double page dans le catalogue rattrape cette omission). Au contraire, on vante le mode de vie d’ensembles emblématiques comme la Rouvière sans guère mentionner qu’il participe de ce mouvement.Par contre la dégradation des conditions sociales et d’habitat dans les quartiers d’habitat social est euphémisée, notamment la question de la violence. On apprend l’éradication des derniers bidonvilles en 2001 à Cassis. N’est-ce pas oublier les campements Roms au Ruisseau Mirabeau ou les camps de travail de l’agglomération plus lointaine, comme à La Fare-les-Oliviers (voir par exemple la notice Wikipédia sur les Bidonvilles en France).

Enfin, si l’exposition souligne le poids des grandes phases de la conjoncture économique dans le long déclin marseillais, elle reste plutôt peu diserte sur ses logiques socio-politiques. Sans doute n’était-ce pas le rôle de l’AGAM de tenir un tel discours, et certes, on la voit mal évoquer la ribambelle d’affaires louches touchant les politiciens locaux dont certaines sont encore en cours de jugement… Dans l’introduction du catalogue, J.-C. Gaudin souligne la part de tactique politique dans le refus très précoce de la métropole, venant d’un Gaston Deferre craignant une hégémonie communiste. Quelques cartes politiques, au lieu des cartogrammes quelque peu insipides sur le fractionnement administratif des EPCI, n’aurait-elle pas été plus parlantes ? Quid aussi de la responsabilité des acteurs économiques? Le capitalisme marseillais s’est rué sur l’immobilier à partir des années 1960 et a perdu toute capacité d’impulsion. Son rôle récent dans la mise en orbite de la Capitale de la Culture 2013 témoigne-t-il d’un réel changement? Ces questions excèdent peut être la possibilité d’une telle exposition mais ne pas les poser revient un peu à vider de sens la succession des actes techniques mis en avant ici.

Quelle appropriation par le visiteur, quelle place pour le citoyen?

Au delà de ces enjeux, on peut se demander, pour en revenir à mon questionnement de départ, quelles formes prend l’exposé de cette vision?

L’exposition est dense, elle comporte beaucoup de textes, tableaux, graphiques, photos, cartes (souvent en petits formats) : sous cet angle, elle réjouit le géographe et l’urbaniste. Le visiteur moins outillé ne trouve cependant pas cela très glamour, en tout cas ceux, pourtant motivés, qui m’accompagnaient. Il est vrai que la déception que j’ai entendue exprime en partie un malentendu : on veut là encore de l’esthétique, de l’émotion. Mais l’urbanisme, au fond, c’est très cérébral. On peut, certes, se faire une idée de ces enjeux urbanistiques à travers une balade urbaine, dont l’une commence à la porte même de l’expo. Mais c’est en fait plutôt une balade architecturale, justement…

Des photos aériennes pour repérer sa maison, ses lieux de vie, et remonter le temps : une compréhension personnelle des dynamiques urbaines

Certains éléments de la muséographie s’efforcent d’induire une appropriation plus sensible du contenu, via la photographie notamment. Exemple, une classe de lycéens visitait l’exposition en même temps que moi. Deux élèves se plantent devant une photo du Géant Casino de la Valentine (si je me souviens bien?), déchiffrent sur l’entrée de l’hypermarché : « Ouvert de 10h à 22h » et se marrent, tout en comparant ce qui a changé entre 1984(?) et aujourd’hui dans les environs. Les visiteurs peuvent aussi chercher leur maison sur les photos aériennes à différentes dates (1966, 1984, 2009) qui sont au milieu du hall, afin de percevoir concrètement et personnellement les dynamiques urbaines.

Déception, toutefois, face aux films d’archive qui défilent au dessus de nos têtes, en raison de l’absence de commentaires (à l’exception d’un sous-titre fugace qui suffit difficilement à situer temporellement et géographiquement, pour ne rien dire du thème) et d’une confusion visuelle due à la multiplicité des écrans. Dommage que l’on ne puisse retrouver ces extraits en ligne sur le site de l’exposition. Surtout, n’aurait-il pas été possible de donner à voir, par la vidéo, des habitants dans leur cadre de vie, dans leurs pratiques, confrontés au problème des transports par exemple? L’exposition Villes rêvées, villes durables, présentée à Paris en 2009, faisait cela très bien (voir un CR de C. Féré en ligne). Cette absence d’appropriation est sensible lorsqu’on se rend sur la page Facebook de l’exposition ou son compte Twitter, où se manifeste uniquement une communication descendante et aucun commentaire (m’a-t-il semblé) ni réaction.

Montant de la taxe professionnelle par habitant, en 2008 : de forts contrastes entre communes de la région marseillaise (source : AGAM)

Pourtant, il n’y a pas là de fatalité. L’urbanisme certes, c’est abstrait mais pourquoi ne peut chercher davantage à toucher les émotions? Par exemple à travers une utilisation plus punchy des techniques de visualisation graphique (cartes, diagrammes), jouant sur les limites de la représentation scientifique et de l’art, comme le fait aujourd’hui la cartographie radicale dont le travail d’un Philippe Rekacewicz pour le Monde Diplomatique rend bien compte2. Prenons un exemple, très représentatif je crois du problème de la métropole marseillaise et de son absence de solidarité entre (groupements de) municipalités. Le tableau ci-joint sur le montant de la taxe professionnelle par habitant en 2008 en est le symbole par excellence. Or, on discerne à peine les chiffres sur ce tableau. Voilà qui est plus concret que cinq cartes sur la fragmentation institutionnelle de l’agglomération. Ces chiffres, travaillés en histogramme, en relief, auraient pu frapper les imaginations…

* * *

Avec ce tableau, on revient à Martigues et à son fier urbanisme, dont on mesure bien les ressorts économiques. Vue sous cet angle, l’exposition m’apparaît comme une occasion ratée pour tracer la voie de la métropole, puisque tel était le chemin. Dommage de n’avoir pas su mieux montrer ces limites, ces contrastes violents, et aussi faire comprendre les enjeux, les défis et sans doute, certains changements nécessaires – qui devraient être compensés par d’autres transformations par exemple un vrai système de transports collectifs! Marcel Roncayolo, dans un livre qui sera bientôt réédité3, analysait, en 1990, l’éclatement de l’imaginaire de Marseille. C’est ce qu’on retrouve, encore, dans cette exposition. Et cette vision timide, ou ce manque de vision, ne peut-on l’interpréter comme le symptôme d’une absence de discussion avec les habitants de la métropole – et pas uniquement les visiteurs des événements culturels de Marseille Capitale de la Culture 2013?

 

Notes _____________________
  1. Voir Dorier E., Berry-Chikhaoui I., Bridier S., 2012, Fermeture résidentielle et politiques urbaines, le cas marseillais, Articulo – Journal of Urban Research, 29 juin 2012, n°8, http://articulo.revues.org/1973 ; Dorier-Apprill E., Audren G., Garniaux J., Stoupy A., Oz R., 2008, Ensembles résidentiels fermés et recompositions urbaines à Marseille, Pouvoirs locaux, 2008, n°72, p. 92‑98. PDF en ligne []
  2. voir par exemple Rekacewicz P., 2009, L’œil, la Terre et le cartographe, Le Monde Diplomatique, mars 2009, p. 16‑17. http://www.monde-diplomatique.fr/2009/03/REKACEWICZ/16880 []
  3. Roncayolo M., 1990, L’imaginaire de Marseille : port, ville, pôle, (Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille 19e -20e siècle, ISSN 0985-9462 ; 5). Marseille, Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, 368 + 12 p. en couleur p. Voir aussi ce billet. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *