Un Atlas du Proche-Orient arabe élégant et utile

Date 18 février 2012

F. Balanche m’a aimablement offert son Atlas du Proche-Orient arabe, publié par les Presses de l’Université Paris-Sorbonne. Je l’ai vu travailler à ce livre depuis plusieurs années. Ce qui était au départ un projet d’Atlas de Syrie qui aurait pu s’articuler avec l’Atlas du Liban et le futur Atlas de Jordanie publiés par l’IFPO est devenu, après divers aléas et imbroglios éditoriaux, cet ouvrage. On peut regretter que la série de l’IFPO reste incomplète – et la situation syrienne aujourd’hui ne permet pas évidemment d’imaginer un changement de cet état de fait. Mais cela témoigne des difficultés de fabrication de tels ouvrages sans bénéficier de l’appui d’un ou plusieurs ingénieurs cartographes (ou géo-statisticien), comme j’en ai fait l’expérience pour l’Atlas du Liban, de même qu’aujourd’hui M. Ababsa qui éprouve de grosses difficultés pour finir l’Atlas de Jordanie. D’autre part, on ne fait pas un atlas d’un pays sans un partenariat solide et confiant avec des institutions locales, ce qui pour la Syrie ne semble jamais avoir été envisageable, alors que cela l’était avec le CNRS Libanais et d’autres institutions officielles et qu’une relation de confiance existe entre M. Ababsa et le Jordan Department of Statistics.

S’il n’a pas écrit un Atlas de Syrie, Fabrice Balanche n’en publie pas moins avec cet Atlas du Proche-Orient Arabe un livre très (plus?) utile, qui sera vite considéré comme indispensable par la vision synthétique qu’il propose. Le deuxième opus d’une collection des PUPS après celui de B. Dumortier et P. Cadène sur les Pays du Golfe (voir sur Rumor), surprend d’emblée par son format paysage (19 x25,5 cm) et une cartographie très claire, élégante, mêlant agréablement cartographie et infographie statistique, cartes de synthèse et schémas pédagogiques conçus par F. Balanche et harmonieusement intégrés par la cartographe Florence Bonnaud. Le tout est placé au service d’une vision dynamique, intégrant l’histoire récente depuis la fin de l’empire ottoman, la géopolitique et notamment le face-à-face avec Israël qui justifie le découpage retenu, et les transformations socio-économiques. Le conflit israélo-arabe constitue un puissant facteur de morcellement d’un espace autrefois cohérent et fluide. L’économie contribue à marginaliser cet ensemble affaibli par les conflits et les divisions.

L’ouvrage articule de manière synthétique et convaincante similarités et différences des trajectoires de la Jordanie, de la Syrie et du Liban. La Palestine arabe et occupée par Israël est traitée de manière plus spécifique, dans une relation intime avec Israël. Fabrice Balanche analyse finement les constructions nationales et la manière dont le territoire reflète les enjeux de la construction de nouveaux équilibres politiques (par ex. le quadrillage administratif des Etats). De même, son regard sur les dynamiques économiques, entre marginalisation par rapport aux grands flux, dépendance à l’égard des monarchies du Golfe et défi énergétique, est tout à fait perspicace et comble un vide dans la littérature disponible.

Le chapitre terminal est une revue des principaux enjeux géopolitiques régionaux et des principaux acteurs (Etats-Unis, Turquie). On aurait aimé ici que d’autres visions soient analysées (Israël, Arabie Saoudite et monarchies du Golfe…), et surtout, qu’il ne limite pas son regard aux Etats mais fasse percevoir la diversité interne des visions et des projets – confessionnels mais aussi socio-politiques. F. Balanche insiste souvent dans ses travaux sur les divisions internes des sociétés mais dans ce livre, finalement, il ne les donne guère à voir face au grand jeu régional. Un autre aspect quasi-absent est la question migratoire, même s’il souligne l’importance des remises monétaires par les émigrés. Enfin, il me semble aussi que les croyances, les modes de vie et le travail – et les conflits d’intérêt et de valeur auxquels ils donnent lieu – auraient pu compléter utilement ce panorama de sociétés en tension et en crise. Mais cela n’altère en rien le très grand intérêt de ce court mais efficace atlas.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 commentaires pour  “Un Atlas du Proche-Orient arabe élégant et utile”

  1. [...] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } rumor.hypotheses.org – Today, 12:37 [...]

  2. [...] régionale, entre la Turquie d’un côté et le Golfe de l’autre (voir son Atlas du Proche-Orient). Dans des entretiens à la presse, il a récemment souligné que la fermeture des échanges avec [...]

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche