Développement (local) et politique dans le monde arabe

Le nouveau bâtiment de la municipalité de Khiam, tout juste terminé, en septembre 2009

Le nouveau bâtiment de la municipalité de Khiam, au Liban-Sud, tout juste terminé, en septembre 2009. Photo EV.

Comme en écho à mon billet d’avant-hier, un article dans le Daily Star sur un possible changement du mode de scrutin des élections municipales au Liban se conclut par cette remarque:

However the municipal elections are conducted, they represent an opportunity for Lebanese to decide on locally important issues, in a manner that looks past the confessionalism typifying the country’s central government.

“Municipalities are not places to have political competition,” said Bou Karroum, rather, “they are places to have development.”

J’invite en particulier les membres du programme de recherche Tanmia. Le développement: fabriques de l’action publique dans le monde arabe, à réagir sur ces questions. L’une des hypothèses structurantes du travail est que les nouvelles politiques publiques du développement se traduisent par une rhétorique de la dépolitisation, dont nous devons justement creuser les implications, comme y invitent Myriam Catuisse et Géraldine Chatelard dans le texte programmatique de Tanmia:

La question de la dépolitisation de l’action publique s’impose enfin de manière récurrente : le développement est-il une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des politiques ? Ce problème nous paraît particulièrement frappant quand la fonctionnalité des institutions locales est mise sur la sellette : notamment la capacité à produire et distribuer des services publics. L’action publique se « politise »-t-elle alors ou « dépolitise »-t-elle ? Est-ce le triomphe de l’anti-politics machine? Nous pensons le contraire, ou du moins que les choses sont certainement moins univoques quand bien même le libéralisme économique dominant, ancré dans le courant du public choice, exaltant les capacités autorégulatrices du marché tend à rendre douteuse la nécessité même du politique (Jobert, 2002).

[…]

Quels enjeux de pouvoir déterminent le recours à ce type d’argument et à ces pratiques ? Nous regarderons comment fonctionnent ensemble deux types de processus : d’une part, celui du recours à l’expert, au technicien, pour des projets qui appellent de plus en plus à une sophistication et une spécialisation de l’action ; d’autre part, celui de logiques « d’antipolitics », de compétition politique, où l’outsider se présente souvent comme non entaché par le politique, etc. : les leaderships se transforment ils en rulerships : les leaders deviennent ils avant tout des rulers qui n’investissent pas les ressorts charismatiques du pouvoir ou entretiennent des relations lointaines ou peu personnalisées avec leurs administrés ?

Comment donc, derrière son apparence « neutralisée », le « développement » tend-il à devenir un champ de compétition politique ? Là encore, la question de la mobilisation « islamique » est intéressante, dans la mesure où l’on observe dans plusieurs cas comment se combinent, en matière de légitimation, un recours aux valeurs communautaires et religieuses, la capacité à mobiliser, représenter et intercéder localement et nationalement pour la population locale et, la prétention à une action rationalisée, moderne, professionnalisée appuyée sur des compétences et une efficace revendiquées par des « néo-techniciens » (Harb, 2005 ; Karam et Catusse, 2006).

Comment comprendre cet argument de la dépolitisation des politiques de développement. Dépasser les conflits rituels et en particulier, confessionnels ou tribaux, en un mot primordiaux. Certes, mais encore?

PS: on parle aussi ce matin d’un probable report des élections municipales libanaises, prévues pour ce printemps. Prétexte officiel avancé: les délais qui seraient trop courts pour préparer les listes électorales. Mais, selon Scarlett Haddad,dans L’Orient-Le Jour

 » la seconde raison serait politique. Les deux camps estiment en effet qu’organiser les élections municipales à la date prévue équivaudrait à entrer en campagne électorale dès le premier trimestre 2010 et signifierait que le climat d’entente si laborieusement établi pourrait être remis en cause par un retour à la mobilisation confessionnelle et communautaire, qui a déjà fait beaucoup de mal au pays dans la période qui a précédé les élections législatives. De plus, les partisans de la thèse du report, qui appartiennent aux deux camps, font remarquer que les élections municipales sont encore plus pénibles que les législatives car elles se déroulent dans de petites circonscriptions et mettent en cause, en plus des considérations confessionnelles et communautaires, les susceptibilités familiales et les soucis de développement, mélangés à une sauce politique des plus indigestes. Les campagnes électorales entraîneraient ainsi un surplus d’effritement et de division au sein d’un tissu social qui cherche à e reconstruire et à se ressouder. Le Liban n’a donc pas besoin de cela en cette période en particulier. De plus, le gouvernement, qui espère lancer, en coopération avec le Parlement, des chantiers de législation sociale, et entamer des réformes économiques et financières, ne pourrait plus s’atteler à cette tâche et serait malgré lui pris entre le feu des campagnes électorales et celui de la marginalisation. Il aurait ainsi les mains liées face à la surenchère électorale si chère aux différentes parties libanaises. »

La question de la dépolitisation de l’action publique s’impose enfin de manière récurrente : le développement est-il une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des politiques ? Ce problème nous paraît particulièrement frappant quand la fonctionnalité des institutions locales est mise sur la sellette : notamment la capacité à produire et distribuer des services publics. L’action publique se « politise »-t-elle alors ou « dépolitise »-t-elle ? Est-ce le triomphe de l’anti-politics machine? Nous pensons le contraire, ou du moins que les choses sont certainement moins univoques quand bien même le libéralisme économique dominant, ancré dans le courant du public choice, exaltant les capacités autorégulatrices du marché tend à rendre douteuse la nécessité même du politique (Jobert, 2002).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *