Le bus 678 et la dignité des femmes du Caire

Ce film était encore visible dans une salle obscure hier à Lyon. Je le conseille à tous le monde et aux lecteurs de ce carnet en particulier qui y verront le Caire sous un jour glauque, à travers les yeux de femmes victimes de harcèlement sexuel, des beaux quartiers aux banlieues sordides. La ligne de bus éponyme est le symbole de cette violence faite aux femmes et le lieu de la vengeance de l’une d’elles. Le film dénonce la lâcheté de toute la société qui ne veut pas voir ces agressions répétées, du bas au haut de l’échelle sociale, et inversement. Mais il montre aussi que cette violence impunie et tue pervertit toutes les relations sociales, des femmes avec leurs maris ou fiancés, et réciproquement; avec les supérieurs; les parents; les policiers; les gamins dans la rue, etc.
Dans l’une des dernières scènes, l’héroïne se rend à l’école où ses enfants sont régulièrement punis et humiliés car elle est en retard dans le paiement des écolages. En effet, elle dépense ses économies pour prendre le taxi plutôt que de se faire peloter, bien que ce ne soit pas la joie tous les jours dans les taxis non plus. Elle se met « au coin » à leur place de ses enfants pour faire cette punition injuste et ainsi dénoncer la lâcheté du directeur. Cette scène fait basculer le film du drame sociétal à une critique plus politique et incarne une forme de la révolte de la dignité.
Le film est sorti en 2010 et il serait bien imprudent d’en faire une hirondelle annonciatrice d’un Printemps qui, en matière de mœurs au moins, n’a sans doute pas fini de souffler le froid. Pourtant, je trouve intéressant de relire ces remarques d’Yves Gonzalez (Révolution sexuelle en Tunisie (1/2) : le mariage coutumier est-il traditionnel ?):

Ne peut-on pas faire l’hypothèse que ces mariages traduisent en quelque sorte les demandes des « enfants du numérique » qui ont fait la révolution politique et qui souhaitent désormais la prolonger dans d’autres domaines de leur vie, sans doute tout aussi importants ? En vérité, on peut se demander si ces « mariages coutumiers » sont vraiment aussi traditionnels qu’ils prétendent l’être… Même si cela peut étonner à première vue, ne seraient-ils pas aussi l’expression, après la révolte politique, d’une autre demande de liberté, au niveau des mœurs cette fois. En bref, une révolution sexuelle…

Cette revendication de liberté dans la vie privée, à commencer par cette liberté toute simple de marcher dans la rue ou de se tenir dans le bus sans être importunée, a une signification politique. Celle-ci est certes complexe à interpréter et le film n’en cèle pas les ambiguïtés et les contradictions, par exemple lorsque les héroïnes s’affrontent sur le sens de porter le voile et de montrer sa chevelure. Loin de tout manichéisme, et pour cela aussi pleinement politique.

Les Femmes du Bus 678. Réalisateur : Mohamed Diab (2010)

5 réflexions au sujet de « Le bus 678 et la dignité des femmes du Caire »

  1. Bonte Marie

    Merci pour cet avis éclairant et intéressant. Dans quelle salle lyonnaise le film est-il encore visible? je l’ai moi aussi raté à sa sortie.
    Bien à vous

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Au CNP Bellecour. En plus, en l’absence de climatisation, on est presque plongé dans les conditions réelles du voyage en bus…

  3. Florin

    Merci Eric pour ce billet : le film est superbe, en effet ! De plus, le rythme vif, les « coïncidences »qui font se croiser les 3 héroïnes, l’humour (cf. scène de la cassette vidéo), le personnage magnifique du commissaire, allègent l’aspect dramatique, mais jamais misérabiliste du film. Il est aussi intéressant de noter que, pour un film sur Le Caire, on ne voit pas l’ombre d’une pyramide ! Par contre, les images vous entraînent dans les rues des quartiers modernes centraux, celles de la vieille ville, des quartiers (très) populaires de la périphérie, etc. Bref, à voir et revoir !

  4. Eric Verdeil Auteur de l’article

    chère Bénédicte, tu as bien raison sur la qualité de la narration et le simple plaisir qu’on a à le visionner au-delà des « messages » que l’intello que je suis cherche à en tirer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *