Le Dictionnaire critique de la mondialisation : une refonte éditoriale (mise à jour)

(MAJ : CGG m’envoie deux fichiers, l’introduction et la liste des auteurs, téléchargeables sur Rumor au fil du texte de ce billet)

Sous la direction de Cynthia Ghorra-Gobin paraît le Dictionnaire critique de la mondialisation, qui est une large refonte du Dictionnaire des mondialisations, paru en 2006 chez le même éditeur, Armand Colin. Voici la présentation qui en est faite sur le site et qui reprend la quatrième de couverture:

Globalisation du capitalisme, accélération et diffusion des échanges, uniformisation des modes de vie, internationalisation de la gouvernance, abolition des frontières grâce aux nouvelles technologies… la mondialisation est au cœur des mutations qui bouleversent la planète. Tantôt haïe, tantôt prônée, mal du siècle ou destin de l’humanité, la notion même semble être devenue dans la sphère publique l’unique clé de compréhension des enjeux du monde contemporain.
Et pourtant, derrière ce terme, quelle(s) réalité(s) ?
Revenir sur les mots, les concepts et les processus qui définissent la mondialisation dans toute sa complexité, son caractère multidimensionnel et sa perpétuelle évolution : telle est l’ambition de ce dictionnaire. Loin de toute vision doctrinale ou caricaturale, une soixantaine d’auteurs (géographes, sociologues, historiens, économistes, anthropologues, architectes…) livrent leur expertise et leurs analyses, volontairement critiques, pour rendre accessible au plus grand nombre des phénomènes encore méconnus et mal compris.
Une source d’information et un outil de réflexion incomparables.

On peut regretter que cette reparution ne bénéficie pas davantage, de la part de l’éditeur, de documentation support en ligne, ne serait-ce que la nouvelle préface et la liste des 235 entrées. En effet, et le changement de titre lui-même l’exprime, c’est un livre très largement transformé qui est proposé sous l’impulsion de Cynthia Ghorra-Gobin, comme elle s’en explique justement dans la préface (MAJ : fichier téléchargeable). C’est que la crise de 2008 est passée par là, et l’actualité a donc justifié certaines nouvelles entrées, comme “actifs toxiques”, “crise financière”, “démondialisation” ou même, plus récemment, “Printemps arabes”. Mais, plus largement, comme y insiste CGG, cette notion de crise qui est à la fois économique, écologique et financière rend mal compte de transformations inscrites plutôt dans des temporalités longues et dont on peine à percevoir un début et une fin. Ces processus à l’œuvre sont souvent invisibles ou du moins à bas bruit. L’ambition du dictionnaire n’est pas le suivi de l’actualité mais de s’attacher à ces questions et problèmes. Or, leur délimitation même est changeante et fait débat.

C’est à la prise en compte de ces questionnements que la nouvelle version entend apporter des réponses. Pour cela, les modifications introduites sont considérables. Qu’on en juge : on passe de 399 p. à 639. de textes; de 150 entrées et 39 essais à 235 entrées dont 62 essais; le nombre d’auteurs passe de 46 à 72. (MAJ : liste téléchargeable des auteurs) Cette amplification impressionnante du projet initial trouve certainement son explication dans le succès de la première édition mais aussi dans la volonté de répondre aux attentes et questions exprimées dans le débat autour de cet ouvrage lors de sa première édition, qu’illustrent une série de recensions critiques (cf. ci-dessous). La considérable transformation de la table des matières (ajout/retrait d’entrées) répond donc aussi aux interpellations que l’ouvrage a suscité.

J’ai modestement participé à cette discussion. D’une part en proposant à Pierre-Yves Saunier, qui achevait alors un Dictionnary of Transnational History (Iriye, Saunier 2009)1  de faire une lecture critique du livre dans Géocarrefour (Saunier, 2007). D’autre part en invitant Cynthia Ghorra Gobin lors d’un séminaire Villes territoires mondialisations à l’ENS en 2008. A cette occasion, je lui fis remarquer que la thématique des transformations culturelles postérieures à la décolonisation et plus largement, l’émergence d’une critique se réclamant des postcolonial studies auraient pu utilement figurer dans ce dictionnaire. Elle a justement saisi la balle au bond et m’a fait l’honneur de me demander une notice sur les “Etudes postcoloniales” (écrit début 2009). J’en profite donc pour renvoyer le lecteur curieux à la version déposée sur Hal-SHS. Je crois deviner que de nombreux autres lecteurs suggérèrent également des compléments ou firent des remarques critiques, qu’on retrouve largement intégrées, sous une forme ou une autre, dans cette nouvelle édition (qui paraît(ra?) également, je crois, en portugais).

Replacer cet ouvrage dans cette discussion et ce processus d’écriture dialogique permet à la fois de faire justice au considérable travail entrepris par l’équipe de Cynthia Ghorra Gobin et d’illustrer, plus largement, ce qui fait l’intérêt et la richesse de notre métier de chercheurs, et qui permet à nos disciplines d’avancer.

Références

<jp.raud-dugal_ac-limoges.fr> “JP R. D., 2007, CR: Dictionnaire des mondialisations, h-francais, 24 janvier 2007

Fumey G., [s.d.], Dictionnaire des mondialisations (sous la direction de Cynthia Ghorra-Gobin), in Les cafés géographiques,  (consultation le 24 septembre 2012)

Iriye A., Saunier P.-Y., 2009, The Palgrave Dictionary of Transnational History, Palgrave Macmillan, 1232 p.

Saunier P.-Y., 2006, Dictionnaire des mondialisations, Ghorra-Gobin C. (dir.), 2006, Paris, Armand Colin, 398 p., Géocarrefour, 1 octobre 2006, vol. 81, n°4, p. 327-328.

Shearmur R., 2007, GHORRA-GOBIN, Cynthia (dir.) (2006) Dictionnaire des mondialisations. Paris, Armand Colin, 398 p. (ISBN 2200-26479-8), Cahiers de géographie du Québec, 2007, vol. 51, n°143, p. 260. <  >

Tournay V., Amilhat-Szary A.-L., Legris P., 2009, A sociohistorical reading of the Dictionnaire des Mondialisations. First steps towards a pragmatic approach to globalisation, International Social Science Journal, 2009, vol. 60, n°195, p. 165–173.

Sur la mondialisation, un autre article de ce carnet :
Verdeil E., 2011, Cartographier la mondialisation : l’Atlas de Sciences Po, Rumor. 21 août 2011.
Notes _____________________
  1. entre parenthèses, voilà avec Palgrave l’exemple d’un éditeur qui a compris tout l’intérêt d’adosser à son dictionnaire un véritable site le prolongeant et lui faisant de la publicité, proposant quelques extraits de l’ouvrage dont l’introduction, une table des entrées complète et des forums scientifiques thématiques revenant sur des aspects transversaux de l’ouvrage. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions au sujet de « Le Dictionnaire critique de la mondialisation : une refonte éditoriale (mise à jour) »

  1. Jihad FARAH

    Bonjour Eric,

    C’est pour porter à ton attention, concernant ta notice sur les études postcoloniales, un livre assez intéressant sur le postcolonialisme et la ville (mais peut-être tu le connais):

    JACOBS Jane M. (1996). Edge of Empire: Postcolonialism and the City, Routledge, Londres et New York, 193 p.

    Pas LA Jane Jacobs comme tu en doutes! C’est une chercheuse australienne de l’université de Melboune

    Le livre date un peu mais je le trouve très intéressant quant à la façon d’aborder la spatialité et la politisation des questions urbaines. Je reprends ici la notice éditoriale:

    “Edge of Empire examines struggles over urban space in four contemporary First World cities: two sites in London and two sites in the Australian cities of Perth and Brisbane. Through these examples the spatialised cultural politics of a number of ‘postcolonial’ processes are unravelled: the imperial nostalgias of the one-time heart of empire, the City of London; the struggle of diasporic groups to make a homespace in the old imperial heartlands; the unsettling presence of Aboriginal claims for the sacred in the space of the modern city; and the emergence of hybrid spaces in the contemporary city. This book is about the spatial politics of race and nation, nature and culture, past and present. This is a ‘global geography of the local’.
    The book is distinctive in that it takes theories of colonialism and postcolonialism to the space of the city – it gives real space to the spatial metaphors of much contemporary social theory. If the contemporary city is a postmodern space it has not-so-hidden geographies of imperialism and postcolonialism. The global reach of the book – its focus on two poles of one trajectory of British imperialism – provides a global assemblage which forms a basis for understanding the unruly fortunes of imperialism over space and time. This is not simply a material geography of territory, it is also an imaginative geography of desire and memory.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">