L’urbanisme de la région marseillaise, entre célébration, justifications et perceptions habitantes(1)

Invité à Martigues pour une table-ronde des Mardis du Patrimoine consacré à l’œuvre de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard dans cette ville, j’en ai aussi profité pour visiter  l’exposition de l’agence d’urbanisme de Marseille, l’AGAM, « Marseille : de la ville à la métropole« . Si l’on ajoute à cela les réflexions sur l’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, et sur l’actualité de Marseille Provence Capitale de la Culture 2013, c’est pour moi comme une sorte de retour aux sources, la région marseillaise ayant été non seulement mon berceau mais aussi mon premier objet d’étude… Cela m’a toujours placé dans une situation inconfortable, à voir des beautés ou des réussites là où les habitants ordinaires ressentaient plutôt gêne, inconfort ou insatisfaction quotidienne. Ces deux événements, justement, sous des formes évidemment différentes, m’ont interrogé par la tension qui s’y dévoile entre une mise en histoire plutôt auto-satisfaite de l’urbanisme régional et une vision bien plus critique qui émerge des discours et des pratiques des habitants. Ce premier billet traite de Martigues, et présente en miroir l’étonnante continuité d’un dessein urbanistique défini par Ecochard, porté par sa municipalité depuis cinquante ans, et les réactions de quelques habitants. Un second billet à venir rendra compte de ma visite à l’exposition « Marseille: de la ville à la métropole », consacrée à l’histoire de l’urbanisme de la région.

Une célébration de l’urbanisme moderne

L’architecte Gérard Thurnauer, ancien collaborateur de Michel Ecochard (à gauche) et Florian Salazar-Martin, adjoint à la Culture du Maire de Martigues

A Martigues, Michel Ecochard fut l’urbaniste de la ZUP Notre-Dame-des-marins, conçue à partir de 1962 et achevée en 1972. Le quartier vient d’être classé, grâce à l’action passionnée de l’architecte de la ville Sophie Bertran de Balanda, au Patrimoine du XXe siècle. Une intervention urbaine visant à requalifier les espaces publics y est en cours, et une place publique baptisée Michel Ecochard, vient d’y être inaugurée. Elle s’inscrit dans un travail de couture visant à mieux raccorder le quartier à la ville, notamment par une ouverture sur l’avenue Francis Turcan, qui depuis sa mise en service dans les années 1970 fait fonction d’axe de trafic régional entre Marseille et Istres et qui constitue donc une coupure urbaine.

Parmi les caractéristiques remarquables de Notre-Dame-des-Marins, on peut mentionner le travail d’insertion dans le site, puisque l’implantation des immeubles épouse le relief et que la colline et ses espaces verts préservés constituent un parc naturel à sa porte. S. Bertran de Balanda a retrouvé dans les archives les correspondances prouvant qu’Ecochard a bataillé sur deux points essentiels : d’abord, pour que le tracé de l’avenue ne soit pas trop proche de la ville et que par ailleurs, il ménage de belles vues sur l’Etang de Berre; ensuite, que l’aménagement des extensions commence par Notre-Dame-des-Marins, au contact immédiat de la ville et non par le quartier de Figuerolles, comme il en était initialement question : les problèmes de connexion au cœur de ville auraient alors été d’une toute autre ampleur et on ne peut que se féliciter que sur  ce point, Ecochard ait eu gain de cause.

La rampe de l’école maternelle Di Lorto

Ecochard n’est pas l’architecte des immeubles, dont l’architecture de béton, très originale et variée, due à l’agence Delta, peut néanmoins susciter des réserves et est loin de faire l’unanimité à Martigues même. L’action d’entretien de la Mairie et de la société d’HLM a été constante et régulière de sorte le quartier a gardé une vraie qualité. En son sein, les équipements scolaires sont proches, bien insérés. Ecochard et son agence ont en revanche dessiné l’école maternelle Di Lorto, qui se distingue par sa remarquable conception étagée, un cheminement central sous forme de plan incliné, qui tous deux épousent le relief, ainsi qu’un système de pare-soleil. Plusieurs de ces motifs font d’ailleurs écho aux écoles qu’Ecochard réalisa à la même période au Liban, comme le Collège Protestant et le Grand Lycée d’Achrafieh à Beyrouth ou le merveilleux collège des Pères Antonins à Baabda.

Une rencontre avec les habitants de la ZUP Notre-Dame-des-Marins

Une rencontre était organisée, ce mardi, au centre social, entre les habitants et la famille de Michel Ecochard (ses cinq enfants, dont trois ayant fait profession d’architecte et/ou d’urbaniste, et quelques petits enfants aux mêmes orientations professionnelles…) et des professionnels de l’architecture et du paysage impliqués dans les projets actuels d’un côté, et une dizaine de femmes du quartier, d’âges variés, habitant ND des Marins parfois depuis plus de trente ans. L’objectif de cette réunion était un partage autour des objectifs et des valeurs d’Ecochard, ainsi que du sens du projet municipal de requalifier le quartier, en soulignant du reste la constance et la continuité de l’action de la mairie. Rappelons ici que Martigues est une municipalité communiste depuis 1958, Paul Lombard ayant été maire de 1968 à 2009 (et ayant du mal à ne plus l’être…), son successeur Gaby Charroux, un de ses anciens adjoints, étant toujours lié à ce parti. Dans cette ville populaire, les quartiers d’habitat social sont une ressource politique majeure pour la municipalité et ont toujours bénéficié d’une attention et d’un suivi importants.

La discussion s’est engagée sous la forme d’un tour de parole consacré à la présentation de chacun. Les architectes et paysagistes, comme l’adjoint à la Culture, Florian Salazar-Martin, en ont profité pour évoquer justement les raisons et les formes de l’engagement municipal. Le fils de Michel Ecochard, Jean, lui-même urbaniste et pendant des années directeur de l’EPAREB (établissement public d’aménagement des Rives de l’Etang de Berre, la structure responsable de l’aménagement de Vitrolles), a fortement félicité la Ville de son action.

Mais plusieurs des habitantes présentes ne l’entendaient pas tout à fait de cette oreille et ont essayé de transformer la réunion en une sorte de conseil de quartier. Elles ont exprimé, notamment l’une d’elle, qui ne se laissait pas du tout intimider, leur mécontentement à l’égard du nouvel escalier, vu comme dangereux et laid (accompagné d’une rampe, il forme de fait un imposant dispositif de béton que n’agrémente encore guère de végétation – on le voit sur la photo de la place ci-dessus). Leur hostilité au projet n’a selon elles pas été prise en compte lors de la concertation. De plus, la réorganisation du stationnement oblige les habitants à attendre parfois longtemps que des places se libèrent, ou à se garer (beaucoup/un peu ?) plus loin. Enfin, alors qu’on aborde la qualité de l’espace public, des plaintes sur les poubelles, les déchets dispersés et les pratiques peu civiques de certains occupants sont mises en avant pour témoigner des difficultés de la vie quotidienne dans ce quartier certes agréable et aimé mais loin d’être sans défaut…

ZUP : la puissance symbolique inentamée d’un sigle

Un autre point m’a frappé dans cette discussion. Élève, de 1981 à 1985, au collège Marcel Pagnol qui se trouve au pied de ce quartier, et où donc j’avais pour camarades un certain nombre d’enfants de la ZUP, j’ai toujours connu ce quartier sous ce nom, la ZUP, et jamais, alors, comme ND-des-Marins. Et cette désignation était associée à une image intimidante, à une identité relativement fermée, à des histoires de violence, à la force virile de ses garçons champions de foot ou de course à pied (souvent des maghrébins, mais aussi des Lorrains dont les parents étaient venus pour travailler à Fos). Plus tard, je suis venu faire un stage d’urbanisme à la municipalité et j’ai gardé des liens avec Sophie Bertran de Balanda. Mais, désormais martégal par procuration, je n’ai plus guère fréquenté la ville qu’indirectement, chez mes parents, et surtout les plages. Je me suis tenu au courant des transformations urbanistiques via le journal municipal. Depuis cette époque, j’entends presque toujours parler du quartier sous le nom de Notre-Dame des Marins et j’avais fini par croire que l’utilisation du mot ZUP était devenue résiduelle. Or, les habitant-e-s, lors de cette réunion, ne l’ont dénommé que « la ZUP ». Quel intéressant décalage entre ces deux usages. Quelle puissance – et quelle force stigmatisante – dans cet acronyme technocratique qui, plus de cinquante ans après (les ZUP sont lancées en 1958), et malgré toutes les tentatives de ravaudage dans la communication municipale, reste visiblement la principale façon de désigner ce quartier!

Un urbanisme maîtrisé mais perçu comme homogène, répétitif et inesthétique

Le plan d’urbanisation dessiné en 1962 par Michel Ecochard, qui a été suivi, dans ses grandes lignes, pour l’urbanisation du nord de la commune. Source : archives de la Ville de Martigues

A la fin de la conférence qui suivit ces échanges instructifs, une autre anecdote intéressante nous ramène à ce décalage entre vision des architectes et vision des habitants. Une connaissance, idéologiquement très éloigné des orientations de la municipalité, me confie son scepticisme face à la célébration à laquelle on vient d’assister. Il préfère les villes et les paysages urbains plus hétéroclites et débridés, où l’action urbanistique, plus modeste, vient réparer, panser des problèmes, à cet urbanisme maîtrisé et d’une grande fidélité au modèle planifié dont Martigues, il faut bien le dire, offre une rare illustration. Du reste, S. Bertran de Balanda a précisément montré, durant la table-ronde, la surprenante conformité entre le dess(e)in d’Ecochard (cf. illustration) et l’extension urbaine constatée aujourd’hui (cf. image issue de GoogleMap si dessous. Bien sûr, les formes ont évolué mais des grands ensembles aux lotissements pavillonnaires, malgré un urbanisme de l’automobile, le paysage urbain martégal est remarquablement intégré, en cohérence avec le site. C’est le fruit d’une maîtrise foncière municipale, d’un séquençage ordonné des morceaux successifs et d’une coordination de la mise en œuvre, où la place concédée aux promoteurs et aux stratégies foncières individuelles des plus restreintes. J’oppose à mon interlocuteur le contre-exemple du fouillis marseillais, avant de réaliser que son jugement est d’abord de  nature esthétique, et qu’il s’offusque d’une homogénéité d’abord architecturale, où les hasards de l’histoire et la variété des constructeurs n’ont pu introduire la diversité qui caractérise les tissus plus mêlés et plus spontanés.

***

La célébration d’un urbaniste est chose plutôt rare. Cette journée d’hommage à Michel Ecochard illustre bien les enjeux et les perceptions différenciées de son action – jusqu’à quel point peut-on ici parler d’œuvre1? Selon qu’on est de la profession, et qu’on juge par comparaison avec d’autres villes et opérations, ou qu’on est habitant usager des lieux, ou encore habitant qui passe devant, les critères de jugement varient fortement. La perception d’un espace de vie, ou encore d’un paysage, n’est pas la compréhension d’une série d’actions dans le temps. C’était tout l’intérêt de ces rencontres martégales que de nouer un dialogue entre ces visions opposées. L’urbanisme ne peut pas tout mais n’explique pas non plus à lui seul les maux de la ville contemporaine. La modestie et l’écoute me paraissent les plus sûrs principes des urbanistes.


Agrandir le plan

Notes _____________________
  1. Durant mes études d’urbanisme, Pierre Riboulet, qui fut dans sa jeunesse un collaborateur d’Ecochard et qui était un enseignant passionnant et passionné, prétendait que l’action de l’urbanisme doit viser l’œuvre. J’avoue avoir du mal avec une telle conception, qui ne tient guère compte des usagers et des modifications qu’ils introduisent. L’ouvre ne pourrait être alors que collective, et évolutive… Voir Riboulet P., 1998, Onze leçons sur la composition urbaine, Paris, France, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 256 p. []

Une réflexion au sujet de « L’urbanisme de la région marseillaise, entre célébration, justifications et perceptions habitantes(1) »

  1. Ping : L’urbanisme de la région marseillaise : célébration, justification et perceptions habitantes (2) | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *