Michel Coquery, bref souvenir d’un géographe des villes du Sud

DR - Via Le Monde.fr

L’ENS de Lyon, héritière de Fontenay Saint Cloud, a récemment annoncé la mort de Michel Cocquery qui fut son directeur entre 1990 et 1995 (mise à jour : voir la notice d’hommage de Yann Calbérac et Olivier Faron)). Armand Frémont lui consacre aujourd’hui une notice nécrologique dans Le Monde. Je l’ai très peu connu puisque j’ai fait mon DEA à l’Institut Français d’Urbanisme alors qu’il était encore directeur de l’ENS. Ses interventions étaient réduites au minimum. A l’époque d’ailleurs, je ne me destinais pas aux villes du Sud. Qu’il me soit permis néanmoins de saluer sa mémoire à travers un souvenir : il animait un séminaire de DEA dont je me souviens fort bien, d’autant qu’il a été une de mes sources d’inspiration pour le séminaire Villes Territoires Mondialisations que nous organisons avec Myriam Houssay-Holzschuch.

Il était arrivé à la première séance avec un énorme tas de photocopies d’articles de revues anglophones de géographie, d’urbanisme et de sciences sociales. L’été précédent, il avait passé un mois ou deux dans une université américaine avec sa femme – vacances idéales d’un couple d’universitaires! – et c’était là le résultat de ses fouilles. Il nous avait décrit le paradis que constituaient alors pour l’universitaire français ces bibliothèques ouvertes toute la nuit et leurs interminables rayonnages en libre accès. Ils s’y rendaient apparemment chaque année. Bien sûr, par rapport à l’IFU… Pour lui, la recherche c’était donc la confrontation avec la littérature internationale – en anglais – la plus récente, une conception alors – et encore aujourd’hui? –  très rare.

Les choses ont quand même changé depuis et grâce à Internet et aux efforts de nos BU, nous avons une petite idée de ce paradis – et aussi la frustration des restrictions qui demeurent encore importantes mais c’est un combat de grignotage, la situation à Lyon au moins s’améliore. Nous aurons l’an prochain l’accès au portail de Taylor and Francis et ses 54 revues de géographie et d’urbanisme!

La méthode du séminaire consistait à donner à une paire d’étudiants 3 ou 4 articles sur un sujet totalement inédit pour nous dont nous devions faire la synthèse. Nous avions travaillé sur l’Afrique du Sud en train de sortir de l’apartheid, quel vent du large! Quelque temps après, j’ai recroisé M. Coquery à un séminaire de l’ENS à Saint-Cloud. Il m’a alors avoué que je l’avais surpris en suivant pratiquement toutes les séances et en participant avec intérêt, alors que normalien, agrégé de l’année précédente, il m’imaginait blasé des cours et séchant à tire larigot. Cette année de DEA a de fait été l’une des plus ennuyeuses de mes études. Mais ce séminaire en était l’une des rares lumières, avec celui de Marcel Roncayolo et Michael Darin que je suivais à l’EHESS et quelques cours de Française Choay.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *