Comment je blogue

A l’invitation de Emmanuelle Morlock pour l’ISH, Bénédicte Kuntziger pour MOM, les deux MSH lyonnaises, ainsi que de Claire Denecker pour l’Urfist de Lyon et Pierre Mounier pour le Cléo, j’ai participé à la table-ronde « Comment bloguent-ils? » avec différents représentants de la secte (?) des carnetiers en sciences sociales, comme Frédérique Giraut (Socio-Voce), Françoise Acquier (Le Cresson Veille) et Pierre Mercklé (Agora, Quanti, et son blog perso). Françoise Acquier en a fait un compte rendu synthétique. J’en profite pour joindre les quelques diapositives de ma présentation et pour en approfondir quelques points.

L’un des objectifs de cette table-ronde était de souligner l’extrême diversité des carnets de recherche en SHS, en décalage avec un certain genre de blogs de scientifiques principalement orientés vers les questions de la vulgarisation scientifique selon Pierre Mounier (quelques exemples, Pierre?). Evoquer cette diversité conduit à minimiser les ruptures avec les formes d’écriture scientifique classiques. Non, les carnetiers, comme se nomment les utilisateurs d’Hypothèses, ne sont pas une secte de gens étranges à tendances narcissiques (pas plus que les autres scientifiques en tout cas, à mon avis).

Dans ma présentation, j’ai notamment voulu insister sur l’idée d’une électronisation progressive de nos recherches, dont j’ai pour ma part fait remonter l’origine à l’apprentissage du traitement de texte pour rendre des dossiers d’étudiant qui étaient des mini-mémoires de recherche, dès 1992-3; et à ma première adresse email, en 1995. Mais entretemps, ce sont de multiples outils et formes d’écriture de facto électronique qui ont structuré ma vie scientifique, dont le blog n’est qu’un parmi d’autres. Dans mon projet de blog, il y avait notamment l’ambition de tirer parti et surtout de dominer un matériau électronique devenant tout aussi envahissant qu’incontournable, ma veille sur le lointain Moyen-Orient par l’intermédiaire principalement de la presse et d’internet. D’un côté, j’ai adopté Zotero comme outil de collecte et de classement. Mais j’avais besoin en parallèle de maîtriser et de pré-traiter cette documentation très riche et variée. L’écriture sur ce carnet en a été l’un des moyens avec, en projet d’arrière-plan, l’idée de préparer une HDR (qui est toujours en cours…). Quelqu’un m’a demandé si je n’aurais pu écrire pour moi-même au brouillon. Sans doute est-ce une faiblesse mais j’ai beaucoup de mal à écrire d’une manière structurée si je ne me donne pas un objectif. Partager ces réflexions sur le carnet est pour moi une contrainte de mise en forme qui permet un aboutissement scripturaire au moins intermédiaire.

Cette forme d’écriture s’est progressivement structurée et adaptée, notamment en lien avec l’adoption de nouveaux outils et avec l’expérience d’un certain recul. Désormais, il m’arrive d’annoter minimalement certains articles ou ressources sur internet. Je fais cela grâce à la plateforme de microblogging Seenthis, où je bénéficie en outre des signalements d’autres internautes qui partagent leur propres lectures. C’est par exemple très performant pour le Liban (et plus largement le Moyen-Orient) dont la vie politique est couverte par un autre usager (Nidal). Désormais, mes billets sur Rumor sont plus longs et plus structurés qu’il ne l’étaient au début. Parmi les autres types d’écriture que j’ai développés sur ce carnet, on trouve les analyses critiques de livres et, plus original, d’articles scientifiques. Ce genre de commentaires d’un ou plusieurs articles est très peu fréquent dans les revues de géographie en France et un carnet est un bon lieu pour le faire. A terme, il ne serait toutefois pas étonnant que des revues ouvrent des rubriques de ce type.

A l’origine de mon projet, je concevais Rumor comme un outil de communication avec une communauté de collègues dispersés entre la France et le Moyen-Orient et j’espérais que le carnet pourrait être un lieu pour prolonger ou anticiper nos rencontres en face à face, une sorte de « séminaire virtuel » tel que André Gunthert l’a théorisé. Mais deux ans après, un des constats sans appel de mon expérience de carnetier est la rareté des commentaires, contrairement à la manière dont fonctionne justement des blogs comme celui d’André Gunthert ou encore comme Socio-Voce présenté lors de cette table-ronde. A l’évidence, mon carnet n’est pas suivi par une communauté de chercheurs partageant un même objet de recherche, ni d’apprenants (le blog de Gunthert, devenu portail, est largement alimenté en remarques ou écrits originaux de ses étudiants). Et c’est sans doute parce que Rumor est en fait le lieu d’une recherche qui sans être certes uniquement personnelle (parce que je travaille avec beaucoup de gens), n’est pas collective. Ce carnet ne prétend pas centralement contribuer à la formalisation d’une recherche ou d’une proposition théorique ou méthodologique à dimension collective. Rumor est le point central de mes recherches, un lieu de croisement entre plusieurs terrains et plusieurs questionnements, sans souci et en fait sans besoin d’une cohérence forte. Ses lecteurs sont divers et pour la plupart, ne sont pas impliqués dans ce projet même s’ils observent avec un certain intérêt (sinon ils ne viendraient pas).

Certes, Rumor reçoit quelques commentaires, le plus souvent fugaces, souvent plus par le biais de citations que de liens directs. Parfois aussi, je reçois par email ou même oralement des remarques – il s’agit alors d’amis ou de collègues proches. J’ai parfois demandé à ces interlocuteurs de déposer leurs remarques écrites dans les commentaires mais ce n’est pas facile et une certaine pudeur semble les retenir – ce que je peux parfaitement comprendre. Du reste, je ne passe pas non plus mon temps à laisser des commentaires sur les blogs des autres! Faute de pouvoir mesurer l’intérêt de ce blog aux commentaires qu’il suscite, il faut en passer par une analyse des fréquentations qu’il attire, en repartant des remarques de Marin Dacos sur la conversation silencieuse. Il ressort des statistiques que Rumor est lu par un public non négligeable et divers – environ 3000 visiteurs différents par mois pour la période depuis la rentrée (voir ici), et ces visiteurs reviennent assez régulièrement (2 à 3 fois par mois). Mais le lectorat est loin d’être limité à une communauté, comme on l’a vu et au contraire, je note l’émergence de nouveaux lectorats. Ces derniers mois, mon suivi de l’actualité électorale de la Tunisie m’a valu par exemple une forte visibilité depuis ce pays (notamment ce billet qui a enregistré près 500 vues en une journée).

Cette rareté des commentaires, un peu frustrante, a finalement peu de conséquences et ne m’a pas du tout empêché de tirer bénéfice de cette activité de carnetier, qui m’a aidé à structurer, comme je l’ai expliqué ci-dessus, mon travail de veille. Mon seul véritable regret est l’absence de réponses (pour l’instant en tout cas) à mes commentaires approfondis sur la base de données urbaines Géopolis. S’il y en a, rien ne dit qu’ils prendront d’ailleurs la forme de commentaires dans les billets… Avec ces commentaires, j’expérimente en effet directement l’interaction scientifique électronique à propos d’un projet de diffusion électronique des données statistiques sur l’urbanisation au Moyen-Orient.

Parmi les autres enjeux dans ma motivation pour l’utilisation de cet outil de communication, je dois encore citer la volonté de maîtriser et améliorer ma communication scientifique (là encore, en suivant les conseils de M. Dacos). Or, les questions de sécurité d’accès aux serveurs universitaires et le partage du travail au sein d’un labo rendent très difficiles l’accès individuel à un site web officiel de labo. Dans ce cadre, j’en profite non seulement pour donner ma bibliographie agrémentées de liens vers les textes déposés sur Hal-SHS mais aussi pour recenser les comptes rendus de mes ouvrages. Si l’occasion se présente, je me servirai de cet outil pour répondre à d’éventuelles remarques critiques.

* * *

Voici ma présentation:

 

 

 


14 réflexions au sujet de « Comment je blogue »

  1. André Gunthert

    Les paramètres de la conversation évoluent constamment et ne sont plus du tout les mêmes qu’en 2008 (date de la rédaction du billet cité). Les flux entrants sont fournis majoritairement par les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, où il faut jouer le rôle d’un « Broadcaster » (en langage Klout) pour susciter l’attention. Même là, les usages bougent à grande vitesse, avec l’augmentation mécanique de la masse d’informations, qui se traduit notamment par la perte d’infos par plages horaires. Côté commentateurs, le renouvellement est lui aussi la règle, avec une proportion très faible d’interventions d’étudiants. Bref, cela fait longtemps que j’ai cessé d’essayer de jouer avec ces paramètres, encore moins de les anticiper, pour devenir de plus en plus un spectateur de ces interactions bien trop complexes. L’usage de mon blog sert d’abord mes propres fins de recherche.

  2. Ping : Le “carnet” de recherche | L'infusoir

  3. eirc verdeil

    Merci de prendre le temps de converser à l’ancienne alors…!
    En effet, avec Facebook, on peut très bien et très facilement rater une conversation et il n’est pas facile d’en retrouver la trace.
    Je note ce que vous dites sur le caractère aléatoire des commentaires – en nombre toujours impressionnant. A mon échelle c’est un peu ce que je retrouve (limité aux scientifiques qui fréquentent essentiellement Hypothèses comme le relevait Socio-Voce l’autre jour). Par contre, je suppose que vous avez un effet portail Culture visuelle (http://http://culturevisuelle.org/) qui contribue à créer une ou des conversations?

  4. Ping : Comment je blogue, par Eric Verdeil (rumor.hypotheses.org) | ifre | Scoop.it

  5. Ping : Comment je blogue, par Eric Verdeil (rumor.hypotheses.org) | Réseaux sociaux scientifiques | Scoop.it

  6. André Gunthert

    Oui, l’effet portail est incontestable, on peut d’ailleurs le vérifier via le groupe des commentateurs réguliers, qui s’expriment habituellement sur toute la plate-forme, indépendamment des sources. C’est bien pour ce type de mutualisation symétrique (mutualisation de l’offre des blogueurs/mutualisation de la fréquentation) que j’ai créé CV, pour relâcher un peu la pression que suscite le blogging à l’échelle individuelle. L’effet inattendu que ça a produit, c’est une conversation entre les blogs, avec des réponses à étages sur une temporalité plus longue, et qui est un des apports les plus précieux pour la recherche.

  7. Ping : On Tour — pierremerckle.fr

  8. Pierre Mounier

    Bonjour, et merci pour ce billet qui vient très utilement compléter la série des « why blog » et qui forme un beau duo avec le billet de Mélodie Faury.

    Je voudrais reprendre un point sur les commentaires. Il m’a bien semblé, André, que lors du colloque au DHIP de l’été dernier, http://vzaar.com/videos/860206 tu affirmais que les commentaires, conversations sur la plateforme Culture Visuelle étaient permises par le fait que les participants se rencontraient souvent, en séminaire par exemple où ils avaient déjà cette habitude de l’échange et de la conversation « IRL ». Dans ce cas, le séminaire virtuel serait un prolongement du séminaire réel, non ?

  9. Ping : Comment je blogue | Rumor | these | Scoop.it

  10. Ping : [Bibliographie] Le blogging scientifique | LASPIC | Carnet

  11. Ping : “La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012 | Ressources pour la thèse et au-delà

  12. Ping : Les carnets Hypothèses – Expériences et usages | L'infusoir

  13. Ping : Les carnets de recherche, présentation | ENthèSe – Ressources pour la thèse

  14. Ping : Tenir un carnet de recherche en doctorat : retours d’expérience | ENthèSe – Ressources pour la thèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *