L’eau et les réformes des services urbains dans le monde arabe : au-delà de la question de la privatisation

Station d'épuration en attente de raccordement au réseau à Nabatiyyeh, 2009 (EV)

Peu de billets ces temps-ci, car peu de temps et beaucoup d’urgences. Voilà toutefois le résumé d’un chapitre à paraître dans les actes du colloque L’eau et la ville, du Maghreb au Moyen-Orient, organisé par le SEDET et l’Université de Tlemcen, à Paris en octobre 2010. J’en avais parlé au retour de colloque et j’ai intégré diverses réflexions sur la tarification de l’eau potable dans un ensemble qui reprend aussi beaucoup d’éléments de mon article de synthèse en introduction du numéro de Géocarrefour sur les réformes des services urbains, mais recentré sur l’eau bien entendu.

Résumé

Cette communication défend l’idée que la question de la privatisation, sur laquelle se sont focalisées les recherches de ces dernières années sur les réformes de l’eau, ne constitue d’un élément des dites réformes, et un élément de surcroit plus modeste dans son ampleur qu’on ne le dit souvent. L’analyse des données de la Banque mondiale sur les partenariats public-privé le démontre clairement du point de vue de l’évolution du nombre de projets et de leur type. Dans un deuxième temps, en se basant sur l’analyse d’exemples relevés dans la littérature, l’article insiste sur les réformes internes au secteur public (corporatisation, tarif) et s’interroge finalement sur les accords passés entre secteur officiel et secteur informel de l’approvisionnement en eau.

Texte disponible sur HAL-SHS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *