Remarques sur La guerre de l’énergie – Israël-Palestine

A propos de : Amsellem David, 2011, La guerre de l’énergie : la face cachée du conflit israélo-palestinien, (Géographies, ISSN 2256-6694). Paris, Vendémiaire, 183 p.

Recension à paraître dans Géocarrefour.

Le conflit israélo-palestinien est généralement abordé par les géographes à partir de deux entrées, la terre et l’eau. L’analyse des rapports de force politico-économiques éclaire alors sur l’appropriation des ressources et les inégalités dans leur utilisation. C’est toute l’originalité de cet ouvrage issu d’une première recherche universitaire que de proposer une nouvelle clé de lecture du conflit. Jusqu’à très récemment, avec la découverte de gisements gaziers en mer, cette région du Proche-Orient était complètement dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en hydrocarbures. Or, la constitution d’une économie israélienne sophistiquée et l’urbanisation croissante rendent l’accès à l’énergie, sous sa forme primaire ou secondaire, indispensable. Inversement, cette question est d’emblée géopolitique car les circuits d’approvisionnement sont liés à l’organisation des territoires et font l’objet de conflits.

Le livre, principalement centré sur Israël, propose une analyse à plusieurs échelles et remontant à 1948. Face aux blocus successifs que ses voisins arabes, en guerre avec lui, ont imposé à l’Etat hébreu, ce dernier a développé des stratégies d’approvisionnement inscrites dans un espace de plus en plus étendu afin de contourner l’hostilité de ses voisins. Aujourd’hui, la majorité des ressources énergétiques viennent de l’Asie centrale et la Turquie est un pivot dans les circuits d’acheminement. La récente crispation entre Israéliens et Turcs constitue donc une sérieuse menace pour Israël. Mais la découverte de nouveaux gisements gaziers en Méditerranée orientale bouleverse largement la donne, en offrant à Israël la possibilité totalement inédite de limiter drastiquement sa dépendance. Toutefois, cela ne va pas sans conflit avec ses voisins quant à la la délimitation des zones économiques exclusives, des accords de passage des gazoducs ou bien encore des prix de livraison (voir sur ce blog une note à ce sujet).

L’épopée des gisements de Gaza Marine, situés sous le contrôle des autorités palestiniennes, constitue à cet égard un des grands points d’intérêt du texte. Ce gisement est une aubaine pour les Palestiniens, mais ne peut être rentable que si les Israéliens en acquièrent une part substantielle de la production, bien utile pour leur économie. Les Israéliens, à qui on a parfois prêté la tentation de s’approprier cette ressource, semblent en fait hésiter entre la recherche d’un accord économiquement intéressant pour eux, mais où ils se heurtent aux prétentions de l’exploitant British Gaz, et le refus d’une entente avec les Palestiniens, dans un contexte de tension voire d’hostilité renouvelée depuis l’intifada de l’an 2000. Après la prise de contrôle de Gaza par la Hamas après les élections démocratiques de 2006 puis le coup de force de 2007, les Israéliens préfèrent s’approvisionner auprès de l’Egypte. En fin de compte, la découverte des gisements de Leviathan et de Tamar dans leur ZEEE rend le gisement de Gaza Marine moins utile pour les Israéliens, ce qui souligne a contrario la position de dépendance des Palestiniens, obligés de se tourner eux aussi vers l’Egypte.

La dépendance des territoires palestiniens est également notoire dans le domaine électrique, même si, sur ce point, le travail de David Amsellem est moins original puisque plusieurs travaux avaient abordé cette question. Malgré l’existence d’une centrale thermique à Gaza, les territoires palestiniens sont dans la dépendance d’Israël pour leur approvisionnement. A Gaza, cette situation devient une arme aux mains des Israéliens. Dans leur conflit avec le Hamas, l’armée israélienne coupe le courant ou entrave l’entrée du combustible destinée à la centrale de Nousseirat, et semble mettre en œuvre un projet politique de séparation complète d’avec ce territoire. Sur un autre plan, les réseaux électriques palestiniens ne sont pas interconnectés, y compris au sein de chaque sous-ensemble. Au total, la géopolitique électrique est ici un révélateur des divisions palestiniennes autant que du conflit israélo-palestinien.

Sur la forme, le livre est bien écrit – même si le ton est parfois un peu journalistique et l’analyse trop événementielle. Il est servi par une iconographie de qualité, regroupée dans un cahier couleur central, avec de nombreuses cartes très parlantes. On regrettera simplement que les sources nourrissant l’analyse, essentiellement israéliennes, ne soient pas clairement présentées et que les références bibliographiques soient peu mobilisées dans le texte (sans doute un choix éditorial pour rendre le livre plus grand public, mais au détriment de la rigueur).

Malgré ses qualités évidentes, le livre présente certaines faiblesses qui renvoient aussi aux limites de la grille d’analyse de l’école française de géopolitique. L’étude se focalise sur les relations entre des entités étatiques ou sub-étatiques en faisant largement l’impasse sur la sociologie des acteurs et de leurs formes d’action. Ainsi, la stratégie énergétique israélienne est présentée comme essentiellement déterminée par des facteurs comme la disponibilité des ressources énergétiques, les rapports de force régionaux ou encore le jeu politique interpalestinien. Certes, l’auteur essaye de s’intéresser aux représentations des acteurs en conflit, dimension particulièrement mise en avant par l’école lacostienne. Malgré un bref passage examinant la place du pétrole dans la rhétorique religieuse islamique ou hébraïque, cet aspect est toutefois, finalement, peu présent dans le livre (par ailleurs, les représentations des acteurs ne sauraient se limiter à la dimension religieuse). La période considérée étant fort longue, on aurait pu attendre une étude plus fine des transformations d’une action publique dépendante non seulement des enjeux géopolitiques régionaux mais aussi de mutations plus globales, telles que la néolibéralisation de l’économie et ses effets sur l’organisation du secteur énergétique. Comment l’IEC (Israel Electricity Corporation), entreprise publique en charge du secteur électrique, est-elle affectée par ces transformations et comment ses missions en sont-elles redéfinies ? Pour l’exploitation des hydrocarbures, des sociétés privées (associées à des capitaux étrangers) impliquées dans les concessions gazières en mer jouent visiblement un rôle majeur. Il aurait été intéressant d’examiner les connexions entre ces intérêts privés et l’évolution de la politique énergétique israélienne, en étudiant les probables alliances entre lobbies d’affaires et groupes partisans sur l’échiquier politique israélien. Assiste-t-on, comme dans de nombreux pays avancés, à une saisie du problème énergétique par les métropoles et l’élite économique ? On peut évidemment faire des remarques similaires pour les Palestiniens, même si les divisions territoriales et géopolitiques rendent sans doute plus visible la diversité des intérêts dans laquelle se construit l’action publique. Le cadre théorique des recherches menées par Aude Signoles à propos de la politique de l’eau dans les territoires palestiniens et du rôle des municipalités, de l’Autorité palestinienne et des forces militaires d’occupation, aurait pu être d’une grande aide ici (voir par exemple son article dans Géocarrefour).

Cette transformation de l’action publique se comprend aussi par le rôle accru qu’y jouent habitants et citoyens, en tant que consommateurs mais aussi comme parties prenantes des politiques énergétiques. L’auteur signale le rôle du mouvement écologiste israélien dans la transition du charbon au gaz pour la production d’électricité. Mais justement, le référentiel du développement durable pèse-t-il sur la redéfinition des questions énergétiques ? Le livre n’aborde guère ce point, hormis un bref passage sur le développement massif et ancien du chauffage solaire thermique. Concernant l’implication des citoyens et habitants dans les politiques énergétiques, il serait nécessaire d’examiner plus à fond ce que signifie, pour les Palestiniens,  vivre dans une pénurie chronique d’électricité. Quel est le sens des fraudes pour accéder à l’électricité dans un contexte non seulement de pauvreté mais aussi de résistance à l’occupation ?

Cet ouvrage propose une première analyse bien utile sur une thématique émergente, à propos de laquelle les géographes ont beaucoup de choses à dire. Aller plus loin passe aussi par un dialogue avec les autres disciplines des sciences sociales, en variant les échelles et les approches, d’une sociologie de l’Etat à des enquêtes anthropologiques.

PS : j’avais abordé cette thématique dans un article de 2008 : Verdeil Eric, 2008, “Géopolitique de l’électricité au Machrek”, Maghreb Machrek, n°195, pp. 87-106 (version d’auteur)


Une réflexion au sujet de « Remarques sur La guerre de l’énergie – Israël-Palestine »

  1. Ping : Energie | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *