La publication SHS au regard de la publication en sciences dures : spécificité, standardisation et promesses d’avenir

Voici quelques réflexions à l’issue de la journée La publication scientifique pendant et après la thèse : Regards croisés entre SHS et STM qui s’est tenue le 19 octobre à l’URFIST de Lyon, destinés surtout aux doctorants et jeunes docteurs, dont un compte rendu devrait être très bientôt disponible. On jouait à guichet fermé même si en fait de quelques places sont restées vides : un gros tiers de SHS, et deux petits tiers répartis équitablement entre sciences médicales et sciences dures.

Project NECOBELAC – Scientific writing (CC-BY-NC-SA)

La mise en regard des pratiques en sciences dures (physiques, chimie, biologie, écologie, informatique) et en SHS (sciences de l’éducation, infocom, géographie, littérature) a permis de mesurer à la fois les grandes différences de contextes et de pratiques (point de départ de ma communication) mais aussi de faire émerger des points communs. En sciences, point de salut hors du modèle de présentation canonique : Introduction du problème, Méthodes et matériels, résultats, Discussions (soit IMRAD, cf. image ci-dessus). Rien de tel pour beaucoup de disciplines des SHS, même si des évolutions importantes sont notables, comme l’a observé à propos de la sociologie américaine Etienne Ollion1). En réalité, les chercheurs en SHS doivent toutefois quand même bien valider, d’une manière ou d’une autre, ces différentes séquences mais selon des formes relativement souples. En effet, il faut faire de la place pour d’autres exigences : la fréquente nécessité d’une contextualisation du travail de recherche, qui peut exiger de nombreuses lectures difficiles à relier à un questionnement théorique extérieur, voire même des recherches propres qui peuvent devenir parfois presqu’un but en soi, lorsque les connaissances élémentaires sont manquantes. D’autre part, l’existence de traditions disciplinaires nationales rend parfois les questionnements “locaux” abscons pour les lecteurs extérieurs, qui ignorent de plus les conventions et les implicites des communautés nationales respectives, et ne parviennent pas à replacer l’ensemble dans une discussion scientifique partagée. La recherche en SHS n’échappe pas toujours à une dérive idiosyncrasique.

La négociation des frontières entre la science et la société est un autre point que les témoignages de scientifiques impliqués dans le travail éditorial et d’évaluation de manuscrits scientifiques ont éclairé d’une manière originale et pas si divergente qu’on aurait pu l’attendre de la part des sciences dures et des SHS (soit les “sciences inhumaines” et les “sciences inexactes”, comme l’a redit une intervenante). En biologie, les questions d’éthiques scientifiques sont centrales dans l’évaluation d’un travail soumis à publication: respect des règles déontologiques, analyse des conflits d’intérêt potentiels avec des financeurs, etc. En SHS, la proximité des questions traités par certains chercheurs avec des questions du débat public peut induire un brouillage de la frontière entre écrit scientifique et contribution au débat d’idées. Il n’est évidemment pas illégitime pour un chercheur de prendre position dans le débat public mais il convient que ses travaux scientifiques apportent des garanties d’objectivité et des références aux cadres d’analyses théoriques sans lesquelles la recevabilité de son travail scientifique serait compromise. L’apprentissage du métier de chercheur implique une prise de conscience sur ces questions. Ce débat me confirme dans mes prises de position à l’égard de certains collègues les interpellant sur une plus grande explicitation des éléments de cadrage de leur travail (comme à propos du conflit en Syrie).

Le numérique transforme profondément les pratiques de publication. C’est sur ce point que j’ai été invité à proposer une réflexion basée sur ma propre pratique de publication (voir ma présentation ci-dessous). J’ai insisté sur la place du livre dans les publications des chercheurs SHS aujourd’hui : elle représente environ la moitié des travaux, lorsqu’on additionne les divers types de objets éditoriaux concernés. Ce qui constitue aux yeux des gestionnaires chargés de l’évaluation scientifique un problème d’identification et de quantification implique surtout, de mon point de vue, une diversité de formats d’écriture dotés de leurs règles de cohérence propre, des contenus spécifiques normés et validés par des disciplines, et donc des formes de travail largement irréductibles les unes aux autres, et pour autant non moins légitimes.

Le numérique dans ce contexte peut représenter une certaine menace, s’il signifie alignement sur le modèle de l’article scientifique, que ce soit chez un grand éditeur anglophone ou même parmi les nouvelles revues qui investissent l’Eldorado de la publication scientifique numérique, pour reprendre la formule de Pierre Mounier. Inversement, il peut représenter une promesse d’innovation, dont les humanités numériques fournissent de spectaculaires illustrations (voir les non-actes de non-conférence, autrement dénommé le Read Write Book 2! qui viennent de paraître). Dans cette journée, le projet des Dossiers de Bouvard et Pécuchet en a été une passionnante démonstration, qui propose des reconstitutions conjecturales du second volume, inachevé par Flaubert, de son roman Bouvard et Pécuchet, mais dont la mise à disposition du public et des chercheurs fournit, plus largement, un corpus permettant d’accéder à “une configuration critique des savoirs au XIXe siècle, originale et révélatrice” (voir aussi le carnet de recherche du projet).

Pour surmonter cette contradiction, et libérer ce potentiel créatif, deux conditions sont requises : la première est une acculturation des chercheurs, jeunes et moins jeunes, aux enjeux techniques et scientifiques de cette transformation du champ éditorial académique. La deuxième, que les interventions et débats de l’après-midi ont clairement fait ressortir, est de faire une place à ces pratiques dans l’évaluation des chercheurs et de la recherche.

Voici le support de ma présentation lors de la journée.

Notes _____________________
  1. Ollion É., 2011, De la sociologie en Amérique, Sociologie, 1 décembre 2011, n°N°3, vol. 2, < http://sociologie.revues.org/1016 > (consultation le 11 janvier 2012 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

8 réflexions au sujet de « La publication SHS au regard de la publication en sciences dures : spécificité, standardisation et promesses d’avenir »

  1. Ping : La publication SHS au regard de la publication en sciences dures : spécificité, standardisation et promesses d’avenir | Enseignement Supérieur et Recherche en France | Scoop.it

  2. DM

    J’ai un petit bémol au sujet de votre phrase : « En sciences, point de salut hors du modèle de présentation canonique : Introduction du problème, Méthodes et matériels, résultats, Discussions (soit IMRAD, cf. image ci-dessus).  »

    Il s’agit il me semble d’un schéma de sciences expérimentales, notamment de la biologie. Dans les domaines théoriques (mathématiques, physique théorique, informatique théorique, etc.) il n’y a pas de partie « méthodes et matériels ». En revanche il y a souvent une partie « related works » replaçant le travail dans un contexte scientifique (p.ex. pourquoi tel résultat est plus fort que tel autre sur un point, mais moins sur un autre).

    Par ailleurs, chaque micro-domaine de sciences exactes pose ses propres thématiques, éventuellement absconses pour ceux qui ne sont pas dedans ; la différence en effet est que c’est une spécificité thématique et non nationale.

  3. everdeil

    Durant la présentation, il fut dit en effet que les mathématiques échappaient au schéma IMRAD. Et je conçois volontiers que d’autres disciplines théoriques soient dans le même cas.
    Quant au second point : je conçois aisément de ne rien concevoir des travaux d’une microdiscipline qui n’est pas la mienne. Mais lorsque je ne comprend rien à l’intérêt des travaux d’un géographe américain ou réciproquement alors que nous sommes théoriquement en train de travailler sur des thématiques proches, c’est curieux.

  4. DM

    @everdeil: Dans certains domaines, il y a parfois des phénomènes curieux du type: deux communautés qui étudiaient des sujets différents se sont retrouvés sur des problèmes apparemment très proches, mais chacun les étudie avec son propre vocabulaire, ses propres concepts, et sans trop communiquer. Il est possible que des solutions soient réinventées plusieurs fois, faute de s’apercevoir qu’un problème très voisin a déjà été étudié.

  5. everdeil

    @DM je suis en effet persuadé des communautés SHS écrivant dans des langues différentes tendent à reproduire bien souvent des travaux sur des questions proches avec des résultats comparables. Mais les travaux dans la langue non majoritaire risquent fortement d’être marginalisés et ignorés.

  6. Ping : La publication SHS au regard de la publication en sciences dures : spécificité, standardisation et promesses d’avenir | Rumor | La vie des SHS dans la métropole Lyon Saint-Etienne : veille recherche et enseignement | Scoop.it

  7. Ping : La publication SHS au regard de la publication en sciences dures : spécificité, standardisation et promesses d’avenir | Rumor | Données numériques de la recherche en SHS | Scoop.it

  8. everdeil

    très intéressante contribution de Michel Pierssens dans Le Devoir de Montréal.
    J’apprécie particulièrement ses réflexions sur les temporalités de la revue et la difficulté de continuer à faire sens de l’unité que pouvait constituer un numéro de revue même si je le trouve un peu pessimiste car la technique de l’hyperlien est néanmoins puissante pour continuer à tisser des relations entre les textes…
    http://www.ledevoir.com/culture/livres/362200/de-l-avenir-des-revues-dites-savantes
    “grâce à la complexité croissante des systèmes d’indexation, le lecteur va désormais directement à l’article qui l’intéresse, voire à la fraction d’article qui présente tel ou tel mot recherché, et il néglige sans scrupules tout le reste. Sauf un travail minutieux de la rédaction de la revue pour bien organiser les relations entre les composantes de chaque numéro, il s’en tiendra là. Ce qui faisait l’enjeu essentiel de la revue et une large part de sa justification disparaît donc.

    Mais parler de « numéro » est déjà en partie un archaïsme. Ce n’est que par conformisme ou fidélité assumée aux traditions que les revues se pensent encore selon le modèle de la périodicité régulière (mensuelle ou trimestrielle le plus souvent, annuelle parfois). Rythme logique dans un système qui repose sur des procédures d’édition, de fabrication, d’abonnement, de distribution, etc., qui s’organisent de manière régulière dans le temps, avec des pauses plus ou moins longues entre les parutions – dispositif commode pour les éditeurs comme pour les lecteurs à l’ancienne.

    Aujourd’hui, et encore plus demain, c’est une tout autre temporalité qui s’impose : la publication est désormais potentiellement permanente, fluide, révisable, sans même parler de son caractère multimédia infiniment malléable – bien loin des rigidités du papier et de la presse à imprimer.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">