Compte rendu du séminaire Metropolitan Energy policies in the Turkish Cities le 28 mai 2012

Les promoteurs rivalisent pour incorporer des prestations énergétiques dans les immeubles destinés au haut du marché. Premier plan : panneaux photovoltaïques dans l'opération Varyap Meridian à Atasehir. Au deuxième plan, une éolienne.

Compte rendu également disponible sur le carnet de l’Observatoire urbain d’Istanbul

Le séminaire a réuni 6 contributeurs et une vingtaine d’auditeurs issus de l’IFEA, de quelques universités turques et d’institutions et administrations locales ou internationales basées à Istanbul. Il a été l’occasion d’échanges approfondis autour de communications de statut divers, exposant des résultats aboutis ou au contraire ouvrant des pistes. Sans revenir sur les grandes lignes de l’appel à contributions qui ont aussi alimenté l’introduction, l’un des enjeux souligné par Eric Verdeil consistait à faire des propositions de cadres d’analyse pour aborder la question des politiques énergétiques à Istanbul et dans les villes turques dans une perspective comparative. Les contributeurs se sont emparés, explicitement ou non, de ces propositions et l’on peut ainsi proposer une relecture des travaux au travers de deux lignes directrices.

Métropoles XXL et réseaux d’infrastructures urbaines

Le premier cadre qui s’est imposé dérive des travaux menés aussi bien en France qu’en Grande Bretagne ou aux Etats Unis autour des larges technical systems et d’une socio-histoire des techniques particulièrement appliquée aux réseaux d’infrastructures urbaines. C’est cette perspective que Dominique Lorrain a tout d’abord mobilisée, rappelant sa proposition d’analyse des réseaux techniques urbains en lien avec trois âges de la ville : la cité, âge de la circulation pédestre; la mégalopolis, âge d’un élargissement des réseaux marqué par l’enjeu de la croissance; et la gigacity, où le changement d’échelle lié à l’apparition de métropoles de taille supérieure à 10 millions d’habitants focalise les enjeux autour d’une complexification extraordinaire de ces réseaux urbains qui deviennent finalement les seules institutions de pilotage des villes (Lorrain, 2002). Selon cette grille de lecture, il a ensuite proposé une analyse de l’exemple de Shanghai, basée sur son chapitre publié dans Métropoles XXL (Shanghai and its infrastructure : a learning process). Il souligne l’approche pragmatique des autorités chinoises dans le pilotage du changement technique et institutionnel des grands réseaux, sur le plan juridique et financier. Dans une troisième partie inachevée de son exposé, il se proposait de souligner les limites de ce modèle de croissance, à la fois en termes financiers, au sens où la hausse des prix fonciers risque de rendre inefficient le mécanisme par lequel la ville paye la ville; et au sens environnemental, en raison des très lourdes pressions sur l’environnement que cause le décollage de Shanghai. L’enjeu d’une croissance verte est ainsi central, et pose la question de la capacité des autorités chinoises à piloter cette transition.

La communication présentée par Murat Güvenç (Too Little, Too Late, Too Close: Shy and Reluctant Population Decentralization in Istanbul ) répondait par plusieurs dimensions à la lecture de D. Lorrain. Tout d’abord, Güvenç a proposé une lecture de la croissance au 20e s. déjà utilisée dans Urbanisme (Güvenç 2010), distinguant 4 temps fortement articulés à la question des infrastructures urbaines : les dernières années impériales, puis la période de déclin correspondant au déplacement de la capitale à Ankara, puis la période d’industrialisation par substitution des importations et de migrations intensives à Istanbul, marquée par un faible investissement dans la ville. La dernière période est liée à la globalisation, à partir des années 1980. Elle se traduit par un extraordinaire mouvement d’extension urbaine, lié au changement d’échelle du réseau autoroutier et, plus généralement et à la suite de ce premier élargissement, une extension et une modernisation des infrastructures urbaines, parmi lesquelles l’aéroport, les transports collectifs, le gaz et l’électricité ou encore, en voie d’achèvement la connexion ferrée Marmaray entre les deux rives du Bosphore. Ces transformations sont à la base d’une redistribution sociale de l’agglomération qui a constitué le deuxième moment de la présentation, à travers une série d’analyses statistiques cartographiées montrant une organisation parallèle au littoral, sur les deux rives, opposant classes aisées, éduquées, travaillant dans le secteur montant des services, et dans les franges intérieures, une population plus pauvre, peu scolarisées, principalement active dans le secteur industriel, etc. Le changement de capacité dans la connexion des deux rives induite par le projet Marmaray pourrait profondément restructurer la centralité de l’agglomération en faisant évoluer la péninsule historique. La communication de M. Güvenç, si elle a bien mis en évidence son impact sur la transformation de la morphologie sociale, est restée plus allusive concernant la gouvernance de ces infrastructures.

L’énergie comme enjeu des politiques urbaines

Les trois autres communications se sont articulées plus directement à la thématique énergétique pensée comme politique urbaine, telle que proposée par Eric Verdeil dans l’appel à contribution (voir ici) et repris dans l’introduction.

Jean-François Pérouse (The invention of a new energy governance in Turkish Cities : constraints, stakeholders and initiatives) a tout d’abord proposé une lecture en trois temps de la place des villes dans la gouvernance énergétique. Analysant les transformations de la contrainte énergétique en Turquie, il a mis en évidence la très puissance mobilisation du gouvernement pour faire face aux enjeux d’une demande en forte croissance. Le gouvernement privilégie une stratégie basée sur le recours au privé et la privatisation des opérateurs publics. Une véritable ruée sur l’énergie caractérise le secteur privé turc. Dans ce contexte, les nouvelles lois régulant le secteur laissent peu de place aux institutions municipales et métropolitaines. Ce nouveau cadre d’action détermine, deuxième temps, les grands traits d’une gouvernance émergente, marquée par le rôle très fort de l’Etat et même une recentralisation, qui s’appuie sur les initiatives du secteur privé, non sans problème de coordination. Dans ce contexte, les municipalités et institutions locales ne peuvent guère qu’assumer des tâches secondaires pour lesquelles elles manquent de moyens. On peut toutefois noter l’émergence de nouveaux acteurs locaux se saisissant de nouvelles questions. Il y a là autant d’exemples à investiguer pour comprendre ces nouvelles logiques d’action (par exemple, l’Union des municipalités de Turquie, des unions de municipalités comme celle de la région de Marmara, etc.). Les enjeux de la recherche ne consistent ici pas seulement dans l’identification des nouveaux objets mais aussi dans leur examen à travers les catégories classiques de l’analyse de l’action publique, au-delà des mots-slogans, sans surestimer les changements dans le jeu politique. Enfin, dans un troisième temps, Jean-François Pérouse s’est efforcé d’identifier un certain nombre d’initiatives et de politiques locales « innovantes » situées en divers lieux de Turquie, proposant à la recherche un vaste réservoir d’études de cas…

La communication d’Elvan Arik (Energy policies and access to networked infrastructure in Istanbul. The case of naturel gas) s’est basée sur son travail de terrain menée en 2011 (Arik 2011). Après un premier temps consacré à l’analyse des principales mutations du paysage énergétique turc, il s’est focalisé sur l’exemple du réseau de gaz naturel qui s’est développé à partir des années 1990, en réponse au problème de la pollution due à la combustion de charbon en ville. Il en a analysé les mécanismes d’extension spatiale, avant de revenir sur ses enjeux sociaux, politiques et territoriaux, en particulier l’inachèvement de cette transition qui butte sur les inégalités sociales dans l’accès à la nouvelle énergie, en raison de son coût. Il a aussi mis en évidence les stratégies des opérateurs qui conduisent à des différenciations de service internes à l’agglomération.

La dernière communication, par Benoît Fliche (Domestic heating practices and energy transition in Turkish cities), a mobilisé les résultats d’une enquête anthropologique menée à la charnière des années 1990-2000 auprès d’habitants de gecekondus d’Ankara (voir Fliche, 2007). Il a insisté sur les liens entre leurs pratiques de chauffage durant les très rigoureux hivers anatoliens et l’organisation de leur vie quotidienne. Le passage du village à la ville a impliqué l’abandon du tezek, combustible élaboré à partir des excréments animaux, brûlé dans un foyer central structurant l’espace domestique, mais aussi le couchage et conditionnant les pratiques de l’intime (toilettes, sexualité). En ville, les habitants ont totalement transformé leur manière d’habiter, exploité une nouvelle énergie, le charbon, et l’organisation de leur habitat s’est transformée avec une progressive duplication des poêles. Plus récemment,  la transformation des gecekondus en apartkondus, souvent liée à des pratiques spéculatives, est allée de pair avoir une adoption du gaz. Cette communication montre qu’il ne faut pas interpréter la « résistance » au gaz et la préférence pour le charbon, identifiée par Elvan Arik, comme une rémanence de pratiques traditionnelles, mais plus probablement comme un enjeu d’abord économique. D’autre part, cette communication montre la nécessité de relier usages de l’énergie et modes d’organisation de l’espace domestique.

Au total, cette journée d’étude a démontré l’intérêt de se préoccuper des enjeux énergétiques – mais aussi plus largement des questions d’infrastructures – à l’échelle des villes turques. On perçoit au premier abord plusieurs spécificités, d’abord liées au climat et aux ressources disponibles en Turquie, un pays largement dépendant des importations extérieures et qui a fait un choix en faveur de gaz naturel. Mais la journée d’étude a également permis de dégager des enjeux communs à d’autres métropoles émergentes, comme celles qui sont étudiées dans le cadre du programme TERMOS (voir le carnet ENVIT). A ce titre, on peut citer une gouvernance urbaine et métropolitaine qui reste fortement dominée par le poids de l’acteur étatique, et ce d’autant plus dans le secteur énergétique. Le poids croissant des acteurs privés dans la gouvernance est également à relever. Dans quelle mesure les mutations en cours dessinent-elles réellement une transition énergétique prenant en compte les principes du développement durable? Sur ce point également, les choix turcs, tels qu’observables dans les métropoles de ce pays, incitent à beaucoup de prudence dans l’identification d’une transition vers une économie post-carbone. Le compte rendu de la visite de terrain menée à la suite de cette journée détaille quelques initiatives stambouliotes permettant d’observer in situ les limites de ce processus.

Références citées

Arik E., 2011, Politiques énergétiques et accès aux services urbains en réseau à Istanbul : une ambition métropolitaine au détriment de l’intérêt général, Master 1 Urbanisme, Université Lyon 2, 150 p. < http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00648609/fr/ > (consultation le 8 décembre 2011)

Fliche B., 2007, Odyssées turques : les migrations d’un village anatolien, (Méditerranée (Paris. 1994), ISSN 1263-8978). Paris, CNRS, 236 p.

Güvenç M., 2010, Istanbul 1910-2010. Une approche historique et socio-spatiale, Urbanisme, septembre 2010, n°374, p. 47-51.

Lorrain D. (éd.), 2011, Métropoles XXL en pays émergents, Paris, Presses de SciencesPo, 404 p.

Lorrain D., 2002, Gig@city, Flux, 2002, vol. 47, n°1, p. 7-19.

 


3 réflexions au sujet de « Compte rendu du séminaire Metropolitan Energy policies in the Turkish Cities le 28 mai 2012 »

  1. Ping : Compte rendu du séminaire “Metropolitan Energy policies in the Turkish Cities” le 28 mai 2012 | Observatoire Urbain d'Istanbul

  2. Ping : Compte rendu du séminaire Metropolitan Energy policies in the Turkish Cities le 28 mai 2012 | ENVIT

  3. Ping : Compte rendu d’excursion – Projets énergétiques à Istanbul | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *