Le genre de l’atlas, l’atlas comme genre

En complément de ce billet, je publie ici, pour mémoire, ce texte qui était une proposition d’un axe de travail pour le projet de réponse à l’ANR « médiations géographiques ». J’aurais voulu le déposer dans Hal-SHS, mais assez logiquement, il n’a pas été accepté. Je le dépose le 1er mai 2012, mais ce billet est anti-daté (notamment pour ne pas apparaître en une). Sa date de rédaction initiale était fin 2007-début 2008.

 Contexte

Depuis les années 90, la production éditoriale en géographie s’est distinguée par une floraison de collections d’atlas géographique d’un genre nouveau, parmi lesquels on peut citer, sans volonté d’exclusivité et en se limitant à quelques références françaises, la collection Dynamiques du territoire coéditée par le GIP Reclus et la Documentation française, les Atlas d’Autrement ou ceux, annuels, publié par le Monde diplomatique. Reposant sur une nouvelle esthétique de la carte et de l’infographie, usant des ressources de l’informatique, de cartographie statistique et des systèmes d’information géographique, ces atlas articulent de manière originale leur riche iconographie avec le texte, que ce soit sous la forme de planches thématiques ou d’un récit géographique qui, tous deux, rompent avec la sècheresse de notices descriptives se retranchant derrière l’image qui constituaient pour l’essentiel le style des anciens atlas.

Si Lyon n’est pas Montpellier, capitale du GIP Reclus, il se trouve néanmoins que l’on y observe différentes productions relevant du genre de l’atlas. Au sein même de l’UMR, on citera notamment les Atlas de Roumanie (Rey et alii) et du Liban (Verdeil, Faour, Velut), et les réflexions sur les outils de la cartographie récemment structurées dans la plateforme ISIG. Par ailleurs, le GREMMO (UMR n°5195 de la Maison de l’Orient) prépare un atlas du Syrie en lien avec l’IFPO, qui était le partenaire de l’Atlas du Liban, et ce même IFPO a lancé un autre projet d’Atlas de Jordanie. On notera également que les projets d’Atlas ne sont pas cantonnés à la discipline géographie. Le Laboratoire d’analyse historique Rhône Alpes, sous la conduite de Jean-Luc Pinol, autrefois responsable de la collection des Atlas des villes de France, étant également engagés dans divers projets similaires.

 Questionnements

En proposant une réflexion sur le genre de l’atlas ou sur l’atlas comme genre, notre propos vise deux questionnements complémentaires.

Les conventions d’écriture dans les atlas

Une première interrogation porte sur les conventions d’écriture de ces atlas. Elles sont tout d’abord redevables à la révolution informatique, géostatistique et des systèmes d’information géographique. Toutefois, la géographie française semble particulièrement marquée par les codifications théorisée par J. Bertin et systématisés, voire déclinées en un style cartographique singulier par Roger Brunet et le GIP Reclus. Même si les Atlas Autrement ou les produits du Monde diplomatique s’en dégagent aujourd’hui, on peut faire l’hypothèse d’une empreinte disciplinaire forte et durable de ces maîtres. Les comparaisons étrangères et avec d’autres disciplines (par ex. l’histoire, l’environnement ou l’urbanisme et l’aménagement- pensons aux atlas de l’IAURIF) pourraient permettre de saisir et d’identifier les principaux éléments d’un tel style ou écriture cartographique. Mais le renouvellement des atlas ne se limite pas aux transformations esthétiques et typologiques de l’iconographie, elle va de pair avec une nouvelle relation aux textes. D’une part, les cartes et diagrammes produits par ordinateur sont, peut être plus que par le passé, le résultat d’un code ou d’un programme : ils diffèrent peu, en nature, de textes produit selon des procédures formalisées (voir E. Guichard). D’autre part, et cette fois-ci selon une perspective plus classique bien analysée par C. Jacob par exemple dans l’Empire des cartes, les cartes de l’atlas ne sont pas séparables de leur commentaire, qui commence avec le texte même qui est inscrit dans la carte (légende, toponymie) mais se prolonge dans le texte qui accompagnent l’iconographie, dans une planche voire un chapitre. Enfin, c’est la forme même de ce texte, son plan et ses motifs répétitifs ou singuliers, qui constituent un dernier élément pour aborder la question du genre de l’atlas.

Le genre comme réponse à une demande sociale

Une deuxième grande perspective induite par l’interrogation sur le genre porte sur le contexte de production et de réception, non pas au sens étroit du milieu disciplinaire, mais au sens de contexte produit par une certaine demande sociale. Du côté des éditeurs, l’atlas semble représenter un produit grand public prisé (cf. la collection Autrement). C’est sans doute aussi vrai du côté des pouvoirs publics. Pour eux, les atlas représenteraient une manière relativement « neutre », par sa codification notamment, de poser des diagnostics territoriaux. Ils seraient ainsi l’expression d’une « transaction » entre des géographes soucieux de mieux prendre en compte la demande sociale et politique et de valoriser leur discipline et des « décideurs » ou un « public » pour qui les conventions d’écriture et de représentation propres à l’atlas faciliteraient l’appropriation de la production scientifique des géographes.

Au-delà des expériences des grandes collections récentes d’atlas en France, et des témoignages d’auteurs, il serait intéressant d’analyser d’autres expériences nationales : ici, les cas roumain et libanais, pour commencer, pourraient être soumis à ce questionnement.

Références citées

Rey Violette et alii, Atlas de la Roumanie, GIP Reclus/La Documentation française, 2007

Verdeil Eric, Faour Ghaleb, Velut Sébastien, Atlas du Liban : territoires et société, Beyrouth : IFPO/CNRSL, 210 p.

Guichard Eric, « L’internet : retrouvailles de l’écriture et de la cartographie », in dossier « La cartographie », Revue de la bibliothèque nationale de France, n°24, 2006, pp.51-56.

Jacob Christian, L’empire des cartes  : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire,  Paris : A. Michel, 1992,  537 p.


Une réflexion au sujet de « Le genre de l’atlas, l’atlas comme genre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *