Consternation cartographique

A la BIU de Gerland, je trouve sur la table des nouvelles acquisitions An Atlas of Middle Eastern Affairs, édité par Routledge (Auteurs : Ewan Anderson et Liam Anderson, Cartographie par Ian Cool). Consternation! D'autant que c'est sans doute moi qui aie suggéré son acquisition, argh... Rarement aura-t-on lu vu un atlas géographique et géopolitique aussi médiocre. C'est une chance qu'en France, les éditeurs se soient lancés sur le marché des atlas (cf. article de Jean Radvanyi), et que les succès rencontrés les confortent dans la production d'une iconographie de qualité (et tout simplement en couleur). Une autre chance est que les géographes et les cartographes, bien formés aux règles théorisées de la graphique théorisées par Jacques Bertin et ses successeurs, aient globalement réussi à imposer aux éditeurs leur reconnaissance  (même si il y a des exceptions, voir la série des atlas La Vie-Le Monde et la justification qu'en donne Delphine Papin, cartographe responsable de cette série - enfin rien à voir avec la catastrophe qui nous occupe). Ce que les séries du Monde diplomatique, d'Autrement ou de Sciences Po ont également réussi à imposer sur le marché, c'est aussi une richesse des thématiques qui contrebalancent le simplisme des approches dominantes de géopolitique et de relations internationales.

Les exportations de pétrole

Voici quelques-unes de ces médiocres cartes. Tout d'abord, elles sont en noir et blanc (photographiées ici avec mon téléphone). Mais cela, c'est le problème de l'éditeur, pas celui du cartographe même si cela restreint bien sûr les possibilités d'expression. Plus grave, dans une collection académique, est le fait qu'aucune source ne soit citée, notamment pour les données chiffrées.

Mais c'est plus largement toute la sémiologie qui est à revoir. Ainsi, cette carte de l'exportation du pétrole à partir du Moyen-Orient ne hiérarchise aucunement les flux vers les différentes destinations et oblige le lecteur à lire les chiffres présents sur la carte. Autant recourir à un tableau.

La guerre de 2006 entre Israël et le Liban (extrait)

Sur certaines cartes, les informations sont erronées ou lacunaires comme cette carte résumant la guerre menée par Israël en 2006 au Liban. Un Liban qu'on peine déjà à reconnaître, son tracé littoral étant complètement déformé. Les plus importants dégâts ont eu lieu dans la banlieue de Beyrouth. Beyrouth? Mais où est-ce donc? Un autre grave problème a été le bombardement de la centrale électrique de Jiyeh située au nord de Saïda, sur le littoral. Mais localisée sur cette carte dans la montagne... Enfin, l'autre région particulièrement touchée par les bombardements était une bande d'une quinzaine de kilomètre longeant la frontière sud du pays où Khiam, Bint Jbail et autres petites villes ou villages ont été détruits parfois jusqu'à 70%. Absents de la carte, tout simplement. Le texte n'est guère plus disert, qui évoque seulement une infrastructure largement en ruine... Pour ceux que cela intéresse, je renvoie à une étude comparative des cartes produites durant cette guerre parue dans la revue M@ppemonde, ainsi qu'à celles de notre Atlas du Liban.

Le "croissant" chiite

Cette autre vignette illustre une autre défaut : la carte ici cherche à faire exister une réalité plus que douteuse, en l'occurrence un hypothétique "croissant chiite", cauchemar des stratèges américains et des monarchies sunnites. Mais dommage que le croissant couvre, en Irak, essentiellement la zone kurde et exclut, en Syrie, la montagne alaouite... Ici, le dessin donne consistance au fantasme.

Cela renvoie à un autre défaut de cet atlas, qui ne s'intéresse qu'à deux ordres de phénomènes : les ressources naturelles, objets de la convoitise des puissances mondiales et régionales : l'eau et les hydrocarbures; et les conflits, essentiellement interprétés à travers le prisme des minorités ethniques et religieuses. Des inégalités de richesse? point. Des problèmes d'accès à l'instruction? point. Une discrimination des femmes? pas vue. Les droits de l'homme bafoués? De toute façon, ce n'est pas important... Si c'est avec cela que les stratèges américains cherchent à comprendre la région, on comprend certains problèmes...

Alors, lisez plutôt l'Atlas du Proche-Orient de Fabrice Balanche, l'Atlas de l'Islam d'Anne-Laure Dupont, notre Atlas du Liban, bientôt celui de Myriam Ababsa sur la Jordanie ou ce que Cyril Roussel à fait sur les druzes au Proche-Orient, et sans doute quelques autres qui tiennent tout à fait la route. Et il faudrait que nos éditeurs songent à gagner quelques parts de marché aux Etats-Unis, il y a des places à prendre je pense. Le Diplo, lui, l'a compris - ce serait bien de savoir combien ils vendent là-bas. Pour information, ce mauvais livre est vendu 130$ en hardback, 39 $ en paperback et 21$ sur Amazon Kindle...


Imprimir ésta entrada Imprimir ésta entrada

Un pensamiento en “Consternation cartographique

  1. Pingback: Consternation cartographique | Blogs et carnets de recherche de l'Universite de Lyon | Scoop.it

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

Puedes usar las siguientes etiquetas y atributos HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">