Réédition de l’Etat de Barbarie de Michel Seurat

En 1989 paraissait, au Seuil, L’Etat de barbarie, recueil de textes de Michel Seurat, sociologue français mort en détention dans les geôles du Jihad Islamique en 1985 à Beyrouth. Ce recueil épuisé fait l’objet d’une réédition augmentée dans la collection Proche Orient dirigée par Gilles Kepel aux Presses Universitaires de France, sous un titre légèrement différent (Syrie, l’Etat de barbarie). Gilles Kepel la présentait ce 3 mai au matin sur France Culture, alors que se tient à l’Institut du Monde arabe, une journée d’études intitulée : « Syrie : pertinence et actualité de Michel Seurat » (programme).

Dans ses propos sur France Culture, Gilles Kepel relatait qu’une partie du livre de Seurat a fait l’objet d’une édition pirate (un samizdat, dit-il) circulant sous le manteau en Syrie au début de l’année 2000 (à écouter ici). Si l’on ne peut que se réjouir de cette réédition, il est un peu dommage de voir que le potentiel subversif de l’internet et du libre accès ne soit pas mis au service de la diffusion de la pensée de Seurat dans le contexte du soulèvement syrien. Il ne semble même pas y avoir d’édition numérique de l’ouvrage. Les PUF ne sont pas encore passées du côté de l’édition électronique.

Rappelons également que ses travaux sont d’un grand intérêt pour penser le phénomène d’urbanisation du Moyen-Orient, à travers une grille de lecture combinant de manière critique et réactualisé les travaux d’Ibn Khaldoun et notamment la notion d’ ‘asabiya (parfois traduit par esprit de corps) pour penser les formes de solidarité (ré)émergente, telle que les solidarités confessionnelles, avec les travaux d’historien comme Ira Lapidus et de géographe comme Jacques Weulersse. Pour ma part, ses travaux m’avaient bien aidé de réfléchir de manière critique aux pensées urbanistiques en circulation dans la région (voir ici notamment). Et je ne résiste pas au plaisir de citer cette phrase pleine d’ironie, où il critique la gestion de type technocratique de l’urbanisation et son incapacité à penser les mobilisations sociales :

« Il nous semble que le danger vienne plutôt aujourd’hui d’une vision normative de la ville du Machrek, perçue en tant qu’agglomération à travers le prisme de son schéma directeur et mesurée à l’aune du kilomètre de trottoir 19 ».


Une réflexion au sujet de « Réédition de l’Etat de Barbarie de Michel Seurat »

  1. Ping : Réédition de l’Etat de Barbarie de Michel Seurat | Blogs et carnets de recherche de l'Universite de Lyon | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *