Villes du monde arabe : appels à contributions

A la demande de leurs organisateurs, je relaie ici deux appels à contributions.

Villes, acteurs et pouvoir dans le monde arabe et musulman

Colloque international organisé par le laboratoire GREMMO (Université Lyon 2 – CNRS), membre du Labex Intelligence des Mondes Urbains

Le but du colloque est de comprendre le gouvernement des villes, et pas seulement des grandes villes, dans le monde arabe et musulman à la lumière des évolutions politiques actuelles et des défis urbains. Cette manifestation scientifique s’inscrit dans la continuité du colloque GREMMO-IFPO « Les grandes villes de Syrie dans la mondialisation », tenu à Alep en mars 2010, avec le soutien du Grand Lyon et de la municipalité d’Alep.

Voir l’appel dans sa totalité (PDF)

J’ai accepté d’être membre du conseil scientifique de ce colloque mais ledit conseil n’a pas été associé à la rédaction du texte, qui suscite de ma part quelques remarques.

Je suis un peu surpris que l’appel ne fasse pas une place plus importante aux mouvements sociaux et aux habitants-citoyens, qui, largement en dehors des formes institutionnalisées qui sont mentionnéees, font ces temps-ci la preuve à différentes échelles, de leurs pouvoirs (l’évocation des collectifs protestataires paraît restreinte aux revendications sectorielles).
Je me demande aussi si l’interrogation très légitime sur le « gouvernement » des villes n’est pas rabattue un peu vite sur la question municipale et locale. On voit bien en ce moment que cette restriction scalaire n’est pas forcément très pertinente ni heuristique. On peut aussi se demander si le principal objectif du « gouvernement » des villes n’a pas été d’empêcher l’émergence de ces dernières et de leurs habitants sur la scène nationale… D’autre part, il ne faut pas oublier que dans certains pays la notion même de municipalité est particulièrement vide de sens, comme en Egypte. Dans le contexte tunisien, par ex., j’ai l’impression que la question de la décentralisation est passée à l’arrière-plan des enjeux politiques immédiat (voir ici pour une discussion sur ce point).

Neoliberal urban transformation processes in the Arab World

32nd International Geographical Congress 2012 in Cologne/Germany (26-30 August 2012)

Chairs: Ala Al‐Hamarneh & Leila Vignal

Abstract:

An interdisciplinary working group around F. Moulaert and E. Swyngedouw that analyzed the urban policy in Europe suggests the existence of a new type of urban planning based on “Large‐Scale Urban Development Projects (LSUDP)”. The main aim of such urban planning is to generate rent from real estate developments and to decouple the urban planning from social urban development. Additionally, the assumptions of D. Harvey on “urban design” and of E. Soja on “spatial capital” and “spatial justice” enrich the theoretical and methodological approaches to analyze recent urban transformation processes worldwide.

In the last 10 to 15 years similar phenomena have also been observed in the Arab urban Metropolitan areas that have been undergoing huge re‐structuring and re‐planning processes, mainly based on LSUDP, often accompanied by “visionary” urban master plans. Most of these developments have established new alliances between local political decision makers, investors, urban planners and international consultants. Other cities in the region were, for all practical purposes, copying these pioneer experiences, adopting various forms of New Economic Policies (NEP), New Urban Policy (NUP) alliances and urban master plans. For instance, Dubai is usually portrayed as a prime example of a unique interpretation of neoliberal urbanization policies that have resulted in a fragmented and polarized urban environment and set new standards to urbanization.

However, only recently several major developments have challenged these new constellations: On the one hand, the economic crises in the financial sector and real estate market have affected the implementation schemes of these plans in scale, shape and time. Nevertheless, the parts of plans already in operation have by all means changed the urban spaces. On the other hand, the “Arab spring” revolutions have exposed the corrupted character of the alliances between political decision makers and real estate developers.

The thematic discussion aims to address four topics: the theory and methodology of research, the governance level of urban planning, the specific forms of spatial modifications and the political economy of the NEP‐NUP alliances.

If you are interested to present your work, send your official abstracts directly to the IGC (https://igc2012.org/frontend/index.php) and as « cc » to Ala Al-Hamarneh (a.al-hamarneh@geo.uni-mainz.de) and Leïla Vignal (leila.vignal@univ-rennes2.fr)


Une réflexion au sujet de « Villes du monde arabe : appels à contributions »

  1. Ping : Révoltes et transitions dans le monde arabe : vers un nouvel agenda urbain ? | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *